American Horror Story saison 1

Année : 2012
Créateur : Ryan Murphy
Interprètes : Jessica Lange, Dylan McDermott, Connie Britton, Denis O’Hare, Evan Peters, Taissa Farmiga
Éditeur : Fox
DVD : 5 DVD-9, 12 x 60', zone 2
Genre : fantastique, couleurs
Interdiction : - de 16 ans
Sortie : 24/10/12
Prix ind. : 39,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
SD 576i (Mpeg2)
16/9 compatible 4/3
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Anglais Dolby Digital 5.1
Espagnol Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français, anglais, espagnol, néerlandais
L’histoire, ultra‑classique, met en scène la famille Harmon, soit un père psychiatre pervers (Dylan Britton, The Practice), une mère meurtrie (Connie Britton, Friday Night Lights) et une ado satanique (Taissa Farmiga, la sœur de Vera). Une famille presque normale qui va tenter de se reconstruire après une histoire de tromperie. Les Harmon s’installent ainsi à Los Angeles, dans un manoir… hanté.

Depuis peu, le mix horreur/série télé a la cote auprès de la télévision américaine et britannique. Après Dead Set (TPS Star), The Walking Dead, Bedlam (inédite en France), The River (inédite en France), Harper’s Island et Death Valley (MTV), voici American Horror Story de Ryan Murphy, le créateur sulfureux de Nip/Tuck et de Glee.

Cette série, sans doute la plus emblématique du genre, permet à son auteur de marier ses deux principales sources d’inspiration : les ados (Glee) et les déviances humaines (Nip/Tuck). Le tout est un « saignant » hommage à pratiquement cent ans de films d’horreur, du Cabinet du Dr Caligari en passant par Le portrait de Dorian Gray, Psychose, La maison du Diable, L’exorciste, Massacre à la tronçonneuse, Shining ou plus récemment Halloween, Les griffes de la nuit, L’antre de la folie et Paranormal Activity. Chacun des douze épisodes de la première saison faisant systématiquement référence à un ou plusieurs classiques du genre.

Dès le générique (dont le style et la musique rappellent furieusement celui du film Seven de David Fincher), l’atmosphère est pesante, voire délicieusement angoissante. Au rythme du son strident des violons, de centaines de litres d’hémoglobine et de rebondissements en pagaille, Ryan Murphy se vautre dans la provocation assumée et tente toutes les cinq minutes de faire sursauter son audience. Si les ficelles sont parfois grosses, il faut bien avouer que le procédé est souvent efficace. En toile de fond, l'exploitation des peurs les plus profondes d’une certaine Amérique puritaine.

Il malmène ainsi l’unité de la famille avec un adultère qui va hanter le mari comme le plus effrayant des fantômes. Il joue sur la paranoïa d’un peuple qui a toujours pensé que son territoire était inviolable jusqu’au 11 septembre 2001, en symbolisant la menace intérieure par le cœur de la maison hantée. Et crise économique oblige, la victime n’est plus issue d’une communauté particulière, mais une famille de classe moyenne blanche.

Bref, comme son nom l’indique, sous couvert de faire du sang et de la référence, American Horror Story parle de l’Amérique et de ses peurs les plus viscérales. Il faut croire que le message est bien passé aux USA, puisque quand la série débarqua sur la chaîne câblée FX, elle captiva plus de 3 millions de téléspectateurs et permit à Jessica Lange (Le facteur sonne toujours deux fois) de décrocher un Golden Globe en 2012 pour un second rôle. La série a été reconduite pour une seconde saison.
Cédric Melon - Publié le 22/11/12
Liste des bonus
- Commentaire audio du pilote par Ryan Murphy (60')
- Making of (24')
- La maison de l'horreur présentée dans le « Eternal Darkness Tours » à Hollywood (6')
- Retour sur la scène d'ouverture (9')
- Rencontrez les fantômes de la maison (15')
- Rencontre avec les comédiens et le créateur de la série (70')


Commentaire
Si cette interactivité est avant tout promotionnelle, donc convenue, et souvent énervante, trois modules sortent néanmoins du lot et valent largement le détour.

Le making of d'abord, qui décrypte de façon rigoureuse et précise le générique et d’autres aspects de la série. L’entretien avec tous les protagonistes de la série ensuite, contenant quelques perles. Enfin, le commentaire audio de Ryan Murphy, le créateur de la série. Passionnant, précis et didactique, il est sous-titré en français et constitue à lui seul le plus grand intérêt de cette interactivité : incontournable.
Note bonus : 5/6
Image
Un rendu argentique splendide. Les couleurs sont denses, la palette colorimétrique impressionnante et le travail du chef‑opérateur régulièrement mis en valeur. Quant aux plans nocturnes granuleux comme on les aime, ils offrent une profondeur des noirs savamment appuyée. Sans oublier le niveau de détail très appréciable.
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
Trois pistes sonores équivalentes. Puissantes et précises, elles offrent un bon environnement et une chouette aération, en maintenant toujours clarté des dialogues, dynamique de la BO et répartition entre les enceintes. La gestion des graves n’est pas en reste, le caisson étant régulièrement sollicité, et à bon escient.
Top son : aucun
Note son : 5/6



Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
05/08/20 Trauma Center
05/08/20 Radioactive
19/08/20 Invisible Man
19/08/20 Dark Waters
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Lars Lundström - Real Humans saison 2
https://www.avcesar.com/source/interview/151/photo_0557184527.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/149/photo_0450174503.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/155/photo_1119161630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/153/photo_1156104630.jpg
lars-lundstrom
sophie-turner
tatiana-maslany
tara-reid
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011