Le jeu de la dame

The Queen's Gambit
Année : 2020
Créateurs : Scott Frank, Allan Scott
Interprètes : Anya Taylor-Joy, Marielle Heller, Thomas Brodie‑Sangster
Éditeur : Netflix
VOD : 7 x 45'
Genre : drame, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 23/10/20
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 2 160p (HEVC)
HDR Dolby Vision
HDR10
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital Plus 5.1
Anglais Dolby Digital Plus 5.1
Allemand Dolby Digital Plus 5.1
Espagnol Dolby Digital Plus 5.1
Portugais Dolby Digital Plus 5.1
Sous-titres
Français, anglais, allemand, espagnol, arabe

Dans les années 50, suite au décès de sa mère dans un accident de la route et en l'absence de père légitime, Beth Harmon, 9 ans, est placée dans un orphelinat catholique du Kentucky. Seule lueur d'espoir au milieu d'un quotidien bien morne où les enfants sont sédatés, ses parties d'échecs endiablées avec le gardien des lieux, en cachette de tous.


Composée de sept épisodes, adaptation du roman éponyme de Walter Tevis paru en 1990 chez Albin Michel, la mini‑série The Queen’s Gambit (ou Le jeu de la dame en français) est une plongée en apnée dans le génial esprit borderline d’une jeune fille qui va trouver dans les échecs un moyen de ne pas sombrer dans la folie et la solitude, où chaque partie d’échecs a été conçue comme une véritable scène d’action accessible à tous (pas besoin d'être fin connaisseur pour les apprécier), prenant même parfois des allures surnaturelles quand Beth rejoue mentalement ses parties une fois seule dans sa chambre. Des combats où le hasard n’a aucune prise, centrés sur la mémoire, la connaissance, la stratégie et la discipline, des domaines où justement Beth excelle. Et c'est tout le talent de Scott Frank qui s'exprime à travers sa mise en scène, redoublant de trouvailles (les commentaires radiophoniques des parties par exemple, ou encore les incrustations vidéo) pour toujours plus de fascination et de glamour autour d'un jeu de stratégie a priori froid et mécanique.


Une fascination que l'on doit aussi largement à la prestation d'Anya Taylor‑Joy qui interprète Beth dans la série. L’actrice de 24 ans a été découverte dans Peaky Blinders et Split de M. Night Shyamalan. Visage impassible, gestuelle économe mais regard ultra‑expressif et chevelure flamboyante, elle compose une héroïne atypique et fascinante entourée de personnages secondaires eux aussi à la hauteur, notamment la mère adoptive de Beth dont le devenir est malheureusement un peu trop téléphoné à l'avance.

 

Dans le fond, la série illustre bien sûr le combat d'une femme dans un milieu exclusivement masculin à l'époque. Un discours féministe dosé à la perfection à qui il manque encore un petit supplément d’émotion pour faire de La dame du jeu une grande série. 

Cédric Melon - Publié le 10/11/20
Liste des bonus
- Bande-annonce


Commentaire

Des bonus traînent pourtant sur YouTube…

Note bonus : 0/6
Image

Après deux premiers épisodes un peu tristounes (les années orphelinat), la série déploie enfin ses atouts charme avec son enchaînement de parties d'échecs endiablées et cathartiques. La reconstitution des années 60 apporte un charme vintage supplémentaire à l'ensemble. On apprécie la créativité autour d'un sujet (les échecs) plutôt sobre et l'apport du HDR Dolby Vision. Loin d'être clinquant compte tenu des tonalités automnales et de l'ambiance sombre de la série, il garantit une belle lisibilité et une brillance diabolique. Sans compter une image dénuée de défauts et très appliquée au tournage.

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

La partie sonore prend de l'ampleur au fur et à mesure de l'évolution de Beth. De carrément austère, la bande‑son développe son emphase orchestrale avec brio jusqu'à participer pleinement à l'intrigue et à l'émancipation de Beth, qui n'hésite pas à monter le volume sur ses titres préférés (Fever de Peggy Lee par exemple). Quelques efficaces bruitages intéressants accompagnent également les parties imaginaires de Beth. Pas forcément très complexe mais bien fait. VO Dolby Digital Plus 5.1 plus que conseillée pour le jeu rentré et énervé à la fois d'Anya Taylor‑Joy.

Top son : aucun
Note son : 4/6



1349€ 1990€
il y a 8 heures
-25% à -33%
il y a 14 heures
PLANNING
02/12/20 The Wretched
02/12/20 The Wicker Man
02/12/20 The Wicker Man
02/12/20 The Vigil
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Fabrice Gobert - Les revenants
https://www.avcesar.com/source/interview/136/photo_0107121104.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/144/photo_0912120302.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/169/photo_1102163720.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/154/photo_1145170618.jpg
fabrice-gobert
melissa-george
justin-theroux
gillian-anderson
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011