Tout-en-un

JBL Bar 9.1

Par Gwendal Lars - Publié le 15/09/20
Mustav
Prix indicatif : 999 € TTC
Note AVCesar.com
Type : chaîne 5.1.4
Puissance : 820 W
Décodage : Dolby Atmos et DTS:X
Multimédia : USB Host
Caisson de graves : actif
999,00  €
Amazon.fr
L’essentiel

JBL n’en est pas à son coup d’essai en matière de barres de son. Nous avons d’ailleurs testé différentes solutions innovantes que propose la marque pour optimiser le son de tout téléviseur. Des équipements allant du plus simple, comme la petite barre de son Boost TV (cliquez sur la référence pour découvrir le test complet du produit par la rédaction d’AVCesar.com), au plus évolué, comme le prouve cette nouvelle venue que nous testons aujourd’hui.

 

Système sonore 5.1.4

En effet, avec elle, JBL s’attaque à la troisième dimension. Baptisée JBL Bar 9.1, elle adopte une structure 5.1.4. C’est‑à‑dire qu’elle ajoute aux cinq canaux traditionnels d’un système surround 5.1 quatre canaux dédiés à la restitution des « sons venant du ciel » des bandes‑son Dolby Atmos (et DTS:X). Ainsi, l’immersion sonore ne se fait plus uniquement dans le plan horizontal, mais réellement dans l’espace, donc en trois dimensions.

 

 

Pour parvenir ce résultat, JBL a dû multiplier le nombre de haut‑parleurs que compte sa nouvelle barre de son, pour un total de quatorze (en comptant le caisson de basses). Ils sont répartis tant au niveau de son bloc principal (9 de tyoe racetrack et de forme ovoïdes + 2 Up‑Firing large bande + 3 tweeters 20 mm), à loger sous le téléviseur, qu’à celui des petits satellites (1 Up‑Firing large bande + 1 tweeter par satellite). Outre les haut‑parleurs dédiés à une reproduction 5.1 conventionnelle, quatre haut‑parleurs supplémentaires s’invitent : un à chaque extrémité de la barre de son et un dans chaque satellite. Inclinés, ils profitent de la réflexion du son sur le plafond de la pièce pour créer des sources sonores en hauteur. Exactement comme si de petites enceintes étaient fixées au plafond.

 

 

Par ailleurs, JBL a souhaité que la Bar 9.1 soit intégralement sans‑fil (sauf celui d’alimentation bien sûr). Si ce mode d’interconnexion s’est banalisé sur la plupart des caissons de grave, le raccordement d’enceintes satellites reste souvent problématique. Dans certains cas, si une liaison sans‑fil assure la transmission du signal vers les satellites, leur alimentation nécessite encore un raccordement au secteur… et donc un fil. Ici JBL a opté pour une solution radicale, comme il l’avait déjà fait sur sa Bar 5.1, à savoir équiper les enceintes satellites d’une batterie pour assurer leur totale indépendance énergétique.

 

 

Enceintes surround détachables sur batterie

Cependant, dès qu’il est question de batterie, envisager leur recharge de manière simple est indispensable. Ici également, JBL propose une solution élégante. Les petits satellites viennent prendre place à chaque extrémité de la barre de son. Un dispositif magnétique vient assurer leur verrouillage à son niveau. Dès qu’ils sont fixés, le rechargement de leur batterie débute sans aucune intervention de la part de l’utilisateur. De plus, ils profitent de cette disposition pour élargir l’espace stéréophonique et lui donner plus d’ampleur.

 

 

Par ailleurs, JBL a associé à la Bar 9.1 un caisson de basse « musclé ». Il s’articule autour d’un boomer à fort débattement de 254 mm de diamètre associé à une charge bass‑reflex.

 

 

Un large évent la décompresse. Nous avons pu noter qu’il disposait d’une embouchure évasée afin d’éviter l’apparition de bruits d’air lors de la restitution des graves les plus profonds (cf. photo ci‑dessous). Un amplificateur numérique Class D d’une puissance de 300 W le pilote. Cette calibration généreuse de l’amplification permet à la Bar 9.1 de restituer les effets spéciaux et d’accompagner les scènes d’actions avec beaucoup d’efficacité, voire d’impétuosité… au grand dam du voisinage pour les utilisateurs vivant en appartement.

 

 

Bien entendu la liaison entre le corps principal de la barre de son et ce caisson se fait également sans‑fil. Normalement ces deux éléments sont appairés en usine et leur jumelage est effectif dès la mise sous tension du système. Un poussoir de réactivation de l’appairage est néanmoins disponible en cas de perte de cette liaison.

 

Connectique et connectivité

En ce qui concerne la connectique, l’essentiel est présent même si les entrées analogiques brillent par leur absence. Une entrée optique permet cependant de connecter une source audio numérique, comme un lecteur CD audio ou une box par exemple. De même, un port Ethernet sur prise RJ‑45 propose un raccordement filaire de la Bar 9.1 au réseau domestique. Si un port USB est également présent, il est réservé aux mises à jour de la barre de son. Enfin une entrée et une sortie HDMI de dernière génération, compatibles HDR Dolby Vision sont présentes. À noter que la sortie, à connecter au téléviseur, est compatible eARC. Elle accepte ainsi tant les flux Hi‑Res Audio que ceux dédiés au Dolby Atmos/DTS:X. Reste que, pour ce qui est de la connectivité non filaire, outre le Bluetooth 4.2, la Bar 9.1 reste très complète puisqu’elle est compatible Chromecast et AirPlay 2.

 

Zoom sur la télécommande

La télécommande, enfin, est assez minimaliste mais donne accès à l’essentiel. Outre un sélecteur de sources et un réglage de volume général, deux touches supplémentaires donnent accès au niveau de restitution du caisson ainsi qu’à celui des satellites. Seule une sélection de cinq niveaux pour le caisson (et même de trois seulement pour les satellites), est accessible : Low, Mid et High. Ce qui nous a, au début, semblé un peu « grossier » comme réglage s’avère suffisant à l’usage pour répondre à la plupart des situations.

 

Concurrence

Pionnier dans ce domaine, Yamaha propose la MusicCast YSP‑5600. Elle garantit une restitution 7.1.2 par réflexion et peut fonctionner seule, donc sans l’assistance d’un caisson de basses. Elle est proposée à 1 999 euros. Bénéficiant d’une connectique très complète, elle dispose également d’accès Bluetooth et Wi‑Fi. Compatible DLNA et AirPlay elle s’intègre à l’écosystème multiroom MusicCast de la marque.

 

Philips a également proposé la barre de son Fidelio B8 (899 €), que nous avions testé à l’époque (cliquez sur la référence pour découvrir le test complet du produit par la rédaction d’AVCesar.com). Seuls les protocoles Bluetooth et NFC sont au programme.

 

Sony dispose de la HT‑ST5000. Également compatible Dolby Atmos 7.1.2, elle est proposée au prix de 1 499 euros. Son fonctionnement se base aussi sur la réflexion de faisceaux sonores directifs sur les murs et le plafond. Pourvue d’un transmetteur Wi‑Fi et d’un port Ethernet sur prise RJ‑45, elle fait aussi office de lecteur réseau, accède aux webradios, contenus en streaming et intègre des fonctionnalités multiroom.

 

Avec la HW‑Q950T, commercialisée à 1 499 €, Samsung propose un système « hybride ». La barre de son 9.1.4 assure la restitution des canaux frontaux ainsi que des canaux Dolby Atmos, tandis que des satellites prennent en charge la diffusion de ceux d’ambiance. Sa particularité réside dans sa fonction Q‑Symphony active uniquement en cas d’association avec un TV QLED Samsung millésime 2020 : normalement désactivés une fois une barre de son raccordée au TV, les haut‑parleurs du téléviseur Samsung restent dans cette configuration de mise, pour un champ sonore encore élargie.

 

De son côté, pour des raisons de réduction d’encombrement et de simplicité d’utilisation, Onkyo a déporté l’électronique de sa barre de son LS7200. Un cordon doté de connecteurs spécifiques permet d’interconnecter les deux éléments. Elle propose une restitution 3.1.2. Elle est proposée au prix de 1 199 euros.

Fiche technique
Type : chaîne 5.1.4
Puissance totale : 820 W
Connectique : 1 entrée HDMI (v 2.0b), 1 entrée numérique (optique), 1 sortie HDMI (v 2.0), port USB Host (arrière), port Ethernet
Traitement audio : HE-AAC, Dolby Digital, DTS, Dolby TrueHD, Dolby Atmos, DTS HD, DTS:X
Multimédia  : MP3, WMA, Bluetooth 4.2 + EDR, Airplay
Réglage vidéo : transcodage vidéo vers HDMI, gamme HDMI étendue
Fonctions : eARC, CEC, xvYCC, Deep Color, Auto LipSync
Barre sonore : 9 haut-parleurs, tout en un, bande passante de 80 à 17 000 Hz, finition noire
Consommation : 90 W (0,5 W en veille)
Dim. (L x H x P) : 884 x 62 x 120 mm
Poids : 3,64 kg

Surrounds : type Unipolaire, 2 haut-parleurs, sans fil, bande passante de 80 à 17 000 Hz, finition noire
Dim. (L x H x P) : 173 x 60 x 120 mm
Poids : 0,72 kg

Caisson de graves : actif, woofer de 254 cm, sans fil, bande passante de 34 à 80 Hz, finition noire
Dim. (L x H x P) : 305 x 440 x 305 mm
Poids : 11,1 kg
ph image
Verdict technique

La mise en service de la JBL Bar 9.1 est simple. Les seuls points a respecter sont, en premier lieu, le bon positionnement des satellites, ensuite l’exécution d’un court protocole de calibrage. Pour nos tests nous l’avons associée à un lecteur Blu‑Ray, en tant que source susceptible de nous fournir des séquences encodées Dolby Atmos et, bien entendu, à un téléviseur. De même, nous avons utilisé son port Ethernet pour son raccordement au réseau.

 

Installation intuitive et rapide

Dès la mise sous tension, la Bar 9.1 s’est automatiquement connectée pour réaliser une série très complète de mises à jour. JBL nous a confirmé que ce comportement était normal car des évolutions Firmware destinés à optimiser le comportement de la barre de son sur les flux Dolby Atmos avaient été récemment mis en place.

 

 

JBL nous a également indiqué une procédure pour réaliser ces mises à jour sans connecter la barre de son au réseau. Pour les réaliser, il suffit de les télécharger sur une clé USB et de la brancher sur le port USB de la barre de son. Bref, une fois ces mises à jour terminées, ne soyez pas surpris, la barre de son passe en mode Veille. Il suffit de presser le poussoir de mise en route pour qu’elle s’allume. L’interconnexion des divers éléments sans‑fil s’est faite sans le moindre souci. 

 

Étalonnage sonore rapide

Précisons que pour une adaptation optimale de la Bar 9.1 à l’acoustique de la pièce d’écoute, un étalonnage est conseillé. De même JBL préconise que ce soit un large canapé qui soit utilisé comme siège devant le téléviseur. L’étalonnage se fait en deux phases : durant la première, les petits satellites doivent être placés aux côtés de l’utilisateur, posés sur l’assise du canapé. Il faut prendre soin de bien respecter leur marquage, Left à gauche, Right à droite (cf. photo ci‑dessous).

 

 

Il faut alors presser la touche HDMI durant cinq secondes. L’indication 1 Calibration s’affiche puis une tonalité d’étalonnage est émise par les différents canaux. Ce premier réglage terminé, il faut placer les satellites au niveau du dossier du canapé. En pressant de nouveau la touche HDMI durant cinq secondes. Alors 2 Calibration s’affiche puis une tonalité d’étalonnage est de nouveau émise par les différents canaux. À l’issue de ces deux séquences forts simples la Bar 9.1 est prête à l’usage. Dernier point important : lors de l’utilisation d’un lecteur Blu‑Ray il ne faut pas oublier de vérifier dans ses paramètres audio qu’il est bien en mode BitStream, donc sans traitement du flux numérique audio, pour que le Dolby Atmos soit correctement restitué.

 

 

Écoutes Home Cinéma et Hi-Fi

Dans tous les cas, la sensation d’immersion sonore tridimensionnelle est bien présente. Les petits satellites jouent efficacement leur rôle. Côté effets sonores, si le caisson de grave dispose de dimensions assez importantes, elles lui confèrent une excellente tenue dans l’infragrave. Les scènes d’action les plus musclées sont accompagnées d’une bande‑son à leur hauteur, dévastatrice à décoller les plâtres d’un salon quand il le faut. Le visionnage de quelques‑uns de nos extraits de film test, comme Games of Thrones, Insurgent ou Mad Max Fury Road, nous ont permis de vérifier l’excellent comportement de la Bar 9.1 tant en ce qui concerne la restitution des canaux « dits 3D », en d’autres termes les sons venant du ciel, ou d’éléments en hauteurs comme hélicoptères et autres objets, que de celles des effets les plus marqués lors de chocs ou explosions.

 

 

 

Il faut dire que, dans ce domaine, la puissance généreuse des différents canaux permet à la Bar 9.1 d’affronter les pics de dynamique ou les séquences d’actions les plus soutenues avec beaucoup d’aisance. JBL annonce que la Bar 9.1 est capable de délivrer une pression acoustique atteignant 103 dB, soit quasiment le niveau de restitution sonore maximum autorisé en discothèque. C’est dire ! Enfin, même si la Bar 9.1 n’a pas pour vocation de se substituer à une chaîne Hi‑Fi conventionnelle, son comportement reste honorable pour l’écoute de musique. Comme souvent, un léger « trou » se fait sentir dans le bas médium, mais rien de dramatique.

 

 

Conclusion

Au final, outre des performances en phase avec la réputation de la marque, spécialiste de l’audio s’il en est, il faut insister sur l’ergonomie proposée par la JBL Bar 9.1 et ses enceintes surrounds sans‑fil, sur batterie. Discrète la plupart du temps, car se présentant sous la forme classique d’une barre de son, la JBL Bar 9.1 se transforme en deux temps, trois mouvements, en configuration multicanale capable d’exploiter pleinement les pistes Dolby Atmos et DTS:X.

 

Sans besoin d’installation compliquée en termes de câbles audio mais aussi de câbles d’alimentation, une gageure relevée avec maestria par JBL qui autorise des intérieurs « désencombrés » au plus grand bonheur de madame. Croyez‑nous, voilà un système performant et ingénieux qui prouve sa valeur d’usage à longueur de séances Home Cinéma, jeu vidéo ou séries TV. 

+ Les points forts
»  
Configuration 5.1.4 Dolby Atmos
»  
Excellente sensation d’immersion sonore
»  
Satellites intégralement sans‑fil
»  
Comportement très honorable sur la musique
»  
Caisson musclé
»  
- Les points faibles
»  
Léger creux dans le bas médium
»  
Port USB réservé aux mises à jour Firmware
899€ 1199€
il y a 2 heures
209€ 379€
il y a 3 heures
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES