A Touch of Sin

Tian zhu ding
Année : 2013
Réalisateur : Jia Zang-Khe
Interprètes : Zhangke Jia, Wu Jiang, Lansha Luo
Éditeur : Potemkine Films
BD : BD-50, 130', zone B
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 12/06/14
Prix ind. : 19,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Mandarin/Cantonais/Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titres
Français
Amazon
21,70 €
Le meilleur film de la sélection cannoise 2013 n’a rien récolté, sinon un prix consolatoire du scénario. Joyau exigeant et d’une élégance folle, A Touch of Sin plonge dans la barbarie sourde de la société chinoise contemporaine et laisse son spectateur pantois.

Rien, ou presque, ne nous avait préparé à ce film terrible, drôle, violent, de la part d’un cinéaste pourtant passionnant, Jia Zhang‑Khe, mais dont la filmographie (Platform, The World, Still Life) était plutôt marquée par une forme de retenue et de mélancolie contemplatives. Nous avions tort. A Touch of Sin est la réponse radicale de Jia Zhang‑Khe à ce pays qu’il nous dépeint depuis le début, une Chine convertie au libéralisme et à l’intolérance.

Ici, quatre personnages, quatre destins de la Chine d’aujourd’hui, à la fois figures de la révolte et portraits d’un pays gangrené par la corruption, l’exploitation et la programmation. Il y a Dahai, un employé qui, fatigué de lutter contre un patron corrompu, décide de prendre lui‑même les choses en main. San’er, un ouvrier migrant qui lui aussi choisit de se rebeller. Xiaoyu, réceptionniste dans un sauna, n’en peut plus de subir le harcèlement d’un riche client. Et puis Xiaohui, un jeune travailleur à qui est refusée toute forme de promotion.

Au‑delà de la critique violente contenue dans le film, A Touch of Sin frappe surtout par sa puissance esthétique, ses changements de registre, du drame réaliste à un massacre digne de Tsui Hark, d’un polar à Johnnie To à un documentaire sur la ruralité. Formellement, le dernier film de Jia Zhang‑Khe est une merveille, toujours inattendue et inventive de bout en bout.
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 02/10/14
Liste des bonus
- Entretien avec le réalisateur (25')
- Le contexte politique (17')


Commentaire
Deux éclairages salutaires sur le film et le propos de fond du réalisateur.
Note bonus : 4/6
Image
La première séquence du film est une sacrée claque. La photo épurée, la précision générale et la luminosité extrême accrochent aussitôt le regard. Et tout le film est du même calibre. De toute beauté !
Top image : aucun
Note image : 6/6
Son
Le mixage 5.1 se contente de placer quelques ambiances à l'arrière sur certaines séquences, mais reste plutôt calme dans l'ensemble. Et les deux versions sont logées à la même enseigne.
Top son : aucun
Note son : 5/6


PLANNING
BLU 19/11/19 Coffret Fellini
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Gillian Anderson - The Fall saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/154/photo_1145170618.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/170/photo_1215120005.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/166/photo_0804204009.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/159/photo_0855101528.jpg
gillian-anderson
anthony-hopkins
sarah-jessica-parker
francois-charles-bideaux
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011