Amplificateur audio-vidéo

Micromega MyAMP

Par Jacques Guiot - Publié le 02/04/15
Mustav
Prix indicatif : 499 € TTC
Note AVCesar.com
Type : ampli stéréo
Agrément THX : non
Décodage : sans
HDMI : sans
Puissance : 2 x 30 W
Dim. (L x H x P) : 140 x 165 x 75 mm
Poids : 1 kg
L’essentiel
La rédaction d'AVCesar vous présente aujourd'hui un appareil assez atypique, l'amplificateur intégré stéréo MyAmp signé Micromega, entièrement conçu et fabriqué en France. Première remarque, après avoir vécu plusieurs mois avec la bête, rarement l'expression « L'habit ne fait pas le moine » aura été aussi à propos que lors de ce banc d'essai ! En effet, derrière cet amplificateur extrêmement compact (140 x 165 x 75 mm pour à peine 1 kg sur la balance) se cache une alimentation à résonance et à haut rendement, entièrement conçue par les ingénieurs de Micromega, capable d'alimenter de grosses enceintes. Croyez‑nous, le résultat est plus que surprenant !

Le MyAmp résume parfaitement les innovations technologiques survenues ces dernières années, permettant dorénavant aux fabricants d'électronique grand public de proposer des appareils compacts, peu gourmands en énergie, mais capables de délivrer de très bonnes performances, autant dans le domaine du Home Cinéma que dans celui de la Haute Fidélité. Encore reste‑t‑il un peu de boulot aux ingénieurs des différentes marques, admirablement exécuté par ceux de Micromega, pour concevoir des produits d'exception. Mais, c'est tout sauf une surprise, la gamme My signée Micromega illustre en effet cette nouvelle génération d'appareils Hi‑Fi : nous l'avions vu lors du test du Dac externe MyDAC (cliquez pour découvrir le test de la rédaction d'AVCesar.com). Alors, qu'en est‑il vraiment du MyAmp ?

Il s'agit donc d'un « petit itsi bitsi tini ouini, tout petit, petit » rikiki amplificateur destiné à être utilisé dans une configuration Hi‑Fi. Bien sûr, il peut évidemment servir de système audio pour un téléviseur, ou encore être connecté à un ordinateur. Bien sûr aussi, il reprend la même veine esthétique de la gamme My avec une coque en ABS texturée, un design très sobre avec trois petits boutons en façade pour contrôler le volume ou sélectionner une source. En effet, il est possible de connecter de nombreux appareils avec une entrée optique, une coaxiale, trois entrées analogiques stéréo RCA, mais aussi un port USB type B asynchrone pour le raccordement du MyAmp à un ordinateur (PC/Mac) autorisant la liaison Bitperfect. Ce n'est pas tout, la certification Bluetooth APT‑X autorise l'appairage jusqu'à huit appareils différents (smarphones, ordinateurs, lecteurs mobiles, tablettes, etc.) tous stockés en mémoire pour éviter des manipulations fastidieuses lors d'utilisations à répétition. Enfin, on trouve également une sortie casque mini‑Jack 3,5 mm, une prise Trigger 12V, une sortie RCA stéréo Rec Out et même une sortie Subwoofer pour se confectionner un système audio 2.1 très discret, mais étonnant ! Précision, les borniers à vis permettent également de connecter des câbles enceintes avec fiches bananes.
Vous l'aurez compris à la lecture des entrées numériques et d'un port USB type B, le MyAmp intègre un Dac de très bonne qualité, compatible 96 kHz et 24 bits. Attention, ce dernier n'est n'est pas aussi performant que MyDAC (gestion des signaux 192 kHz/24 bits, gestion des drivers USB 2.0, double horloge pour les multiples de 44 kHz et de 48 kHz…). Si vous cherchez une musicalité supérieure, ce dernier reste conseillé et tout est d'ailleurs prévu pour l'associer au MyAmp. À noter, si l'entrée USB est limitée au 96 kHz/24 bits, ce n'est pas le cas des entrées coaxiale ou optique qui acceptent un signal jusqu'à 192 kHz (converti en 96 kHz de toute façon). En clair, le connecteur USB type B n'est pas compatible 2.0, il n'y a donc pas de driver 2.0 dédié, simplement un raccordement Plug and Play (on le répète, pas de gestion native des signaux 192 kHz).

Pour en terminer avec les présentations, malgré son haut rendement et une certaine puissance, il faut préciser que Micromega pour le Myamp n'a pas utilisé d'amplification Class D, pourtant très répandue sur ce type d'appareils compacts. Les ingénieurs de la marque ont opté pour une amplification Class A/B couplée à cette fameuse alimentation à résonance conçue pour corriger les défauts de l'alimentation à découpage. De plus, pour optimiser la dissipation de la chaleur, le fabricant français a intégré un radiateur de type « tunnel » (cf. photo du produit en perspective ci‑dessus) qui traverse l'appareil de part et d'autre. Le fonctionnement reste ainsi silencieux et sans surchauffe !

À savoir, pour contrôler le MyAmp, Micromega fournit une télécommande très basique et discrète, mais très utile. Autre précision, pour la configuration Bluetooth, on trouve un tout petit bouton Reset placé à l'arrière de l'amplificateur, celui‑ci permet d'annuler tous les appairages mémorisés. De plus, des diodes LED affichent des couleurs différentes en fonction de l'utilisation  :

- Bleue allumée deux secondes, éteinte une seconde : aucun appareil Bluetooth n’est connecté
- Bleue et Rouge clignotent alternativement : MyAMP est en mode appairage
- Bleue clignote brièvement toutes les deux secondes : un appareil Bluetooth est connecté à MyAMP
- Rouge clignote cinq fois consécutivement : la mémoire de module a été effacée
- Bleue fixe : MyAMP reçoit de la musique
Concurrence
Dans sa catégorie de mini amplificateur intégré stéréo, le MyAmp de Micromega affronte peu de concurrents. À vrai dire, le seul qui présente un profil assez similaire, c'est le Nad D3020, un petit amplificateur intégré Class D, également très intéressant, compatible Bluetooth, et lui aussi doté d'une entrée USB type B de type asynchrone et d'une sortie Subwoofer.
Fiche technique
Type : amplificateur stéréo
Agrément THX : non
Décodage : sans
Puissance : 2 x 30 W
Entrées : entrées audio et vidéo (3 audio), sans entrée multicanale, entrées numériques (1 optique et 1 coaxiale)
Sorties : , sortie audio et vidéo (stéréo), sortie préampli (Subwoofer), 1 sortie Trigger
Multimédia : , Bluetooth , NFC
Autres : 1 port USB asynchrone
Prises de façade : 1 sortie casque
Compatibilité audio : Dolby Atmos, DTS:X
Consommation : 50 W (0,5 W en veille)
Finition : blanc ou noir
Dim. (L x H x P) : 140 x 165 x 75 mm
Poids : 1 kg
ph image
Verdict technique
Pour réaliser notre test, nous avons utilisé plusieurs enceintes différentes. Cela va de la tout petite bibliothèque Magnat Edelstein (une excellente enceinte superbe à la classe folle) qui s'accorde à merveille avec le MyAmp, en passant par des petites colonnes Q Acoustics Concept40, jusqu'à des spécimens largement plus volumineux, les formidables Triangle Signature Alpha testées récemment dans nos colonnes (cliquez sur le lien pour découvrir le test de la rédaction d'AVCesar.com). Ceci afin de juger réellement de la tenue en puissance de cet amplificateur. Si, à première vue, ces enceintes peuvent vous paraître démesurées pour un tel appareil, sachez que Micromega utilise des Focal Utopia pour ses démonstrations sur les divers salons, notamment lors du dernier Festival Son et Image en octobre dernier au Novotel Paris Tour Eiffel. Rien que ça !

De notre côté, nous avons débuté les écoutes avec les Concept40, d'excellentes colonnes peu onéreuses, assez faciles à « bouger », équilibrées et surtout très dynamiques. Dès les premières minutes d'écoutes, sur l'album Aventine d'Agnès Obel, c'est la claque ! La restitution est musicale, équilibrée, parfaitement limpide avec une dynamique très impressionnante et surtout des graves d'une rapidité étonnante. Son timbre est assez droit, légèrement coloré avec une petite pointe de chaleur sur le médium, juste ce qu'il faut pour restituer à merveille tout le charme et la voix envoûtante d'Agnès Obel.
La musique semble couler naturellement, elle remplie parfaitement notre pièce d'écoute (25 m² tout de même. Le MyAmp ne s'essouffle jamais, délivrant une écoute très aérée dans le haut du spectre, mais aussi une texture riche, de la matière et une belle attaque, chose assez rare sur un amplificateur de taille « modeste ».
Sur les passages à corde ou sur le piano, on apprécie la douceur des aigus, leur précision, et l'excellente définition dans les hautes fréquences. Ces aigus ne se montrent jamais agressifs et apportent même une écoute très agréable, pas de fatigue auditive, de quoi écouter de la musique durant des heures !

Fort de cette expérience, évidemment, nous avons voulu pousser le MyAmp dans ses retranchements, avec des enceintes bien plus haut de gamme, les Triangle Signature Alpha. Ces dernières, on le sait, nécessitent une amplification conséquente pour en tirer la quintessence. Là encore, le MyMAmp nous à surpris, pour ne pas dire bluffé. Il ne nous a pas fallu longtemps pour nous apercevoir de la qualité de restitution offerte. Certes, dans cette configuration, ce n'est pas un monstre de puissance et il ne pourra pas sonoriser à fort niveau des pièces de très grandes tailles, mais quelle musicalité étonnante ! Et surtout, il se démarque nettement sur sa capacité à tenir les graves à volume modéré. Là aussi, il est assez rare de voir de tel amplificateur proposer des graves aussi percutants sur des enceintes de ce gabarit. Ce n'est pas aussi rapide et ferme qu'avec un spécimen plus huppé, surtout sur des enceintes au grave capricieux issu de hauts parleurs de 21 cm, mais cela s'avère tout de même très impressionnant. Il semblerait donc que le MyAmp offre un facteur d'amortissement assez élevé dans les basses fréquences. Étonnant !

Pour finir, nous avons également utilisé le MyAmp en lien avec un téléviseur, pour savoir s'il pouvait constituer le cœur de la configuration audio d'un foyer, et officier aussi bien avec un ordinateur, un téléviseur et un système Hi‑Fi. Encore une fois, le MyAmp enchaîne les bons points ! La reproduction des voix avec les films ou émissions TV est excellente, avec des dialogues tenus et parfaitement intelligibles, clairs et précis. Le fait de pouvoir connecter un caisson de grave permet d'apporter plus d'impact et d'ampleur lors des scènes d'action. Enfin, son excellente spatialisation apporte une très belle immersion et des voix parfaitement centrées dans la scène sonore. Le seul défaut que nous avons relevé concernent les changements de volume lors des changements de chaînes ou de sources qui nous obligent à réajuster le volume sans arrêt. Un peu fastidieux...

Pour conclure, le MyAmp est vraiment un amplificateur dynamique, musical, puissant, et doté d'une connectique très complète autorisant de nombreuses et diverses utilisations. Sincèrement, c'est l'un des appareils qui nous a le plus surpris ces dernières années. Il allie performances, musicalité, puissance et fonctionnalités, le tout dans un boitier ultra‑compact pour un prix très abordable ! Que demander de plus ? De notre côté, parce que son gabarit se rapproche harmonieusement des anciens Mac Mini (il est possible de les associer l'un sur l'autre) et parce que la rédaction est majoritairement équipée de périphériques mobiles pommés, nous aurions souhaité disposer de la certification AirPlay disponible pour les ordinateurs de bureau de la firme à la pomme depuis OS X Moutain Lion). Mais c'est un souhait que l'on sait égoïste… Après un MyDAC très réussi, le MyAmp ne nous a pas déçus et vraiment étonnés. Vous pouvez l'acheter les yeux fermés et ouvrir grand vos oreilles. Bravo Micromega !
+ Les points forts
»  
Amplificateur discret et (très !) compact
»  
Très belle musicalité
»  
Puissance étonnante
»  
Très belle tenue dans les graves
»  
Connectique riche
»  
Bluetooth APT‑X
»  
Rapport qualité/prix
- Les points faibles
»  
Pas de DSP pour une utilisation Home Cinéma
»  
Pas de Bass Management sur la sortie subwoofer
»  
Égoïstement… pas d'AirPlay
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES
Advertisement