Ornette : Made in America

Année : 1985
Réalisateur : Shirley Clarke
Avec : Ornette Coleman, Denardo Coleman, William S. Burroughs
Éditeur : Blaq Out
DVD : DVD-9, 74', zone 2
Genre : documentaire, couleurs et N&B
Interdiction : tous publics
Sortie : 02/05/17
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
SD 576i (Mpeg2)
16/9 compatible 4/3
Bande-son
Anglais Dolby Digital 2.0 (mono doublé)
Sous-titres
Français
17,72 €
17,59 €
23,90 €

The Shape of Jazz to Come. La forme du jazz à venir. Il faudrait être fou ou vantard pour oser appeler ainsi son deuxième album. En 1959, Ornette Coleman l'a fait. Et, miracle, cette audacieuse promesse a été tenue. Brillant, prolifique, insatiable, le légendaire saxophoniste américain a offert au jazz quelques‑uns de ses albums les plus avant‑gardistes, les plus viscéraux et les plus fascinants de son histoire (parmi lesquels on compte également Free‑Jazz en 1961 ou encore Science Fiction en 1972). Une telle œuvre méritait bien un film à son image : abstraite, intime et déstructurée. C'est ce que nous propose Ornette : Made in America le long de ces intenses 75 minutes en patchwork flou.

 

Signé par Shirley Clarke, responsable des cultes The Cool World (1964) et Portrait of Jason (1967), ce film‑essai qui tend vers l'expérimental pur et dur s'attache donc à donner des couleurs et des formes au free‑jazz nerveux de Coleman, nous livrant en vrac des images collectées sur plusieurs époques par la réalisatrice, avec un seul objectif : saisir une attitude et une vision plutôt que de dérouler une banale frise chronologique sans panache. Mettre sur pellicule ce qu'est la musique d'Ornette Coleman plutôt que d'en faire la biographie.

 

C'est donc dans une sorte de confusion générale que nous transporte volontairement Ornette : Made in America, mêlant extraits d'un concert avec orchestre en 1983 dans sa ville natale pour interpréter son œuvre Skies of America (datant de 1972), archives plus ou moins dégradées (étonnantes répétitions avec son fils de 12 ans à la batterie en 1968), anecdotes absurdes et hilarantes racontées par l'artiste (dont sa volonté d'être castré quand il avait 30 ans !), plans abstraits et collages carrément épileptiques. Avec une outrance digne de l'année de sa sortie, 1985, le film de Shirley Clarke se permet d'envoyer au visage des spectateurs une multitude d'effets visuels criards au sein de longues séquences musicales complètement free, voire même carrément kitsch (le grand final avec Ornette Coleman dans l'espace est assez ahurissant...). De véritables attaques sensorielles à écouter très fort et les yeux écarquillés, écrins parfaits à une poignée de captations live puissantes.

 

Les néophytes de l'œuvre de Coleman risquent sûrement d'être absolument perdus face à Made in America : le contexte est balayé, la vision historique laissée au placard. Et pourtant, le principal est là. Vous n'apprendrez presque rien d'Ornette en regardant ce film, mais vous en saurez déjà bien assez pour partir à l'aventure. Quant à ses fans, ils y trouveront un moment déroutant en compagnie d'une légende absolue et immortelle.

Emilien Villeroy - Publié le 09/04/18
Liste des bonus
- Shirley Clarke dit tout, par Joyce Wexler‑Ballard (58')
- Coleman, Clarke, Make America Free Again, entretien avec Eric Thouvenel (20')
- Ornette, le temps retrouvé, dialogue entre Médéric Collignon et Yvan Robillard (25')


Commentaire

Comme toujours chez Blaq Out, le film est accompagné de suppléments inédits très fournis qui, ici, dépassent largement la durée originale du documentaire original. Tout d'abord, une très longue interview de Shirley Clarke dressant en profondeur un beau portrait de la réalisatrice et de sa carrière, malgré un procédé assez aride (un plan quasi‑fixe d'une heure !) rendant le temps un peu long. Ensuite, un entretien avec Eric Thouvenel qui vient analyser le documentaire afin d'établir des parallèles très pertinents entre le free‑jazz de Coleman et le cinéma de Clarke. Enfin, une belle et excitante discussion entre les musiciens Médéric Collignon et Yvan Robillard autour de la musique de Coleman et de son inspirante énergie.

Note bonus : 5/6
Image

Amateurs de gros grain, Ornette : Made in America est pour vous. Tourné sur deux décennies, le documentaire propose une image parfois particulièrement écornée et de mauvaise qualité, parfois doucereuse, parfois noircie. On s'y habitue cependant, en prenant le tout comme un document brut de son époque.

Top image : 41'50 (séquence onirique et abstraite sur fond de solo inspiré de Coleman)
Note image : 3/6
Son

Oui, vous avez bien lu plus haut : le film est en mono (doublé à droite et à gauche). On aurait rêvé entendre du Coleman au moins en 5.1 mais il faudra se contenter d'un son d'époque pas fameux et étriqué quoique tout à fait écoutable compte tenu de la forme du documentaire.

Top son : 18'15 (live absolument explosif de free-funk survolté avec solo de basse massif)
Note son : 2/6



PLANNING
DVD 15/12/18 The Charmer
DVD 17/12/18 Equalizer 2
BLU 17/12/18 Equalizer 2
BLUHD 17/12/18 Equalizer 2
INTERVIEWS
Bryan Cranston - Breaking Bad
https://www.avcesar.com/source/interview/147/photo_0157140523.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/132/photo_0731173018.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/126/photo_0549181508.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/150/photo_0520115613.jpg
bryan-cranston
lucas-belvaux
lucy-lawless
kevin-bacon
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011