Fear the Walking Dead saison 1

Année : 2015
Réalisateurs : Adam Davidson, Kari Skogland
Interprètes : Cliff Curtis, Kim Dickens, Frank Dillane, Alycia Debnam-Carey, Ruben Blades, Elizabeth Rodriguez
Éditeur : Universal
BD : 2 BD-50, 252' (6 épisodes), toutes zones
Genre : drame, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 29/03/16
Prix ind. : 24,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Anglais DTS‑HD Master Audio 5.1
Français DTS‑HD Master Audio 2.0
Sous-titres
Français
Alors que la future épidémie zombie est encore imperceptible, le récit suit deux familles. Celle de Madison, conseillère d'orientation d'un lycée de Los Angeles et mère de deux enfants : la belle et brillante Alicia, et Nick qui se réfugie depuis des années dans la drogue. Madison vit une nouvelle histoire d'amour avec Travis, un professeur de son lycée. Travis, divorcé, tente à la fois de se faire accepter par Alicia et Nick tout en tentant de recoller les morceaux avec Chris, son propre fils qui refuse de lui parler.

Surfant sur le colossal succès de The Walking Dead, ce spin off entend montrer comment la civilisation a réagi puis basculé dans le chaos dépeint comme achevé dans la série‑mère.

Fear the Walking Dead est clairement un produit cynique à l'origine, mais l'équipe qui l'a sorti de l'éprouvette marketing a suffisamment de savoir‑faire et quelques bonnes trouvailles scénaristiques dans la manche pour que cela fonctionne.

Ce qui ne veut pas dire que Fear the Walking Dead plaira forcément aux fans de la série d'origine. Ici, pas ou très peu de zombies pourrissants, début d'épidémie oblige. Peu de violence graphique aussi, souvent traitée de manière expéditive, lointaine ou carrément suggérée. Pas plus de campagne poisseuse mais une mégalopole surpeuplée de Los Angeles. Aucun redneck ou biker en mode Daryl, mais des héros modestes et très middle class. Tout a été conçu, poli, taillé en butée, en opposition à The Walking Dead. On ne verra pas plus ces cliffhangers insoutenables, l'action frénétique ou les morts atroces de personnages principaux qui ont fait le succès de la série‑mère.

Et c'est sans doute là la vraie raison de l'intérêt de Fear the Walking Dead : pratiquer la grammaire connue des zombies, mais méticuleusement, scrupuleusement éviter de loucher sur la série originale pour tenter de créer un récit à dimension humaine. C'est peut‑être aussi sa faiblesse : les fans de zombies ont besoin d'adrénaline, d'une action intense que la série leur refuse la plupart du temps ‑exception faite de l'épisode final‑ pour mieux explorer les tourments, les angoisses et les chagrins de ses personnages.

Le casting bien homogène ‑gros coup de cœur pour Frank Dillane (Nick) et surtout Ruben Blades (Salazar)‑ réagit de manière crédible à cette apocalypse qu'il ne voit pas ou refuse de voir venir. La troupe est de qualité à l'exception de la totalement inexpressive Kim Dickens (Madison), unique mais importante erreur de casting. Avouons‑le : malgré un démarrage un peu pépère, Fear the Walking Dead nous a pris dans ses filets et on est impatient de voir ce qu'elle donnera en saison 2.
Paco Altura - Publié le 31/03/16
Liste des bonus
- Un autre regard sur la série (VOST) (4')
- Les personnages (VOST) (2')


Commentaire
Des bonus très chiches à la fois en contenu et en durée. Le premier pose clairement mais beaucoup trop rapidement les intentions du spin off. Le second consacré aux personnages n'est qu'une featurette promo sans saveur et redondante.
Note bonus : 1/6
Image
Une jolie qualité d'image épicée, dotée d'une légère filtration sable. En extérieur et de nuit, la qualité reste bonne malgré un petit manque de détail et de précision. En intérieur et dans la pénombre, la compression peut à l'occasion s'avérer juste. Pas d'artéfacts disgracieux à déplorer mais clairement un manque de profondeur dans les noirs. Cela se sent particulièrement lors de l'épisode final, L'homme bon.
Top image : aucun
Note image : 4/6
Son
Une piste sonore efficace tant dans la spatialisation, les bruitages que dans la restitution des voix. En VO, le DTS-HD Master Audio 5.1 envoie de bonnes salves graves, notamment lorsque tout part en sucette dans l'hôpital‑prison. La VF est de bonne facture avec des voix claires, un bon casting voix, mais le 2.0 fait évidemment poids léger face au 5.1 de la VO, notamment lors des rares échauffourées.
Top son : aucun
Note son : 5/6



PLANNING
DVD 21/06/19 Ralph 2.0
BLU 21/06/19 Ralph 2.0
DVD 26/06/19 Paradise Beach
BONNES AFFAIRES
- 14 %
370 €
316.83 €
Voir l'offre
INTERVIEWS
Melissa George - La gifle
https://www.avcesar.com/source/interview/144/photo_0912120302.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/152/photo_0641125609.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/136/photo_0107121104.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/130/photo_0548183008.jpg
melissa-george
nic-pizzolatto
fabrice-gobert
christian-rouaud
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011