Comment je suis devenu super-héros

Année : 2021
Réalisateur : Douglas Attal
Interprètes : Pio Marmai, Vimal Pons, Leïla Bekhti, Benoît Poelvoorde, Swann Arlaud
Éditeur : Netflix
VOD : 101'
Genre : action, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 09/07/21
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.75
Ultra HD 2 160p (HEVC)
16/9
Bande-son
Français Dolby Atmos 5.1
Français Dolby Digital Plus 5.1
Anglais Dolby Digital Plus 5.1
Allemand Dolby Digital Plus 5.1
Espagnol Dolby Digital Plus 5.1
Brésilien Dolby Digital Plus 5.1
Sous-titres
Français, anglais, allemand, arabe, espagnol

À Paris, dans un avenir proche, les surhommes et femmes se sont si bien intégrés dans la société que Moreau (Pio Marmaï), policier spécialisé dans la super‑criminalité, se la coule très douce. D'habitude, les super‑pouvoirs se transmettent uniquement de parents à enfants, mais une mystérieuse drogue surgit et permet à des quidams d’expérimenter des capacités hors norme. La situation dérape. Il y a des morts et des blessés. Moreau doit faire tandem avec Schalzmann (Vimala Pons), une flic teigneuse qui s’exaspère de l’attitude je‑m’en‑foutiste de son collègue. L’enquête devenant plus complexe, Moreau en appelle à deux ex‑super‑justiciers, Callista (Leïla Bekhti), une éducatrice sportive dotée d’intuitions surnaturelles, et de Monté Carlo (Benoît Poelvoorde), doué de téléportation mais affligé par une maladie dégénérative.

 

Une grosse production française sur des super‑héros ? Un premier film signé Douglas Attal, auteur de seulement deux courts métrages ? Forcément, le projet était promis au bouillon… Sauf que non ! L’amour que Douglas Attal prête au genre ne fait pas le moindre doute et ce Comment je suis devenu super‑héros, tiré d’un roman éponyme de Gérald Bronner et proposé en exclu sur Netflix, a l’intelligence de marier habilement polar et super‑pouvoirs sans jamais recourir aux facilités de l’ironie et du second degré.

 

Douglas Attal s’avère de sucroît franchement doué pour mettre en scène de toniques scènes d’action, particulièrement une impressionnante attaque de commissariat ou le duel final. Mais en prime, le jeune réalisateur négocie savamment son affaire ‑en l’occurrence un joli coup de théâtre‑ et tire le meilleur de son budget (12 millions d'euros, un gros paquet chez nous, une paille aux États‑Unis) pour offrir aux spectateurs des effets spéciaux de très bonne qualité. On n’est certes pas dans le destruction‑porn des productions Marvel ou DC, et c’est tant mieux : les partis pris visuels du film offrent du coup un jubilatoire et paradoxal réalisme aux séquences.

 

Douglas Attal, qui porte le projet depuis 2010, a su de surcroît bien s’entourer : tous les spectateurs auront leur petit chouchou au sein de ce beau casting, mais force est de constater que chacun des comédien(ne)s parvient à conférer une texture et une tonalité très spécifiques à son personnage.

 

Alors, carton plein ? Presque. La contextualisation du récit méritait sans doute plus de substance et la caractérisation des protagonistes n’est pas toujours dépourvue d’artifice. Elle aurait aussi mérité un peu plus d’étoffe pour le méchant campé par Swann Arlaud. Certaines bagarres, particulièrement celles confiées à Leïla Bekhti, auraient aussi exigé une chorégraphie plus tonique. Ces défauts bien réels restent malgré tout véniels, presque négligeables au regard des énormes ambitions concrétisées par Douglas Attal. Le jeune réalisateur signe ici un premier long mené avec un amour et une énergie créative qui forcent l'admiration : Comment je suis devenu super-héros mérite largement le détour.

François Coulaud - Publié le 13/07/21
Liste des bonus
- Aucun


Commentaire

Comme d'habitude avec Netflix, aucun bonus digne de ce nom. Seul un document d'un peu moins de 5 minutes est visible sur le compte YouTube de la plateforme pour explorer les origines des super‑héros. Le long métrage méritait pourtant amplement une note d'intention et un making of.

Note bonus : 0/6
Image

L'Ultra HD 4K ‑sans HR‑ s'en sort avec les honneurs tant dans les éclairages réalistes des extérieurs et intérieurs (commissariat) que lors des nombreuses séquences nocturnes ou en pénombre du film. Les lumières sont précises et judicieuses, elles servent à merveille la caméra très mobile de Douglas Attal en offrant une ambiance visuelle légèrement déssaturée cohérente de bout en bout. Beau travail aussi du directeur photo Nicolas Loir (Le nouveau, Mes jours de gloire). Encore une fois, les effets spéciaux réalistes (réalisés en plein confinement par des équipes de Mikros Image et CGEV) servent le propos. 

 

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

Riche en détails et en ambiances, la VF Dolby Atmos soutient parfaitement l'action avec une dynamique bien maîtrisée et des graves qui ronronnent pile aux bons moments. Pas le grand déferlement sonore mais un écrin parfaitement calibré sur le canevas de l'image, toujours au service du récit. 

Top son : aucun
Note son : 4/6



699€ 999€
il y a 2 jours
999€ 1499€
il y a 2 jours
1299€ 1499€
il y a 2 jours
PLANNING
28/07/21 Open Source
28/07/21 Cure
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Lars Lundström - Real Humans saison 2
https://www.avcesar.com/source/interview/151/photo_0557184527.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/147/photo_0157140523.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/137/photo_0142105021.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/157/photo_0253124723.jpg
lars-lundstrom
bryan-cranston
ken-follett
stefano-sollima
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011