Divers

SlingMedia SlingCatcher

Par Jacquemin Vidal - Publié le 23/10/09
sans Must AV
Prix indicatif : 299 € TTC
Note AVCesar.com
Type : récepteur pour SlingBox
Liaison réseau : Ethernet (CPL en option)
Lecteur multimédia  : via deux ports USB Host
Compatibilité vidéo : SD (Mpeg2, WMV et DivX)
Compatibilité audio : AAC, MP3 et WMA
Compatibilité photo : aucune
Sortie vidéo : HDMI, YUV, S‑vidéo et Composite
Sortie audio : HDMI, Coaxiale et Stéréo
Consommation : 9 W (6 W en veille)
Dimensions : 235 x 45 x 185 mm
Poids : 0,730 kg
L’essentiel
Ce nouveau lingot tout de noir vêtu est le complément idéal des SlingMedia SlingBox et SlingMedia SlingBox Pro. En effet, il permet de regarder ses chaînes de télévision ou ses sources vidéo, non pas sur un ordinateur ou un Smartphone, via le logiciel SlingPlayer, mais confortablement installé devant un téléviseur situé dans une seconde pièce de son domicile, ou même dans une maison secondaire. Une seule condition requise : que le SlingMedia SlingCatcher soit relié au réseau domestique dans le premier cas, ou à Internet dans le second cas, afin de communiquer avec la SlingBox.

Le SlingMedia SlingCatcher reprend toutes les fonctionnalités du logiciel SlingPlayer, mais il ne nécessite pas d'ordinateur et il se pilote avec une télécommande. Il permet ainsi de prendre le contrôle d'une source distante et d'en regarder le contenu. Il propose pour cela une connectique plutôt complète, avec sorties HDMI, YUV, S‑vidéo et Composite pour la vidéo, et Coaxiale plus stéréo pour l'audio. S'ajoutent le port Ethernet et deux ports USB Host pour la lecture directe de fichiers multimédia. Soulignons que les deux ports USB sont situés à l'arrière : un en façade aurait été préférable pour éviter d'avoir à se contorsionner derrière l'appareil. Quant à la liaison réseau, si vous ne possédez pas de raccordement Ethernet dans la seconde pièce, un kit CPL est proposé en option, le SlingLink, au prix indicatif de 99 euros...

Outre la diffusion des flux vidéo envoyés par la SlingBox, le SlingMedia SlingCatcher se transforme également en une sorte de passerelle multimédia. Sauf qu'il ne s'appuie pas sur le protocole UPnP (DLNA), et impose par conséquent l'installation sur l'ordinateur d'un logiciel propriétaire, le SlingProjector, afin de partager les fichiers audio et vidéo. Impossible alors d'accéder au fichiers stockés sur un Nas par exemple.
Et ce n'est pas tout ! Pas moyen de lui faire lire de la vidéo HD, il se cantonne à la SD, même via le port USB. Quant aux compatibilités multimédia, il accepte seulement l'AAC, le MP3 et le WMA pour l'audio (pas de Ogg ou de Flac). De plus, il rechigne à lire le moindre fichier photo, et pour la vidéo, il faut rester dans les sentiers (archi) battus, à savoir le Mpeg2, le WMV et le DivX.
Concurrence
On ne peut pas considérer le SlingMedia SlingCatcher comme une véritable passerelle multimédia. Il s'agit plutôt d'un complément de la SlingMedia SlingBox ou de la SlingMedia SlingBox Pro, permettant aussi la lecture d'un certain nombre de fichiers audio et vidéo via son port USB. Par conséquent, il n'y a pas de réelle concurrence....
Verdict technique
Le SlingMedia SlingCatcher ne lit pas directement les vidéos haute définition et en Europe, la SlingMedia SlingBox ProHD n'est pas commercialisée. Par conséquent, il ne faut pas considérer cet appareil comme une source HD et ce, malgré la présence d'une sortie HDMI. D'ailleurs, le désentrelacement des sources SD engendre du cisaillement, notamment sur les films...

Il faut plutôt considérer le SlingMedia SlingCatcher comme l'accessoire idéal pour compléter une SlingMedia SlingBox ou une SlingMedia SlingBox Pro. A ce titre, il assure une qualité d'image directement liée à la qualité du réseau mais qui, même dans le meilleur des cas, n'atteint malheureusement pas celle de la source. La plus haute résolution autorisée via le réseau domestique (donc sans réelle limitation de bande passante) ne dépasse pas le 640 x 480 pixels, et via Internet (limitation par le débit remontant de l'ADSL), il faut se contenter de 640 x 240 pixels (débit moyen d'environ 600 Kbits/s), voire de 320 x 240 pixels (débit moyen d'environ 350 Kbits/s). Mais, outre la résolution, le plus gênant concerne la compression assez visible, surtout sur un téléviseur de grande taille. Ceci dit, le SlingMedia SlingCatcher n'est en rien fautif, il reproduit juste le flux vidéo envoyé par la SlingMedia SlingBox. D'ailleurs, en lecture directe via l'un des deux ports USB Host, la qualité d'image et de son est au rendez-vous...

Espérons par conséquent que, d'une part, les développeurs « débrident » un peu l'encodage lors d'une liaison réseau domestique (via mise à jour de la SlingBox) afin d'obtenir une meilleure qualité d'image. Et que, d'autre part, ils dotent le SlingCatcher de la compatibilité UPnP (DLNA), afin de le transformer en une vraie passerelle multimédia...
+ Les points forts
»  
Design
»  
Simplicité d'utilisation
»  
Facilité de configuration
»  
Complète idéalement la SlingBox
- Les points faibles
»  
Pas de Wi‑Fi
»  
Compatibilité vidéo très limitée
»  
Pas de port USB Host en façade
»  
Pas de gestion de l'UPnP (DLNA)
»  
Désentrelacement des sources SD
»  
Pas de basculement 50/60 Hz automatique
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES