4
TV - Écran plat

TCL U55C7006

Mustav
Prix indicatif : 699 € TTC
Note AVCesar.com


Type : LCD à LED
Diagonale de l'image : 140 cm
Standard : Ultra HD
Résolution native : 3 840 x 2 160 pixels
Processeur : Quad Core
100 Hz : non
Contraste : 5 000:1
TNT : simple tuner (HD et UHD)
HDMI : 3 (v 2.0b, dont 3 latérales)
Dim. (L x H x P) : 1 233 x 790 x 240 mm
Poids : 18 kg
676,02 €
Amazon.fr
699 €
Darty
L’essentiel

À l'approche des fêtes de fin d'année, nous avions à cœur de tester une référence qui s’impose probablement comme le meilleur rapport qualité‑prix du marché, le TCL U55C7006 disponible actuellement aux alentours de 700 € en 55" (140 cm). Un tarif d'autant plus surprenant que ce spécimen permet de profiter pleinement de l'Ultra HD avec une dalle UHD 10 bits compatible HDR10 et HDR HLG, des connecteurs HDMI 2.0b, d'un design très moderne, sans cadre apparent, d'une barre sonore embarquée sur la partie basse signée JBL et, enfin, d'une interface Android TV 7.0 Nougat comptant une multitude d'applications en tout genre afin de transformer votre TV en véritable centrale multimédia. Un modèle ultra‑fonctionnel sur le papier, pour un prix très agressif. À la vue d’une telle fiche technique, une question s’impose : qu’en est‑il véritablement de ses performances sur le terrain ? Réponses dans ce test complet.

 

Présentation du TCL U55C7006

Première constatation, le tarif ultra‑compétitif de ce téléviseur LED n’est pas synonyme de fabrication au rabais. Au contraire, malgré l'emploi de PVC pour un poids total de 18 kg, nous sommes en présence d’un TV de très bonne facture. L'assemblage est parfait et le design vraiment réussi avec un écran ultrafin, à peine 1 cm d'épaisseur sur sa partie haute. Et comme vous pourrez le découvrir dans le Verdict Technique de ce banc d’essai, cette qualité d'assemblage va directement se ressentir au niveau de l'homogénéité du TV. Évidemment, avec une telle finesse, toute l'électronique a été déportée sur la partie basse de l’écran, un peu à l'image des TV Oled, plus épaisse forcément avec 5,5 cm d'épaisseur. Toutefois, il faut convenir que l’ensemble reste tout de même très svelte.

 

 

Comme précisé, on retrouve une barre sonore signée JBL qui embarque deux haut‑parleurs en configuration Front Firing (projection sonore frontale) pour une puissance totale de 28 watts. Malheureusement, si la bande passante est assez large (150‑3 000 Hz), on regrette l’absence d’un boomer. La présence dans les graves reste logiquement limitée. Toujours est‑il que le rendu des bas médiums est excellent avec de très bons dialogues, parfaitement intelligibles, et des aigus très précis, ce qui permet d'éviter toute sifflante. La puissance est également au rendez‑vous avec une couverture sonore satisfaisante mais adaptée à des pièces peu étendues. Vous l’aurez compris, malgré ses aptitudes, cette barre sonore ne remplace pas un véritable système audio, surtout pour les amateurs de bon son immersif ou de films d'action. Mais on le répète, il reste assez rare de profiter d’une telle qualité audio, encore plus dans cette gamme de prix ! Précision, le TV embarque les compatibilités Dolby Digital Plus et DTS Premium Sound 5.1 ce qui permet de prendre en charge n'importe quelle piste audio embarquée dans les fichiers vidéo.

 

 

L’équipement compte aussi un simple tuner DVB‑T2, DVB‑S2 et DVB‑C avec les compatibilités HEVC et HDR HLG/HDR10. De même, la connectique dispose de l'essentiel. On note trois entrées HDMI 2.0b compatibles 2 160p/60, YCbCr 4:4:4 et 12 bits, certifiées HDCP 2.2, avec l’une d’elles doté des fonctions ARC et CEC. Plus un port USB 2.0, un port USB 3.0, un adaptateur AV pour connecteur une prise péritel ou YUV, une sortie optique, une prise casque mini‑Jack 3,5 mm, un port CI+ et enfin un port Ethernet. La connectivité n’est pas en reste avec les fonctions Wi‑Fi Direct, Bluetooth (A2DP/HIDP), WiDi, GoogleCast et passerelle multimédia UPnP (DLNA).

 

 

Enfin, le TCL C70 est fourni avec des pieds chromés de type bâton, de 22 cm de profondeur et une télécommande trop classique à notre goût pour un Android TV. En effet, la marque propose une zappette Smart Remote avec ses modèles phares que nous aurions aimé retrouver avec le C70. Cette dernière, très ergonomique, design et compacte, embarque surtout un micro pour les recherches vocales et un pointeur gyroscopique. Dommage…

 

 

Les technologies embarquées

Le TCL U55C7006 embarque une dalle Ultra HD 10 bits par couleur, un système de rétroéclairage LED Edge et un procédé Micro Dimming. Entendez par‑là que ce TV ne bénéficie pas d’un véritable système Local Dimming, mais d’un traitement logiciel autorisant l’analyse de 512 zones, pour améliorer le contraste perçu pour chacune d’elles, via divers procédés dynamiques. C'est évidemment moins efficace qu'un vrai Local Dimming, puisqu'ici seul le contraste perçu et On/Off est amélioré, le contraste Ansi lui ne change pas. Mais c’est aussi formidablement moins cher.

 

Pour le reste, cette dalle est animée par un processeur vidéo Pure Image Ultra HD qui affiche des performances assez classiques en termes d'Upscaling UHD et traitement vidéo. Il n'est donc pas aussi puissant que ceux proposés sur les modèles haut de gamme, mais il faut reconnaître qu’il fait le job avec un très bon désentrelacement et une image de bonne qualité. Mais, disons‑le tout de suite, le TCL U55C7006 est le genre de TV qui gagne à être associé avec un très bon lecteur Ultra HD Blu‑Ray qui permettra d'améliorer encore un peu plus l’image, notamment celle des Blu‑Ray 1 080p upscalés en 2 160p. Toujours est‑il que ce TV permet de profiter pleinement des disques 4K Ultra HD, même si évidemment les performances seront limitées au niveau du pic lumineux en HDR10 (annoncé à 410 nits par le constructeur au lieu des 1 000 nits minimums recommandés), et en termes de couverture colorimétrique DCI‑P3.

 


On trouve donc les compatibilités HDR10 et HDR HLG, un procédé Micro Dimming pour améliorer le contraste dynamique perçu, une compensation de mouvement PPI 1600, le tout via une dalle dotée d’une fréquence de rafraîchissement de 50/60 hertz. Également présent, un moteur UHD Color Extender permet de remastériser les couleurs en mode Wide Gamut pour exploiter tout l'espace couleur natif de la dalle, que la source soit Rec.709, Rec.60, DCI‑P3 ou Rec.2020. Cependant, le TV n'embarque pas de Quantum Dots, ni de diode LED boostées au phosphore, ni d’ailleurs aucun autre procédé qui aurait permis d'offrir un espace couleur très large. Il faut donc s'attendre à une couverture colorimétrique limitée en Rec.2020 (cf. Verdict Technique). Un mot sur le traitement anti‑reflet, de très bonne qualité, associé à une dalle semi‑mate. Au final les reflets sont très contenus, même si de nos jours on trouve des filtres anti‑reflet bien plus efficaces, y compris sur des dalles brillantes.

 

Interface Android TV 7.0 Nougat

Comme toute la gamme TV 2018 du constructeur chinois, le TCL C70 embarque un OS Android TV 7.0 Nougat. Il est important de préciser que la stabilité de cette interface dépend en partie de Google, en partie aussi de chaque développeur d'application, en partie enfin du fabricant TV. Contre toute attente, nous avons été agréablement surpris de la stabilité de cette interface et de constater que TCL avait bien travaillé. L’expérience d’usage proposée concurrence sans rougir les plus grands fabricants comme Sony ou Philips. La seule petite ombre au tableau concerne les processeurs embarqués, moins puissants que ceux des concurrents. Mais, encore une fois, il faut remettre les choses dans leur contexte, à savoir le prix très agressif de ce TV qui implique forcément quelques concessions. Cependant, la puissance reste similaire à celle proposée sur les modèles les plus huppés des gammes 2017, c’est donc loin d'être ridicule ! On retrouve donc un SoC Mediatek MT5891 et un CPU Quad Core ARM  Cortex‑A53 pour booster l'utilisation des applications et la réactivité de l'interface. Le GPU est toujours un spécimen ARM Dual Core Mali‑T860.

 

 

Côté multimédia, rien à redire. En dehors de l'absence de prise en charge des formats audio HD, tout est là. Et même plus avec des logiciels comme Kodi, VLC ou Archos qui permettent de profiter d'un véritable jukebox fun et rapide à configurer. Évidemment, les limites du processeur vidéo se font ressentir sur la qualité de décodage des vidéos multimédia, l'Upscaling, le traitement vidéo ou encore la fluidité qui n'est pas aussi bonne que sur les meilleurs TV du moment. Attention là encore, ça reste tout de même très satisfaisant.

 

Par exemple, certaines vidéos Ultra HD HDR lues via USB offrent une qualité d'image de très belle facture, assez proche de celle d'un lecteur UHD Blu‑Ray entrée de gamme. Et la quasi‑totalité de nos vidéos ou musiques de tests a été lue sans encombre, sans bug, mais nous avons relevé une fluidité perfectible. Cette remarque ne vaut qu'en lecture multimédia, puisque via HDMI ou avec les chaînes TV, la fluidité est très bonne.

 

 

Pour revenir sur les applications proposées, de nombreuses solutions pour lire les vidéos, chacune avec ses qualités et défauts, sont présentes. Par exemple, Archos Media Player disponible en version gratuite ou payante est une alternative très intéressante à Kodi, avec l’avantage de proposer une configuration ultra‑simple et rapide. Quelques secondes suffisent pour renseigner le chemin d'accès de vos vidéos stockées sur disque dur Nas, via UPnP ou Samba, afin que le logiciel scanne toutes vos vidéos et leur associe les jaquettes, synopsis et « fanarts » adéquats, dans le but d’afficher un superbe carrousel avec de nombreux filtres pour trier toutes vos vidéos par catégorie, genre, date, etc.

 

  

On dispose également de nombreuses offres VOD, Catch‑Up TV ou de possibilités d'abonnement à des chaînes cryptées sans avoir besoin de passer par un décodeur tiers. Citons par exemple Molotov qui regroupe de nombreuses chaînes gratuites et payantes, la possibilité d'abonnement ou encore une sorte d'EPG en temps réel pour faire le tri parmi des centaines de programmes disponibles en direct ou rediffusion. Netflix et Youtube sont aussi disponibles en Ultra HD/4K HDR10 grâce aux supports HEVC et VP9.

 

 

À savoir, le TCL U55C7006 propose aussi quelques applications gérées directement par la marque (en dehors d'Android TV) via l'onglet Plus d'applications telles YouTube, Spotify, YuppTV…

 

 

Au final, cette interface utilisateur est chaque année plus réussie et, si on s'en donne la peine, elle peut même révolutionner notre façon d'utiliser le téléviseur, regroupant des possibilités énormes et variées à travers moult applications et services. Par défaut, l'écran d’accueil Android TV met en avant des propositions de programmes télé ou VOD en rapport avec vos goûts, et affiche les applications choisies, comme l'accès à Netflix, Youtube, Google Play, ou autres services, jeux, etc. Cela dit, sachez que l'interface est entièrement personnalisable et les plus débrouillards pourront même la « programmer » sur mesure (via clé USB). Mention spéciale pour les joueurs, on peut en effet connecter diverses manettes de jeux y compris celle de la PS3 et PS4 (en filaire ou Bluetooth pour cette dernière).

 

Concurrence

À la vue du rapport qualité-prix du TCL U55C7006, il est bien difficile de trouver des TV concurrents qui proposent à la fois un équipement aussi complet tout en offrant un taux de contraste aussi puissant et une barre sonore de qualité. Toujours est-il que l'Ultra HD se démocratise largement cette année, pour notre plus grand plaisir. On commence à trouver quelques TV très intéressants sous la barre des 750 euros.

 

Parmi les candidats on peut citer le LG UK6400 qui embarque une dalle LED Edge IPS 50 Hz, donc un contraste plus limité et une profondeur de couleur 8 bits FRC, mais des angles de vision plus ouverts, une compatibilité HDR10 et HDR HLG, avec une conversion SDR/HDR à la volée, une compensation de mouvement TruMotion PMI 1600 et une interface Smart TV sous WebOS ThinQ AI très complète, fun et ergonomique, car dotée d'une assistance vocale par intelligence artificielle Google Assistant.

 

Autre TV intéressant dans cette gamme de prix attractif, le Panasonic TX‑55FX600E doté d'un rétroéclairage Direct LED avec une dalle UHD 60 Hz 8 bits FRC, sans Local Dimming, mais avec une amélioration du contraste dynamique logicielle appelée Adaptive Backlight Dimming. Il s'agit là encore d'une dalle IPS nouvelle génération, donc moins contrasté que celle du TCL, avec toutefois des noirs plus profonds et une luminosité plus élevée que les anciennes dalles IPS. On trouve également une compatibilité HDR10+ et HDR HLG, une compensation de mouvement BMR IFC 1300, une prise en charge réseau très complète, mais une interface Smart  TV My Home Screen 3.0 bien plus classique, voire datée, que celles de TCL ou même LG.

 

Enfin, nous trouvons le Philips 55PUS6482 qui se démarque de la concurrence grâce à son procédé exclusif Ambilight sur trois côtés, mais aussi, tout comme TCL une interface sous Android TV. En dehors de ça, il est doté d'une dalle Direct LED, sans Local Dimming, mais avec un procédé Micro Dimming, donc une analyse software de nombreuses zones de l'image pour améliorer le contraste dynamique. Également présents, une compensation de mouvement Natural Motion PPI 1300 sur une dalle 60 hertz. Là encore, on retrouve un équipement désormais classique, avec les compatibilités HDR10 et HDR HLG, un processeur vidéo performant Pixel Plus Ultra HD avec le fameux filtre Ultra Résolution qui améliore le piqué de l'image.

Fiche technique
Type : LCD à LED
Diagonale de l'image : 140 cm
Standard : Ultra HD
Résolution native : 3 840 x 2 160 pixels
Processeur : Quad Core
HDR : HDR10, HDR HLG
100 Hz : non
Contraste : 5 000:1
Réception : télétexte, PAT, Infos+, EPG, TNT (simple tuner HD et UHD, chaînes payantes via CI+), SAT (simple tuner HD et UHD, chaînes payantes via CI+), Câble (simple tuner HD et UHD, chaînes payantes via CI+)
Connectique : 3 entrées HDMI (v 2.0b, dont 3 latérales), 1 entrée YUV (RCA), 1 entrée péritel (RVB), 1 entrée Stéréo + Composite (latérale), 1 sortie casque (latérale), 1 sortie audio numérique (optique), 1 port CI+, 2 ports USB Host (latéral) dont 1 USB 3, 1 port Ethernet, Wi‑Fi (b/g/n)
Compatibilité : NTSC (480i, 480p), Pal (576i, 576p), HD (720p/50, 720p/60, 1 080i/50, 1 080i/60), Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), Ultra HD (2 160p/24)
Multimédia : MP3, WMA, AAC, Ogg, Flac, DivX (Ultra HD), WMV (Ultra HD), Mpeg2 (Ultra HD), Mpeg4 (Ultra HD), MKV (Ultra HD), TS (Ultra HD), HEVC, VP9, Jpeg, UPnP (DLNA), Bluetooth 4.0 + EDR, HBBTV, Podcast, Webradios, WebTV (Widgets), accès Web
Usage : télécommande simple, capteur de luminosité, CEC, Auto Lipsync, xvYCC, Deep Color, Super 4/3, 4/3, 14/9, 16/9, Zoom Letterbox, Zoom Letterbox sous-titres, Zoom 2.35 (4/3, 16/9, HD), Overscan
Réglage : Espace couleur (couleurs primaires + couleurs secondaires), balance des blancs paramétrable (10P), rétroéclairage (dynamique), renforcement du contraste (dynamique), désentrelacement (vidéo/film) automatique
Réducteur de bruit : D NR, Mpeg NR
Optimisation de la netteté dans les mouvements : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), en Ultra HD (2 160p/24)
Compensation de mouvement : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), en Ultra HD (2 160p/24)
Son : puissance (2 x 12 W), décodeur (PCM, Dolby Digital, Dolby Digital Plus, HE-AAC, DTS), ARC, processeur surround (DTS Premium Sound 5.1), traitement audio (Système audio JBL), égaliseur, AVL
Consommation : 105 W (0,5 W en veille)
Dim. (L x H x P) : 1 233 x 790 x 240 mm
Poids : 18 kg
ph image
Verdict technique

Comme vous avez pu le constater, l'équipement proposé par le TCL U55C7006 est assez surprenant pour un spécimen dans cette gamme de prix. Difficile de faire plus complet, mais qu'en est‑il de la colorimétrie et de ses performances ? Car proposer une compatibilité Rec.2020 ou HDR10 est une chose, exploiter pleinement ces technologies en est une autre. Il est évident qu'à ce prix nous devons revoir notre niveau d'exigence, et faire preuve d’un peu plus d’indulgence mais le plus important reste la qualité de la justesse colorimétrique. Ça tombe bien, sur ce critère, TCL démontre d'énormes progrès. De toute évidence, le constructeur n'a cessé de corriger sa copie, de progresser, de multiplier les efforts pour offrir une colorimétrie la plus juste possible.

 


En effet, sur nos premiers tests TV TCL nous relevions des courbes en S, voire même en Z, très compliquées a redresser pour ajuster la colorimétrie, aussi bien au niveau de l'échelle de gris que de l'espace couleur. Cette année, comme déjà mentionné, l'essentiel des progrès se voit du côté de l'homogénéité du TV, mais plus particulièrement encore au niveau de la linéarité des courbes du gamma et de luminance. Que de chemin parcouru ! Cela change énormément les choses, car non seulement la colorimétrie en sortie de carton est plus juste, la couleur perçue est plus homogène, mais surtout le calibrage sera d'autant plus simple à réaliser et efficace !

 

Gros progrès colorimétriques en sortie d'usine

Certes, tout n'est pas encore parfait, mais la base est saine et c'est vraiment l'essentiel pour nous. Les courbes linéaires relevées permettent aux outils de calibrage comme la Balance des Blancs 10p ou le CMS d'être bien plus efficaces et suffisants pour offrir une bonne restitution des couleurs.

 

 

 

Évidemment, il reste encore un peu de boulot pour rejoindre les meilleurs spécimens sur le sujet (Sony et Panasonic par exemple) mais nous ne devons pas perdre de vue que nous parlons d’un TV 55", hyper‑complet, commercialisé sous la barre des 700 euros. Pour rappel, la donnée Delta E représente le niveau d'erreur par rapport aux valeurs recherchées et on considère qu’avec une valeur en dessous de 3, les erreurs colorimétriques ne sont pas visibles.

 

En partant du mode Cinema, celui censé être le plus proche de la colorimétrie utilisée par les réalisateurs de films, nous relevons sur le TCL U55C7006 un Delta E de 3,5 sur la mesure de l'espace couleur Rec.709, ce qui reste tout à fait correct, même s’il s’agit d’une valeur moyenne. En effet, en y regardant de plus près, on constate tout de même des écarts Delta E qui dépassent la valeur 5, surtout dans les saturations colorimétriques de 25% et moins. Les couleurs les plus saturées, au‑dessus de 75% de saturation, sont en revanche très justes.

 

 

 

Le plus gros écart est relevé du côté de la Balance des Blancs, qui affiche un Delta E moyen de 5,5 avec des écarts maximums qui peuvent dépasser un Delta E de 9 (cf. capture ci‑dessous), notamment sur les valeurs les plus lumineuses (entre 80% et 100% de blanc). Le Gamma, lui, est assez linaire, ce qui atteste d'une colorimétrie homogène, simple à corriger, si ce n'est un souci de Clipping à 90% qui engendre une petite dérive rosée dans les blancs (mais qui s’avère rapidement corrigé en baissant la valeur du contraste à 95%). Enfin, la température couleur avant calibrage est mesurée à 5 800K au lieu de 6 500K.

 

Résultats après calibrage

Le calibrage n'aura pris que 45 mn et confirme ce que nous subodorions, à savoir que les outils proposés permettent un calibrage fin avec un rendu colorimétrique tout simplement parfait ! Après calibrage nous relevons un Delta E d'à peine 0,15 sur la Balance des Blancs (cf. troisième capture ci‑dessous), ce qui est tout simplement exceptionnel de précision ! La température couleur est désormais bien calée à 6 500K et l'espace couleur Rec.709 affiche un Delta E moyen de 0,4 (cf. deuxième capture ci‑dessous). C'est clairement une énorme satisfaction, d'autant plus pour un TV qui se positionne comme un modèle très accessible sur le plan pécuniaire.

 

 

 


Comme pour la plupart des TV disponible sur le marché, le fait de procéder à un calibrage Rec.709 corrige aussi la colorimétrie Rec.2020 (cf. capture ci‑dessous). De simples petites retouches seront nécessaires pour atteindre un niveau de précision similaire. Les seules limitations se situent donc, évidemment, au niveau des performances.

 

 

Expérience UHD HDR en demi‑teinte, mais image de qualité et contrastée

Si le TCL C70 est compatible UHD HDR10, il est loin d'exploiter toutes les spécifications de ce format. Le problème vient de la dalle UHD qui affiche des performances idéales pour gérer le Blu‑Ray 1 080p, l'Upscaling UHD, mais avec une couverture DCI‑P3 limitée à 92%, et 68% en Rec.2020.

D'autre part, la luminosité de cette dalle est très classique et loin d'atteindre les performances des dalles LED nouvelles générations optimisées pour le HDR. Ici, que ce soit en SDR ou HDR, les mesures plafonnent à 380 nits après calibrage. Nous avons fait des mesures avec diverses mires, HDR ou SDR, à 2%, 10%, 20%, 50% ou même 100 %, le pic lumineux reste constant, toujours en‑deçà de 400 nits.

 

En revanche, la belle surprise vient du contraste, très puissant pour un TV de ce type. La dalle VA, mais aussi l'excellente gestion du contraste dynamique, associé à une belle qualité de fabrication et d'assemblage, donc une parfaite homogénéité, permettent d'atteindre un taux de contraste Ansi impressionnant de 5 000:1 après calibrage en limitant la luminosité à 120 nits en SDR. En HDR, ce contraste peut varier entre 3 500:1 et 5 500:1 selon la luminosité des scènes, mais cela reste des valeurs assez impressionnantes, parmi les TV LED les plus contrastés du marché.

 

 

Évidemment, la courbe de transfert EOTF n'est pas exploitée comme il le faudrait pour une parfaite expérience HDR (cf. capture ci‑dessus) avec un Clipping dès 65% et une dérive à partir de 50%, mais la justesse colorimétrique, la qualité de l'image, l'homogénéité et le puissant contraste proposés permettent néanmoins de profiter d'une expérience HDR de bonne qualité. En SDR, en présence d'un Blu‑Ray 1 080p, les séances cinéma sont clairement très impressionnantes ! Pour résumer, ce TV ne souffre pas de défaut à proprement parler, simplement de limitations, assez logiques en somme à la vue du son prix indicatif.

 

Fluidité, homogénéité et Input Lag

Inutile de revenir sur l'homogénéité, nous en avons déjà parlé, elle est très bonne sur notre modèle de test, même s’il est important de préciser que cela peut varier d'un spécimen à l'autre. Sur un TV LED nous ne pouvons pas échapper à quelques variations et dérives, mais ici elles ne dépassent pas des écarts Delta E de 2,5, ce qui est un petit exploit, étant donné que sur certains modèles plus performants, nous avons parfois relevé des écarts sensibles avec un Delta E au‑delà de 6. Les modèles les plus homogènes sont souvent des TV Oled, ou de rares modèles LED comme le ZF9 de Sony (test à venir dans nos colonnes) qui utilise une dalle PFS particulièrement performante. On ne relève donc pratiquement pas de Clouding, ni aucune fuite de lumière, juste quelques légères traces de Banding (en cherchant bien) lors des travellings rapides ou lors des matchs de football par exemple.

