Cutter's Way (la blessure)

Année : 1983
Réalisateur : Ivan Passer
Interprètes : Jeff Bridges, John Heard, Lisa Eichhorn, Stephen Elliott
Éditeur : Sidonis
DVD : DVD-9, 104', zone 2
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 03/02/15
Prix ind. : 24,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
SD 576i (Mpeg2)
16/9 compatible 4/3
Bande-son
Français Dolby Digital 2.0
Anglais Dolby Digital 2.0
Sous-titres
Français imposé sur la VO
Amazon
24,99 €
Ivan Passer n’a pas connu le même destin que son ami et compatriote Milos Forman pour lequel il coécrivit, au milieu des années 1960, à Prague, Les amours d’une blonde et Au feu les pompiers. Pourtant, comme lui, il s’exile à Hollywood et réalise, pendant l’âge d’or des Seventies, une poignée de films remarquables, dont Born to Win en 1971 et, dix ans plus tard, ce Cutter’s Way, chant du cygne magnifique et faux thriller mélancolique qui, un an après l’élection de Ronald Reagan, ne trouva pas son public.

C’est une Amérique au fond du trou que dépeint Passer dans Cutter’s Way. Une Amérique déconnectée, arc‑boutée sur des clichés d’Histoire (la formidable séquence générique aux tons délavés) et hantée par le spectre du Vietnam dont le personnage principal, Cutter, est revenu, mais en morceaux : une jambe abîmée, un bras et un œil en moins, Cutter (formidable John Heard qui fut préféré, et c’est tant mieux, à Richard Dreyfuss) cuve sa rage dans l’alcool et les provocations à l’égard des autres et de sa femme, Mo, qui reste là, par dépit et en souvenir de celui qu’il fut avant.

En face de lui, Bone, son double inversé (Jeff Bridges), vendeur de bateaux et beau gosse qui le maintient à flot mais avance plombé par la culpabilité de ne pas être allé au front. Un soir, Bone manque de se faire écraser par une voiture dans une ruelle crasseuse de Santa Barbara. Le lendemain, la police se rend à son domicile et lui apprend qu’il fut l’unique témoin d’un meurtre, une jeune fille assassinée sous ses yeux et son cadavre jeté dans une poubelle. Mais lui n’a rien vu, juste une silhouette masculine qui pourrait être n’importe qui. Lors d’une fête locale, Bone croit pourtant reconnaître le coupable, un certain Cord, magnat du pétrole et de la ville, qui défile impavide en queue de procession. Il n’en faut pas plus à Cutter pour enfourcher le cheval d’une croisade rédemptrice ‑punir Cord de ses actes‑ dont lui seul, ou presque, est convaincu de sa vertu thaumaturgique. Cousin évident du Kowalski de Vanishing Point, autre vétéran dépressif en quête éperdue d’une cause à embrasser, Cutter saisit au vol l’occasion que lui offre son compagnon et embarque ce petit trio de déclassés dans une aventure aussi fragile que désespérée.

La puissance secrète de Cutter’s Way ‑au‑delà d’être l’un des derniers plus beaux films américains des années 1970‑ réside dans la finesse avec laquelle Passer mène sa barque, toute en digressions et détails inattendus : à la fois thriller pessimiste, film « de privé » à la Altman et chronique sociale autour de marginaux qui, à l’aube des Eighties triomphantes, n’ont plus leur place, Cutter’s Way joue avec la fiction paranoïaque façon Pakula ou Coppola mais s’en tient constamment à distance, la rend même indécidable, et donc plus subtile : ici, rien ne nous garantit que le grand Manitou Cord est bien l’auteur du crime dont le charge Cutter, et à regarder de plus près, Passer dresse moins le portrait d’un système politique avec complots et manipulations d’usage, que celui d’une génération perdue disponible à toutes les illusions pour retrouver des héros désirables et des icônes légitimes.

Une merveille qu’il est grand temps de sortir des catacombes de l’histoire du cinéma.
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 22/04/15
Liste des bonus
- Interview exclusive de Ivan Passer par Samuel Blumenfeld (36')
- Présentation du film par Bertrand Tavernier (25')
- Bandes-annonces et photos


Commentaire
Des suppléments de tout premier choix : d'un côté l'aventure chaotique du film depuis ses débuts par Ivan Passer lui‑même (et ça commençait mal quand un des bergers allemands de Jeff Bridges, imposé par la production au réalisateur afin de surfer sur le succès espéré mais bien vite douché de La porte du Paradis de Michael Cimino, croqua la joue du tout jeune producteur Paul Gurian…), de l'autre, le récit d'un film méconnu et pourtant marquant de l'histoire du cinéma par Tavernier. Essentiel.
Note bonus : 5/6
Image
Le film est présenté dans une version restaurée inédite en DVD, et malgré quelques légers défauts toujours visibles (griffures et autres artéfacts noirs), le charme opère. Le charme infini de l'argentique bien sûr, mais aussi ces couleurs typiques des Seventies, délavées et organiques. Alors oui, les noirs sont plutôt bouchés et la profondeur de champ pas toujours optimale, mais franchement, ce chef‑d'œuvre se présente à vous aujourd'hui sous son meilleur jour.
Top image : aucun
Note image : 4/6
Son
Deux pistes Dolby Digital 2.0 qui n'ont rien à voir l'un avec l'autre. Et autant oublier tout de suite la version française, beaucoup moins cohérente avec ses bruitages en surimpression de la bande-son et ses dialogues presque « décollés » du film. La VO se montre plus naturelle, fluide, équilibrée et finalement plutôt jeunette pour son âge.
Top son : aucun
Note son : 3/6



PLANNING
27/10/21 Pandora
27/10/21 Le cheick
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Matt Dillon - Wayward Pines
https://www.avcesar.com/source/interview/160/photo_1145102402.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/146/photo_0103184406.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/173/photo_1036183401.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/144/photo_0912120302.jpg
matt-dillon
tom-selleck
michael-c-hall
melissa-george
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser