Enceinte

Kef R3

Par Gwendal Lars - Publié le 25/03/19
Mustav
Prix indicatif : 1 598 € TTC
Note AVCesar.com
Système : 2.0
Bibliothèques : R3
Dim./Poids : 210 x 385 x 345 mm/27 kg
1199,00 €
Amazon.fr
L’essentiel

Avec ces petits coffrets, baptisés R3, Kef propose d’étonnantes enceintes au format bibliothèque. Plusieurs de leurs spécificités ont de quoi surprendre. En premier lieu, fait peu courant sur ce type d’enceintes, elles adoptent une configuration trois voies. 

 

 

Haut-parleur Kef Uni-Q

Kef a en effet associé un boomer à son traditionnel haut‑parleur Uni‑Q. Rappelons que la solution Uni‑Q, spécifique à Kef, s’articule autour d’une structure coaxiale. Un tweeter vient prendre place au centre d’un haut‑parleur chargé de la restitution du grave et du médium (cf. shéma ci‑dessous). La jonction entre ces deux éléments se fait à 2,9 kilohertz.

 

Sur les R3 on retrouve cette structure habituelle chez Kef. Le tweeter met en œuvre un dôme ultraléger de 25 mm réalisé en aluminium. Une pièce de phase vient le protéger tout en optimisant la diffusion spatiale de l’aigu. Le haut‑parleur principal de ce dispositif coaxial, d’un diamètre de 125 mm, se base sur un cône en alliage aluminium/magnésium associant une grande rigidité à une très faible masse. De plus pour limiter le risque d’apparition d’ondulations de surface de cette membrane, notamment lors des transitoires, des nervures viennent encore la rigidifier. Par ailleurs, comme pour toute structure coaxiale, le cône du médium‑grave fait aussi office de pavillons pour optimiser encore la répartition spatiale de l’aigu.

 

 

 

Kef R3, haut-parleur boomer en sus

À noter que pour éviter toute rupture de continuité de surface entre le dôme du tweeter et le baffle, Kef joue ici sur des formes incurvées reliant les surfaces des divers éléments en douceur. Une première pièce métallique assure le couplage entre le tweeter et le centre de la membrane du médium‑grave tandis que la façade des R3 porte une garniture périphérique entourant ce haut‑parleur. Sa vocation est non seulement esthétique mais aussi d’adoucir la transition entre le cône de la membrane et la façade de l’enceinte. En évitant toute rupture brusque de courbure, elle garantit une diffusion optimale des ondes sonores. Généralement, sur ses formats bibliothèque, Kef nous avait habitués à ce que ce transducteur Uni‑Q prenne aussi en charge la restitution du grave.

 

Mais, sur la R3, pour une meilleure tenue de ce registre et plus de profondeur, Kef a décidé de le décharger de la restitution du bas du spectre en lui adjoignant un boomer (cf. photo ci‑dessous). Il prend le relais de la section médium/aigu à 400 hertz. Sa membrane adopte une forme en coupelle. Elle aussi se base sur un alliage aluminium/magnésium. Cette coupelle n’est pas directement solidaire de la bobine mobile. Un « contre‑cône » assure cette jonction et vient ainsi appliquer les forces issues de la bobine mobile en périphérie de la coupelle et non en son centre. Un choix qui, ici encore, limite l’apparition d’ondulations de surface indésirables.

 

 

Renforts internes et évent à courbure exponenielle

Un autre point surprenant concerne le poids des R3. Avec plus de 13 kg pièce elles sont en effet particulièrement lourdes pour ce type d’enceintes. Cependant, ce point s’explique par le soin apporté par Kef à la conception de leurs ébénisteries. Pour lui offrir une rigidité maximale et lutter contre l’apparition d’ondes stationnaires au sein de la charge acoustique du boomer, Kef a doté ces coffrets de renforts internes. Ils viennent rigidifier les flancs des R3 en les reliant mécaniquement, mais aussi diffracter l’onde arrière que génère le boomer. La charge acoustique ainsi constituée est décompressée par un évent arrière. Ici encore, cet élément bénéficie de tout le savoir‑faire de Kef. Sa tubulure principale est composée de caoutchouc souple et se termine par un pavillon à la courbure exponentielle afin d’éliminer tout risque d’apparition de bruits d’air lors des débattements de membrane les plus importants liés à la restitution de basses profondes.

 

Concurrence

Monitor Audio propose son enceinte bibliothèque deux voies, la Gold 100 (1 490 €). Elle se dote d’un tweeter à ruban pour la restitution de l’aigu. Son boomer de 165 mm lui assure une bonne assise dans le grave.

 

Pour son modèle Sonetto (1 490 €), Sonus Faber a opté pour un tweeter à dôme conventionnel, mais de fort diamètre, 29 millimètres. Par ailleurs, son évent frontal réduit sa sensibilité vis‑à‑vis de la distance qui la sépare des murs ou des objets qui l’entourent. Elle prendra place sans soucis dans des rayonnages, par exemple.

 

Une architecture assez conventionnelle pour la petite Rubicon 2 (1 799 €) que propose Dali. Elle aussi dispose d’un tweeter à dôme de 29 millimètres. La technologie SMC (Soft Magnetic Compound) spécifique à Dali abaisse le taux de distorsion. Enfin, pour la réalisation de son boomer, la marque reste fidèle à une membrane en fibre de bois qui offre une reproduction toute en douceur et subtilité.

 

Davis Acoustics dispose dans sa gamme de la Courbet N°3 (1 800 €). Pour son tweeter, la marque française a opté pour un dôme souple qui garantit une restitution moins agressive que certains dômes métal. Le boomer, pour sa part, se base sur une membrane en kevlar. Un matériau qui lui offre beaucoup de franchise dans le grave et une grande rapidité.

Verdict technique

La mise en service des Kef R3 est simple. Elle réserve cependant une dernière surprise. Si les bornes, de belle qualité, au nombre de quatre proposent d’opter soit pour un câblage conventionnel soit pour un bi‑câblage, les traditionnels straps brillent par leur absence. Deux « boutons » les remplacent (cf. photo ci‑dessous). En les « vissant » un contact interne vient établir la connexion entre les sections grave et médium/aigu de l’enceinte.

 

 

Kef R3, l'ADN de la marque

À l’écoute, les R3 ne peuvent renier leur appartenance à la grande famille Kef tant il est clair que l’ADN de la marque a forgé leur tempérament. Comme traditionnellement chez le constructeur britannique, leurs trois atouts majeurs sont toujours : le relief de l’image sonore, la limpidité de l’aigu et la profondeur du grave associé à un bel impact. Sur ce dernier registre, l’apport du boomer est indéniable. Il apporte à la restitution une excellente assise, elle est même surprenante de la part d’enceintes au gabarit aussi modeste.

 

 

Image sonore en relief du coaxial

Il est bon de rappeler que le relief de l’image sonore est lié à l’architecture coaxiale de la section médium/aigu des Kef R3. Cette configuration autorise une parfaite maîtrise de la mise en phase entre le tweeter et le médium en constituant une source sonore ponctuelle. Cette spécificité garantit une localisation précise de chaque élément de la scène sonore tant en largeur qu’en profondeur. D’où la sensation de naturel, de précision et de relief dont bénéficie la restitution.

 

Nous avons pu mettre en évidence ce comportement à l’écoute de l’Orchestre Symphonique de San Francisco dirigé par Seiji Ozawa dans l’exécution de Three Pieces for Blues Band and Orchestra de William Russo. La position de chaque musicien ainsi que la signature acoustique de la salle sont reproduites avec une précision digne des meilleurs éléments. À noter que cette œuvre offre également de très belles envolées de dynamiques. Un défi que les R3 ont relevé avec beaucoup d’aisance. 

 

 

Transparence de l'aigu

Ce sentiment d’image sonore vivante et pleine de relief est encore renforcé par la transparence de l’aigu. Le tweeter associe finesse et détail pour éclairer la scène sonore d’une très belle lumière. La restitution est limpide sans jamais pourtant donner dans l’agressif. Si ce comportement dans l’aigu se ressent notamment sur les percussions ou les sons les plus extrêmes de musique électronique, il offre aussi aux voix un phrasé très naturel. La sensation de présence du chanteur est bien là. Un effet de transparence que nous avons notamment ressenti sur la voix de Zaz dans Dans ma rue. À ce propos, nous avons également noté que la jonction entre le tweeter et le haut‑parleur médium se fait avec beaucoup de douceur sans le moindre « trou ». Une spécificité qui offre à l’écoute un excellent respect des timbres de voix. Elles sont restituées avec beaucoup de présence tout en conservant toute leur chaleur, ce qui n’est pas toujours évident. 

 

Fréquences graves franches et réalistes

Le grave, enfin, est d’une ampleur et d’une profondeur remarquable, on le répète, pour des enceintes de ce gabarit. De plus, il bénéficie d’une franchise et d’un impact généralement réservé aux enceintes dotées de haut‑parleurs de diamètre plus important. Le boomer confère à la restitution une excellente assise tout en conservant beaucoup de vivacité. Ici on donne dans le franc et jamais dans le ronflant à l’excès, ce qui est souvent le cas sur les petites enceintes qui veulent se faire aussi « grosses que les grandes » et tentent d’y parvenir en délivrant un grave passant à l’avant‑plan mais sans vigueur.

 

À l’inverse, les Kef R3 délivrent un grave parfaitement réaliste. Dans les impulsionnelles, elles font même preuve de beaucoup d’énergie. Elles assurent, entre autres, au solo de batterie de Take Five de Dave Brubeck une dynamique que l’on retrouve plus souvent sur de grosses colonnes que sur des enceintes de bibliothèque. Enfin, comme de tradition, Kef accompagne les R3 de cylindres en mousse afin d’obstruer plus ou moins leur évent. Ils ont pour fonction de modifier le comportement des R3 dans le grave. Il est ainsi possible de compenser une augmentation excessive de ce registre liée à la proximité d’un angle de pièce ou d’un mur, par exemple. Ici divers essais sont à réaliser au cas par cas en obstruant totalement, ou partiellement, les évents à l’aide des mousses fournies.

 

 

Hi-Fi et Home Cinéma

Les dernières‑nées de Kef ne manquent ainsi pas de charme. Polyvalentes, elles pourront faire office d’enceintes satellites sur une installation Home Cinéma mais elles seront également parfaites en tant qu’enceintes principales pour offrir à une pièce de taille moyenne une excellente qualité d’écoute. Enfin, signalons que Kef décline la finition des R3 en trois teintes : laqué blanc, laqué noir ou plaquage noyer clair (cf. photo plus haut). Elles s’harmonisent ainsi à bien des styles de décoration d’intérieur des plus conventionnels aux plus épurés, voire avant‑gardistes.

 

Conclusion

Vous l’aurez compris, les Kef R3, digne de la réputation de la marque et avec lesquelles nous avons pris beaucoup de plaisir pendant plusieurs jours à profiter de notre bibliothèque musicale, s’avèrent donc hautement recommandables. Et comme elles sont capables de se substituer avantageusement à des enceintes largement plus volumineuses, donc encombrantes, elles devraient intéresser plus d’un mélomane.

+ Les points forts
»  
Belle dynamique
»  
Ampleur de la restitution
»  
Franchise du grave associée à une grande profondeur
»  
Bon équilibre de la restitution
»  
Limpidité et détail de l’aigu
»  
Localisation des sources et relief de l’espace stéréophonique
- Les points faibles
»  
Event arrière
»  
Poids important
»  
Esthétique discutable des grilles de protection
BONNES AFFAIRES
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES