Le dernier continent

The Last Continent
Année : 2007
Réalisateur : Jean Lemire
Avec : Jean Lemire, Joëlle Proulx, Mariano Lopez, Mario Cyr, Stevens Pearson, Pascale Otis
Éditeur : E1 Entertainment
DVD : DVD-9, 101', zone 2
Genre : documentaire, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 15/03/11
Prix ind. : 14,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
SD 576i (Mpeg2)
16/9 compatible 4/3
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Anglais Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français pour sourds et malentendants, anglais pour sourds et malentendants, allemand
Amazon
9,90 €
S’inspirant des mésaventures de l’explorateur Ernest Shackleton qui, en 1915, resta pris dans les glaces avec son équipage à bord du trois‑mâts L'endurance, l’océanographe, biologiste et cinéaste québécois Jean Lemire et son équipe sont partis pour une nouvelle mission Antarctique de septembre 2005 à novembre 2006, dont l’objectif était de se laisser emprisonner volontairement par les glaces de l’hiver austral à des fins scientifiques. Soit constater les conséquences des changements climatiques sur la banquise, mais aussi et surtout sur les espèces animales dont la survie dépend de cette formation de glace saisonnière qui permet d’accueillir les nouveaux‑nés. Sans cela, c’est tout un équilibre qui se trouve bouleversé. La douzaine d’hommes et de femmes, scientifique, biologiste, cameraman, médecin, cuisinière, capitaine, ont été les témoins privilégiés de cette nature en mutation, reclus dans un même bateau et contraints d’apprendre à vivre ensemble, malgré le sentiment d’isolement et la douleur de la séparation avec leurs familles.

Il ne faut pas considérer Le dernier continent comme un documentaire scientifique exhaustif et précis, bourré de données techniques, pas plus que comme une œuvre de vulgarisation scientifique. Il s’agit plutôt d’une expérience humaine en harmonie avec la nature, une version plus pacifique du Monde du silence de Jacques‑Yves Cousteau où l’homme était au cœur de l’expédition. Car si l’objectif premier de Jean Lemire était d’étudier les effets du réchauffement climatique, le réalisateur cherche avant tout à se servir de cette expérience humaine unique pour mettre en parallèle le destin de l’équipage et celui des animaux.

Isolés, attendant la glaciation qui tarde à venir pour enfin commencer leur observation et s’échapper de leur embarcation, la douzaine d’hommes et de femmes sont comme ces phoques qui patientent, espérant la formation de la banquise pour s’y réfugier et donner naissance à leurs petits. D’autres espèces, comme les baleines à bosse ou les manchots, règlent leur cycle sur celui des glaces, et pâtissent également de ces perturbations. Car le Pôle Sud, tout comme l’Arctique, est victime du réchauffement climatique.

Mais jusqu’à quel point ? Les scientifiques ont encore beaucoup de mal à statuer sur le cas de l’Antarctique, continent immense et hétérogène qui ne cesse de diviser les spécialistes. C’est pour cela qu’on aurait espéré une démonstration plus précise de la part du documentaire, qui se contente de quelques mesures de température et d’images montrant la lenteur de la formation de la banquise tant attendue. Dans le commentaire audio, Jean Lemire précise toutefois que le territoire exploré ici est la péninsule antarctique et non le continent dans son intégralité, zones qui ne subissent pas le réchauffement de la même manière.

Bien sûr, cela n’empêche pas le constat dressé d’être efficace et, surtout, diablement cinématographique. Car au‑delà de l’inquiétude que ces observations peuvent susciter, on apprécie l’effort fourni pour livrer un vrai film de cinéma, aux images majestueuses, aux cadrages soignés et amples, à la fois contemplatif et jamais rébarbatif car alternant les séquences humaines (la partie de hockey sur la glace, le barbecue improvisé !) et les scènes naturalistes, en compagnie de créatures extraordinaires (le bébé phoque s’approchant de sa mère). Un document rare, qui privilégie l’émotion au détriment de la thèse didactique, même s’il se garde bien de montrer les tensions entre les membres de l’équipage au profit de confessions touchantes. Un parti pris qui pourra en dérouter certains, mais qui permet de découvrir l’un des derniers territoires immaculés ‑si ce n’est le seul‑ de la planète.
Laurence Mijoin - Publié le 08/04/11
Liste des bonus
- Portrait de Simon Leclerc, compositeur (8')
- Phoque léopard (7')
- Manchots royaux (4')
- Tournage de la scène d'ouverture du Dernier continent (4')
- Iles Malouines (3')
- 14 octobre 2005 : le départ (5')
- 1er décembre 2005 : albatros hurleur (6')
- 20 décembre 2005 : otaries (4')
- 15 mai 2006 : croyez‑vous aux géants ? (4')
- 29 mai 2006: fonte des glaciers (5')
- 3 juillet 2006 : solstice d'été (6')
- Commentaires audio de Jean Lemire et Mariano Lopez


Commentaire
Malgré une qualité sonore et visuelle en‑deçà de celle du film, l'ensemble des suppléments permet de poursuivre la découverte des majestueux habitants du Pôle Sud, de la baleine à bosse au terrible phoque léopard.
On découvre également les lieux visités par l'équipage avant le débarquement sur la péninsule antarctique, comme Bird Island en Géorgie du Sud, où les caméras de Jean Lemire ont rencontré des spécialistes de l'albatros hurleur et des otaries. Des modules courts qui mettent l'accent sur des espèces animales rares, ou encore sur le travail des cameramen ou du compositeur Simon Leclerc.
Enfin, les commentaires audio de Jean Lemire et Mariano Lopez, spécialiste en santé mentale, apportent leur lot d'anecdotes sur cette expédition et aventure humaine exceptionnelle.
Note bonus : 4/6
Image
On découvre ici de magnifiques images, des séquences sous‑marines incroyables et d'une grande finesse (le ballet des baleines à bosse, les organismes bioluminescents), des aurores australes, d'imposantes montagnes de glace, le tout parfaitement cadré. Un univers littéralement féerique, servi par une définition au top, des contrastes appuyés, des couleurs profondes et une image très stable. On note une très légère perte de définition lors des rares plans sombres (même si l'expédition a lieu durant l'hiver austral, la majorité des séquences sont tournées durant le jour, même court) et quelques rares effets de rémanence. Mais on chipote, car ce DVD propose vraiment une image d'une très bonne qualité.
Top image : 76' (méduse sous la banquise)
Note image : 5/6
Son
À l'instar des bonus ou de l'image, les choses n'ont pas été faites à moitié pour la qualité sonore, la VF Dolby Digital 5.1 délivrant une spatialisation efficace et une belle amplitude des musiques, un commentaire de Jean Lemire toujours clair et des bruits d'ambiance très immersifs. Outre la présence de sous‑titres anglais et français adaptés pour le public sourd et malentendant et des sous‑titres allemands, la version anglaise réjouira les fans de Donald Sutherland, commentateur anglophone de l'expédition.
Top son : aucun
Note son : 5/6


PLANNING
26/01/22 Stillwater
26/01/22 Dune
01/02/22 Tralala
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Tatiana Maslany - Orphan Black saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/148/photo_0250141520.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/162/photo_0347144329.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/145/photo_1133162811.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/166/photo_0804204009.jpg
tatiana-maslany
leila-bekhti
mads-mikkelsen
sarah-jessica-parker
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser