TV - Écran plat

TCL U55S7906

Par Jacques Guiot - Publié le 18/07/16
Mustav
Prix indicatif : 999 € TTC
Note AVCesar.com
Type : LCD à LED
Diagonale de l'image : 140 cm
Standard : Ultra HD
Résolution native : 3 840 x 2 160 pixels
Processeur : Quad Core
100 Hz : oui (1 200 Hz)
Contraste : 7 500:1
TNT : simple tuner (SD et HD)
HDMI : 4 (v 2.0, dont 1 arrière et 3 latérales)
Dim. (L x H x P) : 759,6 x 1 243,3 x 219 mm
Poids : 16 kg
829,00 €
Darty
839,00 €
Darty
1290,00 €
Darty
L’essentiel

En début d'année, nous avions testé le téléviseur TCL U58S7806S (cliquez pour découvrir le test du produit par la rédaction d'AVCesar.com), une belle surprise pour son rapport qualité‑prix car ce spécimen permettait d’une part, aux petits budgets d'accéder à l'Ultra HD, d’autre part avec une grande image et un très bon contraste ! Nous étions donc très enthousiastes à l’idée de découvrir son remplaçant, présenté dans nos colonnes lors de notre reportage sur le salon CES de Las Vegas début janvier, le TCL U55S7906 que nous testons aujourd'hui. Si ce dernier perd quelques pouces en passant de 58" à 55", il intègre désormais une dalle 10 bits pour profiter des disques Ultra HD Blu‑Ray et des films UHD proposés par Netflix, eux aussi encodés en 10 bits (par couleur). 

 


Ce n'est pas tout. Malgré son prix très agressif (1 000 € actuellement), cette année, TCL fait l'effort de proposer un téléviseur moderne, doté d'un design très réussi dénommé Cityline, doté d’un cadre vraiment très fin (9,9 mm à peine !), une finition argentée et deux barres latérales chromées du plus bel effet ! Et pour ne rien gâcher, la construction et l'assemblage sont, là aussi, de très bonne qualité, avec un filtre anti‑reflet très efficace, malgré la présence d'une dalle brillante.

 

Binôme DCI-P3 et mode Amélioration des couleurs

Pour entrer dans le détail de l’équipement, le TCL S79 est un téléviseur Ultra HD Wide Color Gamut qui embarque une dalle LED Edge 100 Hz avec une compensation de mouvement PPI (Picture Performance Index) dotée d'un indice de fluidité de 1 200 hertz. La fluidité fait d'ailleurs partie des plus belles améliorations de ce millésime 2016. En présence de contenus 24/50/60 im/s, 1 080i/p ou 2 160p, l'image est fluide, les travellings sont parfaits, sans saccade et sans artefacts autour des objets en mouvement. On trouve même le procédé Back Light Scanning pour améliorer la précision dans les mouvements. Si celui‑ci n’est pas aussi efficace qu'un affichage BFI (Black Frame Insertion), l'image ne s’assombrit point et l'effet de scintillement n’est pas accentué. Nous n'avons qu'un seul reproche à formuler, un rendu légèrement « caméscope ». Il est donc regrettable de ne pas trouver de réglage pour doser cette fluidité afin de l'adapter aux goûts de chacun. Autre bonne nouvelle, le S79 conserve une dalle VA, gage d'un meilleur contraste que les dalles IPS. Malheureusement, pas de Local Dimming ici, mais une adaptation de l'intensité globale du rétroéclairage qui permet d'optimiser la profondeur du noir dans les scènes sombres et donc d'accentuer le contraste perçu. Et comme vous le lirez plus bas, dans le verdict technique, ça fonctionne plutôt bien avec un très bon contraste natif mesuré. 

 


Sans compatibilité HDR10, la couverture de gamut DCI‑P3 importe peu, puisque les disques Ultra HD Blu‑Ray sont irrémédiablement convertis en Rec.709. Il est donc étonnant de trouver ce choix de gamut dans les menus, d’autant plus que jusqu’à présent, tous les contenus HDR «‑masterisés » en DCI‑P3 utilisent le conteneur Rec.2020. La sélection du choix DCI‑P3 engendre donc un Tone Mapping (conversion des couleurs) de ces contenus pour le moins curieux. Cela dit, le S79 permet néanmoins de profiter du surcroît de qualité offert par les disques Ultra HD Blu‑Ray et les contenus HDR10 en général, il est en effet capable de couvrir 130% de l'espace couleur sRGB ou Rec.709. Pour cela, TCL utilise un algorithme capable de remastériser les couleurs, et non de les saturer « bêtement » en étirant leurs coordonnées gamut. Pour en profiter, il faut, en plus de la sélection du gamut DCI‑P3, sélectionner aussi le mode Amélioration des couleurs. Il en résulte ainsi certaines teintes bien plus vives et colorées, tout en conservant une carnation assez juste, fidèle à la réalité ! D'ailleurs, on trouve même un mode Ton chair pour conserver une teinte de peau toujours .

 

Colorimétrie soignée

La colorimétrie est par ailleurs bien gérée et là aussi c'est une belle progression par rapport au S78, puisque le S79 propose des réglages tout aussi complets avec la possibilité de choisir l'espace couleur (Wide Gamut donc, mais aussi Rec.709 ou DCI) et de le calibrer à l'aide d'un CMS (Color Management System) sur six axes (couleurs primaires et secondaires). On trouve également une balance des blancs 2P ou 10P (au choix) et un réglage de gamma pour calibrer finement les couleurs, à l'aide d'une sonde. Des possibilités rares sur un TV affiché dans ces eaux tarifaires peu profondes. Mais la vraie progression réside dans une meilleure colorimétrie, grâce à une l'échelle de gris plus performante, plus équilibrée, associée à une dalle 10 bits permettant d'afficher plus de nuances, de plus beaux dégradés et moins de postérisation. 

TCL a également amélioré toute la partie traitement vidéo avec un processeur Pure Image Ultra HD et un algorithme d'Upscaling 2 160p plus efficace que l'an dernier, le Super Resolution EX. Pour améliorer l'image, on trouve un réglage de netteté et deux filtres réducteurs de bruit (Mosquito et Mpeg), surtout utiles avec les chaînes SD pour gommer les artefacts de compression Mpeg.

 

 

La section sonore offre l’essentiel

La partie son a, elle aussi, progressé avec (légèrement) plus de puissance. On retrouve deux haut‑parleurs pleine bande pour une puissance totale de 2 x 20 W RMS placés à l'arrière du TV, épaulé par un DSP Digital Pure Sound, un égaliseur graphique cinq bandes, un mode pour améliorer les dialogues, un autre pour profiter d'effets surround virtuels, contrôler les changements de volume d'une chaîne à l'autre et plusieurs modes Son prédéfinis (Film, Stadium, Football, Musique, etc.). Le rendu audio est correct, sans plus, mais permet de profiter de dialogues intelligibles, c'est l'essentiel.

 

Connectique riche et complète

La connectique est assez complète avec un simple tuner DVB‑T2/DVB‑C/DVB‑S2, une sortie optique, une sortie casque (mini‑Jack 3,5 mm), une entrée péritel, une YUV, une stéréo RCA et quatre entrées HDMI 2.0 compatibles HDCP 2.2, Deep Color, 2 160p en 24/50/60 im/s, xvYCC, MHL, CEC (T‑Link chez TCL) et ARC. Précision, avec un signal Ultra HD nous avons rencontré quelques limitations. En 2 160p/24 le YCbCr est limité en 4:2:2 et 12 bits ou 4:4:4 et 10 bits, ce qui ne représente aucune dégradation du signal proposé par les Ultra HD Blu‑Ray il faut le signaler. Par contre, en 2 160p/50 ou 2 160p/60, notre lecteur Panasonic DMP‑UB900 a dû se limiter en 4:2:0 et 8 bits par couleur. 

Le reste de la connectique regroupe trois ports USB (dont un USB 3.0) avec possibilité d'enregistrer les programmes télévisés. Évidemment, un port Ethernet est présent, ainsi que les compatibilités Wi‑Fi Direct, Bluetooth, Miracast et DLNA. Évidemment, la compatibilité HEVC est toujours d'actualité autant pour le tuner que pour la partie multimédia et VOD. Même le Divx+ HEVC est décodé. En revanche, pas de VP9, donc pas de YouTube en 4K.

 

 

 

Quid de la fonction Smart TV ?

Dans les entrailles de la bête, on trouve un processeur Quad Core pour une meilleure réactivité de l'interface Smart TV, même si nous avons trouvé que le chargement était toujours un peu long, au départ. Par la suite, la navigation est parfaitement fluide et instantanée. Cependant, l'environnement Smart TV 2.0 est tout de même plus complet et convivial qu'auparavant. On trouve, par exemple, le Screen Mirroring, une fonction recherche améliorée et des emplacements personnalisés pour enregistrer ses applications favorites ou encore une nouvelle application nScreen disponible sur iOS et Android pour contrôler le téléviseur. Évidemment, des dizaines d'applications en tout genre sont disponibles avec la VOD 4K de Netflix, mais aussi Arte, Viewster, iConcert, un navigateur internet Brows'n, des services de Catch‑Up TV, Deezer, Facebook, Twitter et des centaines d'autres applications en tout genre qu'il serait trop long d'énumérer ici. 

Par contre, nous regrettons l'absence de progrès au chapitre de la lecture multimédia. En effet, le DTS n'est toujours pas lu, que ce soit avec le MKV, l’AVI, le M2TS, ou tout autre conteneur vidéo, ce qui empêche la lecture de nombreux films. Autre souci, il nous a été impossible de faire des réglages Image ou même de changer de mode Image pendant la lecture d'un film via UPnP. En dehors de ces quelques problèmes, la plupart de nos vidéos sont bien lues, les chapitres sont pris en charge et il est possible de changer de pistes audio ou les sous‑titres. D'autre part, la qualité de lecture est très bonne grâce à un décodage vidéo performant et un bon Upscaling UHD. À savoir, les formats MKV, AVI, TS, M2TS, DivX, WMV, MP4, MP3, WMA, AAC, AC3, OGM, MPG sont pris en charge que ce soit via USB ou UPnP (DLNA).

 

Concurrence

Dans cette gamme de prix, forcément les téléviseurs UHD concurrents sont encore en nombre assez limités. On peut tout de même citer le téléviseur Panasonic TX‑55DX650E, un modèle doté d'une dalle UHD 8 bits, 50 Hz, et d'une compensation de mouvement IFC 1000. Lui aussi propose des entrées HDMI compatibles HDCP 2.2, une interface Smart TV, la compatibilité HEVC et permet la lecture multimédia via USB et DLNA. Et lui aussi ne gère pas le DTS.

Autre modèle assez intéressant, car compatible HDR10, le Samsung UE55KU6400. Par contre, ce téléviseur UHD embarque une dalle 8 bits, 50 Hz, avec compensation de mouvement Auto Motion Plus et un indice de fluidité PQI 1500. Pas de Local Dimming au menu, mais ce TV permet la lecture multimédia avec compatibilité HEVC, DTS et Dolby Digital. Il propose des entrées HDMI 2.0a compatibles HDCP 2.2, BT.2020 et HDR10, une interface Smart TV avec l'accès à de nombreuses applications et un simple tuner DVB‑C/T2 et S2.

Enfin, terminons avec le LG 55UH661V, un téléviseur équipé d'une dalle IPS LED Edge Local Dimming, compatible HDR10 et Dolby Vision. Il propose un taux de rafraîchissement 50 Hz avec un traitement vidéo TruMotion doté d'un indice de fluidité PMI 1700. On note également des entrées HDMI 2.0a, un tuner DVB‑C/T2 et S2, une interface Smart TV avec de nombreuses applications et un lecteur multimédia très complet et, surtout, compatible DTS, Dolby Digital et HEVC.

Fiche technique
Type : LCD à LED
Diagonale de l'image : 140 cm
Standard : Ultra HD
Résolution native : 3 840 x 2 160 pixels
Processeur : Quad Core
100 Hz : oui (1 200 Hz)
Contraste : 7 500:1
Réception : télétexte, PAT, Infos+, EPG, TNT (simple tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+), SAT (simple tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+), Câble (simple tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+)
Connectique : 4 entrées HDMI (v 2.0, dont 1 arrière et 3 latérales), 1 entrée YUV (RCA), 1 entrée péritel (RVB), 1 entrée Stéréo (arrière), 1 sortie casque (latérale), 1 sortie audio numérique (optique), 1 port CI+, 2 ports USB Host (latéral), 1 port Ethernet, Wi‑Fi (b/g/n)
Compatibilité : NTSC (480i, 480p), Pal (576i, 576p), HD (720p/50, 720p/60, 1 080i/50, 1 080i/60), Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), Ultra HD (2 160p/24)
Multimédia : MP3, WMA, AAC, DivX (Ultra HD), WMV (SD et HD), Mpeg2 (SD et HD), Mpeg4 (Ultra HD), MKV (SD et HD), TS (SD et HD), HEVC, VP9, Jpeg, UPnP (DLNA), HBBTV, Podcast, Webradios, WebTV (Widgets), accès Web
Usage : télécommande préprogrammée, capteur de luminosité, CEC, Auto Lipsync, xvYCC, Deep Color, Super 4/3, 4/3, 14/9, 16/9, Zoom Letterbox, Zoom Letterbox sous-titres, Zoom 2.35 (4/3, 16/9, HD), Overscan
Réglage : température de couleur paramétrable (CMJRVB), balance des blancs paramétrable (RVB), rétroéclairage (dynamique), renforcement du contraste (dynamique), désentrelacement (vidéo/film) automatique
Réducteur de bruit : D NR, Mpeg NR
Optimisation de la netteté dans les mouvements : en SD (480i/576i), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), en Ultra HD (2 160p/24)
Compensation de mouvement : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), 3D
Son : puissance (2 x 10 W), décodeur (PCM, Dolby Digital, Dolby Digital Plus, HE-AAC), ARC, processeur surround (sans), traitement audio (Digital Pure Sound), égaliseur, AVL
Consommation : 95 W (0,5 W en veille)
Dim. (L x H x P) : 759,6 x 1 243,3 x 219 mm
Poids : 16 kg
ph image
Verdict technique

À chaque test, même protocole. Avant tout, nous passons par la case calibrage du TV pour profiter d'une colorimétrie fidèle à celle voulue par les réalisateurs de cinéma. Si cette étape reste nécessaire, nous constatons tout de même que les couleurs primaires sont mieux équilibrées que l'an dernier, avec peu d'écart entre chaque niveau de gris. Cela est important, car le calibrage est d'autant plus simple et rapide. Cela dit, autant l'espace couleur Rec.709 avec un Delta E moyen de 4,5, que la Balance des Blancs qui affiche des écarts de Delta E pouvant dépasser 8 pour un Delta E moyen de 6, sont des données encore trop loin des standards.

 

Premières mesures très encourageantes

Le mode Chaud1 tire trop sur le rouge et le mode Chaud2 tire beaucoup trop sur le vert. Quant au Rec.709 il manque cruellement de saturation dans le rouge. Par défaut, le rouge est assez terne et tire un peu sur l'orange. Toutefois, la dalle a toutes les qualités requises pour afficher de superbes couleurs riches et éclatantes. Comme nous le précisions, en quelques minutes nous parvenons à un Delta E inférieur à 1, que ce soit pour l'espace couleur ou pour la Balance des Blancs. Les outils proposés sont très efficaces et stables, tous les bugs rencontrés lors du test du S78 sont corrigés. Même le gamma affiche une courbe très linéaire, gage d'un équilibre parfait au niveau contraste et luminance. Les blancs et les noirs restent lisibles en toutes circonstances, lors des scènes sombres ou très lumineuses. 

 


De même, le contraste de ce téléviseur est très bon avec un ratio On/Off de 7 000:1 et de noirs mesurés à 0,018 cd/m². Le contraste Ansi est mesuré à 3 000:1 avec des noirs à 0,039 cd/m² en mode Cinéma et à 3 800:1 et 0,03 cd/m² en mode Standard. L'absence de Local Dimming se fait tout de même ressentir, surtout lors des scènes sombres, où les bandes noires apparaissent légèrement grisâtres. On trouve bien une fonction pour adapter le rétroéclairage avec la luminosité des scènes et obtenir des noirs plus denses lors des scènes sombres, mais ce dernier à la fâcheuse tendance à engendrer un effet de pompage lumineux, surtout avec les sous‑titres.

 

Excellente qualité d’image

En dehors de ces quelques regrets, ce téléviseur offre de très bonnes performances, en salle éclairée ou obscure, avec les Blu‑Ray ou les chaînes TV. L'image est belle, précise et on est même étonné de la qualité de l'Upscaling UHD qui offre d'excellents résultats avec les Blu‑Ray 1 080p ! Quant aux chaînes TV, elles profitent d'un bon désentrelacement et de deux réducteurs de bruit déjà mentionnés qui donnent des résultats très corrects pour corriger les artefacts de compression Mpeg, ou un éventuel bruit numérique. Évidemment, pour ceux qui possèdent un lecteur Blu‑Ray doté d'un excellent Upscaling 2 160p, il est toujours conseillé de l'utiliser. 


Quant aux Ultra HD Blu‑Ray, malgré l'absence de compatibilité HDR10 qui engendre inéluctablement une conversion du DCI en Rec.709, la présence d’une dalle 10 bits et du mode WCG (Wide Color Gamut) permet tout de même de conserver toutes les qualités d'encodage UHD. D'autre part, nous avons été agréablement surpris de constater que la compensation de mouvement était également très performante avec ce format, car trop de TV affichent des micros saccades avec l'UHD Blu‑Ray. Seul souci, comme déjà explicité en début de ce banc d’essai, même désactivée, elle reste activée… Avec de bons titres comme The Revenant, ou Life of Pi en Ultra HD Blu‑Ray, le TCL S79 est capable d'afficher une image de toute beauté, d'une précision redoutable avec une belle profondeur de champ. Nous devons toutefois signaler un petit bug rencontré de temps en temps, une image qui s'affiche avec des couleurs délirantes, comme si on avait inversé les filtres RVB. Lorsque ce bug se présente, il suffit de débrancher/rebrancher le câble HDMI.

 

 

Conclusion

Pour conclure, encore une fois, avec le TCL U55S7906, le constructeur chinois propose un téléviseur Ultra HD très accessible, performant sur tous les secteurs et sans défaut rédhibitoire. Le TCL S79 est capable d'afficher une superbe image avec toutes sortes de contenus, une parfaite fluidité, une colorimétrie très juste (après calibrage), un traitement vidéo et un Upscaling UHD performants, le tout sur une dalle 10 bits dotée d'un très bon contraste. Sans oublier un filtre de netteté efficace capable de délivrer une image très précise et dotée d'un excellent piqué (attention toutefois à ne pas forcer sur ce point, car au‑delà de 20, ce puissant filtre peut générer du bruit et des artefacts). Le chapitre multimédia n’est pas en reste avec l'accès à de nombreuses applications : offres de VOD 4K, Catch‑Up TV… 


Cerise sur le gâteau, ce téléviseur offre un très beau design (vraiment !) et une superbe finesse de dalle, à peine 9,9 mm, chose rare sur un téléviseur premier prix ! Tout n'est pas parfait cependant, le DTS toujours pas géré par exemple, et on regrette l'absence de Local Dimming et de compatibilité HDR10. Enfin, avec un [abc]Input Lag[/abc] mesuré à 46 ms, ce téléviseur est satisfaisant pour le jeu. La bonne moyenne se situe autour de 35 ms, mais il faut souligner le gros progrès effectué par TCL, car le S78 affichait 120 millisecondes !

Une chose est certaine, le TCL U55S7906 est probablement l’un des meilleurs rapports qualité‑prix du marché et reçoit sans hésitation une note de cinq étoiles sur six. Affiché aux alentours de 1 000 €, il sera difficile de trouver mieux à ce prix‑là !

+ Les points forts
»  
TV UHD, 55", dalle 10 bits pour moins de 1 000 €
»  
Très bon contraste
»  
Superbe design ultra slim
»  
Excellente fluidité
»  
Remasterisation Wide Gamut efficace
»  
Bonne gestion des Ultra HD Blu‑Ray
»  
Très bon traitement vidéo et Upscaling UHD
»  
Nombreux réglages pour calibrer le téléviseur
»  
Smart TV très équipé
»  
Excellent rapport qualité‑prix
- Les points faibles
»  
Quelques bugs en lecture multimédia
»  
Pas de gestion du DTS
»  
Compensation de mouvement non réglable
»  
»  
Pas de HDR10
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES