La blonde explosive

Will Success Spoil Rock Hunter ?
Année : 1957
Réalisateur : Frank Tashlin
Interprètes : Jayne Mansfield, Tony Randall, Joan Blondell
Éditeur : Wild Side Vidéo
DVD : DVD-9, 88', zone 2
Genre : comédie, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 23/02/11
Prix ind. : 14,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
SD 576i (Mpeg2)
16/9 compatible 4/3
Bande-son
Anglais Dolby Digital 2.0
Sous-titres
Français
Amazon
16,99 €
Parce que son patron lui reproche de ne pas suffisamment promouvoir son nouveau rouge à lèvres, Rockwell Hunter se retrouve à deux doigts de la porte de sortie. Il décide alors de faire appel Rita Marlowe, actrice et pin‑up de son État, afin de faire la publicité du produit. Celle-ci accepte, mais à une condition : Rockwell devra rendre jaloux Bob, son soupirant, acteur spécialisé dans les rôles de Tarzan.

Tourné un an après La blonde et moi, La blonde explosive reconstitue le tandem Frank Tashlin/Jayne Mansfield et pousse d’un cran la dimension cartoonesque du précédent film. Satire réjouissante et hyper‑inventive du rêve de gloire américain, le film montre la puissance critique de Hollywood à l’égard de la télévision, sa grande rivale qui, à la fin des années 1950, concurrence sérieusement la Mecque du Septième art.

Connu pour les longs métrages qu’il a réalisés pour le duo Jerry Lewis/Dean Martin, Frank Tashlin s’en donne à cœur joie dans « l’égratignement » intempestif de la télé et de la publicité, et fait même apparaître à fin de son film Groucho Marx, dont la réplique (« Rien ne m’amuse autant qu’une généreuse poitrine ») est restée célèbre. Un classique enfin disponible dans la collection Les introuvables.
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 21/04/11
Liste des bonus
- Entretien avec l'historien de cinéma Noël Simsolo (14')


Commentaire
Une petite leçon de cinéma et une plongée dans les eaux tumultueuses des années 50.
Note bonus : 2/6
Image
Un bel écrin pour cette comédie vitriolée, qui peut toutefois manquer de tonus (léger voile blanc, mais la photo de l'époque voulait aussi ça), présenter des plans un peu trop lisses et de rares défauts de master (visages parfois brûlés). Mais d'une manière générale, on apprécie les couleurs pastel, la douceur qui se dégage de l'ensemble et l'univers typique de ces comédies US made in Fifties.
Top image : aucun
Note image : 4/6
Son
Belle prestation aussi côté son avec de l'énergie à revendre, des dialogues jamais aigus et des ambiances aux petits oignons. Pas mal du tout pour deux « petits » canaux…
Top son : aucun
Note son : 4/6



PLANNING
26/01/22 Stillwater
26/01/22 Dune
01/02/22 Tralala
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
https://www.avcesar.com/source/interview/138/photo_0315185626.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/152/photo_0641125609.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/161/photo_1108160423.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/129/photo_0549180108.jpg
pascal-laugier-et-louis-thevenon
nic-pizzolatto
priyanka-chopra
martin-scorsese
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser