Où va la nuit

Année : 2011
Réalisateur : Martin Provost
Interprètes : Yolande Moreau, Pierre Moure, Edith Scob, Jan Hammenecker, Laurent Capelluto, Loïc Pichon
Éditeur : Diaphana
DVD : DVD-9, 101', zone 2
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 07/09/11
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
SD 576i (Mpeg2)
16/9 compatible 4/3
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Français Dolby Digital 2.0
Sous-titres
Français pour sourds et malentendants
Amazon
9,99 €
Un jour, à force de mauvais traitements, Rose Mayer (Yolande Moreau) décide de tuer son mari. Elle quitte alors le domicile familial pour se rendre à Bruxelles auprès de son fils, loin de se douter de l’acte de sa mère. Une fois la menace conjugale définitivement éloignée, la femme brimée se met en quête de sa propre voie. Néanmoins, le passé peut‑il être complètement révolu ?

Après Séraphine (2008), Martin Provost tente d’explorer les liens qui soudent ou déciment une famille tiraillée par des non‑dits, et filme le passage thérapeutique de la case rurale à celle de la grande ville, transition presque suicidaire de l’espace infernal (qui chosifie la femme) aux reproches d’un fils, aussi sensible qu’indiscernable. Comme si Rose ne devait jamais s’affranchir de sa culpabilité. Tuer un monstre pour aller mieux, mais tuer quand même.

Dans Ou va la nuit, il s’agit, de toute évidence, de points de vue multiples qui ne concordent que très rarement. Ainsi, la police traque le criminel potentiel, le fils est à la limite du reniement maternelle puis, miracle de l’arbitraire, l’ultime main tendue provient d’une sphère anonyme. Soit une petite chambre à louer dans l’espoir d’une échappatoire dont la tenancière (magnifiquement interprétée par Edith Scob), femme solitaire, semble déjà tout savoir. Solidarité féminine ou humaine oblige, elle décide de conforter Rose dans sa cavale déceptive. Une belle histoire de survie qui ne compte aller nulle part.
Carole Lépinay - Publié le 08/12/11
Liste des bonus
- Entretien avec Martin Provost et Yolande Moreau (24')
- Bande-annonce (2')


Commentaire
Martin Provost raconte son travail d'adaptation à l'écran du roman Mauvaise pente (Keith Ridgway, 2001). L'accent est surtout mis sur la grande complicité qui rattache le réalisateur à l'actrice Yolande Moreau, laquelle avait déjà collaboré à la réalisation de Séraphine, trois ans auparavant.
Note bonus : 3/6
Image
Comme souvent, les séquences tournées en intérieur ou de nuit manquent de fluidité et une dose supplémentaire de contraste n'aurait pas été de refus. Mais le master sait se rattraper en proposant une juste colorimétrie et des teintes froides, limites blafardes, qui vont de ton avec l'ambiance du film.
Top image : aucun
Note image : 4/6
Son
Puissantes, trop parfois, les voix raisonnent sur la centrale et ne sont pas agréables à l'écoute. À l'inverse, qu'il s'agisse d'un son naturel ou d'une musique mélancolique, l'ambiance est toujours parfaitement retranscrite grâce à l'utilisation habile de l'installation Home Cinéma.
Top son : 35'47 (intermède musical)
Note son : 4/6


299€ 699€
il y a 5 heures
484€ 899€
il y a 1 jour
Jusqu'à ‑50% de  emise
il y a 2 jours
260€ 300€
il y a 3 jours
PLANNING
03/12/21 Jungle Cruise
07/12/21 Petite maman
07/12/21 Metropolis
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Tara Reid - Sharknado 2
https://www.avcesar.com/source/interview/153/photo_1156104630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/149/photo_0450174503.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/160/photo_1145102402.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/170/photo_1215120005.jpg
tara-reid
sophie-turner
matt-dillon
anthony-hopkins
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser