La maison des ombres

The Awakening
Année : 2011
Réalisateur : Nick Murphy
Interprètes : Rebecca Hall, Dominic West, Imelda Staunton
Éditeur : StudioCanal
DVD : DVD-9, 102', zone 2
Genre : angoisse, couleurs
Interdiction : tous publics (certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes)
Sortie : 17/07/12
Prix ind. : 16,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
SD 576i (Mpeg2)
16/9 compatible 4/3
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Anglais Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français (imposé sur la VO)
Amazon
9,99 €
Les fantômes du passé refont littéralement surface dans une ancienne demeure bourgeoise transformée en pensionnat pour jeunes garçons. Nous sommes juste après la Première guerre mondiale, en pleine campagne anglaise. C'est là que débarque Florence Cathcart (Rebecca Hall, The Town), une brillante romancière scientifique qui a fait de la supercherie divinatoire sa grande spécialité.

Appelée à la rescousse de Londres pour élucider un mystère qui pourrait ternir à jamais la réputation de l'établissement, cette Miss Marple branchée ectoplasmes et bien plus sexy qu'Angela Lansbury (Arabesque, c'était elle aussi), va se retrouver confrontée à des personnages pour le moins énigmatiques, qui semblent tous cacher un lourd secret. Alors que les enfants ont été renvoyés chez eux pour les vacances, seul le jeune Tom est assigné à résidence…

Film d'ambiance plutôt raffiné (décors et lumières ont été travaillés avec soin) et sagement construit (ajout de flashbacks pour l'accélération de la révélation finale), La maison des ombres saura contenter les amateurs du genre, sous toutefois parvenir à faire oublier son manque d'audace. Les ravages de la guerre et les traumas de l'enfance auraient pu se mêler pour étoffer tous ces personnages visiblement dérangés, mais bien trop corsetés par Nick Murphy, qui ne laisse jamais la folie l'emporter vraiment. À trop vouloir cacher, on ne montre rien.

Quand au twist sur lequel repose tout le film, ceux qui ont tout compris du Sixième sens de M. Night Shyamalan en trois secondes en seront pour leurs frais. Pas mal, mais pouvait sans doute mieux faire.
Carina Ramon - Publié le 17/05/12
Liste des bonus
- Scènes coupées présentées par le réalisateur (écrit) (27')


Commentaire
Franchement passable.
Note bonus : 1/6
Image
Une esthétique typée aux couleurs désaturées à l'extrême, qui penche carrément parfois vers le sépia version grisée. Quelques jeux d'ombres, des décors imposants et inquiétants, voilà pour l'atmosphère censée provoquer sinon l'effroi, l'inquiétude. En résulte parfois un certain lissage, particulièrement visible sur les visages. Ce qui n'enlève rien à la définition et au piqué.
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
Une jolie petite bande‑son dotée de peu d'effets qui privilégie la spatialisation de ses ambiances et des bruitages fantomatiques. Le vaste espace de gigantesque demeure est bien rendu, avec ses vides, ses petits détails hypnotiques et échos angoissants. Beaucoup de naturel en VO comme en VF.
Top son : aucun
Note son : 4/6


PLANNING
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Eva Green - Camelot, la légende du roi Arthur saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/127/photo_0547183008.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/143/photo_0727170802.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/170/photo_1215120005.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/166/photo_0804204009.jpg
eva-green
eric-rochant
anthony-hopkins
sarah-jessica-parker
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser