Jeune & jolie

Année : 2013
Réalisateur : François Ozon
Interprètes : Marine Vacth, Charlotte Rampling, Géraldine Pailhas
Éditeur : FranceTV Distribution
BD : BD-50, 93', zone B
Genre : drame, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 04/01/14
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Français en Audiodescription
Sous-titres
Français pour malentendants
Amazon
19,16 €
Hormis ses comédies soignées mais un peu « téléramesques » à destination de rombières en quête de moues délicieuses (Potiche, Huit femmes), les films du métronome François Ozon (14 longs métrages en 15 ans) suivent à peu près et depuis Sitcom, son coup d’envoi en 1998, une même logique : trois actes qui suivent le dérèglement progressif d’un petit milieu bourgeois, en proie à une anomalie (souvent un refoulé) qu’il s’avère incapable d’absorber.

Après Dans la maison, récit vénéneux de la manipulation d’un prof par un élève un brin intrusif, Ozon continue d’explorer le monde impénétrable de l’adolescence et cale son œil sur Isabelle, une jeune fille envoûtante (Marine Vacth, sublime) qui, après un dépucelage expédié sur une plage à la fin de l’été, décide, une fois rentrée chez elle, de vendre son corps à des inconnus argentés et de plus en plus grisonnants.

Découpé en quatre saisons, et quatre chansons de Françoise Hardy, le film suit sa Tess moderne dans ce qui, entre deux cours de fac, devient bientôt une vie parallèle parfaitement ritualisée avec rendez‑vous par SMS, changements de tenues, longs couloirs d’hôtels luxueux et transactions sexuelles.

« Qu’est‑ce que c’est d’avoir 17 ans et de sentir son corps se transformer ? ». Ainsi Ozon a‑t‑il défini son projet, mais pas sociologue pour un sou, le réalisateur de Sous le sable n’a pas voulu faire « le portrait d’une génération » ni un film dossier sur la prostitution étudiante. Et c’est tant mieux. Chercher à comprendre l’obscur objet du désir de cette adolescente, à la manière d’un entomologiste qui voudrait tirer des leçons, c’est s’exposer au contresens ou au ridicule, soit ce qu’il advient aux parents d’Isabelle, à la fois touchants dans leur volonté de réparer une faute imaginaire dont ils ignorent la nature, et à côté de la plaque lorsqu’ils cherchent les raisons objectives du comportement de leur progéniture. Isabelle est jeune, jolie, issue d’un milieu aisé, sans trauma particulier ni problème d’argent, et pourtant, elle se prostitue. Une donnée donc, et non pas un problème, comme Ricky, le bambin du même nom sur le dos duquel poussait, sans raison particulière, une paire d’ailes de poulet.

Toute la réussite de Jeune & jolie tient dans sa volonté de ne jamais expliciter ce « pourtant », de jouer avec cette opacité sereine qu’Ozon installe entre le spectateur et ce personnage fascinant dont on finit par comprendre qu’il vend son corps, moins pour des motifs sexuels (la prostitution est ici un moyen, jamais une fin), que pour expérimenter une forme de clandestinité.

S’il y a bien du sang bunuelien qui coule dans les veines du (meilleur) cinéma d’Ozon et dans celui‑ci en particulier, c’est cette capacité à introduire du dysfonctionnement comme si de rien n’était (quid de ce jeune frère qui, dès le début du film, zyeute à la jumelle le corps chosifié de sa sœur topless ?) et à traiter le scandale (la prostitution ?) comme une pratique normale. Des deux, quel est le plus dérangeant ?
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 12/12/14
Liste des bonus
- Entretiens (24')
- Scènes coupées (7')
- Essais costumes (4')
- Jeune & Jolie à Cannes (2')
- Projets d'affiche
- Bande-annonce


Commentaire
Un trio d'entretiens, quelques scènes non retenues au montage, des images lointaines de la troupe à Cannes, bref, du classique. Au final, seuls les projets d'affiche s'avèrent vraiment intéressants.
Note bonus : 3/6
Image
Les couleurs sont gracieuses, la définition aussi aguicheuse que Marine Vacth, les contrastes affriolants et l'image conserve en permanence cet agréable petit grain cinéma qui fait toute la différence.
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
La musique de Philippe Rombi et les chansons de la BO (Françoise Hardy, M83, Citizens, etc.) sont restituées avec juste ce qu'il faut d'ouverture et d'intensité pour assurer un agréable spectacle acoustique. C'est plus délicat que spectaculaire, mais très efficace.
Top son : aucun
Note son : 5/6


4999€ 6990€
il y a 3 jours
212€ 279€
il y a 3 jours
PLANNING
01/03/21 Shalako
01/03/21 Plein soleil
01/03/21 Ouvre les yeux
01/03/21 Notre histoire
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Kevin Bacon - Following saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/150/photo_0520115613.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/137/photo_0142105021.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/151/photo_0557184527.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/175/photo_0556215604.jpg
kevin-bacon
ken-follett
lars-lundstrom
mathieu-amalric
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011