TV - Écran plat

Sony KD-65A1

Par Jacques Guiot - Publié le 24/04/17
Mustav
Prix indicatif : 5 499 € TTC
Note AVCesar.com


Type : OLED
Diagonale de l'image : 165 cm
Standard : Ultra HD
Résolution native : 3 840 x 2 160 pixels
Processeur : Quad Core
100 Hz : oui
Contraste : :1
TNT : double tuner (SD et HD)
HDMI : 4 (v 2.0, dont 4 arrières)
Dim. (L x H x P) : 1 451 x 832 x 339 mm
Poids : 36,20 kg
L’essentiel

En test aujourd'hui dans les colonnes d’AVCesar.com, le Sony KD‑65A1. Très probablement, depuis sa présentation par le constructeur japonais au salon CES de Las Vegas en janvier dernier, l’un des téléviseurs les plus attendus de l'année. On peut même affirmer que cet écran était attendu depuis plusieurs années, soit depuis le lancement grand public de la technologie Oled ! En effet, qui n'a pas rêvé d'un TV réunissant l'excellence du traitement vidéo et du MotionFlow signés Sony associé à un contraste absolu ? Le tout sans aucun souci de Clouding, Blooming ou autres défauts d'homogénéité ? Bon nombre d’amateurs de belles images et de Home Cinéma, c’est certain, dont la rédaction d’AVCesar.com fait bien sûr partie.

 

 

Toutefois, avec l'arrivée de l'Ultra HD, la perfection ne se limite pas aux seuls critères de contraste et colorimétrie. Et comme à notre habitude, nous avons mesuré ce téléviseur sous toutes ses coutures. Et désormais, nous ajoutons un critère d'évaluation à nos tests. Il s'agit de la mesure des performances intrinsèques des diodes utilisées dans les TV, qu'elles soient organiques ou inorganiques.

 

Pour notre appréciation de l’élément Color Volume (nous avons bien sûr relevé la performance du Sony KD‑65A1), nous avons également l’intention de l’intégrer dans nos futurs bancs d’essai. Mais, pour être honnête, nous ne maîtrisons pas encore totalement celle‑ci. En attendant d’interpréter correctement les données relevées, nous avons préféré ne pas la mentionner. Par contre, une fois notre procédure validée, nous ferons une mise à jour spécifique du Sony KD‑65A1 sur ce sujet. Pour revenir sur la question des mesures, aujourd’hui encore plus qu’hier, avec un seul fournisseur de dalles Oled pour toutes les marques TV (LG Display en l’occurrence), pour bien évaluer un TV il est important d'aller au‑delà des strictes données constatées et d’introduire une part de ressenti totalement subjective. Sinon, au seul regard de nombreux chiffres, bon nombre de TV Oled seraient sur un pied d'égalité…

 

 

X‑Reality Pro 4K et 4K HDR X1 Extreme au menu 

Le Sony KD‑65A1 est clairement un téléviseur de rêve, du moins sur le papier. Notre but avec ce banc d’essai et bien sûr de vérifier si le rêve devient réalité. Évidemment, grâce à la technologie auto‑émissive Oled, ce spécimen part avec de gros atouts dont une promesse de contraste infini et de noirs d'une profondeur abyssale !


Cela dit, Sony se démarque de la concurrence sur de nombreux points. En effet, cela fait plusieurs années que nous vantons les mérites du traitement vidéo Reality Creation. Mais depuis le lancement de la série ZD9 (cliquez sur la référence du Sony KD‑65ZD9 pour découvrir le test complet du produit par la rédaction d’AVCesar.com), le constructeur japonais est allé encore plus loin en associant deux processeurs ultrapuissants, les X‑Reality Pro 4K et 4K HDR X1 Extreme.
On ne présente plus le premier en charge du traitement vidéo pour améliorer le piqué de l'image grâce à deux filtres (Netteté et Résolution) ainsi que des filtres pour corriger le bruit vidéo Mpeg ou Mosquito.

 


Le second processeur est une évolution du X1 en charge de nombreux paramètres dont l'Upscaling Ultra HD, probablement ce qui se fait de mieux actuellement en la matière grâce à l'utilisation d'un puissant algorithme Dual Data Base Processing qui compare l'image du signal entrant à diverses images UHD de référence stockées dans la mémoire du processeur. Le X1 Extreme intègre aussi de nombreux autres algorithmes d'une efficacité redoutable, comme le Super Bit Mapping 4K HDR (traitement sur 14 bits des couleurs) qui va réduire considérablement l'effet de postérisation en améliorant les dégradés. On trouve également la technologie Object‑Based HDR Remaster qui permet d'ajuster la gamme dynamique de la source selon des capacités de l'écran en fonction de son pic lumineux et de sa gestion de la courbe de transfert EOTF (affichage dynamique de la luminance selon les zones de l'image ; on peut aussi considérer cette courbe EOTF comme un réglage de gamma dynamique au sein d'une même image permettant d'afficher des zones lumineuses très différentes simultanément).


Enfin, l'algorithme Precision Colour Mapping permet, là aussi, d'offrir la meilleure colorimétrie possible en faisant un « remapping » du gamut toujours selon les capacités de couverture colorimétrique de la dalle. Nous sommes donc en présence de deux processeurs qui réalisent un travail très important pour offrir la meilleure image possible, que la source soit SD, HD ou Ultra HD, en 24, 50 ou 60 im/s (malheureusement, pas de compatibilité 3D ici).

 

 

Bien sûr, en présence d’un TV Oled, point de réglage Local Dimming au menu (inutile de préciser que l'homogénéité est parfaite, sans la moindre trace de Blooming, Clouding, DSE, ni autres pollutions visuelles, y compris dans les scènes très sombres). En dehors de cette absence, on retrouve tous les réglages proposés sur le ZD9 dont la conversion SDR/HDR X‑Tended Dynamic Range Pro ou encore l'ACE (Advanced Contrast Enhancer). Précisions que lors de notre test du Sony KD‑65A1, la compatibilité HDR10 fonctionnait parfaitement, mais la mise à jour Dolby Vision ou HLG n'était pas encore disponible. Cela dit, il ne devrait pas y avoir de différence en termes de pic lumineux. La différence devrait opérer essentiellement au niveau de la gestion des métadonnées dynamiques.

 

Dalle 100 Hz native et MotioFlow

Le Sony KD‑65A1 propose donc toute une batterie de réglages pour améliorer l'image. En plus de ceux cités plus haut, on retrouve évidemment la compensation de mouvement MotionFlow (aucune précision sur l'indice de fluidité, mais la dalle est 100 Hz native) dotée de plusieurs réglages, du rendu le plus précis au plus fluide. De plus, comme nous l'avons déjà précisé dans les autres tests, depuis 2015 un nouveau mode Expert fait son apparition pour affiner les réglages à son goût avec une simulation d'affichage BFI (Black Frame Insertion) sur deux niveaux (Mini/Maxi). Cela a pour conséquence d'améliorer la précision des images en mouvement, mais l'insertion d'images noires réduit forcément la luminosité (en mode Expert la luminosité est à peu près divisée par deux avec un signal SDR et par quatre en HDR).

 


Nous revenons plus en détail sur le Motionflow et la colorimétrie dans le chapitre final (Verdict Technique), mais du côté des réglages, là aussi, c'est exactement identique au Sony ZD9. On peut donc choisir son gamut (Rec.709, DCI/P3 ou Rec.2020, cf. photo ci‑dessous), mais toujours pas de CMS pour corriger l'espace colorimétrique (vous le lirez plus bas, le gamut est tellement juste en sortie de carton que ce n'est pas vraiment nécessaire). En revanche, on trouve bien une Balance des Blancs sur 2P et 10P (cf. photo ci‑dessous) et tous les réglages habituels (Couleurs, Niveau de noir, Luminosité, Teinte).

 

 

D'autre part, le Sony KD‑65A1 dispose évidemment de la technologie TriLuminos pour « remastériser les couleurs » dans un espace couleur Wide Gamut sans saturer bêtement ces dernières en étirant les coordonnées et surtout sans dénaturer les teintes de peau. Cela permet de profiter d'une colorimétrie bien plus riche, tout en restant naturelle, même avec des contenus standards en Rec.709, mais aussi d'exploiter le gamut étendu des Blu‑Ray Remastered in 4K proposés par Sony Pictures.

 

Qualité de fabrication et design One Slate/Ardoise

Le Sony KD‑65A1 profite évidemment d'une belle qualité de fabrication avec une dalle Oled placée entre deux plaques de verre assez épaisses et cerclées d'aluminium. En effet, Sony n'a pas utilisé de coffre en aluminium à cause du système audio (assez particulier) employé sur ce TV (cf. plus loin dans notre banc d’essai), et nous avouons avoir ressenti une certaine appréhension lors de la manipulation de la dalle, le verre est si vite brisé…

 

 

Toute l'électronique est déportée dans un pied très costaud et épais (cf. photo ci‑dessous), qui fait contre poids, placé à l'arrière du TV tel un tableau posé sur un trépied. Visuellement, nous ne voyons donc qu'une dalle de verre sans bord apparent posée directement sur le meuble TV ou accrochée au mur. Par contre, nous regrettons que la dalle soit inclinée vers l’arrière selon un angle de 5 degrés. Ce n'est vraiment pas pratique car, sauf à poser le TV au sol, il est nécessaire de disposer d’un meuble bas assez profond et large pour accueillir le TV sans risque et profiter d’un bon axe de vision. Sony avait déjà tenté cette inclinaison dans le passé avec ses modèles Monolithe et déjà nous étions septiques sur cet aspect. Il est donc étonnant de voir Sony reprendre ce concept une nouvelle fois. Sinon, il reste bien évidemment l'option d'accrocher le TV au mur…

 

 

Pour revenir à ce pied, il est donc pliable et se rabat contre la dalle en cas d'accroche murale. Le bout du pied, très lourd (car rempli de plomb) et qui sert à faire contre‑poids lorsque le TV est posé sur un meuble, est amovible. Si on opte pour une accroche murale, il doit donc être retiré, rendant en cela la connectique facilement accessible, celle‑ci est entièrement dirigée vers le bas (voir les visuels ci‑dessus et ci‑dessous).

 

 

Elle offre une panoplie assez classique, avec les connecteurs habituels : quatre entrées HDMI 2.0b (dont une compatible ARC) toutes compatibles 2 160p/60, Rec.2020, HDR10, Dolby Vision et certifiées HDCP 2.2, un double tuner DVB‑T2/DVB‑C/DVB‑S2 compatible HEVC et donc Ultra HD HDR, une sortie optique, une sortie stéréo 2.0/casque/Subwoofer, deux ports USB 2.0, un port USB 3.0, un port CI+ et un port Ethernet.

 

Au chapitre de la connectivité, on note les fonctions Wi‑Fi, le Wi‑Fi Direct, Google Cast et Bluetooth. Au passage, précision qu'il est désormais possible de recevoir le bouquet Canal+ et toutes les chaînes de la TNT grâce à des applications, Molotov.tv par exemple, et donc sans décodeur externe. Autre précision, le TV dispose désormais d'un espace de stockage interne de 16 gigaoctets.

 

 

Le design s’avère donc statutaire. À noter, la présence d’une dalle dotée d'un traitement anti‑reflet d'une efficacité limitée, autorisant quelques reflets en plein jour, mais rien de catastrophique. Du classique en somme de ce côté‑là. En fait, la petite originalité des TV Sony A1 se cache au sein du système audio.

 

Système audio impressionnant et original !

Le Sony KD‑65A1 embarque un système sonore vraiment novateur. Les fréquences aiguës et haut‑médiums sont directement reproduites par la dalle de verre. Oui, oui, vous avez bien lu. Sony a placé quatre vibreurs (excitateurs) collés derrière la dalle, maintenue par une barre épaisse en aluminium. Le plus intéressant avec ce concept n’est non seulement le rendu sonore bluffant, mais la localisation des sons sur l'image. Au sens littéral du terme… Par exemple, si une personne parle, le son de sa voix est émis à l'endroit de l'image où elle se trouve. Cela donne une spatialisation unique en son genre.

 

Par contre, on trouve tout de même un boomer accordé en bass‑reflex avec un évent situé sur le pied pour la prise en charge des fréquences graves et bas‑médiums. Au final, nous avons un rendu sonore puissant, riche, équilibré, très spatial, d'excellente qualité avec une large réponse en fréquences. Les graves sont bien présents et surtout les aigus sont d'une précision étonnante. Étonnamment, c'est probablement l’un des meilleurs rendus sonores que nous avons pu écouter sur un TV jusqu'ici ! D'autant plus qu'il est toujours possible d'ajouter un vrai caisson de grave grâce à une sortie audio qu'il est possible de régler sur sortie casque, stéréo 2.0 ou LFE avec un crossover à 80 hertz. Le seul regret, c'est l'absence de mode « voie centrale » qui aurait permis d'utiliser le système audio du TV comme enceinte centrale dans un système audio multicanal.

 

 

Pour le reste, Sony a conservé les mêmes réglages avec un EQ manuel, un mode Film, Musique, Standard et Football. On retrouve un amplificateur S‑Master Digital Amplifier Class D de 50 WvRMS, le processeur DSEE (Digital Sound Enhancement Engine) et le mode ClearAudio+ qui améliore les bandes‑son compressées, ou encore l'algorithme S‑Force Front Surround. Évidemment, comme tous les TV Sony, le Sony KD‑65A1 est compatible DTS et Dolby Digital Plus via HDMI ARC mais toujours pas de gestion des signaux DTS‑HD ou Dolby TrueHD.

 

OS Android TV 6.1

Comme toute la gamme 2017, le Sony KD‑65A1 embarque un OS Android TV (en 6.1 Marshmallow lors du test, il devrait évoluer en 7.1 Nougat prochainement). Si le fonctionnement est strictement identique aux années précédentes, nous avons toute même eu la bonne surprise de constater une évolution concernant le processeur principal mis en œuvre ici, avec un spécimen Quad Core en lieu et place d’un Dual Core sur le Sony KD‑65ZD9. Bien sûr, la réactivité s’en trouve largement fortifiée. Évidemment, nous avons constaté la présence de quelques petits bugs lors du test, mais cela reste anecdotique surtout en considérant qu'il s'agit d'un prototype non finalisé, qui sera mis à jour avant sa commercialisation.

 


On trouve donc un SoC Mediatek MT5891 et un CPU Quad Core ARM Cortex‑A53 (cf. photo ci‑dessous) pour booster l'utilisation des applications et la réactivité de l'interface, notamment pour faire tourner les jeux. Le GPU est toujours un ARM Dual Core Mali‑T860 (cf. seconde photo ci‑dessous). Pour être honnêtes, nous aurions préféré des processeurs encore plus puissants pour la partie Android TV, surtout sur un modèle phare comme le 65A1, mais cela commence à devenir intéressant….

 

 

Par contre, rien à dire du côté du décodage multimédia et traitement vidéo, les résultats sont superbes ! Certaines vidéos Ultra HD HDR lues via USB offrent une qualité d'image incroyable, qui n'a rien à envier à un bon lecteur Ultra HD Blu‑Ray. Et la quasi‑totalité de nos vidéos ou musiques a été lue sans encombre et même l'affichage du ratio natif des vidéos est désormais respecté.

 


Netflix et Youtube sont disponibles en Ultra HD/4K grâce au support HEVC et VP9. Évidemment, nous avons aussi essayé des applications multimédias comme VLC ou Kodi, ce dernier s'annonçant comme l'un des gros intérêts de cette interface. Si Kodi est évidemment intéressant avec ses nombreux Plug‑Ins et systèmes de jaquettes, force est de constater que la gestion du Bitstream audio HD n'est toujours pas efficiente, mais difficile de savoir si cela vient d'une limitation du TV et sa fonctionnalité ARC ou de Kodi.

Citons également le nouvel Archos Media Player qui nous a semblé intéressant pour ceux qui voudraient profiter d'un système de jaquettes (ou Jukebox) très simple à installer, mais là encore, il ne gère pas l'audio HD et présente quelques lacunes. Malheureusement, et en bref, aucun logiciel de lecture ne permet de profiter à 100% de toutes les capacités multimédia rendu possible par l'utilisation d'un OS Android TV. Il n'est pas rare de devoir basculer sur l'un ou l'autre des logiciels de lecture pour lire un format spécifique. Cela dit, le lecteur par défaut est très complet et suffisant pour de nombreux utilisateurs.

 

Au final, cette interface utilisateur, très proche de l'expérience proposée sur smartphone ou tablette Android, offre des possibilités énormes et variées à travers moult applications et services, et commence à devenir vraiment intéressante. Nous sommes persuadés que Sony va encore progresser sur le sujet et que le passage à Android TV Nougat permettra d'offrir toujours plus de possibilités, même si tout ne dépend pas de la marque japonaise, tant s'en faut (Google et les développeurs de chaque application restent les maîtres d'œuvre).

 


L'environnement est moderne, dynamique et très intuitif. Jugez plutôt, l'écran Android TV met en avant des propositions de programmes télé ou VOD en rapport avec vos goûts, l'accès à Netflix bien sûr, plus les dernières applications ou jeux utilisés… Mention spéciale pour les joueurs, on peut même connecter une manette de jeux Android et, Sony oblige, la manette des consoles PS3 ou PS4 est reconnue. Au passage, nous avons pu visionner quelques extraits du nouveau Gran Turismo 4K HDR, tout simplement hallucinant de réalisme avec des visuels à couper le souffle ! Bref, même sans Ultra HD Blu‑Ray, Blu‑Ray ou DVD sous la main à regarder, le Sony KD‑65A1 offre largement de quoi se divertir ! Enfin, on trouve bien sûr un navigateur internet, Opéra pour ne pas le nommer…

 

Concurrence

De nos jours, il existe donc de plus en plus de spécimens Oled, pour notre grand plaisir, et cela devrait contribuer à voir les prix baisser relativement rapidement. Le Sony KD‑65A1 rencontre donc divers concurrents dont évidemment les TV Oled LG millésime 2017. On peut citer par exemple le LG 65G7V qui semble le modèle le plus à même de concurrencer le Sony KD‑65A1 avec les compatibilités Dolby Vision, HLG et HDR10, un mode pré‑calibré Technicolor (assez similaire au mode THX), la certification ISF (donc de nombreux outils pour réaliser un calibrage fin), un pic lumineux annoncé proche des 800 nits (réglage dalle Oled 2017), et un nouveau processeur vidéo MP16+. D'autre part, le 65G7V se démarque par une compatibilité Dolby Atmos via ARC et une barre sonore de très bonne qualité signée.

 

Autre concurrent intéressant, le Panasonic TX‑65EZ1000, plus onéreux à 6 999 €, mais annoncé plus lumineux (1 000 nits) même si cela reste à confirmer lors d'un test. Ce TV se démarque évidemment par le savoir faire de Panasonic au niveau de la colorimétrie et du respect des standards du cinéma avec un puissant processeur HCX², une certification THX 4K Display et ISF, et un traitement anti‑reflet très performant.

 

On peut également citer le Philips POS9002F qui s'annonce également très prometteur avec le célèbre et exclusif système Ambilight, un OS sous Android TV, et plusieurs nouveautés très intéressantes comme le nouveau traitement vidéo P5 Perfect Picture Engine (cliquez pour en savoir plus), le Micro Dimming Perfect, ou le dispositif Color Booster 17 bits pour un espace couleur étendu (99% DCI‑P3) qui devrait lui aussi, à l'instar du Super Bit Mapping de Sony, réduire considérablement les soucis de postérisation.

Fiche technique
Type : OLED
Diagonale de l'image : 165 cm
Standard : Ultra HD
Résolution native : 3 840 x 2 160 pixels
Processeur : Quad Core
100 Hz : oui
Contraste : :1
Réception : télétexte, PAT, PIP, PAP, Infos+, EPG, TNT (double tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+), SAT (double tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+), Câble (double tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+)
Connectique : 4 entrées HDMI (v 2.0), 1 entrée YUV (RCA), 1 entrée Stéréo + Composite (arrière), 1 sortie casque (arrière), 1 sortie audio stéréo, 1 sortie audio numérique (optique), 1 sortie subwoofer, 1 port CI+, 3 ports USB Host (arrière) , 1 port Ethernet, Wi‑Fi (b/g/n)
Compatibilité : NTSC (480i, 480p), Pal (576i, 576p), HD (720p/50, 720p/60, 1 080i/50, 1 080i/60), Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), Ultra HD (2 160p/24)
Multimédia : MP3, WMA, AAC, Ogg, Flac, DivX (Ultra HD), WMV (Ultra HD), Mpeg2 (SD et HD), Mpeg4 (Ultra HD), MKV (Ultra HD), TS (Ultra HD), HEVC, VP9, Jpeg, UPnP (DLNA), Bluetooth , NFC, HBBTV, Podcast, Webradios, WebTV, accès Web
Usage : télécommande préprogrammée, capteur de luminosité, CEC, Auto Lipsync, xvYCC, Deep Color, Super 4/3, 4/3, 14/9, 16/9, Zoom Letterbox, Zoom Letterbox sous-titres, Zoom 2.35 (4/3, 16/9, HD), Overscan
Réglage : température de couleur (paramétrable (RVB)), balance des blancs paramétrable (RVB), réglage de gamma (préréglage), renforcement du contraste (dynamique), désentrelacement (vidéo/film) manuel
Réducteur de bruit : D NR, Mpeg NR, Mosquito NR
Optimisation de la netteté dans les mouvements : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), en Ultra HD (2 160p/24)
Compensation de mouvement : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), en Ultra HD (2 160p/24)
Son : puissance (2 x 10 W), caisson (30 W), décodeur (PCM, Dolby Digital, Dolby Digital Plus, HE-AAC, DTS), ARC, processeur surround (S-Force Front Surround ), traitement audio ( ClearAudio+), égaliseur, AVL
Consommation : 125 W (0,5 W en veille)
Dim. (L x H x P) : 1 451 x 832 x 339 mm
Poids : 36,20 kg
ph image
Verdict technique

Il ne serait pas difficile de résumer ce chapitre à une seule phrase : « Le Sony KD‑65A1 est tout simplement le meilleur téléviseur jamais testé par l’équipe d’AVCesar.com ! Une pure merveille, une claque monumentale, aucun défaut ou presque n'est à signaler ». Cela dit, se limiter à cette seule analyse ne serait pas digne de l'enthousiasme et du plaisir que nous avons eu en testant ce téléviseur d'exception ! De plus, elle nécessiterait que vous preniez nos dires pour argent comptant, sans aucune justification de notre appréciation… Peu crédible. C’est pourquoi nous vous invitons derechef à découvrir les divers éléments qui nous ont amenés à cette appréciation.

 

 

La perfection est‑elle de ce monde ?

Il n'y a aucun doute là dessus, le Sony KD‑65A1 a vraiment marqué les esprits de toute la rédaction d'AVCesar.com. Cela fait plusieurs années que nous attendons le Graal et il est quasiment‑là. Quasiment, car, connaissant tous les défis qui attendent les fabricants de TV pour les années à venir, nous savons qu'il reste encore certaines choses à améliorer pour atteindre la perfection absolue et exploiter tout le potentiel de l'Ultra HD : en vrac, on peut citer un encodage 12 bits des couleurs, une courbe EOTF complète avec un pic de 10 000 nits, l'exploitation des métadonnées dynamiques ou une couverture du Rec.2020 à 100%. Cela étant dit, le KD‑65A1 montre l’étendue du chemin parcouru par Sony ! Jamais nous n'avions vu une telle qualité et surtout une image qui ne souffre pratiquement d'aucun défaut !

 

Pour commencer, comme à notre habitude, nous avons procédé à un calibrage en règle du TV, après avoir procédé à l’étalonnage de notre matériel sur le spectre de lumière du TV. En effet, comme mentionné au début de ce banc d’essai, nous évaluons dorénavant les performances des diodes de chacun des écrans de passage dans notre laboratoire.

 

 

 

Le Sony KD‑65A1 utilise évidemment des diodes Oled, donc organiques, qui produisent un certain spectre de lumière, ce dernier ayant des répercussions sur sa reproduction colorimétrique. Cela peut paraître étonnant mais, à l’instar de tous les TV qui utilisent un panneau Woled signé LG, le Sony KD‑65A1 affiche une dominante bleue, contrairement à un Plasma par exemple qui affiche une dominante rouge. Il n'est donc plus étonnant de constater que la colorimétrie de tous les TV Oled commercialisés à ce jour soit très proche d'un TV LED doté de diodes blanches. Cette colorimétrie est plus froide que celle d'un Plasma.

 

 

D'autre part, sur les graphiques ci‑dessus, on peut constater les capacités de reproduction colorimétrique de ces diodes Woled. Il s'agit d'une belle performance, puisque le relevé (tracé rouge) est très proche de la référence (tracé bleu), même si cela reste tout de même perfectible. Aussi étonnant que cela puisse être, un téléviseur à base de filtre Quantum Dots affiche une couverture moins large, alors qu'une dalle LED IPS propose actuellement la meilleure couverture colorimétrique toutes technologies confondues ! Pour résumer, le Sony KD‑65A1 couvre 85% des couleurs qu'un œil humain est capable de percevoir.

 

Pour revenir sur le calibrage du TV proprement dit, force est de constater qu'il n'y a que peu de travail à fournir, d'autant plus qu'en calibrant parfaitement le TV en Rec.709, il n'y a pas besoin de faire de retouche en Rec.2020, ou si peu. Comme déjà précisé, il n'y a pas de CMS pour corriger les différents gamuts, mais ces derniers affichent des erreurs ‑en Delta E‑ inférieures à 2 en sortie de carton. Quant à l'échelle de gris, si les erreurs sont plus visibles, rien de catastrophique cependant, puisque le Delta E ne dépasse pas 4 en moyenne. Après quelques petites corrections au niveau de la Balance des Blancs, le Sony KD‑65A1 délivre la plus belle colorimétrie jamais vue (cf. photo ci‑dessous).

 

 

Non seulement les couleurs sont parfaitement justes, mais en plus le gamut DCI est couvert à 99% (le Rec.2020 à 74%, cf. photo ci-dessous) et l'image ne souffre d'aucune dérive, ni postérisation, ni DSE ou bruit. Grâce au contraste infini, les couleurs prennent un éclat et une vivacité magnifique. C'est tout simplement la perfection absolue ! Que ce soit la reproduction du rouge, du bleu, du vert, tout est parfait. Tout est à sa place, il n'y a aucun manque, les teintes de peau sont justes. Aucun des défauts que nous avons pu relever sur d'autres TV Oled n'est visible ici !

 


Après calibrage, nous relevons donc un espace colorimétrique parfait que ce soit en Rec.709 ou en Rec.2020, et le Delta E ne dépasse pas 0,8. Idem avec la Balance des Blancs qui a cependant nécessité quelques corrections en 10P, mais pour des résultats tout aussi parfaits avec un Delta E moyen de 0,5 ! Plus étonnant, les plus grosses erreurs de Delta E ne dépassent pas 0,8 (cf. photo ci‑dessous).

 

 

Le seul petit défaut à relever, même si cela en étonnera plus d'un, vient de l'angle de vision qui engendre une petite dérive colorimétrique de 10%. Rien de bien méchant donc, surtout que contrairement aux TV LED le niveau de noir reste parfait, même en regardant le TV complètement de biais.

 


Sinon, inutile de consacrer un chapitre à l'homogénéité ou au contraste. De ce côté c'est bien sûr la perfection absolue. Le seul défaut dont peut souffrir un Oled c'est un manque de lisibilité dans les scènes sombres avec des noirs totalement bouchés, mais sur le Sony KD‑65A1, une fois les réglages adéquats bien appliqués, ces derniers sont parfaitement lisibles. En effet, nous avons dû monter le niveau de noir à 54, par défaut le noir était un peu trop bouché à 50 (paradoxalement, monter le niveau de noir revient à augmenter la luminosité…). L'incrémentation du réglage de Niveau de Noir est par ailleurs très douce et progressive, ce qui permet de bien ajuster le rendu des zones « presque noires ».

 

Rendu HDR magnifique, mais quelques limites de luminosité

Mais aucun défaut ne veut pas dire aucune limite. Le reproche que l'on peut adresser au Sony KD‑65A1, surtout comparé au Sony ZD9, c'est au niveau des mesures HDR. Nous relevons un pic lumineux d'environ 700 nits au lieu de 2 000 nits sur le ZD9. Cela dit, visuellement l'écart n'est pas si flagrant, car il faut préciser que le 65A1 est capable d'afficher sur un unique pixel une mire blanche de 10 % à 700 nits (678,69 pour être précis, cf. photo ci‑dessous) tout en conservant un noir absolu sur les autres pixels, là où le ZD9 affiche un noir à 0,08 nits.

 

 

C’est peu, mais cela fait tout de même une sacrée différence en salle obscure (moins en salle éclairée). En plus de cela, là où le pic lumineux de la plupart des TV LED s'effondre au bout de deux ou trois secondes, le Sony KD‑65A1 arrive à conserver ce pic lumineux plusieurs secondes et offre un rendu HDR très stable. Enfin, même avec une mire de 20%, le Sony KD‑65A1 conserve une luminosité proche des 600 nits, alors que de nombreux TV LED s'effondrent sous les 500 nits. La courbe de transfert EOTF est également parfaite, progressive, bien équilibrée et d'une régularité absolue. Elle affiche son pic maximum à 75% de l'échelle de gris (cf. photo ci‑dessous), là où de nombreux TV LED culminent à 65% (voire mois, 55% sur le Hisense M7000 par exemple). Le rendu de l'image HDR dans son ensemble est donc très dynamique, lumineux et surtout très réaliste que ce soit lors des scènes de nuit comme de jour.

 

 

Idem si on met de côté les mesures, et que l'on évalue le rendu HDR avec son ressenti. Il n'y a aucun doute, le Sony KD‑65A1 délivre une image UHD HDR vraiment magnifique. On se répète, mais là encore, c'est de loin la plus belle expérience Ultra HD HDR que nous ayons pu voir jusqu'ici ! Car une nouvelle fois, il faut ajouter à cela toutes les autres qualités du 65A1, c'est‑à‑dire l'absence totale d'effet de postérisation, des couleurs superbes, une parfaite lisibilité dans les scènes sombres, et un traitement vidéo très performant sans le moindre bruit Mpeg, grain excessif, fourmillement ou artefact.

 

Une parfaite intégration du MotionFlow

Nous le soulignions en introduction, le procédé MotioFlow est probablement la compensation de mouvement la plus fluide et naturelle en 24p. Mais, jusqu'ici, les TV Sony souffraient d'un léger manque de précision dans les mouvements. À titre d'exemple, l'Auto Motion Plus de Samsung engendre un peu plus d'effet caméscope et d'artefacts de mouvement que le Motionflow, mais il affiche une image plus précise dans les mouvements. Dans le même temps, avec les TV Oled signés LG nous avions pu apprécier une superbe précision dans les mouvements, apanage de cette technologie. D'un autre côté, lors du test du KD‑65ZD9 nous avions constaté que le nouveau processeur X1 Extreme apportait également un net gain en précision. Sans surprise, lorsqu'on réunit le MotionFlow et le processeur 4K HDR X1 Extreme sur un TV Oled, la magie opère à plein avec un résultat époustouflant qui relative toutes les autres expériences.

 

 

C'est fluide, naturel, sans le moindre artefact de mouvement, le tout avec une belle précision de l'image en mouvement. Et pour ceux qui seraient encore plus difficiles, on trouve donc un mode BFI (dénommé Clarté au sein du mode Expert) qui va insérer une image noire entre chaque image vidéo pour éliminer la rémanence et augmenter encore plus cette précision. Dans ces conditions, certes, on gagne donc en piqué dans les mouvements, mais on perd en luminosité et un léger effet de scintillement est visible. Chacun jugera le réglage lui convenant le mieux car, de ce côté‑là, le choix est vaste avec les modes Fluide, Standard, Cinema et Expert. Avec ce dernier, il est possible de régler manuellement le niveau de fluidité et activer ou non l'affichage BFI. Il n'y a donc pas cinq niveaux de BFI (Clarté, cf. photo ci‑dessus) comme proposés sur certains TV LED Sony, mais soit BFI sur Faible, soit sur Élevé. Bref, il y en a pour tous les goûts.

 

Un traitement vidéo révolutionnaire

Nous nous y sommes déjà bien attardé lors du premier chapitre, donc inutile d'y revenir en détail, si ce n'est pour dire que ce traitement est si puissant qu'il est totalement inutile d'utiliser le traitement d'un éventuel lecteur Blu‑Ray, ou scaler externe, que se soit pour l'Upscaling ou l'amélioration de l'image, le Sony KD‑65A1 se suffit à lui même. Il opère un véritable travail d'orfèvre !

