Tomb Raider

Année : 2013
Genre : action
Thème : Aventure
Multijoueur : Oui
Jeu en ligne : Oui
Éditeur : Square Enix
Développeur : Crystal Dynamics
Support : Blu-Ray PS3, DVD-9 Xbox 360 & PC
Sortie : 05/03/13
Prix ind. : 64,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
GD :
PEGI RatingPEGI RatingPEGI RatingPEGI Rating
Format image
Sous-titres
47,72 €
Amazon.fr
Rebooté une première fois dans une trilogie qui s’est conclue par Tomb Raider Underworld (cliquez pour (re)découvrir le test de la rédaction), Tomb Raider revient afin de tout recommencer... encore. Pour mémoire, la série a connu un succès sans précédent dès son premier épisode sorti sur PlayStation 1. Cette popularité lui a valu entre autres deux adaptations au cinéma, avec Angelina Jolie dans le rôle titre (cliquez pour notre test Blu‑Ray Tomb Raider). La notoriété n’a pas déclinée avec les années puisqu’un nouveau film est d’ores et déjà prévu (cliquez pour notre actualité à ce sujet).

Le présent épisode s’attarde sur les origines de Lara Croft, héroïne emblématique de la saga. Comment cette fille d’aristocrate passionnée d’archéologie est‑elle devenue une baroudeuse à la gâchette facile ? Dans la douleur, les larmes et le sang nous répond ce Tomb Raider.
Brutale et sans concessions, l’aventure fait subir les pires sévices à Lara, la confrontant à une violence limite mais rarement gratuite. La pauvre fille vulnérable reprend progressivement le contrôle et se transforme en guerrière endurcie, avec le joueur comme témoin et allié. Dans la série « pire journée de ma vie », la jeune Lara aura du mal à se surpasser : croyez‑nous, Tomb Raider n’a vraiment pas volé son label Pegi 18.

L’histoire démarre alors que Lara se lance en mer avec une bande de compagnons dans sa première expédition : la recherche du royaume perdu du Yamatai. L’île convoitée se trouve en plein Triangle du Dragon, sorte de triangle des Bermudes au large du Japon. Une violente tempête plus tard, l’aventurière en herbe se trouve échouée sur l’île, milieu hostile contrôlé par une secte de fous dangereux aux ambitions macabres et surnaturelles...

La tension et la caméra rapprochée d’un Resident Evil 4, les vues imprenables d’un Uncharted, un soupçon de Lost pour l’atmosphère... Tomb Raider multiplie les références sans jamais s’éloigner d’une identité forte et originale. De bout en bout, l’aventure est violente, prenante, cinématographique mais toujours ludique. Plus que réussi, ce reboot réinvente la série pour au final ne provoquer qu’une seule question : à quand la suite ?
Lionel Vilner - Publié le 26/03/13
Jouabilité
Alternant zones semi-ouvertes et scènes scriptées à la mise en scène spectaculaire, Tomb Raider est globalement linéaire. Mais il n’est pas rare de pouvoir dévier du chemin principal ou de revenir sur ses pas afin de récolter trésors cachés, matériaux pour améliorer l’équipement et expérience pour acquérir de nouveaux talents.

Les phases de combat sont agréables et engageantes, Lara se mettant à couvert automatiquement et étendant ses possibilités d’attaque et défense à mesure qu’elle progresse dans l’île.

Habile à distance avec son arc et toutes sortes d’armes à feu, l’héroïne n’est pas non plus impuissante au corps à corps. Selon les situations, il est possible d’éliminer les ennemis discrètement par derrière, ou bien de leur rentrer dans le lard à coup de piolet. Les animations sont particulièrement brutales, et la plupart des exécutions hanteront les cauchemars des âmes les plus sensibles.

L’escalade et l’exploration font partie des activités les plus réjouissantes de l’île, avec plus d’une occasion pour s’émerveiller des performances athlétiques de Lara. Les dénivelés et bâtiments ont été positionnés avec attention pour créer un terrain de jeu tout en verticalité, extrêmement plaisant à parcourir.

Mention spéciale pour le mode de vision Instinct de Survie, mettant en surbrillance les objets et lieux d’intérêt. Il permet de clarifier les objectifs, sans pour autant s’imposer comme une indispensable béquille.


Durée de vie
Une dizaine d’heures suffit à boucler l’aventure principale. Une fois terminée, vous pouvez revenir sur l’île pour récolter les artefacts que vous auriez pu rater la première fois, afin de débloquer tous les talents de Lara et maximiser son armement. Le système de cartographie limpide et bien pensé vous rendra la tâche plus agréable.

Ceux qui en veulent encore plus peuvent s’essayer au mode Multijoueurs, amusant quelques instants mais plutôt décevant par rapport au mode Solo.
Note Game Design : 5/6
Image
L’aventure a beau se dérouler sur une seule et même île, la variété des environnements et situations rencontrées est étonnante. Entre les installations militaires délabrées datant de la dernière guerre mondiale, les reliques médiévales japonaises, les villages de fortunes de la secte folle et la nature elle‑même, c’est une véritable découverte à chaque (re)coin de montagne.

Fourmillant de détails dans les cavernes et habitations les plus étriquées, Tomb Raider émerveille également par ses décors naturels, mis en valeur par une distance d’affichage à couper le souffle. Il n’y a pas d’autre mot que vertigineux pour décrire la plupart des passages du jeu.

Énorme travail également sur l’animation de Lara. Agile mais fragile, elle se bat comme un animal blessé et réagit automatiquement aux situations et environnements, pour une immersion et une crédibilité accrues.

Nécessitant de plus grosses ressources techniques, le mode Multijoueurs est naturellement moins réussi que le Solo.
Note image : 5/6
Son
Des percussions pressantes lors des fusillades jusqu’aux envolées philharmoniques illustrant les époustouflants panoramas, la bande‑son est un modèle du genre.

Le doublage français est également soigné, la voix de Lara Croft bénéficiant d’une belle performance de la part d’Alice David, la jolie comédienne de la série Bref. Parmi les seconds rôles, les plus attentifs repèreront également Maïk Darah, doubleuse officielle de Whoopi Goldberg et Courteney Cox.
Note son : 5/6


PLANNING
DVD 20/11/18 Sans adieu
DVD 20/11/18 Dirty Dancing
BLU 20/11/18 Dirty Dancing
INTERVIEWS
Christian Rouaud - Tous au Larzac
https://www.avcesar.com/source/interview/130/photo_0548183008.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/158/photo_0627103424.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/150/photo_0520115613.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/135/photo_0315184326.jpg
christian-rouaud
kyan-khojandi
kevin-bacon
sidse-babett-knudsen
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Sony SAL2470Z - Objectif à zoom - 24 mm - 70 mm - f/2.8 Vario-Son... - Filtre STARBLITZ 55mm PL-CIR - Tokina AT-X 10-17mm f/3.5-4.5 No Hood (Canon) - Sony Cyber-shot DSC-WX350 - Appareil photo numérique - compact - ... - Nikon coolpix 7600 compact 7.1 mpix - Canon EOS 300D reflex 6.3 mpix + objectif canon 75-300 + objectif... - Batterie pour SONY NP-FT1 - Garantie 1 an - NIKON Batterie EN-EL3e pour NIKON D80,D90,D200,D300,D300S,D700 - SONY DSC-P52 - Appareil Numérique 3.2 MP - Zoom Optique 2x / Numé... - SilverCrest 77313 - Pied télescopique tout appareil photo ou came... - Fixation PNJ CAM AEE GUIDON ROLL BAR - Nikon 35mm f:1.8 AFS DX - B+W NL 2 - Objectif macro - 500 mm - Canon FT QL - Reflex Argentique - Sony FDR-X3000R Caméra sport 4K UHD avec stabilisateur optique éq... - Cokin 2er Stern P 058 - Camera sport Action Wifi SJ7000 DVR Or - Objectif Olympus Zuiko 1,8 f 50mm - Filtre Contax Y48 (y2) MC pour Objectif 82 mm - Appareil photo POLAROID Supercolor SE 635 -