Battleship

Année : 2012
Réalisateur : Peter Berg
Interprètes : Taylor Kitsch, Rihanna, Liam Neeson, Alexander Skarsgard, Tadanobu Asano, Jesse Plemons, Brooklyn Decker
Éditeur : Universal
BD : 1 BD-50 + 1 DVD-9, 131', toutes zones
Genre : action, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 17/08/12
Prix ind. : 24,98 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français DTS 5.1
Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Allemand DTS 5.1
Espagnol DTS 5.1
Italien DTS 5.1
Japonais DTS 5.1
Sous-titres
Français, anglais, allemand, espagnol, italien, japonais, néerlandais, danois, finnois, islandais, norvégien, portugais, suédois, chinois, coréen, japonais

Retour à Pearl Harbor, archipel de Hawaï. Michael Bay et ses séquences aériennes mémorables ne sont plus là. Cette fois, les kamikazes se trouvent du côté des forces US. Flashback.

Un héros qui s'ignore (Taylor Kitsch) traîne de rade en rade à la recherche d'une bonne bière et de jolies donzelles, au grand dam de son frère (Alexander Skarsgard, True Blood), capitaine de vaisseau de guerre émérite qui va finir par enrôler le bon bougre dans la marine. Le miracle opère. Devenu jeune officier, il navigue aujourd'hui sur un destroyer en charge de l'armement. La vie se déroule paisiblement, entre exercices militaires en mer (des simulations de combats donc) et matchs de foot débridés (encore un simulacre guerrier). Mais au cours d'une manœuvre d'entraînement aux côtés de bateaux japonais, l'US Navy tombe sur un os. Une forme gigantesque non identifiée qui ne va pas tarder à répondre coup pour coup aux attaques. La bataille navale peut commencer.

Dans la droite ligne de la tendance actuelle des blockbusters US à ressembler à de gigantesques cartoons, notamment grâce à l'invasion massive des effets numériques (voir Transformers, Mission impossible : protocole fantôme…), Battleship est à prendre comme une simple partie de jeu vidéo (avec analyse en live des ressources ennemies), où Hasbro ne serait plus un éditeur de jouets, mais une planète entière. Un monde où les méchants extraterrestres auraient donc des têtes sympathiques, où les blessés estropiés sauveraient encore le monde grâce à leurs prothèses ultra‑perfectionnées, où Japonais et Américains combattraient côte à côte dans les eaux mêmes où ils se déchiraient autrefois.

Peter Berg met finalement en boîte un film « enternaiment » qui annonce très vite la couleur avec son casting issu du showbiz. Le message est aussi simple que clair : tout ceci est un jeu. Une récréation virtuelle au cours de laquelle Peter Berg lui‑même joue à enchaîner les séquences comme autant d'hommages au cinéma populaire à grand spectacle, des Dents de la mer à Titanic en passant par Jurassic Park, Space Cowboy (le rappel des vétérans à la rescousse), Top Gun, Nimitz (Pearl Harbor, déjà) et bien sûr Transformers (l'autre licence Hasbro).

Il n'y a donc pas tromperie sur la marchandise. Alternant points de vue des militaires et des aliens, Battleship n'est rien de plus qu'une simulation où les missiles s'enfoncent dans les carlingues en deux temps (exactement comme les pions du « vrai » jeu de « notre » réalité), et où des balises météo marines forment une grille sur laquelle deux camps s'affrontent sans savoir pourquoi. Bien vu et plutôt très bien fait.

Carina Ramon - Publié le 19/07/12
Liste des bonus
- Fin alternative présentée par Peter Berg en HD (7')
- Visite VIP de l'USS Missouri en compagnie de Peter Berg en HD (20')
- Préparation de la bataille en HD (11')
- Distribution en HD (12')
- Tournage en mer en HD (7')
- Gros plans sur Peter Berg en HD (6')
- Effets spéciaux en HD (6')
- Bande-annonce du jeu en HD
- DVD du film et copie digitale


Commentaire

Voici des compléments qui, sans être tout à fait indispensables, valent néanmoins le détour. Si vous faites partie des amateurs de navires, ne loupez pas la visite VIP de l'USS Missouri en compagnie de Peter Berg. Désormais à la retraite et destiné aux visites touristiques, le cuirassé a servi pendant la Deuxième guerre mondiale, en Corée et dans le Golfe. C'est d'ailleurs sur l'un de ses ponts qu'a été signée la capitulation du Japon.

Les modules sur la préparation de la bataille et les effets spéciaux dévoilent quant à eux un peu des coulisses techniques de cette superproduction assez incroyable sur le plan visuel. Aussi fort sur ce point que Transformers, Battleship restera sans doute comme une référence en matière de film aquatique. Ce qui devrait faire plaisir à Peter Berg, dont le père était historien de la Marine. Une claque visuelle que l'on doit aussi en grande partie à ILM, qui a carrément revu de A à Z ses logiciels de 3D pour satisfaire les exigences du réalisateur. L'eau, la mer et les vagues gigantesques créées par ordinateur étaient un défi immense à relever. Le résultat dépasse sans doute toutes leurs espérances.

Note bonus : 4/6
Image

Non seulement Battleship est une distraction qui ne se prend pas pour autre chose que ce qu'elle est, mais en plus, Berg en profite pour livrer une pure démo visuelle qui se place d'emblée dans le haut du panier, aux côtés de Tranformers, The Dark Knight et Avatar (la 3D et l'explosion de couleurs en moins). Une vraie prouesse puisqu'il ne faut pas oublier que le film a été en grande partie tourné en mer, et qu'un certain Steven Spielberg garde un souvenir mitigé de celui des Dents de la mer (sept mois de tournage au lien d'un au départ…).

Aidé par le studio ILM, Peter Berg se lance donc dans un grand show maritime où le bleu et les teintes métalliques dominent, alternance de plans larges sur l'archipel d'Hawaï et de percées chirurgicales sur les yeux bleus de Taylor Kitsch, la plastique impeccable du mannequin Brooklyn Decker ou le visage déformé et filmé au ralenti d'Alexander Skarsgard, suite à une riposte extraterrestre.

C'est évidemment lors des batailles en mer que les scènes sont les plus époustouflantes. La caméra explore toutes les positions pour nous faire vivre cette bataille navale géante depuis la mer, mais aussi les airs et la terre. Une richesse visuelle équilibrée par un filmage parfois plus intime et naturel (le style Peter Berg, le grain en moins), fait d'images captées sur le vif dans le sillon de l'action. Un mélange des genres qui fonctionne à merveille. Une nouvelle référence en matière d'effets spéciaux utilisés à bon escient.

Top image : 32'50 (les vaisseaux extraterrestres débarquent à Hong Kong), 40'57 (le dôme alien sort de l'eau et encapusle Hawaï), 42'44 (première bataille avec les extraterrestres), 53'25 (destruction de la base militaire), 104'10 (bataille finale avec le cuirassé)
Note image : 6/6
Son

Une bande‑son dévastatrice prête à en découdre, à nous immerger au cœur des combats, à nous faire vibrer au rythme des tirs de missiles, bref, à nous en mettre plein les oreilles. Les basses rebondissent non‑stop jusqu'à nous faire ressentir chaque secousse, chaque lame de fond.

On a carrément l'impression de naviguer sur la houle entre les destroyers et de ricocher sur les vagues. L'action vécue au plus près des protagonistes, côté US comme côté alien. Un va‑et‑vient permanent jamais grotesque pour un spectacle sonore qui remplit la pièce avec force et persuasion.

Et quel dynamisme ! La localisation des effets est palpable, le trajet des sons sur les enceintes enivrant, les vibrations du caisson nerveuses. Attention, malgré toutes ses qualités, la VF DTS 5.1 mi‑débit ne parvient pas à suivre les salves ébouriffantes de la VO DTS-HD Master Audio 5.1, qui dépasse régulièrement les 5 Mbits/s. Dantesque.

Top son : 40'57 (le dôme alien sort de l'eau et encapusle Hawaï), 42'44 (première bataille avec les extraterrestres), 53'25 (destruction de la base militaire), 92'17 (destruction du JP Jones), 104'10 (bataille finale avec le cuirassé)
Note son : 6/6


2989€ 3999€
il y a 13 heures
349€ 499€
il y a 13 heures
PLANNING
19/01/22 Respect
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Florent Siri - Otage
https://www.avcesar.com/source/interview/140/photo_0412164405.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/137/photo_0142105021.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/146/photo_0103184406.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/158/photo_0627103424.jpg
florent-siri
ken-follett
tom-selleck
kyan-khojandi
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser