Les Tuche 2, le rêve américain

Année : 2016
Réalisateur : Olivier Baroux
Interprètes : Jean-Paul Rouve, Isabelle Nanty, Claire Nadeau, Sarah Stern, Pierre Lottin, Theo Fernandez
Éditeur : Pathé
BD : BD-50, 96', zone B
Genre : comédie, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 03/06/16
Prix ind. : 14,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 5.1
Français DTS‑HD Master Audio 2.0
Audiovision 2.0
Sous-titres
Français pour malentendants

« Les Amish de mes Amish sont mes Amish », lance Jeff Tuche à un couple anabaptiste qui vient de dépanner la famille de Bouzolles (bled fictif du Nord de la France) en panne de carburant. Vous l'aurez compris, les Tuche ont franchi l'Atlantique pour retrouver « Coin‑Coin », leur petit dernier, en stage dans une grande université de Los Angeles et doté d'un QI largement supérieur au cumul de celui de la famille au grand complet. Pour épater la galerie et ses voisins fortunés Jeff, qui dort sur un pactole depuis qu'il a gagné 100 millions d’euros à l’Euroloterie (voir Les Tuche premier du nom), a décidé de racheter une clinique esthétique. À lui le rêve américain, sa pluie de billets verts et l'emploi du temps « busy busy ». Mais Cathy, sa « Chicorée », se sent délaissée et se rapproche de son voisin canadien, adepte de la country. Rien ne va plus chez les Tuche.

Nos Bidochon préférés sont de retour pour un road‑trip à travers les States qui finira à Las Vegas, summum de la vulgarité et de l'argent‑roi. Mais le coup de booster que l'on attendait pour ce deuxième volet, soit la confrontation beauf contre beauf, n'a pas lieu. Au lieu de cela, Olivier Baroux n'égratigne pas grand‑monde et préfère lisser sa partition (comme sa mise en scène) pour ne blesser personne.

Quelques séquences drôlatiques toute de même et toujours une mention spéciale à Jean‑Paul Rouve et Isabelle Nanty, qui parviennent à faire exister des personnages tout droit sortis d'un Fluide glacial (le trash en moins malheureusement).

Carina Ramon - Publié le 30/06/16
Liste des bonus
- Aucun


Commentaire

Visiblement l'éditeur croit à son film…

Note bonus : 0/6
Image

Attention les yeux, ça pique ! Les couleurs ne vont pas ensemble, c'est kitch au possible et, summum de la laideur, le film se termine à Las Vegas, ville du péché et du bling‑bling. Tout cela est bien sûr volontaire mais y déceler une quelconque vision artistique est bien difficile. Une lointaine référence à Edward aux mains d'argent ne suffit pas à faire passer la pilule. Sans compter les visages bien oranges. Heureusement, la HD tire un peu le film vers le haut côté précision d'image.

Top image : aucun
Note image : 3/6
Son

La musique composée encore une fois par Martin Rappeneau parvient à dynamiser et alléger un peu la sauce. Le reste du temps, en 5.1 comme en 2.0, pas grand‑chose à signaler. Le film est avant tout conçu autour de ses dialogues, donc frontal. Et ils passent sans souci. À part ceux de Mamie Suze, mais c'est une autre histoire…

Top son : aucun
Note son : 4/6



Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
01/11/20 Journal intime
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Rotem Shamir - Fauda saison 2
https://www.avcesar.com/source/interview/171/photo_0331123722.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/173/photo_1036183401.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/160/photo_1145102402.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/153/photo_1156104630.jpg
rotem-shamir
michael-c-hall
matt-dillon
tara-reid
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011