Beyoncé : Live at Roseland - Elements of 4

Année : 2011
Réalisateurs : Beyoncé Knowles, Ed Burke
Interprètes : Beyoncé
Éditeur : Sony Music
DVD : DVD-9, 85', zone 2
Genre : concert, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 28/11/11
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
SD 576i (Mpeg2)
16/9 compatible 4/3
Bande-son
Anglais Dolby Digital 5.1
Anglais PCM 2.0
Sous-titres
Français, anglais, espagnol, allemand, néerlandais, portugais
Beyoncé est une grande chanteuse. Beyoncé danse à merveille. Beyoncé est sculpturale. Beyoncé est un bourreau de travail. On le sait et, visiblement, elle aussi. Car pour ce Live at Roseland, salle mythique de New York, elle s'est laissée aller à un vrai délire de mégalo. On connaissait l’autobiographie, voici l’autohagiographie.

La première partie du concert sert donc à retracer en musique le parcours de la star, qui ne cesse de se congratuler. Qu’il s’agisse de ses débuts enfant, de son groupe Destiny’s Child, de ses nombreux hits, de ses nominations aux Golden Globes ou aux Grammy Awards pour sa performance dans le film Dreamgirls, ou encore de son richissime mari (Jay‑Z) qu’elle aime éperdument, elle n’y va pas avec le dos de la cuiller. Productrice exécutive et réalisatrice de ce show (comme le précédent, Beyoncé : I Am… World Tour), la diva du R’N’B se lance des fleurs sans rougir, tout en voulant nous toucher avec ses états d’âme qu’elle met en scène, entrecoupant les séquences live de photos ou de vidéos « personnelles », « d’instants de vie ». Elle revendique son authenticité… on y croit à moitié.

On touche le fond lorsqu’elle vire au démago, insérant une vidéo d’elle avec un enfant handicapé reprenant un de ses tubes avec les yeux qui brillent. Lui est ému. Mais tout cela frise l’indécence. Une seconde plus tard, ventilo à fond les ballons, la lionne fait rugir sa crinière, jusqu’à l’overdose. Syndrome Mariah Carey ?

Pourtant, « Bee » reste l’une des plus grandes voix actuelles, une vraie diva capable de surpasser en live les impeccables enregistrements en studio, de tenir la scène avec fougue sans perdre son souffle, sans le moindre couac. Et ici, on ne peut qu’apprécier l’effort fourni, celui d’offrir à ses fans une prestation de grande qualité en proposant un orchestre de cuivres et de cordes aux sonorités à la fois funk et jazzy. Mais la chanteuse, aussi douée soit‑elle, reste un objet de fantasme hermétique. Et, même lors d’un concert voulu plus intimiste que les shows à l’américaine auxquels elle nous avait habitués, la belle apparaît comme un « control freak » ne s’autorisant aucun imprévu, un androïde parfait calculant ses émotions au millimètre, à l'image de ses costumes de scène. Une paillette s’est d'ailleurs décollée de son bustier, ce sera le seul incident de parcours de sa représentation.
Laurence Mijoin - Publié le 09/12/11
Liste des bonus
- Music videos (disque 2) (30')
- Behind the camera (disque 2) (19')
- Behind the scene (7')


Commentaire
On préfère ici la sélection de clips, qui montre le travail impressionnant de Beyoncé sur les chorégraphies, mais aussi sur la recherche dans la mise en scène (notamment l'acidulé Countdown). Quant aux deux autres modules « Behind the camera », ils sont dans le ton du concert : toujours flatteurs envers Beyoncé. On optera toutefois pour « Behind the camera », assez révélateur du côté « control freak » de la star, véritable businesswoman gérant tous les aspects de sa carrière et visiblement seul maître à bord.
Note bonus : 3/6
Image
Une belle image, exempte de défauts majeurs, dotée de noirs profonds, de teintes vibrantes et au piqué satisfaisant. Les aplats de couleur, les jeux de lumières et les effets de particule ne sont pas entachés par la compression, qui sait se faire oublier. Beyoncé brille de mille feux.
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
Outre la piste PCM stéréo non compressée, qui offre un bon confort d'écoute, dynamique et ample, cette édition propose une version Dolby Digital 5.1 au mixage équilibré. Évidemment, la voix de la diva est mise en avant -quoi de plus normal avec un tel organe ?- et on peut percevoir la moindre nuance de ses vibes. Heureusement, l'orchestre n'est pas relégué au second plan, et on apprécie la présence de basses chaudes, vibrantes et percutantes. Toutefois, on ne retrouve pas ici une vraie ambiance live, le public restant assez discret. Globalement, les canaux arrière sont peu mobilisés, à part pour quelques claps bien sentis. Carré, à l'image de la star.
Top son : aucun
Note son : 5/6


299€ 699€
il y a 5 heures
484€ 899€
il y a 1 jour
Jusqu'à ‑50% de  emise
il y a 2 jours
260€ 300€
il y a 3 jours
PLANNING
03/12/21 Jungle Cruise
07/12/21 Petite maman
07/12/21 Metropolis
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Lucy Lawless - Spartacus, le sang des gladiateurs saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/126/photo_0549181508.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/148/photo_0250141520.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/166/photo_0804204009.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/127/photo_0547183008.jpg
lucy-lawless
tatiana-maslany
sarah-jessica-parker
eva-green
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser