Snowpiercer saison 1

Année : 2020
Créateurs : Josh Friedman, Graeme Manson
Interprètes : Jennifer Connelly, Daveed Diggs, Mickey Sumner
Éditeur : Netflix
VOD : 10 x 45'
Genre : anticipation, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 31/05/20
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
UHD 2 160p (HEVC)
HDR Dolby Vision
HDR10
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital Plus 5.1
Anglais Dolby Digital Plus 5.1
Allemand Dolby Digital Plus 5.1
Espagnol Dolby Digital Plus 5.1
Portugais Dolby Digital Plus 5.1
Sous-titres
Français, anglais, allemand, espagnol, arabe

Après le film éponyme très réussi de Bong Joon‑Ho (Snowpiercer, le Transperceneige), voici la nouvelle adaptation en série de la bande dessinée française de Jacques Lob et Jean‑Marc Rochette, Le Transperceneige.


Après cinq ans de développement avec changements de showrunners et de scénaristes, la première saison de la série, qui a débarqué en mai dernier sur Netflix, est à l’image de sa longue gestation : laborieuse.

 

Tout commence dans le futur après que la Terre a été touchée par une nouvelle ère glaciaire. Les derniers survivants de l’humanité se sont réfugiés à bord d'un train de 16 km de long qui appartient à l’invisible M. Wilford, en rotation autour de la Terre depuis sept longues années. Le moindre arrêt est impossible, la température extérieure est si terrible que ses occupants périraient tous presque instantanément. À l’intérieur, c’est la lutte des classes qui opère. Les plus riches vivent dans l’opulence à l'avant, les sans‑tickets s’entassent à l’arrière dans des conditions inhumaines. Surexploités, martyrisés et affamés, ils organisent la révolution, bien décidés à s’emparer du train. D'un côté, Mélanie Cavill, porte‑parole de Wilford (Jennifer Connely). De l'autre, le chef des déclassés, porte‑drapeau de la révolution qui monte, Andre Layton (Davee Diggs).


Très éloignée de la version baroque et surréaliste du réalisateur coréen, cette nouvelle adaptation sérielle, pourtant produite par ce dernier, tient sur deux atouts majeurs : son suspense et son actrice principale sur qui repose toute la force et l'émotion de la série. Pour le reste, certains personnages et points de vues frisent la caricature et les incohérences scénaristiques s'enchaînent, à commencer par la rapidité surréaliste à laquelle certains passagers traversent les 16 km qui séparent l’avant de l’arrière du train.

 

Côté effets spéciaux, certains paysages givrés extérieurs et le sang en synthèse pâtissent d'un budget limité pour cette première saison (ça s'arrange pour la suite). Autre point faible, le charisme du comédien Davee Diggs, choisi pour camper la figure révolutionnaire du train, ne saute pas aux yeux. Face à des acteurs plus capés que lui, dont certains excellents personnages secondaires, il devient presque transparent. Heureusement, Jennifer Connely livre une prestation absolument remarquable dans la peau de Mélanie Caville. Au départ glaciale et inhumaine, elle devient au fur et à mesure plus ambiguë, envoûtante puis totalement magnétique. Seule sa présence empêche toute la saison de complètement dérailler. Et donne même envie de rester à bord de ce monde futuriste chaotique qui n'a pas fini de nous surprendre.

Cédric Melon - Publié le 16/03/21
Liste des bonus
- Aucun


Commentaire

Pas de surprise de ce côté‑là.

Note bonus : 0/6
Image

La mise en scène très inégale alterne fulgurances (utilisation de la double focale, gros plans très bien cadrés) et scènes d’action dénuées de souffle. Même entre‑deux côté effets spéciaux avec des décors intérieurs permettant de maintenir une ambiance crédible, et des effets spéciaux de synthèse loupés sur les paysages extérieurs et le sang de synthèse (la 4K n'aide pas dans ce cas avec sa précision chirurgicale), pas loin de plomber le panorama avec leur laideur numérique. En bref, ce Transeperceneige manque de subtilité et souffre d’une mauvaise intégration à l’écran. Au final, un constat mitigé où le HDR Dolby Vision peine à être une plus‑value. Haut les cœurs, ça s’arrange en saison 2. 

Top image : aucun
Note image : 3/6
Son

Du tout‑venant côté son, sans esbroufe ni relief. Le bruit du train n’est jamais utilisé de la même façon d'une scène à l'autre, il est même parfois carrément absent. Bon point en revanche pour la partition musicale et ses quelques reprises originales bien pensées. Aucun souci sur les dialogues.

Top son : aucun
Note son : 3/6



PLANNING
27/10/21 Pandora
27/10/21 Le cheick
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Melissa Bernstein - Breaking Bad saison 5
https://www.avcesar.com/source/interview/142/photo_0656162718.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/140/photo_0412164405.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/171/photo_0331123722.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/174/photo_0200124313.jpg
melissa-bernstein
florent-siri
rotem-shamir
damian-lewis
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser