Smartphone

Realme X50 Pro

Par Michel Brunet - Publié le 12/05/20
Mustav
Prix indicatif : 749,90 € TTC
Note AVCesar.com
Type : Smartphone
Stockage : 256 Go
Caméra : 64 + 8 + 12 + 2 Megapixels
Selfie caméra : 32 + 8 Megapixels
Dimensions (L x H x P) : 159 x 74,2 x 8,9 mm
Poids : 0,205 kg
L’essentiel

Même en mettant de côté le contexte très particulier de l’année 2020, le marché des smartphones est plus compliqué que jamais. Le rythme de renouvellement ralentit et tout le monde attend avec impatience le lancement commercial de la 5G pour dynamiser le secteur.

 

 

Nouvelle marque en France

Dans ce contexte, une nouvelle marque chinoise arrive en France. Il s’agit de Realme qui propose une gamme de smartphones qui s’est fait connaître dans son pays et en Espagne (siège européen de la marque) par son rapport qualité/prix exceptionnel. Pour l’heure, cette gamme est couronnée par le X50 Pro, un terminal d’ores et déjà compatible avec les réseaux 5G. Ce smartphone débarque en trois configurations matérielles se différenciant par la quantité de mémoire embarquée : 8 Go de Ram et 128 Go de stockage pour 599,90 €, 8 Go/256 Go pour 699,90 € et enfin 12 Go/256 Go pour 749,90 euros. Le tout est proposé en deux couleurs plutôt originales : vert et prune. Exit donc les traditionnels noirs ou blancs.

 

Présentation du Realme X50 Pro

Comme tous les smartphones modernes, le Realme X50 Pro s’architecture autour de son grand écran qui occupe plus de 85% de sa façade. Celui‑ci présente un ratio 20:9. La dalle accueille un lecteur d’empreintes digitales et une double caméra frontale dans une bulle horizontale qui forcément vient ôter un certain nombre de pixels utilisables. L’écran offre une diagonale de 6,44'' (16,4 cm), une taille qui n’étonne plus vraiment aujourd’hui. La dalle Amoled propose une définition de 1 080 x 2 400 pixels soit une résolution de 404 points par pouce. L’écran est encadré par deux haut‑parleurs.

 

 

Le dos du Realme X50 Pro s’appuie sur un verre spécifique dont la surface est mate. Nous retrouvons alignées verticalement pas moins de quatre caméras sur lesquelles, bien évidemment, nous reviendrons. Les tranches du smartphone sont en aluminium et de la même couleur que l’arrière, soit dans notre cas, la couleur prune. Les boutons sont classiques avec à droite la touche d’allumage/extinction et à gauche celle du volume. La tranche inférieure accueille simplement une trappe pour une nanoSim et le connecteur USB‑C. Vous l’aurez compris, la prise casque mini‑Jack 3,5 mm a déserté ce mobile qui n’est pas officiellement étanche. La marque annonce en revanche qu’il résiste à la poussière et aux projections d’eau. Au final, le X50 Pro présente une excellente qualité de fabrication avec des matériaux premium très agréable à l’œil, et même au toucher si l’on évoque le verre satiné de son dos qui présente en prime la qualité de bien résister aux traces de doigt.

 

 

Modèle le plus haut de gamme en test

Pour notre test, Realme nous a envoyé la version la plus huppée de son smartphone avec 12 Go de Ram de dernière génération (LPDDR5) et 256 Go de stockage interne. Il faudra s’en contenter, car il n’y a pas d’emplacement pour une carte mémoire micro‑SD. Cette capacité devrait toutefois suffire à la plupart des utilisateurs. Vitrine technologique de la marque, le Realme X50 Pro intègre la surpuissante plateforme Octa Core Qualcomm Snapdragon 865 (2,84 GHz Kryo 585 + 3 x 2,42 GHz Kryo 585 + 4 x 1,8 GHz Kryo 585) gravé en 7 nm, tout simplement ce qui se fait de mieux aujourd’hui. Les benchmarks en sont encore tout retournés. L’incontournable AnTutu donne ainsi un score de 589 683 points et même 596 318 points en activant le mode Haute performance depuis le menu Batterie du smartphone. Geekbench aboutit pour sa part à un score de 905 points en mode Single Core et 2 918 points en Multicore. Ces chiffres ne sont pas à comparer directement à ceux obtenus lors de nos précédents tests, car les deux benchmarks ont été depuis mis à jour. Sachez cependant que le gain par rapport au Snapdragon 855 est bien réel, autour de 15 % à 20 % en ce qui concerne la puissance brute du processeur.

 

 

Cette mécanique ultra‑moderne est aussi à la pointe en matière de connectivité. Le Realme X50 Pro supporte toutes les bandes de fréquences 5G. Il propose par ailleurs le Wi‑Fi 802.11ax et le Bluetooth 5.1 pour une prise en charge des codecs les plus récents comme l’APT‑X HD. Du point de vue logiciel, nous retrouvons Android 10 associé à la surcouche realme UI 1.0.

 

Le plein de capteurs

Comme nous vous l’annoncions plus haut, le Realme X50 Pro embarque un quadruple capteur photo à l’arrière. Un système complet qui entend s’adapter à un maximum de situations. Nous trouvons donc :

  • Un capteur principal de 64 Mpxls ouvrant à f/1,8
  • Un ultra grand‑angle de 8 Mpxls ouvrant à f/2,3
  • Un téléobjectif x2 12 Mpxls ouvrant à f/2,5
  • Un capteur noir et blanc pour la profondeur de champ

À l’avant, deux caméras sont dévolues aux fameux selfies. Le module principal s’appuie sur un solide capteur 32 Mpxls tandis que le second, 8 Mpxls, est couplé à un ultra grand‑angle.

Pour la vidéo, le smartphone peut filmer en Ultra HD à 30 im/s, en Full HD en 30 ou 60 im/s et enfin en HD également en 30 ou 60 images par seconde.

 

 

Recharge ultra‑rapide

Le Realme X50 Pro intègre une batterie de 4 200 mAh. Elle bénéficie de la technologie de recharge maison ultrarapide dénommée Super Dart. S’appuyant sur un imposant adaptateur secteur 65 W, elle permet à la batterie de passer de 0 % à 100% en moins de 40 minutes. La recharge sans‑fil est en revanche absente de ce modèle. Dommage, car si c’est option très confortable au quotidien et surtout universelle.

 

Concurrence

Le Realme X50 Pro est un smartphone globalement réussi (cf. notre Verdict technique plus bas) qui affiche un prix d’attaque pour le moins séduisant sachant que la majorité des utilisateurs pourront se contenter de la « configuration de base ». Moins de 600 € pour un smartphone 5G très réussi sur le plan du design. Qui dit mieux ? 

 

Il trouvera face à lui le Xiaomi Mi 10 proposé au prix de 799 € en version 8 Go de Ram et 256 Go de stockage soit 100 € de plus que le Realme dans la même configuration mémoire. 

 

Le OnePlus 8 est aussi un peu plus cher sans parler du Samsung Galaxy S20 facturé plus de 1 000 € avec 128 Go de stockage.

 

Le premier Realme testé dans nos colonnes confirme donc la tradition de tarification agressive de la marque, ce qui n’est évidemment pas pour nous déplaire !

Fiche technique
Type : Smartphone
Écran : 6,44"
Résolution : 2 400 x 1 080 px
Stockage : 256 Go
Batterie : 4 200 mAh
RAM : 12 000 Mo
Processeur : Qualcomm Snapdragon 865 (ARM, 2,84 GHz Ghz, 8 cœurs, 12 000 Mo RAM)
Ecran : OLED (tactile capacitif, 2 400 x 1 080 pixels)
Lecteur d'empreinte : oui
Réseau : 5G, Wi-Fi ax, Bluetooth 5.1 + EDR, NFC
Caméra : capteur arrière 64 + 8 + 12 + 2 Megapixels avec flash, capteur avant 32 + 8 Megapixels
 
Connectique : , Deep Color, Upscaling vidéo 1080p, port USB Host, lecteur de carte sans
Compatibilité : MP3, WMA, AAC, Ogg, Flac, résolution maximum Ultra HD (2160 lignes), HDR10+, Divx (via app. tiers), WMV, Mpeg2 (via app. tiers), Mpeg4 (via app. tiers)
Fonctions : magasin d'applications universel, UPnP (via app. tiers), standard vidéo manuelle, PAL 50 Hz, NTSC 60 Hz
Finition : rouge ou vert
Dimensions (L x H x P) : 159 x 74,2 x 8,9 mm
Poids : 0,205 kg
ph image
Verdict technique

Sur le papier, ce smartphone en offre beaucoup pour un tarif contenu. Techniquement il ne craint pas grand monde et il constitue un gage de durabilité par son support de toutes les technologies actuelles et futures. Voyons maintenant ce que ça donne sur le terrain.

 

 

Smartphone très agréable en main

La prise en main du Realme X50 Pro est facilitée par son format d’écran qui lui permet de demeurer relativement étroit et donc facilement préhensile par les mains de taille moyenne. De plus, en optant pour une diagonale relativement raisonnable au regard de la concurrence qui dépasse souvent aujourd’hui les 6,6’’, il demeure plutôt facile d’atteindre le haut de l’écran pour, par exemple, dérouler le panneau de notifications. Sinon, à l’usage, ce smartphone fait sentir son poids : il pèse tout de même 205 grammes. Mais c’est sans doute le prix à payer pour l’utilisation de matériaux premium : cela présente vraiment bien ! Bravo au passage pour les deux couleurs aussi originales qu’esthétiques.

Les différentes touches matérielles sont judicieusement placées et seront faciles à trouver tant par les gauchers que par les droitiers. Seule la surface du lecteur d’empreintes digitales intégré à l’écran nous a semblé située un peu trop bas.

 

Un très bel écran

La dalle Amoled est taillée pour le multimédia avec son format allongé 20:9. De plus, elle supporte les contenus HDR10+ comme ceux proposés par Netflix, le service américain profitant au passage du support des DRM Widevine L1. Les couleurs sont parfaitement retranscrites si vous vous donnez la peine de procéder à quelques réglages manuels dans les menus idoines. L’écran couvre les espaces chromatiques sRGB et DCI‑P3. La luminosité est élevée même si nous avons déjà vu mieux (malgré un pic annoncé à 1 000 nits) et les contrastes sont rendus infinis par l’utilisation de l’Amoled.

Cette dalle se distingue par sa fréquence de rafraîchissement de 90 Hz contre 60 Hz pour les écrans standards. Cette possibilité est exploitée par l’interface du smartphone qui montre ainsi une grande fluidité dans ses mouvements. Un défilement vertical offre ainsi un sentiment de confort difficile à expliquer avec des mots. Mais croyez‑nous, cela fonctionne ! Les jeux, lorsqu’ils sont compatibles, exploitent plutôt bien ces 30 images par seconde supplémentaires.

 

 

Un bémol cependant, les deux caméras intégrées dans la dalle de l’écran occupent au final une bande relativement grande, soit autant de pixels en moins pour la surface d’affichage. L’interface gère assez bien cette présence, mais pas de miracle lorsqu’il s’agit de regarder une vidéo, une petite gêne est toujours présente.

 

 

Partie sonore de qualité

L’écran est encadré par deux haut‑parleurs pour un rendu stéréophonique. Les deux composants ne sont pas identiques puisque celui‑ci du haut, qui prend place derrière une fine grille dans le rebord de l’écran, est aussi utilisé pour les fonctions de téléphonie mains libres. Malgré tout, la scène sonore est plutôt équilibrée même si le transducteur principal dans la tranche inférieure du smartphone renvoie plus facilement quelques graves. Au global, la puissance est bien là avec une saturation limitée à haut volume. Le smartphone est fourni avec des écouteurs venant directement se brancher sur la prise USB‑C ainsi qu’avec un adaptateur USB‑C vers mini‑Jack 3,5 millimètres. Il bénéficie par ailleurs d’une certification Dolby Atmos qui se matérialise par la présence d’un panneau de contrôle permettant quelques réglages. La spatialisation apparaît un poil plus importante mais rien de révolutionnaire dans ce domaine.

 

 

Une bête de course

À l’usage, nous ne pouvons qu’être d’accord avec les résultats obtenus lors de nos séances de « benchs » : ce smartphone offre une expérience parfaitement fluide. Aucune latence n’est venue gâcher notre plaisir de l’utiliser. L’interface est d’ores et déjà aboutie, sans errements dans sa traduction, et en offrant un large panel de fonctionnalités et de possibilité de personnalisation. Les applications se lancent rapidement pour ne pas jamais s’essouffler par la suite. Pour le jeu, le processeur Qualcomm Snapdragon 865 et le nouveau circuit graphique Adreno 650 font aussi des merveilles. Il est possible de profiter de tous les titres du moment avec les détails poussés à fond. Le système de refroidissement qui s’appuie notamment sur une chambre de refroidissement en graphène est conçu pour envoyer la chaleur à l’extérieur du smartphone dont le dos chauffera donc de manière sensible. Mais cela se traduit aussi par des composants qui demeurent dans des tranches de températures raisonnables et qui, donc, permettent le maintien du niveau de performances dans la durée.

 

Les capacités photo

Dans l’ensemble ce Realme X50 Pro réalise un bon parcours en matière de photos même si les traitements numériques ne nous semblent pas aussi bien maîtrisés que chez certains concurrents. En zoomant sur les clichés ou tout simplement en les visionnant sur un grand écran, il sera facile de trouver des zones où les détails disparaissent. C’est le cas par exemple dans les feuillages.

 

 

Par défaut, le smartphone prend ses photos en 16 Mpxls en réunissant les pixels par groupe de quatre pour optimiser son rendement en basse luminosité. En basculant en mode 64 Mpxls on retrouve logiquement quelques détails. Le prix à payer sera l’obtention de fichiers plus lourds. L’IA et le HDR fonctionnent de concert pour améliorer le rendu des clichés, mais parfois le résultat manque de naturel.

 

La caméra ultra grand‑angle excelle lorsqu’il s’agit d’embrasser un paysage (cf. deuxième photo ci‑dessous). La déformation optique est limitée et le piqué très appréciable. Cette caméra est aussi utilisée pour la macrophotographie (mise au point à 4 cm) avec un résultat plus décevant : le bruit numérique est rapidement présent avec des flous fréquents.

 

 

Le téléobjectif (x2) fait bien entendu mieux qu’un zoom purement numérique en matière de conservation des détails (cf. troisième photo ci‑dessous). Certains concurrents font cependant mieux dans ce domaine. En revanche le mode Portrait est très efficace. Le sujet photographié est détouré de l’arrière‑plan avec précision et naturel. Afin de visualiser au mieux les divers angles de prises de vues proposés par le Realme X50 Pro, les trois photos ci‑dessous d'une même scène sont prises pour la première à l'ultra grand‑angle, la deuxième au grand‑angle et la troisième au téléobjectif.

 

 

 

 

Et le zoom hybride x5 permet d’aller chercher des détails insoupçonnés comme sur une terrasse lointaine.

 

 

Lorsque la lumière se faire rare, la caméra principale du RealmeX50 Pro fait preuve d’excellentes capacités. Les détails sont préservés et le rendu global demeure bon, y compris en pleine nuit où la fonction Nightscape 3.0 excelle. Tout ceci est également vrai pour l’ultra grand‑angle tandis que le téléobjectif x2 est dans un tel environnement remplacé par un zoom numérique censé être plus efficace.

 

À l’avant, la caméra principale 32 Mpxls permet de réaliser des selfies de grande qualité foisonnant de détails. Le second module 8 Mpxls va être capable de faire figurer plus de personnes sur la photo, une possibilité appréciable dans certaines circonstances pour des photos plutôt réussies en général.

 

Les capacités vidéo

Si l’absence de captation Ultra HD 8K ne nous chagrine pas plus que cela, nous aurions apprécié que le Realme X50 Pro permette l’enregistrement à 60 images par seconde en Ultra HD 4K. Autre absence regrettable, le mode 4K doit se passer de stabilisation. À réserver donc aux scènes bien éclairées et peu agitées. Nous vous conseillerons donc de privilégier le 1 080p dans la vie de tous les jours, car ce mode permet d’obtenir sans trop de mal des vidéos fluides et nettes avec en prime une très belle dynamique.

 

Autonomie moyenne… mais

Avec sa batterie de 4 200 mAh, une capacité imposante, nous nous attendions à une meilleure autonomie. En effet, elle ne dépasse pas la journée et demie. Bien sûr, cela n’a rien de déshonorant sachant qu’il est possible de grappiller une ou deux heures en forçant l’affichage en 60 Hz (contre 90 Hz on le rappelle). De plus, la recharge ultra rapide vient à la rescousse de bien belle manière. En effet, il faut effectivement 38 minutes pour une pleine charge. Plus impressionnant encore nous sommes passés de 0% à 50% de charge en moins de 15 minutes. De plus, le tout se fait sans stresser la batterie qui garde la tête froide, car la technologie de charge rapide embarquée comme celle de ses cousins d’Oppo s’effectue en basse tension.

 

 

Conclusion

Le Realme X50 Pro marque de bien belle manière l’arrivée officielle de la marque en France. Ce smartphone est une réussite et réalise un beau parcours. Son intérêt va donc bien au‑delà de son rapport prix‑prestations quasi imbattable. C’est aussi un très beau smartphone, ultra‑puissant et à la qualité de fabrication impeccable. Sa partie photo est complète, quoique légèrement moins performante que les meilleurs mobiles du moment. Mais elle permet de réaliser tout de même de belles photos pour le commun des mortels.

+ Les points forts
»  
Finitions soignées
»  
Couleurs originales
»  
Bel écran
»  
Surcouche agréable
»  
Puissance impressionnante
»  
Recharge ultra rapide
»  
Prix
- Les points faibles
»  
Partie photo un peu en retrait
»  
Autonomie moyenne
»  
Pas de recharge sans‑fil
»  
Absence de prise casque
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

BONNES AFFAIRES
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES