Lecteur Blu-Ray

Sony UBP-X800

Par Jacques Guiot - Publié le 22/10/17
Mustav
Prix indicatif : 349 € TTC
Note AVCesar.com
Type : lecteur BD Profile 6.0
Décodeur audio : Dolby Atmos et DTS:X
Sortie HDMI : 2 (v 2.0)
Dimensions (L x H x P) : 430 x 50 x 265 mm
Poids : 3,8 kg
L’essentiel

Un peu plus d'un an après nos tests des premiers lecteurs Ultra HD Blu‑Ray du marché (cliquez sur les liens Samsung UBD‑K8500 et Panasonic DMP‑UB900 pour découvrir le test complet des produits par la rédaction d'AVCesar.com), ces appareils commencent à se démocratiser avec de plus en plus de choix et, donc, une plus large gamme de prix. Parmi les lecteurs les plus accessibles, nous trouvons le Sony UBP‑X800 en test aujourd'hui dans nos colonnes. Les fans du géant japonais attendaient impatiemment cette platine en espérant qu'elle soit, d'une part, le digne remplaçant du très performant lecteur Blu‑Ray Sony BDP‑S790 commercialisé en 2012 (cliquez pour découvrir le test du produit par la rédaction d'AVCesar.com), et d'autre part le compagnon idéal des téléviseurs de la marque qui ont prouvé, test après test, leurs aptitudes en matière de technologie Ultra HD/4K. Comme à notre habitude, nous avons donc examiné ce lecteur sous toutes ses coutures avant de délivrer ce banc d'essai.

 

 

Présentation du Sony UBP-X800

La gamme 2017 de lecteurs Ultra HD Blu‑Ray Sony est composée de deux références, le UBP‑X800 et son grand frère le UBP‑X1000ES, une déclinaison identique au niveau Firmware mais dotée d'un châssis un peu plus huppé avec des connecteurs dorés, une sortie analogique RCA stéréo et qui, surtout, s'adresse aux intégrateurs avec son interface RS‑232C. Le petit frère est plus classique et se contente d'une connectique plus épurée avec deux sorties HDMI 2.0a pour séparer les signaux vidéo et audio, une sortie coaxiale, un port USB 2.0, Ethernet et des compatibilités Bluetooth (TX/LDAC), Wi‑Fi (2,4/5 Ghz), Wi‑Fi Mimo et Miracast. Notez une petite nouveauté avec la possibilité d'opter pour une sortie audio via HDMI + coaxiale + Bluetooth en simultané ou en coupant les sorties non utilisées. Une fonction intéressante pour ceux qui possèdent une enceinte active, une barre sonore, un casque ou amplificateur compatibles Bluetooth, car elle ouvre également des possibilités multiroom.

 

 

Un lecteur épuré donc, mais tout de même très fonctionnel. Il dispose d'un design digne d'une vraie platine Blu‑Ray et profite d'une bonne qualité de fabrication avec un châssis en aluminium recouvert de protections en PVC par endroits et d'une plaque en acier pour réduire les vibrations. Ce lecteur pèse tout de même 3,8 kg et propose donc une bonne stabilité. À savoir, en réduisant les vibrations on améliore la précision des horloges et donc la précision du décodage audio et vidéo.
Enfin, ce lecteur est certifié Hi‑Res Audio pour la promesse d'une certaine qualité audio numérique et d'une large compatibilité avec les formats dits audiophiles comme le DSD ou l'encodage PCM en 96 kHz ou 192 kilohertz. Pour honorer cette certification, Sony a intégré une meilleure alimentation numérique (à découpage et haut rendement) que sur ses lecteurs Blu‑Ray habituels, un meilleur châssis, un bloc optique plus stable et son fameux algorithme DSEE HX qui permet de recréer les données perdues lors des compressions audio « lossy » tout en réalisant un Upsampling 96 kHz et 24 Bits. Cette technologie, plutôt performante, apporte une réelle amélioration à l'écoute avec des graves plus profonds et percutants, des aigus plus précis et ciselés, le tout avec un rendu très naturel et plus linéaire. En effet, ce genre d'Upsampling avait tendance à engendrer des rendus trop numériques, montant, durs, mais de gros progrès ont été réalisés par Sony. Le DSEE HX fonctionne aussi bien avec la musique que les films.

 

 

Plusieurs fonctionnalités intéressantes

De toute évidence, Sony nous propose un lecteur assez épuré, mais qui se démarque tout de même de la plupart de ses concurrents grâce à une certaine qualité de fabrication et un profil plutôt audiophile de nouvelle génération, c'est‑à‑dire essentiellement numérique grâce aux avancées réalisées sur les alimentations à découpage. Ceci dit, ce lecteur épuré propose tout de même plusieurs fonctionnalités intéressantes et de nombreux réglages. Le seul véritable regret ‑comparé à un lecteur comme le BDP‑S790 vient de l'absence de post‑traitement vidéo avancé comme ce que pouvait proposer le chipset CreasHD. Quand on voit la puissance du traitement vidéo disponible sur les TV UHD Sony équipés du processeur X1, on est en droit d'attendre mieux sur les lecteurs de ce fabricant, d'autant plus que la qualité de décodage est très intéressante. Il aurait été intéressant de proposer un lecteur équipé de ce fameux X1 Extreme, mais nous y revenons plus bas dans le chapitre Verdict technique.
Pour y voir plus clair, nous vous proposons un récapitulatif des fonctionnalités phares de ce lecteur sous forme de listing afin de ne pas trop surcharger la lecture du test :

 

  • Réglages du dématriçage en sortie vidéo via HDMI : Auto, YCbCr 4:2:2 ou 4:4:4 ou RGB (il n'est donc pas possible d'affiner ces réglages en RGB Avancé ou Limité, ou YCbCr 4:2:0, tout ceci se gère avec le mode Auto)
  • Upscaling Ultra HD : automatique en 24, 50 ou 60 im/s, mais deux modes possibles (Non, Auto1 ou Auto2). Le mode Auto1 propose les DVD et Blu‑Ray en 1 080p et les UHD Blu‑Ray en [abc]2 160p.[/abc] Le mode Auto2 sort tous les contenus en 2 160p. Le mode Non n'applique aucun Upscaling, quel que soit le contenu

 

 

  • Downscaling HDR/SDR, mais pas de réglage associé, ni d'Upscaling SDR/HDR...
  • Post‑traitement vidéo limité à quatre modes images préréglés : Pièce claire, Pièce sombre, Cinéma et Auto. On note aussi deux modes Personnel pour optimiser l'image à son goût grâce à trois réducteurs de bruit (FNR, BNR et MNR), Contraste, Luminosité, Couleur, Teinte. Enfin, le mode Sortie Directe ne touche pas du tout au signal (cf. photos ci‑dessous)

 

 

 

 

 

  • Aucun réglage de Sharpness, ni d'amélioration des contours ou détails
  • Possibilité d'ajuster la puissance de traitement avec les vidéos lues en streaming avec d'excellents résultats avec Youtube, Netflix ou autres services de VOD (quatre niveaux de puissance de traitement pour réduire les artefacts, bruit et blocs de compression Mpeg)
  • Possibilité de choisir la taille d'écran pour optimiser la parallaxe en lecture 3D
  • Réglage V‑Strech pour adapter l'image avec une toile de projection au format 2.35:1
  • Choix du type de désentrelacement (Vidéo ou Film)
  • Sortie Deep Color : Auto ou Non (pas de choix en 8, 10 ou 12 bits), pas de réglage Super Bit Mapping 14 ou 16 bits
  • Sortie audio en Bitstream ou PCM avec possibilité de Downmix en stéréo, et possibilité de limiter la sortie en 192, 96 ou 48 kHz
  • Possibilité d'activer l'Upsampling audio DSEE HX en 96 kHz/24 bits, ou encore le Dynamic Range Control
  • Gestion des Super Audio CD : soit la couche SACD en sortie DSD ou PCM en 88,2 kHz (5.1 ou 2.0), soit la couche CD audio en sortie stéréo LPCM 44,1 kHz et 16 bits
  • Gestion de lecture des DVD Audio : soit [abc]MLP[/abc] 96 kHz/24 bits, soit DTS 5.1 48 kHz, soit en stéréo LPCM 44,1 kHz et 16 bits
  • Transcodage des pistes audio stéréo ou 5.1 en DTS‑Neo:6 Music ou Cinema 5.1
  • Possibilité de sortir le flux audio via HDMI, coaxiale ou Bluetooth avec choix de la qualité du flux audio sans fil en LDAC ou AAC
  • Possibilité de choisir la langue par défaut de l'interface ou des menus des DVD/Blu‑Ray ou des films et sous‑titres
  • Contrôle parental par zone et type de support (DVD, Blu‑Ray, VOD, contenu internet)
  • Gestion des deux sorties HDMI avec le choix de la sortie audio : Auto, HDMI 1 ou HDMI 2
  • Possibilité de récupérer des infos pour les CD audio depuis la base de données Gracenote
  • Possibilité de changer le nom de l'appareil sur le réseau personnel
  • Lecture multimédia via HDD en NTFS ou Fat32, ou via UPnP (DLNA) (pas de Samba, ni de NFS)
  • Accés à diverses applications qui ne sont toutefois pas si nombreuses : Netflix, OperaTV, Youtube, Berlin Philarmonique, Wuaki.TV, Mubi, Spotify

 

 

Compatibilité multimédia et disques étendue

Cette certification Hi‑Res Audio et cette qualité de fabrication sont d'autant plus appréciables que ce lecteur fait parti des rares modèles a lire quasiment tous les types de disques existants, audio et vidéo, comme les CD audio, DVD Audio, SACD, Blu‑Ray 2D et 3D, Ultra HD Blu‑Ray, DVD Vidéo, mais aussi les doubles couches DVD‑R/DVD‑RW, DACD‑R, CD‑R/CD‑RW ou encore les BD‑R. Précisons tout de même qu'en l'absence de sortie analogique, pour profiter réellement de la qualité du DSD avec vos Super Audio CD ou vos fichiers DSD, un amplificateur qui propose une vraie gestion du DSD est nécessaire (c'est‑à‑dire un Dac et un DSP compatibles DSD/1 bit), sans quoi le DSD sera converti en PCM.

Du côté multimédia, ce lecteur gère également un grand nombre de formats et codecs, même si rien ne remplace un vrai lecteur multimédia, surtout depuis la sortie de vrais lecteurs multimédias Ultra HD/4K comme le Zappiti Player 4K (cliquez sur la référence pour découvrir le test complet du produit par la rédaction d’AVCesar.com), équipés de connecteurs HDMI 2.0a. En effet, sa principale lacune vient des fonctionnalités de lecture multimédia assez limitées ou de l'absence de lecture de formats avancés comme les répertoires Blu‑Ray ou Iso DVD/BR. En revanche, ce lecteur lit bien de nombreux formats Ultra HD en HEVC, Rec.2020, HDR10 et 10 bits comme les MKV, MP4, DivX ou encore le x265 et x264, le AVC‑HD, Mov, AVI, Mpeg4, MP4, M4v, M2TS, TS, Mpg, Vob, VRO, VP9 et WMV HD entre autres. Précision, pour les formats vidéos 3D, seul les Blu‑Ray 3D et les MTS 3D issus de camescopes sont lus automatiquement en 3D séquentielle (FramePacking) ; tous les autres sont lus uniquement en Side‑by‑Side ou Top&Bottom et ce sera au téléviseur de faire la conversion en 3D séquentielle.

 


Côté audio, les codecs Flac (5.1 et 192/24), AAC, AIFF, Alac (96/24), DSD/DSDIFF 2,8 et 5,6 MHz (.dff et .dsf), HE AAC, Ogg, Wav LPCM, MKA, WMA Pro sont lus. Évidemment, avec les Blu‑Ray, tous les formats audio comme les DTS‑HD 7.1 DTS:X 7.1.4, Dolby TrueHD 7.1, Dolby Atmos 7.1.4 sont parfaitement gérés en Bitstream ou décodage LPCM 7.1. Signalons également la compatibilité Gapless qui permet une lecture sans coupure entre chaque morceau. Enfin, côté photos, tous les formats sont lus comme le Jpeg, PNG ou Gif, y compris le format 3D MPO, mais pas de JPS (Jpeg stéréoscopique).
Précisons qu'en lecture multimédia, tous nos films ont été lus sans problème, en dehors de quelques rares saccades avec certains MP4 y compris certains échantillons Ultra HD HEVC 10 bits et Rec.2020. Les pistes audio DTS‑HD et Dolby TrueHD sont parfaitement acceptées en dehors de quelques rares fichiers. D'autre part, les vidéos 24p sont lues en 60 im/s, mais la lecture est parfaitement fluide. La gestion des sous‑titres fonctionne bien, mais c'est très basique, sans possibilité de les repositionner, ni de changer leur couleur ou leur grosseur. Bref, de façon générale, la gestion multimédia s’avère classique et on ne trouve aucun système de jaquettes, ni de protocoles réseau SMB ou NFS, ni d'autoframerate 24/50/60 im/s (sauf en lecture Blu‑Ray/DVD évidemment).

 

Concurrence

Dans cette gamme de prix, nous trouvons désormais plusieurs concurrents au Sony UDP‑X800, ce qui nous permet d'avoir le choix et des prix plus agressifs. On peut citer le Panasonic DMP‑UB400 qui propose un châssis et une alimentation de moins bonne qualité, deux sorties HDMI 2.0a avec un chipset HDMI performant, dont une technologie pour réduire le jitter, plus un traitement vidéo plus complet grâce au processeur HCX Precise Chroma.


On peut également signaler le Samsung UBD‑M9500, encore plus basique au niveau des réglages et fonctionnalités, même s'il propose un paramétrage Sharpness avec cinq niveaux, bien plus d'applications, une meilleure gestion multimédia, mais un châssis et une alimentation de moins bonne qualité. Les autres concurrents proposent des lecteurs positionnés dans une autre gamme de prix, soit plus cher, soit moins cher.

Fiche technique
Type : lecteur BD Profile 6.0
Décodeur audio : Dolby Atmos et DTS:X
Compatibilité : CD audio, CD DTS, DVD vidéo, DVD audio, SACD, BD vidéo, 3D, Ultra HD, Dolby Digital, Dolby Digital Plus, Dolby TrueHD, Dolby Atmos, DTS, DTS-HD, DTS:X
Connectique : 2 sorties HDMI (v 2.0), entrée HDMI (v ), sortie audio numérique (coaxiale), port USB Host, port Ethernet, Wi‑Fi (ac)
Multimédia : MP3, WMA, AAC, Ogg, Flac, Dolby TrueHD, Dolby Atmos, DTS-HD, DTX:X, DivX (SD et HD), WMV (SD et HD), Mpeg2 (SD et HD), Mpeg4 (SD et HD), MKV (SD et HD), TS (SD et HD), HEVC, VP9, Jpeg, Fat32, NTFS, UPnP (DLNA), Bluetooth APT-X, Accès Web
Fonctions : CEC, xvYCC, Deep Color, High BitRate Audio, désentrelacement (vidéo/film) automatique, upscaling vidéo Ultra HD, gestion du zoom à partir du 4/3 intelligente, gamme HDMI réglable, gamma (préréglages)
Réducteur de bruit : D NR, Mpeg NR, Mosquito NR
Télécommande : oui
Consommation : 15 W (0,5 W en veille)
Finition : Noir
Dim. (L x H x P) : 430 x 50 x 265 mm
Poids : 3,8 kg
ph image
Verdict technique

Soyons francs, le verdict technique se résume assez rapidement, étant donné que les principales fonctions de ce lecteur ont été décrites dans la première partie de ce banc d’essai et qu'il s'agit essentiellement de gestion de flux Bitstream numérique audio et vidéo. Les résultats sont donc intimement dépendants des qualités des matériels associés, amplificateur pour l'audio et téléviseur pour l'image par exemple. En effet, comme déjà précisé, ce lecteur ne propose quasiment aucun post‑traitement vidéo comme le font les lecteurs Panasonic ou Oppo. Au risque de se répéter, on ne trouve pas de filtre d'amélioration des détails ou contours, pas d'Upscaling SDR/HDR, pas d'optimisation du downscaling HDR/SDR, ni de filtre pour améliorer les couleurs ou la dynamique de l'image. Seuls les réglages DNR vont permettre d'améliorer les contenus vidéos compressés en corrigeant les artefacts de compression ou le bruit. D'ailleurs, on le redit aussi, ce lecteur est capable d'optimiser les vidéos Youtube de très belle manière grâce à son moteur NR Contenu IP.

 

 

 

La force de l'expérience

En lecture Blu‑Ray, les qualités audio et vidéo dépendent donc essentiellement de la qualité intrinsèque du décodage numérique (audio et vidéo), et donc de l'alimentation et du bloc optique. Et il faut bien reconnaître que de ce côté‑là, Sony s'appuie sur une solide expérience, sur des composants miniatures performants développés lors de ses gammes Hi‑Res Audio. Bref, de toute évidence l’UBD‑X800 propose un excellent décodage vidéo et audio ! Dans le cas présent, il suffit de voir pour croire. De nombreuses personnes apprécieront une image extrêmement propre, dynamique et une absence totale de bruit résiduel. Et si quelques efforts appréciables ont été accomplis au niveau de l'alimentation qui se démarque de la plupart des lecteurs Blu‑Ray UHD du marché, on retrouve aussi une certaine marque de fabrique.

 


En effet, depuis de nombreuses années, Sony utilise une sorte de léger DNR (réducteur de bruit numérique) par défaut, non seulement au niveau des composants électroniques qui filtrent le signal numérique, mais aussi directement intégré au décodage vidéo. Cela a pour conséquence d'enlever toute trace de bruit, y compris sur certains films qui ne sont pas forcément des références. La plupart des utilisateurs apprécieront grandement cette image propre et fluide mais cela a aussi des conséquences sur le piqué. Les utilisateurs les plus exigeants remarqueront une légère perte de piqué comparé à des lecteurs plus huppés, qui proposent un décodage extrêmement précis. N'exagérons rien, on ne peut pas parler de flou, mais plus d'une sorte de lissage qui peut se voir notamment au niveau des dégradés.

 

Pour rappel, les lecteurs qui arrivent à réduire le bruit sans utiliser de DNR, tout en offrant une image très précise avec un superbe piqué, utilisent des alimentations et des composants extrêmement performants. Réduire le bruit, sans réduire la précision, c'est le grand défi de tout constructeur d'appareil haut de gamme que ce soit dans l'image ou le son. Quoi qu'il en soit, replaçons tout cela dans son contexte, celui d'un lecteur de disques Ultra HD Blu‑Ray vendu à un prix accessible. Ce que propose Sony avec son UBP‑X800 représente probablement l'un des meilleurs compromis possibles pour avoir une image d'excellente qualité, sans bruit et en gardant tout de même une belle précision et une superbe fluidité, plus des couleurs magnifiques dans cette gamme de prix. Après avoir comparé les mesures faites avec le générateur de mires et celles en lisant les mires directement depuis le lecteur Sony, on constate que la colorimétrie n'est pas totalement neutre, mais légèrement plus saturée. Les dérives sont minimes, la colorimétrie reste naturelle, mais avec un rendu subjectif un peu plus flatteur. Les plus exigeants, qui recherchent une colorimétrie parfaitement fidèle aux standards du cinéma préféreront probablement refaire le calibrage en lisant les mires depuis le lecteur.

 

 

TV Sony avec processeur X1 + UBP-800, le combo gagnant !

En associant le Sony UBP‑X800 avec un téléviseur Sony équipé d'un processeur X1, les résultats sont tout bonnement exceptionnels. En effet, Sony est l'un des rares fabricants avec Oppo à proposer un mode Sortie Directe via HDMI, donc sans traitement pour confier le tout au téléviseur : Upscaling des DVD et Blu‑Ray 1 080p, gestion colorimétrique, ou encore post‑traitement vidéo, Upsampling Super Bit Mapping HDR 14 bits, etc. De ce côté, si vous suivez les tests publiés AVCesar.com, vous savez que les TV Sony de la gamme 2017 proposent sans doute le traitement vidéo le plus performant et le plus complet du marché.
Les qualités de décodage natif du lecteur UBP‑X800 permettent d'exploiter pleinement le traitement vidéo des TV Sony pour des résultats tout simplement splendides ! Pour tout dire, à la rédaction, même avec un lecteur Oppo nous laissons les TV Sony s'occuper de tout. Quant à l'Upscaling 2 160p du lecteur, il est très satisfaisant, mais là encore le processeur X1 Extreme affiche de bien meilleurs résultats. C'est donc surtout en association avec un téléviseur qui ne possède pas de traitement vidéo ou d'Upscaling Ultra HD performant que ce lecteur affichera ses limites.

 

Pour ce qui est de ses performances audio, même si cela en étonne plus d'un, nous relevons des différences de qualité même en numérique. Les mesures le confirment puisque le niveau de THD, de jitter, ou encore la diaphonie et la gamme dynamique sont des valeurs qui peuvent grandement varier d'une sortie numérique à l'autre (surtout via HDMI, car les meilleurs résultats sont obtenus en coaxiale). Panasonic attache une grande importance à la qualité audio via HDMI sur la plupart de ses lecteurs. Le Sony UBP‑X800 n'est certes pas aussi performant que les lecteurs Panasonic sur ce terrain, surtout en termes de précision et spatialisation, mais il propose une image sonore beaucoup plus propre. Au final, le Sony reste au‑dessus du lot avec une qualité audio vraiment intéressante et un algorithme DSEE HX efficient qui offre un rendu très naturel.

 

 

Aucun reproche donc, au niveau des choix de Sony (juste quelques petits regrets), d'autant plus que de nombreux utilisateurs n'utilisent jamais de traitement vidéo. Le but est évidemment atteint et la quasi‑totalité des possesseurs de ce lecteur sera enchantée par la qualité audio et vidéo proposée. Le Sony UBP‑X800 représente sans hésiter l'un des meilleurs rapports qualité/prix du marché pour ceux qui recherchent une image propre, sans bruit, des réglages simples, un lecteur facile d'utilisation, doté d'une bonne qualité de fabrication, fonctionnel et capable de lire tous les supports existants. En effet, dans cette gamme de prix, c'est le seul lecteur capable de lire toutes les galettes 12 cm du marché : des disques Ultra HD Blu‑Ray, aux Blu‑Ray 3D, en passant par les Super Audio CD, les CD audio et les DVD Audio.

+ Les points forts
»  
Très bonne qualité de fabrication pour ce prix ! Alimentation numérique performante Décodage vidéo très propre, sans bruit
»  
Belles performances audio via HDMI et coaxiale
»  
Compatibilité SACD, DVD Audio, Ultra HD Blu‑Ray & Blu‑Ray 3D
»  
Très bonne gestion multimédia
»  
Sortie audio Bluetooth LDAC et double sortie HDMI
»  
Upsampling audio DSEE HX performant
»  
Excellent rapport qualité/prix
- Les points faibles
»  
Pratiquement aucun post‑traitement vidéo
»  
Pas d'optimisation de la conversion HDR/SDR
»  
Pas de compatibilité HDR Dolby Vision
»  
Peu d'applications
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES
Advertisement