Big Little Lies saison 2

Année : 2018
Réalisateur : David E. Kelley
Interprètes : Reese Witherspoon, Nicole Kidman, Shailene Woodley, Zoë Kravitz, Laura Dern, Meryl Streep
Éditeur : Warner
DVD : 2 DVD-9, 7 x 50', zone 2
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics (accord parental souhaitable)
Sortie : 10/01/20
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
SD 576i (Mpeg2)
16/9 compatible 4/3
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Anglais Dolby Digital 5.1
Espagnol Dolby Digital 5.1
Italien Dolby Digital 2.0
Sous-titres
Français/anglais/italien pour sourds et malentendants, espagnol
Amazon
19,99  €
Rakuten
17,26 €
Fnac
19,99 €

Thriller implacable, la première saison de Big Little Lies mettait en scène les jours précédant un crime survenu dans la riche communauté de Monterey, Californie. L’histoire s’inscrivait dans le sillage de trois femmes en apparence bien sous tous rapports, incarnées par Reese Witherspoon, Nicole Kidman et Shailene Woodley, mais en réalité liées par des secrets inavouables qui conduiront au meurtre de Perry (effrayant Alexander Skarsgard), époux tortionnaire de Céleste (Kidman). La série se terminait par une séquence apaisante montrant ses héroïnes enfin libérées du poids des mensonges. Un repos de courte durée puisque dans cette seconde saison, Mary Louise (incarnée par la terrifiante Meryl Streep), la mère de Perry, débarque dans la vie de Céleste et de ses petits‑enfants, bien décidée à élucider et venger ce crime que la police n’a pas encore résolu.


Toujours aussi sensible, éthérée et à bien des moments émotionnelle, drôle aussi (les joutes verbales de Reneta avec son mari responsable de sa ruine valent le détour), cette nouvelle saison est surtout marquée par l'arrivée de Meryl Streep au casting. Seule face à cinq autres héroïnes d'envergure, elle tient évidemment la distance et fait montre de sa présence indéniable dans un rôle ambigu. 

 

Bien sûr, l'effet de surprise et le côté thriller de la première saison ne fonctionnent plus mais cette suite, post‑traumatique à bien des égards, demeure aussi intéressante à suivre, cherchant à sonder plus en profondeur la psyché de femmes en pleine résilience, en quête de sérénité et d'harmonie avec elles‑mêmes, même si cela doit passer par d'intenses moments de douleur. Et si le Français Jean‑Marc Vallée cède la réalisation à Andrea Arnold, son style atmosphérique demeure, offrant un cadre mélancolique et propice à l'introspection.

Cédric Melon - Publié le 04/03/20
Liste des bonus
- La révélation des mensonges : conversation avec les acteurs (35')


Commentaire

Toutes les comédiennes (Reese Witherspoon et Nicole Kidman sont coproductrices de la série) reviennent sur l'esprit de groupe bien plus présent pendant ce tournage que lors du premier, et sur cette seconde saison post‑#MeToo. Un format un peu trop cadré et policé même si quelques anecdotes sont à grappiller, comme le vrai prénom de Meryl Streep, Mary Louise (comme dans la série).

Note bonus : 2/6
Image

Toujours aussi en phase avec les lieux, la nature, la mer omniprésente ‑élément ô combien symbolique‑ cette saison ne se départ pas du charme et de la mélancolie de la première avec ses plans contemplatifs et une caméra sans cesse en mouvement, comme suspendue dans les airs. Les tons bleus/gris l'emportent pour une belle image toutefois plombée par un DVD qui fait ce qu'il peut (c'est‑à‑dire pas grand‑chose) côté définition. Dommage.

Top image : aucun
Note image : 3/6
Son

Aucune faute de goût pour ce score tout en délicatesse, réunissant Diana Ross (It's my House), 
Sufjan Stevens (Mystery of Love), Portishead (The Rip), Elle King (Good Thing Gone), Cigarettes after Sex (Keep on Loving You), Massive Attack (Karmacoma), Patti Smith (Everybody Wants to Rule the World), Placebo (Running up that Hill), Roy Orbisson (It's Over) et bien sûr la chanson‑titre de Michael Kiwanuka en version acoustique, Cold Little Heart, qui colle si bien à la série. Pas de grosse ambiance à prévoir en Dolby Digital 5.1 mais suffisamment de clarté en toutes circonstances pour survrivre avec un simple DVD. Pour la dynamique en revanche… VO obligatoire pour le jeu original de toutes ces comédiennes impeccables.

Top son : aucun
Note son : 4/6



PLANNING
07/04/20 Gloria Mundi
07/04/20 Dolittle
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
François-Charles Bideaux - directeur de la production des chaînes sport, groupe Canal+
https://www.avcesar.com/source/interview/159/photo_0855101528.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/161/photo_1108160423.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/150/photo_0520115613.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/146/photo_0103184406.jpg
francois-charles-bideaux
priyanka-chopra
kevin-bacon
tom-selleck
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011