Sons of Anarchy saison 7

Année : 2014
Créateur : Kurt Sutter
Interprètes : Charlie Hunnam, Katey Sagal, Maggie Siff, Kim Coates, Theo Rossi
Éditeur : Fox
DVD : 5 DVD-9, 13 x 42', zone 2
Genre : bikers, couleurs
Interdiction : - de 16 ans
Sortie : 01/07/16
Prix ind. : 39,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Anglais Dolby Digital 5.1
Français Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français (québécois), anglais, néerlandais
Amazon
27,98 €
Pour cette ultime fournée de treize épisodes, Kurt Sutter, son auteur, a placé la barre très (très) haut et termine en beauté une série déjà culte.

Imaginée en 2009 par Kurt Sutter, ex‑scénariste de la série culte The Shield, Sons of Anarchy (« Fils de l’anarchie ») met en scène un groupe de motards qui tentent de protéger la petite ville de Charming, Californie, tout en faisant prospérer leurs activités peu amènes. Face à eux, des dealers notoires, des trafiquants d'armes et des entrepreneurs locaux véreux. Dans ce contexte particulièrement critique et tendu, Jax Teller (Charlie Hunnam) est tiraillé entre la fidélité indéfectible qu’il porte à sa fraternité (et à sa mère, la matriarche du groupe) et son appréhension légitime de voir les membres du club trop souvent dépasser les limites.

Depuis, les personnages et les situations ont évolué, de nombreux protagonistes importants de la série sont morts et tous les autres sont en sursis. Dès les premières minutes du premier épisode de cette ultime saison, tous les ingrédients sont réunis pour emmener les personnages vers leur destin forcément tragique. À peine sorti de prison, dix jours après l'assassinat de sa femme, Jax ne rêve que de vengeance et entraîne le club dans sa croisade personnelle.

L'occasion de retrouver tout ce qui fait le succès de la série, à savoir un traitement réaliste de la violence (certaines séquences sont d’une rare cruauté et à réserver à un public adulte), un sens remarquable de la tragédie offrant des situations shakespeariennes dantesques, et une bande originale parfaitement choisie et orchestrée. À citer en exemple, le morceau choisi par Kurt Sutter pour illustrer le début du dernier épisode de la série,  Adam Raised a Cain de Bruce Springsteen (tiré de l’album Darkness on the Edge of Town). Kurt Sutter fait ainsi résonner jusqu’à la dernière note le parcours de Jax, le héros de Sons of Anarchy.

Il ne reste plus qu’à savourer la participation de Michael Chiklis (interprète de Vic Mackey dans The Shield), dernier comédien de la série en question qui n’avait pas encore fait une apparition dans celle de son ami Kurt Sutter, pour que le spectacle soit complet. Le résultat est à l’image du final de The Shield, Breaking Bad ou Six Feet Under, réussi et à la hauteur de nos attentes.
Cédric Melon - Publié le 27/10/16
Liste des bonus
- Scènes inédites (6')
- Bêtisier (3')
- Carpe Diem, l'ultime saison (69')
- Guest stars de la saison 7 (7')
- L'histoire des tatouages, et notamment celle des corbeaux arborés par les filles de la série (18')


Commentaire
On termine en beauté avec des bonus fort sympathiques qui prennent le temps de revenir sur des points précis de la série. Avant cela, le petit making of fait gentiment retomber la pression pour mieux nous emmener vers le module le plus copieux de tous, soit la série racontée par toute l'équipe, des producteurs de la Fox à son auteur en passant par tous les comédiens. On ne manquera pas non plus l'explication des fameux tatouages de la série par les comédiens eux‑mêmes (de quoi mieux comprendre l'ultime image de la série), tout comme le petit module sur les guests de cette saison : Marilyn Manson, Courtney Love, Walton Goggins et Michael Chiklis.
Note bonus : 4/6
Image
L'ambiance dépouillée de la série est de retour : des bikers, des trognes pas possibles, de l'asphalte et des entrepôts sordides. Et c'est très chouette. Des DVD plutôt corrects côté précision et gestion des contrastes. Pour le piqué et le profondeur, on vraiment regrette la HD.
Top image : aucun
Note image : 4/6
Son
Ce n'est pas du Blu-Ray et cela se sent. Tout est plus plat, moins dynamique. Cela dit, la série cultivant son côté brut, on ne peut pas dire ce que soit très gênant. Un dépouillement sonore qui donne encore plus de force aux titres choisis avec soin par Kurt Sutter. Des fulgurances chavirantes.
Top son : aucun
Note son : 4/6



PLANNING
BLU 23/04/19 Guillaume Tell
BLU 24/04/19 West 11
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Victor Matsuda - Vice-président Blu-Ray Group Sony et de la BDA (Blu-Ray Disc Association)
https://www.avcesar.com/source/interview/168/photo_0147193231.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/134/photo_1022184229.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/144/photo_0912120302.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/137/photo_0142105021.jpg
victor-matsuda
jesse-tyler-ferguson
melissa-george
ken-follett
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011