 

 

Il faut ajouter à cela une compensation de mouvement de meilleure qualité que celles des années précédentes avec plusieurs réglages de fluidité et de précision. Par contre, aucune possibilité d'activer un mode BackLight Scanning afin de réduire l'effet de scintillement (dalle seulement 60 Hz, pour rappel) n’est présent. C'est l'un des critères sur lequel TCL doit s'améliorer, car l'image manque encore de précision. On trouve pourtant plusieurs réglages pour améliorer la précision et la fluidité de l’image, mais aucun n'est optimum. Il faut accepter un compromis : plus on augmente la fluidité, plus les artefacts sont présents et plus l'image devient floue. Nous sommes donc tentés d’améliorer la précision, malheureusement cela induit un scintillement plus visible. À savoir, augmenter la fluidité revient à booster la rémanence et, donc, le flou de bougé. Il existe un juste milieu, sans saccades, sans artefacts avec tout de même un léger scintillement, mais tout à fait acceptable. À chacun sa préférence.

 

Sinon, la présence d'une dalle 10 bits permet de réduire la postérisation et d'offrir des dégradés de qualité. Cependant, là aussi, certains modèles proposent des algorithmes qui permettent de traiter les niveaux de gradations en 14 bits, voire 16 bits par couleur, comme chez Sony ou Philips, ce qui permet de réduire encore un peu plus ce phénomène. Ce n'est pas le cas ici, la postérisation est réduite à environ 85%, soit un très bon résultat.

 

 

Enfin, côté Input Lag, on relève un taux de rémanence un poil élevé, 25,3 ms ce qui encore une fois indique un léger manque de précision de l'image en mouvement, mais un Input Lag assez impressionnant de 15,5 ms en mode Jeu (cf. photo ci‑dessus), soit tout simplement la valeur la plus véloce mesurée à ce jour ! Une excellente nouvelle pour les gamers. Précision, avec un signal Ultra HD, nous relevons le même Input Lag.

 

Pour conclure

Sans aucune hésitation, le TCL U55C7006 est actuellement le meilleur rapport qualité‑prix du marché. On peut même être surpris devant autant de fonctionnalités disponibles à ce prix ! Pour moins de 700 €, TCL propose une compatibilité UHD HDR, une interface Android TV 7.0 ultra‑complète avec des centaines d'applications et capable de transformer le TV en véritable passerelle multimédia. Il faut ajouter à cela une connectique riche, le Wi‑Fi, le Bluetooth, une barre sonore de qualité signée JBL, un des contrastes les plus puissants du marché, une excellente qualité de fabrication, un design moderne et ultra‑slim, et l'une des colorimétries les plus justes après calibrage. Certes, faire appel à un professionnel reste conseillé (c’est le seul moyen d’obtenir la quintessence d’un téléviseur et de connaître ses véritables capacités), mais il faut noter que la marque a également fait de gros progrès colorimétriques en sortie de carton.

 

 

Cela marque clairement une volonté de bien faire et de progresser. Cela se ressent d’ailleurs au niveau de la popularité du fabricant, grandissante (vous êtes d’ailleurs nombreux à nous avoir demandé le test de ce TV). Nous ne pouvons donc qu'encourager TCL à persévérer dans ce sens. Encore une fois, il apparaît difficile de reprocher de véritables défauts à ce TCL U55C7006, mais uniquement des limitations logiques au regard de son tarif, notamment en performances HDR ! Mais si vous devez changer votre TV et que votre budget est limité, ne cherchez plus, le TCL U55C7006 est bien l’oiseau rare du moment.

+ Les points forts
»  
Design ultra‑slim et moderne
»  
Qualité de fabrication soignée
»  
Puissant contraste de 5 000:1
»  
Interface Android TV 7.0 Nougat
»  
Compatibilité HDR10 et HDR HLG
»  
Excellente colorimétrie après calibrage
»  
Qualité sonore de la barre sonore JBL
»  
Rapport qualité‑prix imbattable
- Les points faibles
»  
Pic lumineux limité à 4 000 nits
»  
Couverture Rec.2020 limitée à 66%
»  
Angles de vision étroits
»  
Compensation de mouvement perfectible
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES