Oxygène

O2
Année : 2021
Réalisateur : Alexandre Aja
Interprètes : Mélanie Laurent, Malik Zidi, Marc Saez
Éditeur : Netflix
VOD : 101'
Genre : science-fiction, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 12/05/21
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
4K UHD
HDR Dolby Vision
HDR10
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital Plus 5.1
Anglais Dolby Digital Plus 5.1
Allemand Dolby Digital Plus 5.1
Portugais Dolby Digital Plus 5.1
Espagnol Dolby Digital Plus 5.1
Sous-titres
Français, anglais, allemand, arabe, espagnol

Quand une jeune femme se réveille dans un caisson hermétique, sans plus aucun souvenir de qui elle est, ni où elle est, ni pourquoi elle est là, l'expérience déjà terriblement angoissante devient carrément flippante quand le niveau d'oxygène de ladite cabine tombe à 30%, soit 40 minutes de sursis.


Le premier challenge du nouveau long métrage d’Alexandre Aja (Crawl) est de maintenir notre intérêt ‑voire le faire monter en pression‑ sans quasiment jamais quitter l’intérieur d'un caisson de 3 m3. Un postulat de départ qui impose une série d'artifices, malheureusement pas tous égaux en crédibilité et en efficacité, à commencer par le fait que l'héroïne a perdu la mémoire, une astuce bien pratique qui permet au scénariste de multiplier les questions et d'étirer au maximum les réponses. Au cinéma, on appelle ça un MacGuffin, un terme inventé par Alfred Hitchcock pour désigner un élément du scénario voué à disparaître le plus vite possible de notre mémoire, « étouffé » par la présence d'autres éléments censés prendre le dessus.

 

Dans le film d’Aja, le MacGuffin en question est d’autant plus évident que l'amnésie du personnage principal n’est jamais expliquée. Un « détail » qui n'empêche pas Mélanie Laurent de faire des merveilles et de participer pour beaucoup à l'intérêt que l'on porte à l'intrigue, parfois poussive (première partie), parfois pachydermique (le piano, le banc dans le champ de fleurs… au secours), mais quand même prenante quand l'échelle passe enfin de l'infiniment petit à l'infiniment grand. 

 

Mais le gros point faible d'Oxygène est sans conteste son manque d'émotion puisqu'il faudra attendre les deux dernières minutes du film pour enfin être touché. Grand modèle du film, le Gravity d'Alfonso Cuarón offrait une véritable réflexion sur le deuil qui menait à un pic émotionnel époustouflant. Celui d’Aja repose sur une intrigue un peu courte qui laisse quand même beaucoup de questions sans réponse.

Carina Ramon - Publié le 20/05/21
Liste des bonus
- Bande-annonce


Commentaire

Rien sur les coulisses de ce tournage un peu spécial et très technique, dommage. À noter, Noomi Rapace produit le film et devait même au départ y tenir le premier rôle. 

Note bonus : 0/6
Image

Effets spéciaux, utilisation de l'espace, sens du cadrage, jeu des lumières, matérialisation de l'AI, techniquement, le film d'Aja ne manque pas de savoir‑faire. D'une précision chirurgicale, l'image est toute entière tournée vers Mélanie Laurent. Prise en gros plan sur toutes les coutures, elle irradie.

 

Le HDR Dolby Vision apporte quant à lui une charge lumineuse très efficace, de la brillance au niveau des couleurs et des reflets qui sculptent cet espace exigu. On pense parfois à 2001 dans les tonalités, parfois…

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

Plutôt épurée, la bande‑son est surtout axée sur la voix de Mélanie Laurent et celle de l'AI du caisson. Hormis la fin du film et son changement de point de vue, pas grand‑chose à noter. On est loin du morceau de démo.

Top son : aucun
Note son : 3/6



PLANNING
24/08/21 Slalom
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Michael C. Hall - de serial killer à papa prêt à tout
https://www.avcesar.com/source/interview/173/photo_1036183401.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/128/photo_0541080530.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/161/photo_1108160423.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/137/photo_0142105021.jpg
michael-c-hall
lucky-mckee
priyanka-chopra
ken-follett
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011