Friday Night Lights saison 4

Année : 2010
Créateur : Peter Berg
Interprètes : Kyle Chandler, Connie Britton, Aimee Teegarden, Taylor Kitsch, Jesse Plemons, Dora Madison Burge, Whitney McCauley
Éditeur : Universal
DVD : 4 DVD-9, 41 x 13', zone 2
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 22/11/11
Prix ind. : 29,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
SD 576i (Mpeg2)
16/9 compatible 4/3
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Anglais Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français, anglais
La saison 4 de Friday Night Lights (cliquez ici pour accéder au test de la saison 3) marque un tournant décisif pour la petite ville texane de Dillon et ses habitants. Certains ont pu réaliser leurs rêves et s'échapper de ce coin retiré de l'Amérique en partant étudier dans une grande université, d'autres en ont eu la possibilité mais sont restés, comme retenus par une force invisible. D'autres encore n'ont pas eu le choix et vont s'enfoncer dans leur mal‑être, confrontés à l'étroitesse d'esprit de cette population hyper‑croyante et vibrant chaque vendredi soir au rythme des essais des Panthers, l'équipe de foot US locale.

Un portrait tout en justesse d'une certaine Amérique, celle de la peur, des fausses certitudes, de la religion, de l'ostracisme parfois. Mais aussi une peinture attachante d'une population ‑et de ses jeunes‑ qui croit encore à son rapport presque sacré à la terre, à la famille et à l'esprit d'équipe face à l'adversité.

Autant de sentiments réunis en un seul homme, le coach Taylor (Kyle Chandler, Super 8), véritable incarnation du père ou du frère absent pour cette génération encore en devenir. Et si les choses se compliquent aussi pour lui (le voilà débarqué à Dillon Est avec son stade délabré et son équipe à peine débutante), c'est l'occasion pour lui et sa famille de repartir à zéro, d'explorer un nouveau champ des possibles…

Une saison (encore) plus sombre que les précédentes, désenchantée, mais aussi marquée par l'arrivée de nouveaux personnages, tous liés d'une manière où d'une autre à ceux dont nous avons suivi le parcours depuis la saison 1. L'Amérique, la vraie, agaçante et touchante. Une grande réussite.
Carina Ramon - Publié le 14/12/11
Liste des bonus
- Commentaire audio du producteur exécutif sur l'épisode Dillon Est (41')
- Scènes coupées (51')
- Peter Berg filme le premier épisode (2')
- Le livre des tactiques (5')
- Nouveaux lieux, nouveaux visages : Becky, Vince, Jess, Luke… (8')
- Introduction de Peter Berg (2')
- Friday Night Lights, caméra, action ! (8')
- Musique de WG Snuffy Walden & Benett Salway : treize morceaux


Commentaire
Divers petits modules que les fans ne manqueront pas de regarder à la loupe pour en savoir davantage sur la méthode de filmage presque expérimentale instaurée par Peter Berg (pas de répétitions, pas de repères au sol, pas d'emplacement de caméra prédéfinis, décors réels à Denver…). Mais aussi sur les petits nouveaux de la série et leurs impressions au cœur de cette aventure pas ordinaire. Ou encore la captation des matchs de foot et le souci de réalisme de l'équipe, filmant durant cinq ou six heures de vrais matchs mixant comédiens et joueurs pros US (pour les placages surtout…). Sans oublier les treize morceaux de la BO planante signée WG Snuffy Walden & Bennett Salvay.
Note bonus : 4/6
Image
Captation et rendu identiques à ceux des précédentes saisons. Série ultra‑réaliste, Friday Night Lights possède un style propre à mille lieues de la production cathodique habituelle. Caméras mouvantes, décors réels, lumière quasi naturelle, multiplicité des contre‑jours, intrusion de flux « parasites » dans l'objectif de la caméra (Lens Flair), grain caractéristique ici un peu adouci… voici les ingrédients peu communs et authentiques de cette série décidément pas comme les autres. Et on adore.
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
Petite nouveauté cette saison, l'ajout à la musique planante signée WG Snuffy Walden & Benett Salway de titres chantés pour un effet moins rugueux et peut‑être plus ancré dans l'univers de cette génération désenchantée, en pertes de repères. Car dans Friday Night Lights, la musique qu'entend le spectateur est sans doute celle qu'écoutent les jeunes de Dillon, Texas. Une atmosphère musicale qui participe pleinement à la qualité intrinsèque de chaque épisode, à laquelle s'ajoutent bruits d'ambiance bruts, dialogues toujours limpides et impact des scènes de match.
Top son : aucun
Note son : 5/6


299€ 699€
il y a 5 heures
484€ 899€
il y a 1 jour
Jusqu'à ‑50% de  emise
il y a 2 jours
260€ 300€
il y a 3 jours
PLANNING
03/12/21 Jungle Cruise
07/12/21 Petite maman
07/12/21 Metropolis
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Mads Mikkelsen - Hannibal saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/145/photo_1133162811.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/173/photo_1036183401.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/146/photo_0103184406.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/155/photo_1119161630.jpg
mads-mikkelsen
michael-c-hall
tom-selleck
tatiana-maslany
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser