The Tomorrow War

Année : 2021
Réalisateur : Chris McKay
Interprètes : Chris Pratt, Yvonne Strahovski, Betty Gilpin, Seychelle Gabriel, J.K. Simmons, Jasmine Matthews
Éditeur : Amazon Prime Video
VOD : 138'
Genre : science-fiction, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 02/07/21
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 2 160p (HEVC)
HDR10+
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital Plus 5.1
Anglais Dolby Digital Plus 5.1
Anglais audiodescription
Espagnol Dolby Digital Plus 5.1
Hongrois Dolby Digital Plus 5.1
Portugais Dolby Digital Plus 5.1
Polonais Dolby Digital Plus 5.1
Italien Dolby Digital Plus 5.1
Tchèque Dolby Digital Plus 5.1
Voir plus
Sous-titres
Français, anglais, allemand, espagnol, italien, portugais, danois, hongrois, néerlandais, polonais, indonésien, roumain, finnois, suédois, turc, tchèque, grec, russe, thaï, chinois, japonais, coréen

L’intrigue commence au Qatar en 2022, au beau milieu d’un match de la Coupe du Monde de Football. La partie est brusquement interrompue par un groupe de voyageurs qui arrive du futur pour délivrer un message urgent : dans tente ans, l’Humanité va perdre une guerre d’envergure mondiale contre une espèce d’aliens meurtrière. Seule solution : envoyer du passé des renforts pour faire la guerre aux aliens du futur. Parmi les recrues, Dan Forester, père de famille et professeur au lycée, accessoirement ancien militaire.


Au départ, le studio Paramount prévoyait de sortir The Tomorrow War dans les salles de cinéma, mais Covid oblige, les droits d’exploitation ont finalement été cédés à la plateforme Amazon Prime Video. Si ce thriller d’anticipation ne manque pas de moyens (le budget dépasserait largement les 100 millions de dollars), il y a certainement eu un cafouillage au niveau du prix du scénario qui, en l’état, ne vaut pas grand‑chose.

 

Brouillon et surtout assez idiot, le script enchaîne les scènes et les enjeux contradictoires sans trop se soucier des règles narratives qu’il a lui‑même fixées. On pense à l'expédition pour aller chercher des fioles dans un labo, éprouvettes qui disparaissent totalement du film au bout de deux minutes. Ou quand il faut vite partir avant un bombardement, sauf que la zone est déserte et que les seules personnes sur place ont été envoyées par ceux qui ont ordonné le bombardement (!). Une succession de non‑sens scénaristiques qui ne semble gêner personne et qui touche au génie quand on envoie dans le futur des recrues civiles inexpérimentées faire la guerre, ou quand même le personnage principal ne semble absolument pas comprendre sa propre destinée dans une scène avec sa fille du futur.

 

Le problème est d’autant plus criant que le héros est incarné par Chris Pratt. Le comédien semble non seulement ne pas toujours saisir ce qu’on lui fait dire (on le comprend pour le coup) mais a aussi bien du mal à faire passer des émotions, notamment face à une Yvonne Strahosvski (The Handmaid’s Tale) qui lui vole clairement toutes les scènes communes. 

 

On passera les dialogues consternants, les effets spéciaux inégaux et la mise en scène de Chris McKay (co‑réalisateur de La grande aventure Lego) incapable de faire monter la tension et abusant des ralentis (très mauvaise idée pour un film déjà beaucoup trop long de 2 heures et 18 minutes). Seule la conception des créatures extraterrestres est singulièrement bluffante. C'est malheureusement loin d'être suffisant.

Carina Ramon - Publié le 06/07/21
Liste des bonus
- Aucun


Commentaire

On s'en doutait et on ne s'en portera cette fois pas plus mal.

Note bonus : 0/6
Image

La plus grande réussite du film tient clairement dans l’animation et le rendu en images de synthèse des créatures aliens. La plupart du temps, ces dernières s’intègrent parfaitement aux décors et impressionnent vraiment. Ce qui n'est pas le cas des humains qui ne se fondent pas de manière aussi fluide et réaliste dans les décors numériques que leurs adversaires en synthèse.

 

Compte tenu du nombre de CGI, l'image manque aussi parfois de netteté et de profondeur. Et devient véritablement moche et brouillonne lors des séances d’explosion. Un peu comme si, à l’instar du scénario, tous les effets n’étaient pas terminés et que toutes les séquences n’avaient pas toujours bénéficié de la même exigence de finition. Heureusement, le HDR10+ apporte une certaine lisibilité avec des noirs et des blancs bien corsés.

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

Le travail sur le son est plutôt du genre bâclé, certains dialogues étant presque inaudibles. On déplore également le manque de scènes véritablement marquantes et de relief malgré des basses omniprésentes. Sans compter la musique omniprésente, mal mixée et insupportable de par son côté grandiloquent et répétitif. Une fois encore, seules les caractéristiques sonores des créatures relèvent le niveau du long métrage. 

Top son : aucun
Note son : 3/6



999€ 1490€
il y a 5 jours
20€ 69€
il y a 1 mois
121€ 249€
il y a 1 mois
PLANNING
24/09/21 Luca
29/09/21 Tina
29/09/21 The Servant
01/10/21 Ti Minh
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Victor Matsuda - Vice-président Blu-Ray Group Sony et de la BDA (Blu-Ray Disc Association)
https://www.avcesar.com/source/interview/168/photo_0147193231.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/142/photo_0656162718.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/150/photo_0520115613.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/166/photo_0804204009.jpg
victor-matsuda
melissa-bernstein
kevin-bacon
sarah-jessica-parker
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser