L'homme qui tua Liberty Valance

The Man Who Shot Liberty Valance
Année : 1962
Réalisateur : John Ford
Interprètes : James Stewart, John Wayne, Vera Miles, Lee Marvin, Edmond O'Brien, Andy Devine
Éditeur : Paramount
BD : BD-50, 123', toutes zones
Genre : western, N&B
Interdiction : tous publics
Sortie : 27/06/12
Prix ind. : 19,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080p (AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français Dolby Digital 2.0
Anglais Dolby TrueHD 5.1
Anglais Dolby Digital 2.0
Espagnol Dolby Digital 2.0
Allemand Dolby Digital 2.0
Italien Dolby Digital 2.0
Sous-titres
Français, anglais, anglais pour sourds et malentendants, danois, allemand, espagnol, italien, néerlandais, norvégien, finnois, suédois
Le sénateur Ransom Stoddard revient avec sa femme Hallie dans la petite ville de Shinbone, à l'occasion de l'enterrement de leur vieil ami Tom Doniphon. Apostrophé par les journalistes locaux, qui s'interrogent sur la venue d'une personne aussi illustre, Ransom décide de raconter la véritable histoire de Doniphon : celle‑ci commence lorsque le sénateur, alors jeune avocat idéaliste, débarque pour la première fois à Shinbone. Dévalisé et violenté par une brute nommée Liberty Valence, Stoddard jure de faire tomber le criminel via des moyens légaux. Tom Doniphon, éleveur dur‑à‑cuire, juge quant à lui que l'avocat n'a aucune chance, et qu'il ferait mieux d'abandonner ses livres de droit pour s'entraîner à manier une arme...

John Ford et le western, une association aussi logique que celle unissant Hitchcock et le suspense. Pourtant, L'homme qui tua Liberty Valance est loin d'être représentatif du style visuel du réalisateur, lui qui est surtout connu pour son utilisation des magnifiques décors naturels de Monument Valley, notamment dans ces impérissables classiques que sont Fort Apache, La prisonnière du désert, La charge héroïque ou La chevauchée fantastique. « Je pense qu'on peut dire que la vraie star de mes westerns a toujours été la terre », a‑t‑il dit. Pourtant, rien de tout cela dans L'homme qui tua Liberty Valance. Le film est quasiment dénué de plans larges en extérieurs. Son noir et blanc ‑imposé dit‑on, soit pour des raisons économiques, soit pour permettre de rendre plus crédibles les différences d'âge des acteurs d'une époque à l'autre du récit‑ interdit l'exploitation des magnifiques couleurs de l'Ouest sauvage. Et pourtant, le long métrage est l'un des westerns les plus puissants jamais réalisés.

Un statut qui découle pour beaucoup de la richesse d'un scénario en apparence simple et manichéen, mais qui, grâce à nombre de concepts humains, politiques et sociaux, nourrit maintes lectures et raisonnements. À la fois parabole sur le processus de civilisation d'un continent, fable sur la fin d'une époque (celle des pistoleros) et le début d'une autre (celle de la politique), réflexion subtile sur la nécessité de la violence pour imposer la loi des hommes, et de l'éducation pour propager les idéaux démocratiques, L'homme qui tua Liberty Valence fait preuve d'une finesse d'écriture toujours aussi bluffante aujourd'hui, qu'on le découvre pour la première fois ou le revoit pour la centième.

Les quelques touches d'ironie apportées par Ford (voir la façon dont il pointe du doigt la politique‑spectacle lors du meeting de fin) ne font que densifier la pertinence du propos. De plus, le noir et blanc sied, in fine, idéalement au film : le manichéisme visuel inhérent au procédé (opposition du clair et de l’obscur) permet à Ford de jouer malicieusement avec les codes (voir ce plan très « film noir » où Wayne/Doniphon, après avoir scellé son destin, entre dans l’ombre profonde d’une ruelle, mais éclaire soudainement son visage en s’allumant une cigarette) tout en montrant les incertitudes d’une époque où la gloire des héros de l’Ouest ‑et donc leur représentation colorée habituelle‑ cède la place à l’ambiguïté morale de la politique. Il n’est pas interdit d’y voir le désenchantement d’un homme devant l’évolution du pays qu’il a glorifié depuis toujours. Le long métrage est d'ailleurs le dernier western de légende que livrera Ford à la postérité...

Servi par un casting parfait, des premiers (Stewart est comme toujours impérial, Wayne n’a jamais été aussi touchant et aura rarement apporté autant de nuance à son rôle de « tough guy ») aux seconds rôles (parmi lesquels Lee Marvin en brute psychotique, Lee Van Cleef en sbire patibulaire et mal rasé annonciateur de ses personnages léoniens, Woody Strode en ami loyal et John Carradine en politicard bateleur haranguant la foule en agitant ses immenses bras), L’homme qui tua Liberty Valance a été considéré à sa sortie comme une œuvre mineure. Mais, comme dans le film, le temps a fait son œuvre : « Quand la légende dépasse la réalité, alors on imprime la légende ».
Laurent Duroche - Publié le 12/07/12

Cinécult' John Wayne : le corps de l’Amérique

Il fut et restera le Duke. L'emblème de l'Amérique conquérante, courageuse, frondeuse. Plus qu'une génération, une époque ou même un genre, il marqua à jamais le cinéma. Retour sur John Wayne, ou le western incarné.

Lire la suite
Liste des bonus
- Aucun


Commentaire
Il est assez incompréhensible de se retrouver avec une section bonus nue comme un ver alors que Paramount a naguère sorti en Amérique du Nord un DVD contenant notamment un commentaire audio de Peter Bogdanovich et un documentaire de 50 minutes. Faut‑il s'attendre à une future édition spéciale ?
Note bonus : 0/6
Image
Le film n'a jamais été aussi beau qu'avec ce transfert irréprochable. Le premier plan montrant l'arrivée du train propose même un rendu quasiment tridimensionnel, tant la profondeur de champ profite de la haute définition. Les contrastes sont magnifiques et occasionnent des noirs tranchés (ah, ce plan de Wayne allumant sa cigarette dans une ruelle sombre !), et les détails foisonnent, dévoilant une richesse visuelle qu'on n'avait fait que soupçonner en vidéo. Seuls quelques plans pâtissent d'une définition moins probantes, mais ils sont rares. Impressionnant !
Top image : 1'32 (l'arrivée du train en gare de Shinbone), 98'26 (John Wayne dans l'ombre)
Note image : 5/6
Son
La piste anglaise Dolby TrueHD 5.1 ne tombe pas dans le travers de la spatialisation à outrance d'une bande‑son enregistrée à l'origine en mono. Le mixage s'échine surtout à harmoniser (de fort belle manière) dialogues et ambiances, et à proposer un équilibre stéréo offrant une belle ampleur à la façade avant. Les autres pistes, toutes en mono stéréophonique, s'en tirent bien avec, là encore, des dialogues bien mis en avant.
Top son : aucun
Note son : 4/6


PLANNING
DVD 27/03/19 Overlord
BLU 27/03/19 Overlord
BLUHD 27/03/19 Overlord
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Eva Green - Camelot, la légende du roi Arthur saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/127/photo_0547183008.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/131/photo_0525105410.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/145/photo_1133162811.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/136/photo_0107121104.jpg
eva-green
joel-schumacher
mads-mikkelsen
fabrice-gobert
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011