Captive

Année : 2012
Réalisateur : Brillante Mendoza
Interprètes : Isabelle Huppert, Katherine Mulville, Marc Zanetta, Rustica Carpio, Timothy Mabalot, Raymond Bagatsing
Éditeur : M6 Vidéo
DVD : DVD-9, 117, zone 2
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 06/03/13
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
SD 576i (Mpeg2)
16/9 compatible 4/3
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
International Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français
Amazon
17,99 €
Humanitaire pour une ONG sur l'île de Palawan aux Philippines, la Française Thérèse Bourgoine (Isabelle Huppert) est kidnappée avec une vingtaine d'autres personnes, principalement des touristes étrangers, par des terroristes musulmans du mouvement Abu Sayyaf, réclamant l'indépendance de l'île de Mindanao. Les voilà embarqués dans une jungle aussi belle que hostile pour un long périple…

Étrange impression à la vision de Captive, avant‑dernier film du Philippin Brillante Mendoza (son prochain, Thy Womb, doit sortir bientôt), qui avait marqué les esprits avec le radical Kinatay en 2009 et ému avec Lola la même année. Comme une sensation de déséquilibre, comme si le réalisateur avait cherché sa cible pendant près de deux heures, sans parvenir à se stabiliser.

Déjà, il y a ce titre, Captive, et cette actrice, Huppert, visage célèbre parmi un groupe d'acteurs inconnus. En la choisissant pour incarner la captive du titre, en la suivant dès le plan d'ouverture du film ‑qui ne perd pas une minute pour entrer dans le vif du sujet‑, Mendoza en fait son point de vue de cinéaste. Et qu'importe que celle‑ci tente de se fondre dans la masse, le metteur en scène, lui, la met en exergue, lui confère une place à part et, du même coup, délaisse les autres otages. Ceux‑ci ne sont alors le plus souvent que des silhouettes, des figures formant un groupe et non des êtres uniques se distinguant par leur personnalité, leurs émotions (même si leur sort suscite évidemment l'empathie).

Ce choix narratif déroute d'autant plus que Mendoza a opté pour un traitement sec de son sujet, un style documentaire afin de représenter au mieux le réel (le film est inspiré de plusieurs faits divers, notamment les enlèvements de 2001 à l'hôtel Dos Palmas sur l'île de Palawan). Son objectif semble clair : décortiquer les mécanismes et les rapports de force d'une prise d'otages de manière clinique, montrer en quoi les victimes sont réduites à l'état de pions que les preneurs d'otages font avancer à leur guise pour faire monter les enchères, comme durant cette scène où les médias sont autorisés par les bourreaux à venir filmer les captifs, vidéos qui, diffusées en Occident, serviront la cause des rebelles sanguinaires. Mettre en avant une des victimes ‑l'humaniser, donc‑ revient à renier le dispositif cinématographique mis en place, à faire d'elle une reine parmi les pions (un rapport de force qui dépasse le cadre de la fiction au vu de la place qu'occupe l'adulée Huppert au sein du 7e Art).

C'est d'ailleurs son personnage qui se montrera courageux (de religion catholique, elle lutte pour imposer sa volonté malgré le danger), compréhensif (elle essaie de prendre sous son aile un tout jeune terroriste), aimant (quand une jeune femme tombe enceinte d'un de ses geôliers). Sans pour autant l'ériger en héroïne, Mendoza la montre comme un être différent, la seule à pouvoir « voir » le Sarimanok, flamboyant oiseau mythologique.

Une séquence en images de synthèse qui illustre à elle seule l'ambivalence de Captive. Ponctué d'apparitions extraordinaires (les dauphins lors de la scène sur le bateau) ou menaçantes (les scorpions, les araignées géantes, les sangsues s'infiltrant sous les vêtements, la nuée de frelons, les fourmis envahissantes…), le film se fait survival quasi mystique au cœur d'une jungle à la faune inhospitalière. Mais Mendoza hésite, oscille entre réalisme âpre et beauté allégorique, entre sécheresse et lyrisme. Sans jamais lâcher les chevaux.
Laurence Mijoin - Publié le 29/03/13
Liste des bonus
- Aucun


Commentaire
Un making of n'aurait pas été superflu pour se rendre compte de la difficulté d'un tel tournage.
Note bonus : 0/6
Image
Une édition correcte, mais qui fourmille à certains passages, comme lors de la belle prise de vue aérienne qui plonge dans la canopée et s'arrête sur le sol de la jungle. Si les gros plans sont bien définis (les grosses araignées notamment), on perd un peu en qualité sur les arrière‑plans et lors des scènes plus sombres. Quant aux contrastes, ils auraient pu être plus soutenus, mais participent au réalisme du film, au style documentaire pris sur le vif.
Top image : aucun
Note image : 3/6
Son
La VO propose un bon confort d'écoute, avec une piste Dolby Digital 5.1 ample et bien spatialisée, qui dispense avec naturel les bruits d'ambiance sur les canaux arrière (pluie, tonnerre, détonations…). La VF manque quant à elle cruellement de naturel, qu'il s'agisse du doublage, au jeu souvent artificiel, ou de la spatialisation des voix, très en avant et trop fortes par rapport à la version originale. Les effets sur les enceintes arrière sont en revanche équivalents. Il serait dommage de se priver des différences de langues parlées dans le film, par les kidnappeurs et par leurs victimes.
Top son : aucun
Note son : 4/6


999€ 1490€
il y a 4 jours
20€ 69€
il y a 1 mois
121€ 249€
il y a 1 mois
PLANNING
22/09/21 Madame Bovary
22/09/21 Betty
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Bryan Cranston - Breaking Bad
https://www.avcesar.com/source/interview/147/photo_0157140523.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/134/photo_1022184229.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/140/photo_0412164405.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/149/photo_0450174503.jpg
bryan-cranston
jesse-tyler-ferguson
florent-siri
sophie-turner
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Vous avez choisi de refuser les cookies du site
Accepter les cookies
En refusant le dépôt de cookies lors de votre navigation sur notre site, vous réduisez sensiblement la part de revenus complémentaires liés à la publicité utiles à la rémunération de l’équipe de journalistes d’AVCesar.com. En effet, AVCesar.com et ses partenaires peuvent, indépendamment ou conjointement, déposer lors de votre passage sur ce site des cookies et technologies similaires. Pour plus d’informations, consulter notre politique de confidentialité (NDFL : ça débouche sur quoi ?)

À l’exception de ceux nécessaires au fonctionnement du site ainsi que, sous certaines conditions, à la mesure d’audience, les cookies et technologies similaires ne peuvent être déposés qu’avec votre consentement (modifiable à tout moment en accédant à notre outil de paramétrage des cookies).

Que se passe-t-il si je refuse ?

Si vous refusez les cookies publicitaires, vous pourrez accéder au site. Mais le refus de certains cookies est susceptible de dégrader des fonctionnalités du site (exemple : lecture des vidéos). AVCesar.com pourrait aussi afficher lors de votre navigation un bandeau pour solliciter de nouveau votre consentement.
Accepter
Refuser