The Crown saison 4

Année : 2020
Réalisateur : Peter Morgan
Interprètes : Olivia Colman, Tobias Menzies, Helena Bonham Carter, Josh O'Connor, Gillian Anderson, Emma Corrin, Emerald Fennel
Éditeur : Netflix
VOD : 10 x 45'
Genre : biopic, couleurs
Interdiction : - de 16 ans
Sortie : 15/11/20
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 2 160p (HEVC)
HDR Dolby Vision
HDR10
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital Plus 5.1
Anglais Dolby Digital Plus 5.1
Allemand Dolby Digital Plus 5.1
Espagnol Dolby Digital Plus 5.1
Arabe Dolby Digital Plus 5.1
Sous-titres
Français, anglais, allemand, espagnol, portugais
Amazon
29,99  €
Fnac
24,99 €

Mai 1979. Le Parti conservateur remporte les élections législatives. Margaret Thatcher devient la première femme à s'installer au 10 Downing Street. Quelques mois plus tard, une certaine Diana Spencer entre dans la vie du prince Charles. Trois personnages qui vont avoir un rôle central et tapageur autour de la reine Elizabeth II, toujours aussi viscéralement attachée à l’ordre et aux traditions.

 

Avec cette saison 4, les auteurs de The Crown donnent l’impression de vouloir s’éloigner de la grande Histoire pour se concentrer sur la petite, celle que les tabloïds ont mâchée et recrachée maintes et maintes fois sur la vie et surtout les travers de la famille royale. Ils frôlent cette fois le soap racoleur, appuyant bien trop fort sur les turpitudes de Charles et Diana.

 

Un virage narratif d’autant plus difficile à expliquer que tout ce qui pouvait faire la spécificité de la série, à savoir sa capacité à éclairer des événements si importants aux yeux des Britanniques et parfois même du monde, est oublié : le mariage de Charles et Diana n’est pas montré, la grève des mineurs, symbole de l’ère Thatcher, n’est même pas évoquée, quant à la Dame de fer, au lieu de la mettre en scène dans ses relations internationales tendues, on préfère la monter en train de préparer des œufs pommes de terre dans sa cuisine. On peut imaginer que cette nouvelle approche puisse séduire un public anglais intrinsèquement lié à la royauté, mais de l'autre côté de la Manche, le doute s’installe. Voir Diana vomir dans ses toilettes ou tromper l’ennui en faisant du roller dans les couloirs du palais pendant que Charles s'épanche sur l’épaule compréhensive de sa maîtresse, tout ça sous l’œil dédaigneux de la Reine qui, selon les auteurs de la série, préfère ses chevaux aux problèmes de ses enfants, n'est au fond guère passionnant. Les Windsor, une famille « pas formidable » finalement comme les autres ?

 

On se consolera avec la splendeur sublimée des décors et le jeu toujours impeccable d’Olivia Coleman qui incarne le personnage d’Elizabeth II avec une sincérité envoûtante. Une subtile partition qui tire la série vers le haut et atteint son paroxysme dans une scène de confrontation avec Thatcher (Gillian Anderson), la seule fois d'ailleurs où Anderson, davantage dans l'interprétation que dans l'imitation de son personnage, réussit à convaincre.

 

Moralité, si les trois premières saisons étaient des modèles de rigueur scénaristique, mélangeant habilement grande et petite histoire, cette saison 4 ne s'intéresse qu’aux coulisses les plus sordides. Souhaitons que la future saison 5 retrouve l’éclat d’une série royale.

Cédric Melon - Publié le 01/12/20
Liste des bonus
- Bande-annonce


Commentaire

L'éditorialisation, toujours le parent pauvre des plateformes…

Note bonus : 0/6
Image

Encore une fois, les décors et les costumes de la série sont fabuleux, parfaitement mis en valeur par une mise en scène et une lumière maîtrisées où tout fait sens. De la campagne anglaise aux rues de New York en plongeant dans les intérieurs cossus des riches demeures royales, on n'en perd pas une miette, d'autant que le HDR Dolby Vision apporte une stabilité à toute épreuve, un vernis épatant et une palette de nuances merveilleuses. Visuellement, une claque esthétique qui fait les grands films comme les grandes séries.

Top image : aucun
Note image : 6/6
Son

Côté son, on ne bénéficie pas de la même rigueur accordée aux images. Les détails sonores sont peu nombreux et peu impressionnants. Heureusement, les dialogues sont d’une belle clarté et reste le thème principal de Hanz Zimmer. On regrette simplement que certaines musiques ne soient pas mieux mises en valeur et certains effets sonores pas au niveau de celui des images. 

Top son : aucun
Note son : 4/6



949€ 1299€
il y a 13 heures
799€ 1199€
il y a 13 heures
PLANNING
29/09/21 Tina
29/09/21 The Servant
01/10/21 Ti Minh
01/10/21 Judex
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Anthony Hopkins - Westworld saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/170/photo_1215120005.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/144/photo_0912120302.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/166/photo_0804204009.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/139/photo_0259145504.jpg
anthony-hopkins
melissa-george
sarah-jessica-parker
liam-neeson
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser