À la Une du New York Times

Page One : Inside the New York Times
Année : 2011
Réalisateur : Andrew Rossi
Avec : David Carr, Julian Assange, Brian Stelter, Carl Bernstein, Jimmy Wales, Bruce Headlam
Éditeur : StudioCanal
DVD : DVD-9, 88', zone 2
Genre : documentaire, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 03/04/12
Prix ind. : 19,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
SD 576i (Mpeg2)
16/9 compatible 4/3
Bande-son
Anglais Dolby Digital 5.1
Anglais Dolby Digital 2.0
Sous-titres
Français
Révolution numérique, multiplication des blogs, des sites d’information gratuits et des réseaux sociaux comme Twitter, diminution des recettes publicitaires, nouvelle donne avec la naissance de WikiLeaks : plus que jamais, la presse écrite est menacée. Tandis que bon nombre de titres périclitent et meurent, le New York Times, véritable institution créée en 1851, tente de résister et de conserver sa suprématie, malgré les coups durs, les licenciements économiques, le Web qui engloutit tout…

En plein tumulte, le réalisateur Andrew Rossi a plongé dans les entrailles de la rédaction du mythique New York Times, malmené par une crise multiple. Outre la menace internet, ces dernières années ont bouleversé de diverses manières le quotidien : l’irruption de WikiLeaks, la guerre en Irak et les faux scoops de certains de ses journalistes sur les prétendues armes de destruction massive, comme Judith Miller, les accusations de manque de transparence envers ses lecteurs.

Tentant de se protéger des coups qui l’assaillent de tous côtés, le journal ne plie pas ‑malgré un licenciement économique d’une centaine de personnes‑, à l’image de l’une de ses plus illustres plumes, David Carr. Ancien junkie accro au crack passé par la case prison, puis devenu l’un des plus brillants reporters du Times, ce personnage au franc‑parler jubilatoire et à l’humour mordant incarne un certain idéal de la profession : sans concession, sans compromis, remarquablement intelligent. Rossi lui emboîte le pas durant une bonne partie du doc, faisant de l’homme la mascotte du journal.

Ce dernier sera le fil rouge de cette « histoire », qui oscille entre chant du cygne et résistance qui force l’admiration ‑tout comme le talent et l’investissement des journalistes du canard‑. On voit ces hommes et ces femmes se poser d’innombrables questions quant à l’avenir de la presse écrite, à sa mutation qu’ils subissent de plein fouet, réfléchir à des solutions pour sauver cette profession en perdition qu’est le journalisme d’investigation. Sans doute autrefois un pléonasme, mais plus que jamais utilisé à raison.

La nouvelle génération est représentée par Brian Stelter, blogueur influent et de talent recruté par le Times comme force vive. Lui et David Carr, que l’on aurait pu imaginer s’affronter en dignes apôtres, l’un du journalisme online, l’autre de la presse papier, ont fraternisé et échangent leurs savoirs respectifs pour le bien du journal qu’ils servent. Une fusion qui tend à prouver que si l’évolution et la révolution numérique sont irrémédiables, des formules hybrides n’en sont pas moins viables… à condition de mettre en place un modèle économique rentable. Le nerf de la guerre.

Un doc foisonnant, dynamique et rythmé, qui propose une passionnante et émouvante photographie d’une institution qui, malgré ses tressaillements, conserve une influence et une aura rares.
Laurence Mijoin - Publié le 29/03/12
Liste des bonus
- Questions/réponses avec l'équipe du film (17')
- Scène coupée : David dans son studio en sous‑sol (4')
- Sarah Ellison à propos de l'état d'esprit de Murdoch (4')
- Réactions des journalistes à l'avant‑première du film (3')
- Carl Bernstein à propos de la menace sur la presse écrite (3')
- Emily Bell : conserver la pertinence du journalisme (2')


Commentaire
On retrouve dans les bonus certains intervenants du doc, qui s'expriment ici sur un point précis. Carl Bernstein, journaliste célèbre pour avoir révélé le scandale du Watergate, vante la multiplicité des sources qu'offre le Net et la qualité des articles de nombreux journalistes Web.
Un point de vue que reprend la journaliste Emily Bell, directrice du Tow Center for Digital Journalism de l'université de Columbia, qui défend le rôle des réseaux sociaux.

Ancienne journaliste au Wall Street Journal, Sarah Ellison parle quant à elle de l'état d'esprit du mogul Rupert Murdoch, de son agressivité, de son désir de vengeance (d'origine australienne, il s'est senti rejeté par l'élite lors de son arrivée en Grande‑Bretagne) et de ses raisons de s'en prendre notamment au New York Times.

On découvre également le journaliste David Carr, figure iconoclaste du journal new‑yorkais, préparer l'une de ses vidéos dans sa cave transformée en studio. Des vidéos destinées au Web, mais qu'il décidera d'arrêter après quelques semaines, trouvant qu'elles ressemblaient trop à des vidéos de prises d'otage.

On passera rapidement sur le bonus montrant les réactions des journalistes à la sortie de la projection du doc, évidemment dithyrambiques, afin d'apprécier le supplément « questions/réponses » au cours duquel plusieurs journalistes vus dans le doc (dont David Carr, Bruce Headlam ou encore Brian Stelter) donnent leur opinion à propos de l'agonie de la presse écrite et la menace du Web. Il en résulte, comme dans la majorité des bonus, une volonté de la part des journalistes de ne pas jouer la surenchère et renforcer les clivages entre presse écrite et online. Ainsi, on profite de visions intelligentes, jamais manichéennes ou binaires.
Note bonus : 3/6
Image
Compression discrète, couleurs stables et naturelles, bons contrastes, définition très correcte, notamment sur les gros plans : c'est une qualité d'image tout à fait satisfaisante que nous propose cette édition, bien que l'on note quelques baisses de piqué sur les séquences plus sombres ou sur les plans plus éloignés. Une copie très « confortable ».
Top image : aucun
Note image : 4/6
Son
La VO 5.1 met essentiellement en valeur les musiques du doc, bien réparties sur l'ensemble des canaux. C'est là son principal atout face à la version stéréo, qui suffit amplement pour apprécier le film. Les deux pistes proposent des voix bien claires et intelligibles, et c'est bien là l'essentiel.
Top son : aucun
Note son : 4/6


PLANNING
27/10/21 Pandora
27/10/21 Le cheick
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Liam Neeson - Taken 2
https://www.avcesar.com/source/interview/139/photo_0259145504.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/175/photo_0556215604.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/155/photo_1119161630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/166/photo_0804204009.jpg
liam-neeson
mathieu-amalric
tatiana-maslany
sarah-jessica-parker
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser