TV - Écran plat

TCL U65S9906

Par Jacques Guiot - Publié le 13/03/17
Mustav
Prix indicatif : 3 999 € TTC
Note AVCesar.com
Type : LCD à LED
Diagonale de l'image : 165 cm
Standard : Ultra HD
Résolution native : 3 840 x 2 160 pixels
Processeur : Quad Core
100 Hz : oui
Contraste : 30 000:1
TNT : simple tuner (SD et HD)
HDMI : 4 (v 2.0, dont 2 arrières et 2 latérales)
Dim. (L x H x P) : 1 450 x 900 x 340 mm
Poids : 39 kg
621,79 €
Amazon.fr
679,27 €
Darty
L’essentiel

Si ce n'est pas la première fois que nous testons un téléviseur TCL, nous avions surtout sélectionné jusqu'ici des modèles au rapport qualité‑prix détonant. Au fil de nos tests et des années, nous avons donc pu mesurer la progression étonnante de ces téléviseurs en termes de qualité et de finition. Force est de constater que TCL a fait de gros progrès, en écoutant les retours et avis des différents testeurs et consommateurs.


Aujourd'hui, le spécimen testé et très différent. Le TCL Xclusive X1, connu également sous la référence U65S9906 (taille unique de 65" soit 165 cm de diagonale) au prix indicatif de 3 999 € constitue en effet le vaisseau amiral de la marque. Et si ce prix peut paraître excessif comparé aux TV proposés jusqu'ici par ce fabricant, empressons‑nous de préciser que le X1 est d'une tout autre classe, comparable aux TV « premium » des plus grandes marques même les plus prestigieuses. Cela dit, si sur le papier ce TV dispose de toutes les dernières technologies audiovisuelles, qu'en est‑il réellement sur le terrain ? Que valent véritablement la colorimétrie, le traitement vidéo et plus généralement les algorithmes développés par TCL ? C'est à toutes ces questions que nous allons répondre lors de ce test.…

 

 

TCL Xclusive X1, concentré de technologies !

Commençons par une présentation détaillée du TCL X1 pour bien comprendre à quel type de téléviseur auquel nous avons affaire. Le X1 est un téléviseur doté d'une dalle haut de gamme (de type VA), c'est‑à‑dire d’obédience 10 bits, 100 Hz et bien sûr de résolution Ultra HD. Son système de rétroéclairage profite de diodes boostées au phosphore et d’un filtre Quantum Dots afin de proposer un espace colorimétrique très large et un pic lumineux très élevé. Évidemment, cet écran est doté d'un procédé Full LED Local Dimming comptant 288 zones.

 

Certes, c’est moins que le TX‑65DX900 signé Panasonic ou le 65ZD9 de Sony (cliquez sur les références pour découvrir les tests complets de ces produits ‑modulo le 58DX900" et non sur le 65DX900"‑ par la rédaction d’AVCesar.com), mais c’est largement supérieur à la plupart des TV Full LED « classiques » disponibles sur le marché. D'autre part, s’il est vrai que le nombre de zones à son importance, le fonctionnement du rétroéclairage (Local Dimming, contraste dynamique et intensité du rétroéclairage) est également primordial pour optimiser le contraste mesuré et perçu, ainsi que pour la qualité du rendu HDR. Vous le lirez plus en avant de ce test, mais de ce côté TCL a réalisé un travail exceptionnel !

 

 

Précision, la dalle est de type incurvée avec une courbure de 4 000R. Si cela n'apporte rien en termes de qualité, chacun appréciera ‑ou pas‑ l'apport d’un écran courbe en termes de confort de visionnage ou de design. D'autre part, TCL intègre une compensation de mouvement PPI (Picture Performance Index) avec un indice de fluidité de 2 600 hertz. Évidemment, ce téléviseur est compatible HDR10, mais Dolby Vision malheureusement, même si les contenus de de genre ne sont pas légion. Le traitement vidéo est confié à un processeur Super Resolution EX en charge de la mise à l'échelle Ultra HD et à un algorithme Pure Image Ultra HD en charge des réducteurs de bruit, du filtre de netteté et du procédé de remasterisation des couleurs en mode Wide Gamut.

 

À savoir, le menu propose la possibilité de passer en espace couleur natif, Rec.709, personnalisé ou DCI‑P3 (cf. photo ci‑dessous). Toutefois, concernant le Rec.2020 celui‑ci s'affiche automatiquement dès qu'une source Rec.2020 est détectée, par exemple une vidéo lue via USB ou depuis un lecteur Ultra HD Blu‑Ray raccordée à l'entrée HDMI. Dans ce cas, il est conseillé de forcer l'activation en HDMI 2.0 (une appellation 2.0a eut été plus logique…). En effet, le téléviseur laisse le choix à l’utilisateur de configurer chaque entrée HDMI en Normal, Auto ou 2.0 mais, malheureusement, si on laisse la sélection sur Auto, l'affichage n'exploite pas le signal Ultra HD Blu‑Ray à son plein potentiel, y compris au niveau du pic lumineux HDR.

 

 

Sur le plan de la colorimétrie, le TCL U65S9906 propose quasiment tout ce dont nous avons besoin pour réaliser un calibrage fin, même si aucun mode ISF ou THX n'est présent. Présents par exemple une Balance des Blanc 10P (cf. photo ci‑dessous), un CMS (Color Management System) sur six axes (couleurs primaires et secondaires) et plusieurs préréglages de gamma de ‑5 à +5. Malheureusement, contrairement à la balance des blancs et au gamma, le CMS n'est disponible qu'en rec.709 et pas en rec.2020. Cela dit, le Rec.2020 est très juste par défaut, nous verrons tout cela plus en détail dans notre section Verdict Technique.

Au rayon des manques, signalons l'absence de compatibilité 3D, comme la quasi‑totalité des TV millésime 2017, au grand désespoir des amateurs d’image en relief...

 

 

Qualité de fabrication remarquable !

Du côté de la qualité de fabrication, difficile de reprocher quoi que ce soit à ce TV si ce n'est un poids de 39 kg, ce qui en dit long sur l'épaisseur et la solidité du châssis ! Évidemment, avec un tel chiffre sur la balance, on peut facilement en déduire que TCL a utilisé énormément de métal, d'aluminium et très peu de PVC, si ce n'est pour les caches‑câbles (cf. visuel ci‑dessous). C'est vraiment très impressionnant, le châssis inspire la pérennité et la robustesse, malgré une épaisseur de dalle très contenue pour un Full LED (environ 3,4 cm). Même la barre sonore est logée dans un châssis 100% aluminium. Le pied est par ailleurs très lourd et épais, ce qui confère une excellente stabilité au TV. On remarque également un traitement anti‑reflet plutôt efficace.

 

 

Le design évite l’austérité sobre et arbore une certaine audace et modernité avec une coque blanche à l’arrière en bas du coffre, un cadre en aluminium et le haut du coffre entièrement recouvert d'aluminium. En revanche, nous avons quelques critiques à émettre, identiques à celles déjà formulées lors de nos tests de TV incurvés. La courbure dégrade l'homogénéité en accentuant les fuites de lumières. Alors, certes, ce TV dispose d'un contraste tellement puissant et d'un système Local Dimming si efficace que ces fuites (phénomène aussi appelé Clouding) ne seront pas visibles. Par contre, forcément, lorsqu'un objet lumineux se trouve à proximité d'une zone de fuite ou impactée par du Clouding, ça devient alors visible et cela dégrade le contraste perçu. Pour être complet sur le sujet, il s’agit de préciser que le Clouding est très différent d’un modèle à l’autre et évolue avec le temps.

 

 

Un mot rapide sur le packaging composé de deux télécommandes, une « smart remote » avec micro intégré (très utile les recherches vocales par exemple) pour l'utilisation quotidienne du TV et une télécommande plus classique dotée d’infiniment plus. Cette dernière doit bien sûr être préférée lors de la phase de configuration ou calibrage du TV, la petite télécommande étant bien trop basique pour ce genre d'utilisation.

 

 

Système audio avec barre sonore intégrée !

Souvent délaissée sur les TV, la section audio est désormais traitée avec plus d’égard à travers des systèmes souvent très perfectionnés, surtout sur les références huppées. C’est le cas du TCL X1. En effet, ce dernier embarque sa propre barre sonore signée JBL avec six haut‑parleurs apparents en façade (deux tweeters et quatre médiums) alimentés par un amplificateur Class D de 2 x 15 W et un boomer invisible, placé au dos du TV, d'une puissance de 20 watts.

 

En ce qui concerne le décodage audio des chaînes TV, on trouve un processeur Digital Pure Sound compatible Dolby Digital Plus et tous les réglages possibles comme un EQ manuel (égalisation), toutes sortes de modes préréglés (Film, Musique, Jeux, Sport, etc.), une option APL pour niveler le volume d'un programme à l'autre, entre autres. Précision, le décodeur Dolby ne concerne que le tuner TNT/Sat. Évidemment, concernant les formats et codecs pris en charge pour la partie multimédia, comme tous TV les fonctionnant sous Android TV, cela dépend de l'application ou du logiciel de lecture utilisé.

 

 

La qualité de ce système audio est vraiment très bonne, surtout dans les médiums et aigus avec une parfaite intelligibilité, un parfait équilibre tonal, de la rondeur, de la précision, des aigus doux et riches à la fois, des dialogues nets et parfaitement intelligibles. Vraiment, on ressent clairement l'apport du savoir‑faire de JBL/Harmann Kardon. D'autre part, l'image stéréo est également excellente grâce à une parfaite séparation des canaux et donc une spatialisation et un rendu surround très convaincant.

 

En revanche, nous avons trouvé que ce système manquait un peu de puissance pour les amateurs de films d'action. Dommage aussi de ne pas avoir pensé à proposer une vraie sortie Subwoofer avec bass‑management. L'apport d'un caisson de grave aurait autorisé de vrais graves percutants et donc un apport au niveau de la puissance ressentie très intéressant. En clair, cela aurait tout simplement permis à 90% des utilisateurs de se passer de système audio externe. Nous aurions également aimé la possibilité d'utiliser cette barre son comme canal central afin de l'intégrer dans un éventuel système 5.1. Bref, voilà de menus reproches à relativiser, habitués que nous sommes à jouir en permanence d’un système Home Cinéma qui « déboîte ». Ces griefs n’empêcheront pas cette barre sonore d’être très appréciée par le plus grand nombre, c'est le principal !

 


Connectique riche, mais peut mieux faire

Évidemment, avec un téléviseur de ce standing, la connectique est très riche, même s'il manque deux trois connecteurs pour être parfait. On trouve quatre entrées HDMI 2.0 (dont deux compatibles HDMI 2.0a, une dotée de la fonction ARC et toutes capables de gérer les signaux Ultra HD/4K, Rec.2020, HDR10, MHL 3.0 et CEC, entre autres…). Le reste de la connectique rassemble un port USB 3.0, deux ports USB 2.0, un tuner DVB‑C/D[abc]VB‑T[/abc]2/DVB‑S2, un port CI+, une sortie optique et une entrée YUV.

 

Sachez également que le TV est fourni avec divers caches qui permettent de recouvrir tous les connecteurs, à la recherche de l’épure. À savoir également, la capacité de stockage interne pour la fonction Android TV est limitée à 10 Go, ce qui est suffisant pour télécharger quelques applications. Il est bien sûr possible de raccorder un HDD externe afin d'étendre cette capacité. Pour être complet, il manque un lecteur de cartes SD, la sortie Subwoofer déjà évoquée, voire une sortie coaxiale. Mais l'essentiel est là...

 

 

TCL X1, un Smart TV sous Android TV 6.1 Marshmallow

Le TCL U65S9906 fonctionne donc sous Android TV 6.1. Pour faire court, l'interface et les possibilités sont strictement identiques aux TV Sony dotés du même OS. Cela permet de faire énormément de choses, même s'il faut bien avouer que les débuts d’Android TV ont été compliqués, avec de nombreux bugs et applications pas très au point. Cela dit, ce système d’exploitation continue son bonhomme de chemin et commence à devenir de plus en plus stable et intéressant. Car une chose est certaine, il offre de nombreuses possibilités, applications, interfaces élaborées, personnalisables et interactives, sans oublier une gestion multimédia qui se rapproche de plus en plus d'un lecteur multimédia dédié.

 

C'est simple, si on utilise un bon logiciel de lecture comme Kodi, on peut utiliser d’excellents systèmes de jaquettes avec « fanarts » et lire quasiment tous les formats et codecs existants : MKV HD et UHD, MP4, Flac, DivX, répertoires Blu‑Ray ou même Iso, fichiers DSD, etc. Le seul vrai souci concerne l'audio car à l'heure actuelle il n'est toujours pas possible d'envoyer une piste DTS‑HD ou Dolby TrueHD en bitstream via HDMI ARC. Par contre, aucun souci concernant les pistes DTS ou Dolby Digital 5.1 !

 

 

Du côté des processeurs embarqués, on note là encore une belle évolution avec des chipsets plus puissants. On trouve un SoC Mediatek MT5891, avec 2 Go de Ram un CPU Quad Core ARM Cortex‑A53 64 bits et le fameux GPU Mali‑T860 (puce Dual Core). Pour être honnêtes, nous aurions préféré des processeurs plus puissants encore, car cela reste un peu juste pour exploiter toutes les applications que propose Google Play notamment certains jeux assez gourmands. Par contre, et c’est bien l’essentiel pour un téléviseur, rien à dire du côté du décodage multimédia et traitement vidéo, les résultats sont très bons. Ils dépendent aussi, d’ailleurs, du post‑traitement vidéo développé par TCL (à découvrir plus loin dans ce test). En ce qui concerne l'interface Android TV, c'est largement plus stable qu'avant et avec une utilisation assez classique du téléviseur, le consommateur rencontrera quasiment aucun bug. Par contre, dès que l'on commence à essayer d'exploiter des applications complexes, à l'instar de Kodi, il arrive de devoir « rebooter » le TV.

 

 

L'interface est également bien plus réactive, fluide et agréable à utiliser comparé aux premières générations Android TV. Citons également le nouvel Archos Media Player qui nous a semblé intéressant pour ceux qui voudraient profiter d'un système de jaquettes (ou Jukebox) très simple à installer, mais là encore, il ne gère pas l'audio HD et présente quelques lacunes. En ce qui nous concerne, c'est évidemment Kodi qui nous a semblé le plus intéressant, complet, stable, fun et qualitatif. C'est simple, il lit tous les formats et codecs existants y compris les Iso Blu‑Ray et les « rips » de Blu‑Ray UHD ! Du côté de la VOD, Netflix et Youtube sont disponibles en Ultra HD/4K grâce au support HEVC et VP9. On peut également profiter de quelques films et documentaires en HDR10 sur Netflix (précision, nous n'avons pas testé Amazon Instant Vidéo).

 

Concurrence

Les Sony ZD9 et Panasonic DX900 que nous avons déjà testé sont les seuls vrais concurrents au TCL Xclusive X1, puisque ce sont des téléviseurs Full LED Local Dimming avec un nombre de zones élevé (512 pour le 58DX900 et environ 700 pour le ZD9). Par contre, ces TC sont tout de même bien plus onéreux que le TCL X1.

 

Pour rappel, le Panasonic DX900 était vendu au prix indicatif de 4 990 € à son lancement. C'est un TV de grande classe avec un processeur vidéo très performant, une compatibilité HDR10, une certification THX et ISF et, donc, une des meilleures colorimétries du marché.

Le Sony ZD9 est également affiché à 4 990 € en 65 pouces. En revanche, il n'est pas certifié THX ou ISF, mais présente l'avantage de proposer l'un, sinon LE meilleur traitement vidéo HDR actuel avec une compatibilité HDR10, HDR HLG et Dolby Vision !

 

D'autre part, il s'agit du TV le plus puissant en termes de luminosité avec plus de 1 800 nits ! Enfin, le ZD9 fonctionne également sous Android TV. Et c'est l'un des très rares TV commercialisé avec une compatibilité 3D...

Fiche technique
Type : LCD à LED
Diagonale de l'image : 165 cm
Standard : Ultra HD
Résolution native : 3 840 x 2 160 pixels
Processeur : Quad Core
100 Hz : oui
Contraste : 30 000:1
Réception : télétexte, PAT, PIP, PAP, Infos+, EPG, TNT (simple tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+), SAT (simple tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+), Câble (simple tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+)
Connectique : 4 entrées HDMI (v 2.0, dont 2 arrières et 2 latérales), 1 entrée YUV (RCA), 1 entrée Stéréo + Composite (arrière), 1 sortie casque (latérale), 1 sortie audio numérique (coaxiale), 1 port CI+, 3 ports USB Host (latéral) , 1 port Ethernet, Wi‑Fi (b/g/n)
Compatibilité : NTSC (480i, 480p), Pal (576i, 576p), HD (720p/50, 720p/60, 1 080i/50, 1 080i/60), Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), Ultra HD (2 160p/24)
Multimédia : MP3, WMA, AAC, Ogg, Flac, DivX (Ultra HD), WMV (Ultra HD), Mpeg2 (Ultra HD), Mpeg4 (Ultra HD), MKV (Ultra HD), TS (Ultra HD), HEVC, VP9, Jpeg, UPnP (DLNA), Bluetooth , NFC, HBBTV, Podcast, Webradios, WebTV (Widgets), accès Web
Usage : télécommande préprogrammée, capteur de luminosité, CEC, Auto Lipsync, xvYCC, Deep Color, Super 4/3, 4/3, 14/9, 16/9, Zoom Letterbox, Zoom Letterbox sous-titres, Zoom 2.35 (4/3, 16/9, HD), Overscan
Réglage : température de couleur (paramétrable (CMJRVB)), balance des blancs paramétrable (RVB), réglage de gamma (préréglage), rétroéclairage (dynamique par zone), renforcement du contraste (dynamique), désentrelacement (vidéo/film) automatique
Réducteur de bruit : D NR, Mpeg NR, Mosquito NR
Optimisation de la netteté dans les mouvements : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), en Ultra HD (2 160p/24)
Compensation de mouvement : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), en Ultra HD (2 160p/24)
Son : puissance (2 x 15 W), caisson (20 W), décodeur (PCM, Dolby Digital, Dolby Digital Plus, HE-AAC, DTS), ARC, processeur surround (Non), traitement audio (Digital Pure Sound), égaliseur, AVL
Consommation : 285 W (0,5 W en veille)
Dim. (L x H x P) : 1 450 x 900 x 340 mm
Poids : 39 kg
ph image
Verdict technique

On l'a vu, le X1 de TCL est donc un téléviseur très complet, qui embarque quasiment toutes les dernières technologies du moment, propose une qualité de fabrication impressionnante, utilise un OS aux vastes possibilités ‑dont une gestion multimédia inédite‑ et intègre un système audio de très bonne qualité. Mais qu'en est‑il de l'essentiel, c'est‑à‑dire la qualité d'image ?

 

 

Contraste record, du jamais vu sur TV LED !

Le contraste de ce téléviseur fait clairement partie de ses principaux atouts ! Nous allons probablement en étonner plus d'un en déclamant qu’en dehors des TV Oled c'est tout simplement le contraste le plus puissant que nous ayons pu mesurer sur un TV LED à ce jour ! Il surpasse donc les 58DX900 de Panasonic et 65ZD9 de Sony ! Si, si… Pour être plus précis, en calibrant le TV en SDR sur une luminosité de 120 nits et en activant le Local Dimming, nous relevons un noir Ansi de 0,004 nit (!) ce qui nous donne un ratio contraste de 30 000:1 à peu près ! Tout simplement, incroyable, inédit, exceptionnel… Bref, bluffant !

 

 

Le plus étonnant c'est qu'en SDR ni le Blooming, ni le Clouding, ni les fuites de lumière ne sont perceptibles. Comme vous pouvez le voir sur les photos ci‑dessus (à gauche une capture avec le Local Dimming désactivé ‑ce qui n'a pas de sens sur un TV Direct LED Local Dimming‑, à droite une capture avec le Local Dimming activé), TCL maîtrise excellemment la gestion du rétroéclairage Local Dimming avec un résultat parfait. L'image offre une dynamique et une qualité de noir totalement hallucinante. On le répète, c'est du jamais vu sur TV LED !

 

Évidemment, en HDR le niveau de noir est moins profond, mais le ratio de contraste reste assez similaire. Le seul souci, c'est qu'en HDR, la luminosité est tellement puissante que le Blooming commence à être visible (cf. photo ci‑dessous), et les défauts se révèlent avec plusieurs taches de Clouding et fuites de lumière qui accentuent d'autant plus le Blooming. En effet, nous relevons un pic lumineux de 900 nits en SDR, ce qui est déjà très puissant, mais il monte à 1 700 nits en HDR10 ! Ce n'est pas très loin de ce que propose le ZD9 de Sony tout en offrant un noir plus profond et donc un meilleur contraste. En revanche, le ZD9 dispose d'un traitement HDR et colorimétrique de grande classe grâce aux nombreux algorithmes très performants développés par Sony.

 

 

Évidemment, le rendu HDR est également très impressionnant sur le Xclusive X1 de TCL, avec des paysages superbes, des couchers de soleil très réalistes, des explosions qui crèvent l'écran, mais lors des scènes sombres on est assez loin de l'expérience HDR proposée par l'Oled. Le noir se grise un peu trop si un objet lumineux apparaît (une lampe torche lors d'une scène de nuit par exemple), d’autant plus à cause de ces soucis d'uniformité engendrés en grande partie par la courbure de la dalle. D'autre part, même si les Quantum Dots permettent un gamut très large et un pic lumineux très élevé, ce genre de filtre engendre quelques problèmes de dérives des couleurs hors axe.

 

Colorimétrie juste, mais soucis d'angle de vision et d'homogénéité

En effet, le TCL X1 embarque un filtre Quantum Dot qui lui permet d'offrir un spectre tonal très énergique (équilibre entre le rouge, le vert et le bleu) et un espace couleur très large (cf. photo ci‑dessous). Nous relevons une couverture du Rec.2020 à 78% (cf. deuxième photo ci‑dessous) et 96% du DCI‑P3, ce qui est similaire aux meilleurs TV testés jusqu'ici. Ces résultats sont d'autant plus encourageants que le Delta E en Rec.709 est d'à peine 1,4 et mesuré à 2 en Rec.2020, soit en dessous du chiffre 3 recommandé, un seuil au‑delà duquel les dérives sont visibles par l’œil humain (cf. troisième photo ci‑dessous).

 

 

 

Par contre, la Balance des Blancs est un peu moins juste. En mode Film et Chaud 2, le Delta E peut dépasser le chiffre 5 au‑delà de 50% de gris, mais cela reste très correct et assez simple à calibrer pour obtenir d'excellents résultats. Avec un calibrage rapide en 2P, nous avons pu obtenir un Delta E à 2 de moyenne, sachant que pour les plus exigeants la Balance des Blancs 10P permet d'affiner encore plus ces résultats.

 

 

Donc, en ce qui concerne la colorimétrie, les résultats sont très bons, même si un calibrage est tout de même recommandé. Le problème se situe plus au niveau de l’homogénéité avec des écarts assez importants sur toute la surface de la dalle, surtout aux endroits impactés par des fuites ou du Clouding. D'autre part, ce filtre Quantum Dots génère des soucis de postérisation avec dérives colorimétriques et un angle de vision assez étroits. Évidemment, ces soucis de postérisation sont surtout visibles en HDR, notamment autour des sources de lumière (image du soleil, une bougie, une lampe, etc.).

 

 

 

Traitement vidéo de bonne qualité, mais perfectible

Le TCL X1 propose un très bon Upscaling UHD, mais un post‑traitement vidéo perfectible, surtout en ce qui concerne les réducteurs de bruit. En effet, nous trouvons deux réducteurs de bruit (Mosquito D NR et Mpeg D NR). Du côté de la réduction du bruit dit Mosquito, mais les résultats ne sont pas très convaincant. Le principal souci vient du réducteur d'artefacts de compression Mpeg qui entraîne une image flottante et floue très désagréable avec une perte de piqué. Cela est surtout gênant pour traiter les chaînes TV, car pour regarder les films en Blu‑Ray (1 080p ou Ultra HD), on utilise plus les D NR de la platine que ceux du TV.

 

Par contre, le filtre de netteté donne de très bons résultats, avec une belle amélioration des détails, mais là aussi la plupart des lecteurs Blu‑Ray ou scalers externes donnent de meilleurs résultats. Le mieux aurait été de disposer de deux filtres séparés pour améliorer les contours et les détails. Toujours est‑il qu'en désactivant les D NR et en ajustant finement la Netteté, nous obtenons tout de même une superbe image avec les Blu‑Ray et Ultra HD Blu‑Ray. C’est moins bon en présence de contenus entrelacés et de définition standard, surtout si le contenu présente des blocs de compression Mpeg.

 

 

Compensation de mouvement bien meilleure depuis le dernier Firmware

Pour tout dire, les premiers tests de fluidité nous ont laissés perplexes ! Cela était d'autant plus incompréhensible que nous étions restés sur de bons ressentis lors du dernier test de TV TCL, un modèle entrée de gamme qui plus est ! Heureusement, TCL a vite réagi et nous a proposé un correctif durant cette phase de test. Depuis ce dernier correctif, tout est rentré dans l'ordre même si nous avons connu mieux en termes de précision de l'image en mouvement (pourtant le temps de rémanence est plutôt bon avec 13 ms de retard à l'affichage). La fluidité est très bonne, naturelle et surtout il n'y a plus de saccades, ni de halos troubles autour des objets en mouvement, que ce soit en 60, 50 ou 24 images par seconde. Évidemment, les meilleurs résultats sont tout de même obtenus en 60 Hz...

 

 

Dorénavant, TCL propose le même type de réglages que Samsung ou LG, avec un réglage pour améliorer la précision, et un réglage pour améliorer la fluidité, sachant que plus on pousse le curseur de fluidité, plus l’image sera fluide, mais typée caméscope. Plus on pousse la précision, plus l'image sera précise dans les mouvements, mais engendrera un effet stroboscopique. À chacun de trouver le réglage qui lui convient le mieux. Par contre, TCL ne propose pas de mode BFI (Black Frame Insertion), la compensation de mouvement PPI 2 600 Hz embarquée est basée sur le procédé Backlight Scaning, d'où ce petit manque de précision, mais rien de bien méchant.

 

Pour les amateurs de jeux, nous conseillons d'activer le mode Game qui désactive totalement l'aide à la fluidité pour améliorer l'Input Lag et la précision de l'image. Nous avons mesuré un Input Lag de 45 ms, ce qui est correct, suffisant pour la grande majorité des joueurs (les meilleurs TV affichent 20 ms). Si vous utilisez un autre mode que le mode Game, l'Input Lag grimpe vite à plus de 100 ms, ce qui est quasiment injouable !

 

Pour conclure...

Il faut bien l'avouer, au moment de débuter les tests nous étions loin de penser que le TCL X1 nous réservait autant de belles surprises ! La marque est en effet plus connue pour ses TV au rapport qualité‑prix intéressant que pour ses productions haut de gamme. Et pourtant… La plus grosse claque vient sans aucun doute de la mesure du contraste ! Lorsqu'on connaît l'importance de cet élément pour un cinéphile, surtout si on aime regarder ses films en salle obscure, quelle merveilleuse surprise que de constater que ce téléviseur affiche le contraste Ansi le plus élevé que nous ayons pu mesurer sur un TV LED à l'heure actuelle avec un ratio impressionnant de 30 000:1 !

 

 

Alors, évidemment, le traitement vidéo n'est pas aussi performant que les meilleurs du marché (pas encore serait‑on tenté de dire tellement TCL a progressé dans le domaine ces dernières années), mais il reste très correct et la colorimétrie est également très bonne en sortie de carton. Pour peu de procéder à une séance de calibrage en règle, les réglages proposés permettent de se rapprocher de la perfection avec une Balance des Blancs 10P et un CMS (Colour Management System) sur trois axes. La compensation de mouvement fait partie des meilleures que ce soit avec les chaînes TV ou les films en 24p, l'image est fluide et naturelle, et les réglages permettent d'adapter la fluidité à tous les goûts. L'expérience Ultra HD/HDR est exceptionnelle grâce à une image ultra‑dynamique, une colorimétrie très riches, et une luminosité ultra‑puissante qui atteint 1 700 nits, ce qui est largement suffisant pour exploiter le HDR10. Malheureusement, il manque une compatibilité Dolby Vision et les quelques soucis d'homogénéité ternissent un peu les noirs par endroit.

 

Après, on aime ou on n’aime pas les dalles incurvées, mais si cette courbure n'a que peu d'influence sur l'immersion du spectateur dans l’image, bien souvent elle est à l’origine de nombreux soucis d’homogénéité à moins d'utiliser des techniques d'assemblage très élaborées. D'autre part, les filtres Quantum Dots de première génération présentent plusieurs avantages au niveau colorimétrie et luminosité, mais ils engendrent aussi des soucis de postérisation et des angles de vision assez étroits. Des défauts que Samsung semble avoir réussi à corriger sur sa nouvelle génération de QLED (attendons les premiers tests pour juger par nous‑même des réels résultats).

 

 

Malgré ces quelques défauts, dont certains peuvent aussi être aléatoires on le rappelle (statistiquement, des consommateurs profiteront à coup sûr de modèles parfaitement homogènes), le TCL Xclusive X1 est un téléviseur qui nous a tout simplement bluffés par son contraste surpuissant, sa qualité de fabrication, sa colorimétrie, sa fluidité et la qualité de sa barre sonore signée JBL. Enfin, il faut aussi souligner la belle surprise concernant l'intégration d'Android TV 6.1, bien plus stable que nous le pensions et qui nous a permis de profiter de Kodi dans d'excellentes conditions. On peut pratiquement se passer de lecteur multimédia... Quand on regarde le travail accompli, les résultats et le prix de ce téléviseur, nous ne pouvons que féliciter TCL pour cet excellent rapport qualité‑prix quasiment imbattable ! Avec le TCL U65S9906, le constructeur marque véritablement son entrée dans la cour des grands du marché TV.

+ Les points forts
»  
Contraste phénoménal, un record !
»  
Luminosité très puissante (1 700 nits)
»  
Très bonne fluidité
»  
Environnement Android TV stable et aux vastes possibilités !
»  
Barre sonore intégrée d'excellente qualité !
»  
Bonne colorimétrie et des outils de calibrage complets
»  
Qualité de fabrication exceptionnelle !
»  
Rapport qualité-prix imbattable !
- Les points faibles
»  
Homogénéité (Clouding, fuites de lumières)
»  
Traitement vidéo perfectible
»  
Pas de compatibilité Dolby Vision
»  
Pas de compatibilité 3D
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES
Advertisement