Casse-tête chinois

Année : 2013
Réalisateur : Cédric Klapisch
Interprètes : Romain Duris, Audrey Tautou, Cécile de France, Kelly Reilly, Sandrine Holt, Flore Bonaventura
Éditeur : Studiocanal
BD : 1 BD-50 + 1 DVD-9 + 1 CD, 117', zone B
Genre : comédie dramatique, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 08/04/14
Prix ind. : 24,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Français DTS-HD Master Audio 2.0
Audiodescription
Sous-titres
Français pour sourds et malentendants, anglais
Amazon
22,98 €
Qu’il est loin le cap de la trentaine où les interrogations existentielles de Xavier (Romain Duris) rimaient avec histoires d’amour à la chaîne, aventures sans lendemain et filles en abondance, comme autant de « poupées russes » à collectionner dans un quotidien nomade, partagé entre Londres et Saint‑Pétersbourg. Il faut dire qu’une décennie s’est écoulée, la femme, les gamins et l’âge de raison ont déboulé, mais aux antipodes de l’autoroute balisée et prévisible, Xavier s’apprête à divorcer, Wendy (Kelly Reilly) part vivre à New York, et lui aussi, car il est hors de question de vivre trop loin de ses enfants.

Dernier chapitre d’une trilogie commencée en 2002 avec L’auberge espagnole, Casse‑tête chinois campe les doutes de son protagoniste dans un New York tentaculaire, parfaitement raccord avec le cheminement parfois sinueux qu’il emprunte, autant pour l’écriture de son roman qu’en matière relationnelle. La vie est décidément bien compliquée pour Xavier, dont le déracinement le rapproche d’Isabelle, son amie lesbienne enceinte de lui, et Martine, son ex à nouveau célibataire.

Cédric Klapisch achève, avec happy end consenti à l’appui, les hauts et les bas d’une génération finalement bien ordinaire, mais incarnée par des comédiens arrivés à pleine maturité. Sans doute le meilleur des trois longs métrages, le plus abouti en tout cas. Un bon moment ponctué de quelques beaux éclats de rire (voir le retour surprise au plus mauvais moment d'Isabelle/Cécile de France, habillée comme un clown, dans l'appartement de Xavier/Romain Duris).
Carole Lépinay - Publié le 25/03/14
Liste des bonus
- Mes films sont des villes (52')
- Écrire est un casse-tête chinois (26')
- Clip de If I Had my Way (3')
- CD de la BO
- Copie digitale
- DVD du film


Commentaire
Dans son appartement de location US qui se meublera en cours de tournage, Cédric Klapisch revient sur ses grands thèmes de prédilection : la connexion entre les êtres sur fond de mondialisation, de métissage et de mélange des cultures. Sur l'importance de la Chine également. La ville de New York (Chinatown, le quartier de Tribeca) infuse ici grandement sur le personnage de Xavier, sa joie de vivre et ses nouvelles rencontres.

Deux modules réellement captés dans les coulisses du tournage montrant Klapisch en train d'écrire et de travailler, notamment avec l'Union, le syndicat des techniciens du cinéma US. Difficile de s'en passer pour un tel film, mais très contraignant aussi. Un tournage en effet placé sous l'égide de l'Union est synonyme de délais à tenir à la minute près (pause déjeuner à 14h et non 14h03 !), d'une hiérarchie très particulière avec les figurants par exemple (le réalisateur ne peut pas s'adresser à eux s'ils sont plus d'un certain nombre, tâche qui incombe alors au premier assistant‑réalisateur), etc.

Une découverte totale pour l'équipe française qui n'a pas l'air spécialement emballée mais qui a certainement forcé Klapisch à « organiser » son film un peu plus qu'à l'accoutumée. En résulte un vrai maintient bénéfique au long métrage. Les Américains, rigides ? Que nenni, une fois par semaine, le réalisateur peut demander « grâce » au syndicat et voir lui être accordé un rab de tournage de 15' ou 30' minutes non prévus au départ…

À noter, cette édition lovée dans un boîtier métal comprend le DVD du film, la copie digitale et le CD de la BO.
Note bonus : 4/6
Image
Superbe. La touche US tout en préservant la spécificité des films de Klapisch : texture légère et dorée, belle utilisation de la ville de New York dans ses recoins les moins connus, filtres utilisés à bon escient, teintes légèrement désaturées, cadrage attentif aux lignes et perspectives offrant toujours beaucoup « d'air » aux personnages, mouvement incessant… que dire de plus ? C'est idéal pour ce genre de comédie, et en plus, tout cela ressort très bien en HD. On ne passe pas loin de la perfection.
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
Une bande‑son ultra‑naturelle ponctuée par de belles ambiances de ville (il eut été dommage de se priver du bouillonnement de New York) et une bande originale tout à fait adéquate, légère et pleine de pep's. Les enceintes avant s'en donnent à cœur joie dans ces compartiments de jeu, foisonnants à souhait. Les dialogues sont épatants, clairs et nerveux. Évidemment, le 5.1 n'est pas déterminant ici (pas d'effets spéciaux ni de déferlement de basses), donc la stéréo peut s'envisager sans problème pour un résultat tout aussi entraînant.
Top son : aucun
Note son : 5/6


77€ 110€
il y a 4 jours
19€ 119€
il y a 7 jours
2999€ 4999€
il y a 7 jours
1999€ 2999€
il y a 7 jours
PLANNING
21/04/21 Les bas-fonds
21/04/21 Figaro
28/04/21 Hiroshima
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Rotem Shamir - Fauda saison 2
https://www.avcesar.com/source/interview/171/photo_0331123722.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/157/photo_0253124723.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/168/photo_0147193231.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/126/photo_0549181508.jpg
rotem-shamir
stefano-sollima
victor-matsuda
lucy-lawless
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011