Amplificateur audio-vidéo

Yamaha RXV-571

Par Jean Eparvier - Publié le 27/09/11
Mustav
Prix indicatif : 549 € TTC
Note AVCesar.com
Type : ampli 7.1
Agrément THX : non
Décodage : Dolby TrueHD et DTS‑HD
Paramétrage automatique par micro : oui
HDMI : 6 entrées (v1.4, dont 1 frontale)
Puissance : 7 x 105 W
Dim. (L x H x P) : 435 x 151 x 363 mm
Poids : 8,3 kg
L’essentiel
Dans la gamme des amplificateurs Home Cinéma du constructeur japonais, le Yamaha RX‑V571 3D Ready est un intégré qui entend vous en donner un maximum pour votre argent ! Évolution du Yamaha RX‑V567, il propose une puissance légèrement supérieure sur ses sept canaux (105 W sous 8 ohms), les derniers décodeurs mutlicanaux DTS‑HD et Dolby TrueHD et compte une batterie d'entrées HDMI CEC 1.4, six en tout, (dont une en façade) compatible 3D et ARC.

Par rapport à son prédécesseur, il est équipé d’une entrée USB Host en façade permettant de récupérer en numérique le signal audio d’un iPod/iPhone, et de le contrôler via la télécommande. À l’arrière, un connecteur propriétaire baptisé Dock permet d’étendre encore ses fonctions à travers l’un des trois modules proposés en option : la station d’accueil Yamaha YDS‑12 pour iPod/iPhone, la Yamaha YID‑W10, qui offre le même service sans fil, ainsi que le module de réception Bluetooth Yamaha YBA‑10. On regrette en revanche l’absence d’une entrée Ethernet pour récupérer les Webradios, un moindre mal, compte tenu de la présence d’un excellent tuner AM/FM intégré.

Côté connectique, le Yamaha RXV‑571, en plus de ses six entrées HDMI (transparentes au 1 080p/24, Deep Color et xvYCC), propose encore deux entrées YUV, quatre Composite ‑dont une façade‑ et une S‑vidéo que l’on peut coupler à l’une des quatre entrées numériques (deux optiques et deux coaxiales) ou à l’une des trois entrées analogique stéréo RCA (dont une en façade). La vidéo bénéficie d’un circuit de désentrelacement et d’un Upscaling des signaux analogique en 1 080p, alors que le signal audio transite par des convertisseurs 192 kHz/24 bits Burr Brown.

En matière d’interface utilisateur, le Yamaha RXV‑571 fait dans la simplicité. En façade, quatre touches paramétrables permettent de sélectionner rapidement autant de configurations audio et/ou vidéo, agrémentées du mode de décodage le plus adapté à la lecture d’un Blu‑Ray ou à l’écoute d’un CD audio. L’OSD est tout aussi basique, mais efficace, et s’affiche via la sortie HDMI, en 1 080p s’il vous plaît, comme sur les modèles haut de gamme. Le calibrage automatique propriétaire YPAO s’effectue en un tour de main, à l’aide du micro fourni. S’il n’est pas aussi complet que sur des appareils plus ambitieux, il donne, à l’écoute, entière satisfaction en multicanal, via son égalisation paragraphique à trois positions : Plat, Avant (qui aligne les enceintes arrière et la centrale sur les principales) et Naturel (un mode spécifique au constructeur). Bien sûr, l’ensemble peut être déconnecté via la fonction Direct, accessible sur la télécommande pour une écoute audio stéréo.
Concurrence
Dans cette catégorie d’appareil, la concurrence est sévère ! De l'Onkyo TX‑NR579 ou du Pioneer VSX‑921 plus puissant et aux caractéristiques sensiblement équivalentes, en passant par le Marantz NR‑1402 moins puissant doté de seulement cinq canaux mais fidèle à la sonorité de la marque, sans oublier le Denon AVR‑1612 clairement orienté Hi‑Fi, le choix est large.
Fiche technique
Type : amplificateur 7.1
Agrément THX : non
Décodage : Dolby TrueHD et DTS‑HD
Paramétrage automatique par micro : oui
Puissance : 7 x 105 W
Préampli : non
Entrées : 6 entrées HDMI (v1.4), 2 entrées YUV (RCA), entrées audio et vidéo (4 audio, 5 vidéo et 1 S‑vidéo), sans entrée multicanale, entrées numériques (2 optiques et 2 coaxiales)
Sorties : 1 sortie HDMI (v1.4), 1 sortie YUV (RCA), sorties audio et vidéo (1 stéréo et 1 composite), sortie préampli (2.1)
Autres : 1 port iPod
Prises de façade : 1 entrée HDMI, 1 entrée audio, 1 entrée vidéo, 1 sortie casque
Multimédia : MP3, Alac, DSD, AIFF, Bluetooth , NFC, Airplay
Compatibilité audio : 17 modes DSP, écoute au casque (oui), Dolby Pro Logic oui, Dolby Digital oui, DTS, Dolby Digital Plus, Dolby TrueHDDolby Atmos, , DTS‑HD, DTS:X
Traitement audio : gestion dynamique du volume (propriétaire Volume), égalisation automatique par micro (graphique), nombre de mesures au micro (unique), égalisation manuelle (graphique), égalisation du caisson
Traitement vidéo : transparence au xvYCC, transparence au Deep Color, transparence au 1 080p/24, transcodage vidéo (vers HDMI), Upscaling vidéo (1 080p)LipSync manuelle (jusqu'à 240 ms), Auto LipSync
Fonctions : OSD (français, couleur, via HDMI), télécommande universelle (à apprentissage), CEC, ARC, Tuner T‑DMB
Consommation : 440 W (0,1 W en veille)
Finition : noir ou argent
Dim. (L x H x P) : 435 x 151 x 363 mm
Poids : 8,3 kg
ph image
Verdict technique
La mise en œuvre du Yamaha RXV‑571 prend seulement quelques minutes, bien aidée par une notice claire, un OSD simplifié à l’extrême et un calibrage automatique efficace.

Le traitement vidéo du Yamaha RXV‑571 est une excellente surprise, notamment en termes de désentrelacement. Sans aller aussi loin en termes de performances que les circuits vidéo de ses grands frères, il permet de profiter d’un DVD en 1 080p dans d’excellentes conditions, en évitant (pratiquement) les effets d’escalier et de blocs. On peut aller encore plus loin, notamment à propos de la définition des arrière‑plans, mais de base le résultat est très correcte, même sur un écran de grandes dimensions.

Sur le plan purement musical, le Yamaha RXV‑571 se débrouille également plutôt bien, pourvu qu’on utilise le mode Direct (qui évite les paramètres établis par le calibrage automatique) et l’une de ses entrées numériques, HDMI ou coaxiale. En effet, c’est en utilisant les convertisseurs intégrés à la machine que l’on obtient le meilleur équilibre tonal, notamment dans le haut du spectre qui peut se montrer un poil dur à haut niveau en passant par les entrées analogiques. Dans ce contexte, la qualité de la sortie numérique du lecteur est également déterminante pour le résultat final. L’entrée USB Host donne de bons résultats sur un iPod/iPhone, grâce à sa transmission numérique des informations. Parfait !

Mais c’est en écoute multicanale que le Yamaha RXV‑571 dévoile tout son potentiel. Doté d’une puissance confortable, il permet de profiter sans restriction de la dynamique d’un signal DTS‑HD Master Audio ou Dolby TrueHD débridé sur tous les canaux. On apprécie ainsi sa capacité à recréer un espace sonore cohérent à bas comme à fort niveau. Ce n’est pas si courant dans cette gamme de prix. Mieux encore : le calibrage automatique démontre sa valeur en dévoilant une étonnante qualité de timbres sur toutes les voies, ainsi qu’un bon niveau de détails, même lorsque la bande‑son se fait complexe.

Au final, le Yamaha RXV‑571 offre des performances intéressantes pour un prix contenu. Comme la plupart des appareils de sa catégorie, il se montre plus à son aise en Home Cinéma que sur un signal musical, tout en affichant des qualités dynamiques appréciables à travers ses entrées numériques. Un appareil au physique agréable et bien fini qui mérite largement sa place dans sa catégorie, même s'il lui manque une entrée/sortie audio multicanale pour être tout à fait complet.

+ Les points forts
»  
Interface utilisateur et OSD réussis
»  
Circuit d’Upscaling et de désentrelacement performants
»  
Qualité de spatialisation en multicanal
»  
Entrée USB numérique pour iPod/iPhone
- Les points faibles
»  
Léger manque de nuances dans le haut du spectre à fort niveau en stéréo
»  
Pas d’entrée Ethernet
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES