Terminator 3 : le soulèvement des machines

Terminator 3 : Rise of the Machines
Année : 2003
Réalisateur : Jonathan Mostow
Interprètes : Arnold Schwarzenegger, Claire Danes, Nick Stahl
Éditeur : SPHE
BD : BD-50, 109', toutes zones
Genre : science-fiction, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 20/05/09
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (Mpeg4 AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français Dolby TrueHD 5.1
Anglais Dolby TrueHD 5.1
Sous-titres
Français, anglais, arabe, néerlandais
Il y a près de dix-huit ans, en 1991 (Terminator 2), le jeune John Connor, aidé par l’infatigable Terminator, sauvait l’humanité de la destruction. Le temps a passé et John, aujourd’hui âgé de 22 ans, vit clandestinement.

Sans carte d’identité, sans carte de crédit, sans téléphone ni adresse, John survit avec une seule obsession : échapper au réseau électronique Skynet qui pourrait retrouver sa piste et le tuer. En dépit de l’échec du T1000, la menace est latente, prête à surgir de nulle part. Le T-X, une nouvelle machine aussi sophistiquée que séduisante (incarnée par la sculpturale Kristanna Loken), repart à la poursuite de Connor et d’une jeune vétérinaire, Kate Brewster (Claire Danes, Romeo + Juliette). Mais Terminator, dont les qualités techniques l’apparentent désormais à un cyborg préhistorique, reprend du service afin de contrer le soulèvement des machines…

Après deux épisodes prodigieux, Terminator en 1984 et T2 en 1991, James Cameron passe la main à Jonathan Mostow, réalisateur de Breakdown et du thriller marin U-571. Et le résultat n’est pas à la hauteur de nos espérances. Hormis quelques changements de surface (le TX à la place du T1000), T3 constitue un remake pur et simple de T2.

Le scénario, fatigué au bout de tant d’années, n’a d’autre fonction que d’enchaîner les séquences spectaculaires qui, après les prouesses de Matrix à la même époque, accusent le coup. Il suffit d’ailleurs de comparer les deux séquences de poursuite en voiture du film à celles des frères Wachowski pour mesurer l’écart.

S’il fallait bien sûr l’accord de Schwarzenegger avant d’activer la mise en chantier réelle de ce troisième volet (la prod a mis le paquet avec un salaire de 30 millions de dollars), les responsables du projet auraient peut-être dû en profiter pour actualiser le type de menaces auquel sont confrontés les personnages. Le film réactive la sempiternelle opposition entre l’homme et les machines (thème déjà présent dans Metropolis et les films de SF des années 50), ce qui date considérablement les enjeux. Même Schwarzie semble s’ennuyer et se contente du minimum syndical (deux ou trois répliques cinglantes, un clignement d’œil par-ci par-là…), avant de signaler aux spectateurs son départ définitif de la série : « She’ll be Back », dit-il à propos du TX alors carbonisé, en guise de passage de relais.

Heureusement, le film possède ses attraits, notamment la prestation de Nick Stahl (John Connor), transfuge du Bully de Larry Clark, qui donne un peu d’humanité à l’ensemble. De quoi patienter avant d'aller voir dès demain, le 3 juin, Termanitor renaissance en salles.
Jean-François Lefèvre - Publié le 02/06/09
Liste des bonus
- Option de visionnage BonusView avec accès aux images de tournage et aux interviews inédites en PIP
- Commentaire audio de Jonathan Mostow
- Commentaires audio du réalisateur et des comédiens
- Featurette sur le tournage en SD (13')
- Comparaison film/story-board sur plusieurs scènes du film (4')
- Focus sur les costumes en SD (2')
- Sujet sur les figurines Terminator de Todd McFarlane en SD (7')
- Bonus publicitaire à vocation comique en SD (2')
- Bêtisier en SD (3')
- Making of du jeu vidéo en SD (9')
- Bandes-annonces
- Accès BD Live + CineChat


Commentaire
Hormis le mode BonusView et les commentaires audio, il n'y a absolument rien d'intéressant parmi les autres compléments. Si ce n'est l'apparition de la fonction CineChat, permettant de chater en ligne avec ses contacts (ou des inconnus) pendant le film. L'écriture des messages n'est pas toujours simple (via un clavier virtuel), mais l'idée intéressante.
Note bonus : 4/6
Image
Une image trop sombre aux contrastes poussifs et à la définition tout juste correcte, qui ne permet pas à la HD de faire vraiment la différence avec l'édition DVD. On aurait aimé davantage de punch au niveau des contrastes et une image encore plus dynamique. Ici, pour de la HD, c'est insuffisant.
Top image : aucun
Note image : 4/6
Son
On s'attendait à un déluge d'effets et c'est le cas. Les effets pleuvent à l'arrière, le canal LFE est bien exploité, les canaux frontaux se montrent hyper-dynamiques et l'ensemble assure une présence supérieure à ce que nous avait offert le DVD. Remarquable.
Top son : 25'17 (première rencontre entre les deux robots...)
Note son : 5/6


PLANNING
DVD 18/06/19 Les estivants
DVD 18/06/19 Good
DVD 18/06/19 Désirée
BLU 18/06/19 Désirée
BONNES AFFAIRES
Voir l'offre
INTERVIEWS
Tara Reid - Sharknado 2
https://www.avcesar.com/source/interview/153/photo_1156104630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/149/photo_0450174503.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/133/photo_1014195601.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/168/photo_0147193231.jpg
tara-reid
sophie-turner
maggie-q
victor-matsuda
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011