 

Le plus incroyable vient probablement du fait qu'avec un simple Blu‑Ray [abc]1 080p [/abc]le téléviseur est capable de procéder à un Upscaling très puissant qui se rapproche d'une image Ultra HD native. Le résultat est encore supérieur avec un Blu‑Ray labellisé Mastered in 4K de chez Sony Picture. En plus de cela, il faut ajouter que la conversion SDR/HDR réalisée par l'algorithme X‑Tended Dynamic Range Pro donne des résultats fabuleux. C'était déjà le cas sur les anciennes générations de dalles LED millésime 2015 et 2016 dotées du X1, mais sur l'Oled équipé du traitement 4K HDR X1 Extreme cette conversion HDR donne des résultats vraiment très impressionnants. Pour le plaisir, nous avons ressorti le Blu‑Ray 1 080p Prometheus (cliquez pour découvrir le test du film et du Blu‑Ray par la rédaction d'AVCesar.com) : le rendu est réellement stupéfiant au niveau du gain en dynamique ou de la précision de l’image. Revoir ce film avec une telle transformation et un tel contraste a été une totale redécouverte jubilatoire !

 

Autant avec les premières générations de TV UHD, le gain apporté par les disques Ultra HD Blu‑Ray n'était pas flagrant. Mais, avec le recul, il apparaît de plus en plus que ce ressenti s’explique par les capacités des écrans, peu ou pas en mesure d'exploiter pleinement les atouts de ce support. Actuellement, avec des téléviseurs comme le Sony KD‑65A1, si on prend de bons titres comme The Revenant ou The Passengers, la différence entre la version 1 080p et Ultra HD est tout de même saisissante. Autant la version 1 080p est magnifique, autant la version Ultra HD apporte une toute nouvelle dimension tant par la qualité du rendu HDR que par la gestion de l'encodage 10 bits et une reproduction colorimétrique magnifique en Rec.2020. C'est grandiose ! 

 

 

Pour conclure…

Que dire de plus si ce n'est que Sony est au rendez‑vous de notre « énormissime » attente autour de ce téléviseur. Le constructeur arrive même à nous impressionner. Le Sony KD‑65A1 est une pure merveille, de loin le meilleur TV testé jusqu'ici et, au regard des limitations actuelles de la technologie Oled, difficile d’imaginer pouvoir faire mieux. Nous sommes même surpris de voir ce que Sony a réussi à faire avec une dalle Woled LG ! On le redit, c’est au‑delà de nos espérances. Comme quoi, c’est comme en cuisine, avec le même ingrédient de base, chaque marque (ou cuisinier) arrive à un résultat différent. C’est‑là toute la valeur ajoutée du chef (des ingénieurs). Ce téléviseur ne souffre d'aucun défaut, ou presque, et Sony avec le KD‑65A1 a véritablement sublimé la technologie Oled.

 

Un superbe traitement vidéo (vraiment), un Upscaling UHD redoutable, une conversion SDR/HDR magique, une colorimétrie exceptionnelle en sortie de carton et parfaite après un rapide calibrage, une fluidité exemplaire, un contraste absolu, une homogénéité sans défaut, un rendu HDR excellent. Et pour couronner le tout, l'OS Android TV a vraiment été amélioré avec l'utilisation d'un Quad Core, ce qui offre plus de réactivité pour une multitude d'utilisations en tout genre. Pour la forme, et pour jouer le jeu du banc d’essai jusqu’au bout, il faut donc rappeler les rares reproches constatés : un manque, encore, de luminosité pour exploiter pleinement le standard HDR10 et surtout le HDR Dolby Vision annoncé. De même, nous relevons également une petite perte colorimétrique dans les angles et un peu trop de reflet en pleine journée. Mais rien de bien méchant, le spectacle est tellement incroyable…

Bref, la perfection n'est peut‑être pas de ce monde, mais le téléviseur Sony KD‑65A1 n'en est pas loin ! Grand bravo à Sony qui revient en force au premier plan !

+ Les points forts
»  
Traitement vidéo et Upscaling Ultra HD exceptionnels !
»  
Traitement Motionflow, une référence
»  
Conversion SDR/HDR miraculeuse
»  
Superbe colorimétrie (99% du DCI, 74% du Rec.2020)
»  
Contraste absolu
»  
OS Android TV Marshmallow avec Quad Core
»  
Expérience Ultra HD HDR de rêve
»  
Téléviseur Ultra HD Oled de référence, tout simplement !
- Les points faibles
»  
Filtre antireflet perfectible
»  
Luminosité un peu juste pour le Dolby Vision
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES