A Girl at my Door

Dohee-ya
Année : 2014
Réalisateur : July Jung
Interprètes : Doona Bae, Sae-ron Kim, Sae-byeok Song, Hie-jin Jang, Min-jae Kim, Seong-kun Mun
Éditeur : Épicentre Films
DVD : DVD-9, 114', zone 2
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 05/05/15
Prix ind. : 22,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
SD 576i (Mpeg2)
16/9
Bande-son
Coréen Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français, anglais
Amazon
22 €
Corée du Sud. Fraîchement débarquée dans un petit village de pêcheurs, Young-nam (Doona Bae), jeune commissaire, est à la tête d’une unité exclusivement masculine. Dès son arrivée, elle croise Dohee (Sae-ron Kim), une jeune adolescente au comportement singulier. Une nuit, celle-ci se réfugie chez Young-nam, recouverte de blessures…

Ancienne élève de l’École nationale des beaux‑arts coréenne, July Jung débute avec l’appui de Lee Chang‑dong (Poetry, Secret Sunshine), producteur du film, qui était aussi son professeur. Dans le monde rural qu’elle approche, limité par ses préjugés et ses non‑dits, Young-nam tente de sortir une enfant d’un foyer particulièrement violent. Père et grand‑mère, repus d’alcool, la battent sans vergogne, les policiers sont au courant mais préfèrent fermer les yeux, après tout, la brute avinée fournit du travail aux locaux… comme aux clandestins.

On l’aura compris, A Girl at my Door frappe à toutes les portes de l’abjection. Battue jusqu’au sang ou stigmatisée (on apprend plus tard la raison discutable de la mutation de la commissaire), la Femme y est constamment malmenée. De toute évidence, Young-nam et Dohee se sont bien trouvées, deux solitudes arborant les mêmes coupes de chevaux, une fois le degré de gémellité atteint à travers ce récit déroutant.

Toutefois, la talentueuse réalisatrice veille à ce que la fillette brimée ne se pose jamais en victime, le twist final la poussant même à se servir de son innocence bousillée contre la brutalité du monde. Le visage caché derrière sa chevelure de jais, à l’instar de ces Ju-Rei malveillants dans le cinéma japonais, Dohee devient presque angoissante sur le seuil de l’appartement de sa bienfaitrice. « Elle me fait penser à un petit monstre », confie un policier à Young-nam, une sorte d’inquiétante étrangeté pointe finalement dans l’ombre du drame.
Carole Lépinay - Publié le 30/03/16
Liste des bonus
- Entretiens et avant‑première (22')
- Court métrage de July Jung A Dog in my Flashlight (19')
- Analyse critique par Ava Cahen (6')
- Bio/Filmographies
- Bande-annonce


Commentaire
Une brève analyse du film quoique pertinente, des entretiens enrichissants, un court métrage prometteur, juste ce qu'il faut pour appréhender l'univers composite de July Jung, nouvelle pointure Coréenne.
Note bonus : 3/6
Image
L'image a souvent la bougeotte (les tournages caméra à l'épaule, ça finit par être usant) mais reste hyper‑lumineuse et affiche une définition très convaincante. C'est bien tout ce qui compte.
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
Une fois de plus, la dynamique frontale est redoutable et permet à la musique et aux chansons de briller. Quant aux ambiances, sans être très présentes, elles tapissent discrètement les canaux arrière.
Top son : aucun
Note son : 4/6



PLANNING
BLU 26/05/19 Paradise Beach
DVD 29/05/19 Yao
BLU 29/05/19 Yao
DVD 29/05/19 The Hate U Give
BLU 29/05/19 The Hate U Give
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Nic Pizzolatto - True Detective saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/152/photo_0641125609.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/129/photo_0549180108.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/142/photo_0656162718.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/155/photo_1119161630.jpg
nic-pizzolatto
martin-scorsese
melissa-bernstein
tatiana-maslany
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011