American Bluff

American Hustle
Année : 2013
Réalisateur : David O'Russell
Interprètes : Christian Bale, Bradley Cooper, Amy Adams, Jeremy Renner, Jennifer Lawrence, Robert De Niro, Jack Huston, Michael Peña
Éditeur : Metropolitan Film & Vidéo
BD : BD-50, 138', toutes zones
Genre : comédie dramatique, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 05/06/14
Prix ind. : 24,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Français Audiodescription
Sous-titres
Français pour malentendants
24,99 €
Amazon.fr
La sortie au cinéma, à quelques semaines de distance (quelques jours pour la vidéo), d'American Bluff et du Loup de Wall Street, permet de constater, avec un peu d'ironie, combien le sang du style scorsesien coule partout dans les veines du cinéma américain contemporain, hormis dans celles de son auteur, comme si Paul Thomas Anderson (souvenez-vous de Boogie Nights) et aujourd'hui David O'Russell (Fighter, Happiness Therapy) maintenaient vivace une forme avec laquelle le réalisateur de Taxi Driver semble incapable de renouer.

C'est peut-être là, du sentiment qu'il vient combler un espace abandonné par son maître, que réside le charme d'American Bluff, fresque de 132 minutes inspirée d'une affaire de corruption survenue en 1978, dans le New Jersey. Deux escrocs modestes tout droit sortis d'un film des frères Coen (Irving Rosenfeld, alias Christian Bale ‑syndrome Raging Bull et moumoute mal ajustée‑ et Amy Adams) se retrouvent coincés par un agent du FBI (Bradley Cooper, dents longues et coiffure frisou) qui, en échange de sa clémence, les contraint à monter une vaste arnaque financière afin de coffrer des politiciens corrompus.

Voix off, fluidité du récit, vitesse d'enchaînement des séquences, cette intrigue mafieuse emprunte l'essentiel de ses effets aux Affranchis (moins la violence) et à Casino (moins le mélodrame), et cloute sa filiation par l'apparition, en chair et en os, de Robert De Niro dans le rôle de Nick Pellagio, big boss de la mafia et des casinos (à ce sujet, les fans de la série Boardwalk Empire remarqueront quelques comédiens qu'ils connaissent bien).

De loin donc, tout ressemble. Russell prouve qu'il maîtrise à merveille les codes, la grammaire de son mentor, et surtout sa capacité à changer de registre afin de maintenir à un niveau constant la jauge énergétique de son film (même si le scénario patine un peu au bout d'une heure). Soit les fantastiques années 20 de Raoul Walsh revus par le disco, les gourmettes et les verres fumés.

Pourtant de près, David O'Russell travaille dans une direction bien différente de celle de Scorsese : au‑delà d'une vitesse d'exécution et d'un éblouissement formel toujours à la limite du kitsch, American Bluff n'emprunte pas la pente de la surenchère de la violence ou de vérité (voire la loi de Scorsese : au‑delà des faux‑semblants, le sang, les larmes et le prix à payer en nature du rêve américain, soit la mort de Joe Pesci dans Casino).

Au début d'American Bluff, Edith, cette ex‑strip‑teaseuse prête à tout pour se faire une place au soleil, énonce le principe qui fonde tout le film : ce qui compte est moins la vérité, que ce à quoi les gens ont envie de croire. Le faux n'est plus un masque à faire tomber, un vernis (à l'odeur si particulière) de légèreté posé sur une réalité grave, mais la juste manière de lire toutes les situations et les affects. Ici, l'homme vrai est celui qui sait choisir son bon rôle : Richie, l'agent du FBI, vit dans un trou à rats flanqué d'une mamma et d'une fiancée digne d'un cauchemar de Dino Risi, mais se rêve en John Travolta, Edith se prend pour Mata Hari, Irving pour Burt Reynolds et sa femme (Jennifer Lawrence), nunuche pas si sotte, fait revivre le souvenir de Jean Harlow.

Dans ce monde d'apparences et d'arnaques, où chacun ‑flic, truands et Richard Nixon‑ se maquille, se déguise et ment, le rêve américain se réduit à un rêve de réussite qui ignore les boussoles morales. Au fond, dans American Bluff, il n'y a que des truands, mais certains savent mieux bluffer que d'autres.
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 21/05/14
Liste des bonus
- Scènes coupées dont un fin alternative (22')
- Making of (17')
- Avant-première à Paris (2')
- Bande-annonce


Commentaire
C'est fort léger en contenu de ce côté‑ci de la galette. Quelques scènes coupées dont une fin alternative un peu plus optimiste et le traditionnel gros sujet promo à base d'interviews de l'équipe. Rien de spécial à noter à part les 18 kilos pris par Christian Bale pour le rôle et le soin apporté aux décors et costumes (plus de 40 tenues disponibles pour les principaux personnages).
Note bonus : 2/6
Image
C'est Seventies, toujours à la limite du kitsch, mais chic et glamour en Diable. Jamais second degré ou too much, toujours réaliste. Armé de ses costumes moulants et de ses coiffures à étages, American Bluff nous offre une plongée dans les années Studio 54 avec un petit grain qui confère à l'ensemble une chouette patine (tournage pellicule) et des lumières au cordeau. Ce Blu‑Ray issu d'un master 4K propose d'ailleurs une utilisation intéressante de la HD, en fournissant une brillance et un vernis qui collent particulièrement bien au propos (même si la profondeur est moins présente que sur d'autres films aussi récents). Un beau travail.
Top image : aucun
Note image : 6/6
Son
Comme le film lui-même, la bande-son alterne quelques fulgurances sonores (la séquence de boîte de nuit sur Donna Summer ou le Live and Let Die par Jennifer Lawrence) et les scènes de dialogues à bâtons rompus. Le débit légèrement supérieur de la VF ne se perçoit pas vraiment et l'utilisation maligne de la musique et des titres de l'époque est un pur kiff. VO à conseiller bien sûr pour le phrasé et l'accent des comédiens originaux.
Top son : 58'10 (la séquence de boîte de nuit sur Donna Summer), 107'30 (Live and Let Die par Jennifer Lawrence)
Note son : 5/6


PLANNING
BLUHD 21/11/18 Robin des Bois
DVD 21/11/18 Mon Ket
BLU 21/11/18 Mon Ket
INTERVIEWS
Sidse Babett Knudsen - Borgen saison 2
https://www.avcesar.com/source/interview/135/photo_0315184326.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/159/photo_0855101528.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/143/photo_0727170802.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/144/photo_0912120302.jpg
sidse-babett-knudsen
francois-charles-bideaux
eric-rochant
melissa-george
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Pentax K-50 - Appareil photo numérique - Reflex - 16.3 MP - APS-C... - Minolta Dynax 500si Boitier nu - Canon EF - Objectif - 50 mm - f/1.8 STM - Canon EF - Olympus Pen E-PL8 Boitier Nu Marron - Appareil photo Hanimex 110TF avec téléobjectif - Pentax 50 F/1.8 Mm Smc Da - Nikon AF-S 3 5-5 6/18-140 ED VR - Konica Autoreflex TC - Appareil photo réflex argentique - Tokina RMC 80-200 mm f/3.5-4.5 monture Nikon AI - Panasonic Lumix DMC-FZ300 Noir - vhbw chargeur Micro USB avec câble pour caméra batterie Kodak LB-... - Sony BC-CSN - Chargeur de Batterie - Olympus µ[MJU:] 9000 Noir - Panasonic Lumix G VARIO 12-32 mm f/3.5-5.6 ASPH. MEGA OIS - NIKON Compact COOLPIX A300 NOIR - Cable Audio Video A/V Nikon coolpix S210 / S520 / S560 / S600 /... - Panasonic HC-W850 - Caméscope - 1080p - 12.76 MP - 20 x zoom opti... - Olympus OM1 - Appareil Photo Argentique SLR - Pentax ME + pentax M 50 f1.7 + tokina 135 f2.8 - Assistant support pour réflecteur flexible LASTOLITE 1100 -