Taj Mahal

Année : 2015
Réalisateur : Nicolas Saada
Interprètes : Stacy Martin, Louis-Do de Lencquesaing, Gina McKee, Alba Rohrwacher, Fred Epaud, Praveena Vivekananthan
Éditeur : Bac Films
DVD : DVD-9, 87', zone 2
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 05/04/16
Prix ind. : 19,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
SD 576i (Mpeg2)
16/9 compatible 4/3
Bande-son
Français/Anglais Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français (sur les passages en anglais)
Amazon
19,99 €
Ces derniers temps, les récits des rescapés des attentats, et singulièrement ceux du Bataclan, ont saturé l’espace médiatique, tandis qu’une poignée de vidéos amateur montrant l’extérieur de la salle de concert, toujours les mêmes, tournaient en boucle sur les chaînes d'info et les réseaux sociaux. Mais de la même façon qu’il a fallu attendre mars 2002 et le film des frères Naudet pour voir, enfin, le contrechamp intérieur de la chute des tours de New York, Taj Mahal se situe intégralement du côté des victimes, d’une victime, Louise (Stacey Martin, la jeune Charlotte Gainsbourg dans Nymphomaniac), en vacances avec ses parents à Bombay et qui, au moment de l’attaque de son hôtel par un groupe de terroristes, se réfugie dans sa chambre et tente d’y survivre.

À partir du témoignage d’une rescapée de l’attentat de Bombay en 2008, Nicolas Saada, dont c’est le deuxième long métrage, a fabriqué l’image manquante de la terreur aveugle et moderne, une offrande salutaire faite aux victimes dont le point de vue fait toujours défaut, en même temps qu’un antidote à ces images d’actualité qui, à leur corps défendant, adoptent plutôt la position du spectacle et des agresseurs (l’extérieur, la panique, la précipitation, les cadavres). Ici, les assassins sont réduits à des silhouettes, des sons, des bruissements, une fumée menaçante, soit une entité abstraite digne d’un brouillard carpenterien qui hante les couloirs de l’hôtel.

La première partie du film se cale sur le pas presque lunaire de Louise et sa manière d’être dans le monde sans y appartenir vraiment, de flotter au‑dessus de lui, de le tenir à distance. Entre son appareil photo et ses fétiches protecteurs (la vision d’Hiroshima mon amour sur un écran de télé, la lecture de Foucault), Louise est une figure de l’innocence, de la légèreté, qui en une nuit et au terme d’un huis clos éprouvant, troque l’insouciance de Peter Pan pour la mélancolie du survivant.

Grâce à une mise en scène précise et inspirée, Taj Mahal montre combien l’ampleur d’une action, la tension dramatique d’une séquence, ne se mesure pas forcément à la quantité d’explosions ou à l’immensité des espaces à parcourir. Lorsque le hors‑champ létal d’une chambre d’hôtel menace à tout moment de faire irruption dans le plan, passer d’une porte à une fenêtre, pourtant toute proche, se glisser simplement sous son lit, ou bien atteindre une batterie de téléphone située à quelques mètres, devient une aventure en soi. Tout est question de perception et donc d’échelle et, sur un registre totalement différent, on pense à L’homme qui rétrécit de Jack Arnold et la façon dont un événement exceptionnel recalait soudainement le monde d’un homme sans qualités à un niveau insolite de proportions et de visions. On se souvient aussi comment, dans Word Trade Center, Oliver Stone avait choisi d’adopter en partie le point de vue d’un policier coincé dans les décombres des tours et comment son univers, soudainement, rapetissait.

La dernière séquence du film, celle du retour à Paris, au calme, à la vie ordinaire et à ses terrasses d’avant le mois de novembre, pourrait, à tort, sembler superflue. Mais il n’en est rien. L’effet de symétrie avec l’ouverture du film fonctionne comme une rime nécessaire et détient peut‑être le secret du projet de Saada. De loin, tout ressemble, la déambulation, la sérénité apparente, le désaccord subtil de la jeune femme à son milieu, mais au fond, tout dissemble. Car entre les deux, Louise a vécu l’horreur, l’angoisse, elle a éprouvé le poids inestimable de la survie et, telle l’Alice de Carroll, a côtoyé l’envers mortifère de son siècle.

De retour chez elle, la jeune femme n’est plus la même. Elle a profondément vieilli. Sa ville, son home sweet home, ressemblent désormais à une terre vaguement étrangère. C’est elle qui a changé, son innocence s’est évaporée en Inde, et la voici debout, forte et affaiblie par cette expérience hors-normes, un précipité de réel qu’elle devra apprivoiser, à défaut d’en faire le deuil.
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 09/06/16
Liste des bonus
- Commentaire audio de Nicolas Saada
- Court métrage Aujourd’hui réalisé en 2012 pour Arte autour du thème de la fin du monde, avec Bérénice Bejo et Frederick Wiseman (8')
- Rencontre avec Nicolas Saada (28')
- Discussion sur la musique du film avec Nicolas Saada et Nicolas Godin (Air) (17')
- Entretien avec Stacy Martin (7')
- Effets spéciaux (3')
- Bande-annonce


Commentaire
Bac Films n'a pas lésiné sur les bonus pour ce film qui le mérite amplement. Des origines du film aux raisons qui ont poussé la jeune comédienne Stacy Martin à accepter ce rôle (elle revient aussi sur sa rencontre avec la vraie Louise), en passant par un très efficace montage dévoilant l'intrusion délicate des effets spéciaux dans l'image (notamment des extensions numériques), on n'en perd pas une miette. Le commentaire audio de Nicolas Saada est un exemple du genre, racontant le tournage de son film comme à des amis. Enfin, Nicolas Godin (la moitié du groupe Air, qui avait déjà composé la BO de Virgin Suicides), revient sur son approche musicale des films sur lesquels il travaille.
Note bonus : 5/6
Image
Avec son ambiance naturaliste, son tournage parfois sauvage à Bombay et ses tonalités éteintes, Taj Mahal brille par son caractère minimaliste et intimiste. Rien à redire techniquement (les effets spéciaux sont parfaitement intégrés, notamment sur les scènes tournées en studio à Paris) et les nombreuses scènes de nuit ne posent pas de souci particulier, même si la HD fait clairement défaut sur ce genre de séquence.
Top image : aucun
Note image : 4/6
Son
Une histoire intime portée par la musique éthérée de Nicolas Godin du groupe Air. Le 5.1 nous enveloppe lentement, subtilement, pour nous surprendre un peu lors des attentats. Les graves n'ont pas été privilégiés. Surtout pas de sensationnel.
Top son : aucun
Note son : 4/6



77€ 110€
il y a 4 jours
19€ 119€
il y a 7 jours
2999€ 4999€
il y a 7 jours
1999€ 2999€
il y a 7 jours
PLANNING
21/04/21 Les bas-fonds
21/04/21 Figaro
28/04/21 Hiroshima
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Joel Schumacher - Phone Game
https://www.avcesar.com/source/interview/131/photo_0525105410.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/147/photo_0157140523.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/126/photo_0549181508.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/173/photo_1036183401.jpg
joel-schumacher
bryan-cranston
lucy-lawless
michael-c-hall
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011