Gone Girl

Année : 2014
Réalisateur : David Fincher
Interprètes : Ben Affleck, Rosamund Pike, Neil Patrick Harris, Tyler Perry, Carrie Coon, Kim Dickens, Emily Ratajkowski
Éditeur : Fox
BD : BD-50, 149', toutes zones
Genre : thriller, couleurs
Interdiction : tous publics (certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes)
Sortie : 11/02/15
Prix ind. : 19,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS 5.1
Anglais DTS-HD Master Audio 7.1
Anglais Audiodescription
Italien DTS 5.1
Allemand DTS 5.1
Hongrois Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français, anglais pour sourds et malentendants, néerlandais, allemand, italien, hongrois, grec, hindi, islandais, portugais, serbe, roumain, croate, slovène, chinois
Amazon
14,99 €
Au moment de fêter son cinquième anniversaire de mariage, Amy Dunne (Rosamund Pike, excellente) disparaît. Son mari, Nick Dunne (Ben Affleck, parfait dans le rôle) prévient la police. Pour les autorités et la presse, son comportement semble étrange et le couple qu’il formait avec Amy n’est pas aussi parfait qu’il veut bien le laisser entendre. Très vite, Nick est soupçonné d’avoir tué sa femme.

Après Millénium (2012), Fincher s'attaque une nouvelle fois à l'adaptation d’un roman original (Les apparences de Gillian Flynn) pour se le réapproprier littéralement telle une araignée tissant sa toile, élégamment, méticuleusement, patiemment, avec une précision diabolique. Les décors sont superbes mais glaçants, les attitudes aussi décontractées qu'inquiétantes… Sous le vernis des apparences, les vérités ne vont pas tarder à percer.

Et puis Fincher, en plein milieu du film et au bout d'un tunnel narratif de 20 minutes, inverse le miroir, le point de vue de son histoire, un exercice qui aurait pu tout flanquer par terre mais touche ici au sublime. Les faux-semblants sont trompeurs et Fincher en profite pour dresser le portrait terriblement acide de la société dans laquelle on vit, avant de faire basculer une dernière fois son film au cours du troisième et dernier acte dans une folie et un cynisme absolus.

À l’instar de la presse que Fincher crucifie sur place dans deux séquences magnifiques, Gone Girl souligne la dépendance aux apparences, l'allégeance au reflet social, quel que soit le prix à payer. Le réalisateur en profite pour offrir à Ben Affleck un de ses meilleurs rôles et à Rosamund Pike celui d’un personnage hitchcockien aussi implacable que séduisant.

Gone Girl est un chef‑d’œuvre de maîtrise. Le Fincher de Zodiac is back.
Cédric Melon - Publié le 10/02/15
Liste des bonus
- Commentaire audio de David Fincher


Commentaire
Un seul bonus mais quand il est de cet acabit‑là, on se régale. On y apprend notamment que la scène « gore » du film a été tournée sur deux jours et a nécessité 36 changements de tenue et de literie, et surtout beaucoup de nettoyage. D'autres passages abordent des sujets plus techniques comme la post‑synchro de la scène de la douche. Fincher parle aussi beaucoup de ses comédiens. Après ce truc de « menton perfide » (voir le film), Ben Affleck a demandé à son agent de lui trouver un rôle de « menton héroïque ». Ce sera celui de Batman dans Justice League : Part 1 en 2017.
Note bonus : 4/6
Image
Fincher est un faiseur d'image incroyable, qui fait toujours sens. C'est encore plus vrai ici. Décors, cadrage, lumières, couleurs, omniprésence du beige (synonyme de normalité recherchée), tout est très beau, trop beau pour être vrai. Une esthétique de toute beauté, parfaitement restituée par ce master HD haute précision. Aucun défaut. Du grand art.
Top image : 123'51 (la séquence gore du film)
Note image : 6/6
Son
L'épure a été privilégiée et le design sonore proposé à Trent Reznor et Atticus Ross (duo de musiciens déjà à l'œuvre sur The Social Network). Le résultat est saisissant de justesse, à la fois hypnotique, rassurant et troublant. Pas de musique à proprement parler, mais des nappes de notes qui, en VO 7.1, nous immergent littéralement en plein cauchemar. C'est d'ailleurs la piste à privilégier tant la VF mi‑débit et ses doublages ne collent pas au film. La spatialisation n'est pas la même non plus, ni les basses. Bref, y'a pas photo. Amateurs de beau jeu, de précision et d'ambiances bien tendues, enclenchez la VO. Et encore une fois, bravo à Trent Reznor (Nine Inch Nails) et Atticus Ross (How to Destroy Angels) pour leur travail sonore assez novateur au cinéma.
Top son : aucun
Note son : 6/6



Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
30/09/20 The Hunt
01/10/20 Un flic
BONNES AFFAIRES
- 33 %
20 €
13.29 €
Voir l'offre
INTERVIEWS
Tom Selleck - Blue Bloods
https://www.avcesar.com/source/interview/146/photo_0103184406.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/128/photo_0541080530.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/174/photo_0200124313.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/139/photo_0259145504.jpg
tom-selleck
lucky-mckee
damian-lewis
liam-neeson
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011