The Revenant

Année : 2016
Réalisateur : Alejandro González Iñárritu
Interprètes : Leonardo DiCaprio, Tom Hardy, Domhnall Gleeson, Will Poulter
Éditeur : Fox
BD : 1 UHD-66 + 1 BD-50, 156', toutes zones
Genre : aventures, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 01/07/16
Prix ind. : 24,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
UHD 2 160p (HEVC)
HDR10
16/9
Bande-son
Français DTS 5.1
Anglais DTS‑HD Master Audio 7.1
Anglais Dolby Digital 5.1
Allemand DTS 5.1
Italien DTS 5.1
Espagnol Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français, anglais, espagnol, danois, néerlandais, finnois, allemand, italien, norvégien
19,98 €
16,98 €
25 €

Il y a deux « revenants » dans le dernier film d'Iñárritu : Leonardo DiCaprio bien sûr dans le rôle de Hugh Glass, ce trappeur laissé pour mort après l’attaque d’un ours et qui, pendant 2h40, va tout affronter pour survivre et surtout retrouver la trace de celui qui a assassiné son fils (Tom Hardy). Froid terrible, tempêtes, blessures, massacres, chutes d’eau et de neige, Glass constitue une sorte de Lazarre des glaces dont l’aventure s’inspire en grande partie de celle d’un aventurier blessé qui, en 1823, a parcouru plus de 300 km à pied dans le territoire des Indiens Dakota afin de rejoindre son fort d’origine.

Le second revenant, plus familier des cinéphiles, s’appelle Richard Sarafian, réalisateur encore un peu oublié d’une poignée de films d’importance réalisés dans les années 1970, dont Le fantôme de Cat Dancing et Vanishing Point (Point limite zéro en français), road‑movie terminal qu’on en finit plus de redécouvrir. En 1971, le scénariste Jack DeWitt s’empare de l’histoire de Glass et écrit Le convoi sauvage (Man in the Wilderness) que réalisera Sarafian. Celui‑ci apporte plusieurs modifications au script et introduit l’idée folle et géniale d’un bateau convoyé sur terre et d’une bande de trappeurs dont le capitaine, sorte de Achab des forêts convaincu que Glass (interprété par Richard Harris) le poursuit, est interprété par John Huston.

Trente ans plus tard, un certain Michael Pumke adapte à son tour le récit de Glass. Ainsi, The Revenant devient officiellement la source littéraire du film d’Iñárritu. Pourtant, durant le visionnage de The Revenant, le fantôme insistant du chef‑d’œuvre de Sarafian vient hanter tous les plans, au point qu’on finit par attendre le générique de fin pour vérifier qu’Iñárritu aura au moins eu l’élégance de citer celui auquel il a tout emprunté, ou presque, puisque les meilleures idées de DeWitt/Sarafian ont été supprimées (la dimension métaphysique de la trajectoire de Glass, l’inanité de la quête) et remplacées par une histoire de vengeance sans nuances. Or rien ne vient. Pas un mot. Sarafian, disparu en 2013, aurait apprécié. Comme Tarkovski, autre source « d’inspiration » manifeste du film (sur internet, une vidéo implacable circule où l’auteur met en évidence les nombreux « emprunts » d’Iñárritu au réalisateur de Stalker).

Que dire donc de ce film qui, entre plagiat inavoué et emphase creuse (on dirait par moments du Winding Refn), s’avance comme un mastodonte multi‑oscarisable accompagné d’un battage médiatique qui voudrait faire office de critique (tournage homérique, conditions climatiques extrêmes, performance hors normes de DiCaprio, exigences particulières du cinéaste…) ? Pas grand‑chose. Sinon qu’on aimerait bien faire du canyoning dans ces mêmes paysages du Canada mais aussi que les limites d’Iñárritu, reconduites de film en film, éclatent ici au grand jour : une caméra en mouvement constant qui ne trouve jamais sa juste place, un style amphigourique et mallickien qui confond la rumeur et la poésie, l’incapacité d’Iñárritu à accorder sa propension à l’épate visuelle à la moindre vision, ou encore son étrange conviction que le trentième plan de la cime des arbres rapprochera le film de la mystique. Seul Leo DiCaprio sait où il va, à Fort Kiowa.

Au fond, un petit survival qui, en dépit de son épaisse peau de bête, n’arrive pas à la cheville du Convoi sauvage, l’original, de Richard Sarafian.

Jean-Baptiste Thoret - Publié le 28/11/17
Liste des bonus
- Un monde invisible, les coulisses (44')
- Galerie photo
- Blu-Ray du film


Commentaire

Direction l'Alberta au Canada puis Ushuaia en Argentine faute de climat trop doux. Cinq mois d'interruption de tournage plus tard, les affaires reprennent enfin et Leo manque de se noyer. Ses interventions face caméra sont d'ailleurs intégralement tournées vers des problématiques climatiques. Le reste du temps, Iñárritu contemple son propre making of, lui‑même très contemplatif (attention, bonus uniquement disponible sur le Blu‑Ray également présent dans le boîtier.

Note bonus : 3/6
Image

La superbe photographie bleutée et hyper‑traficotée du Blu‑Ray reprend ici des couleurs. Tourné en 6K repassée en 4K, le film se montre sous un nouveau jour esthétique avec des forêts verdoyantes (toutes les nuances de vert y passent, c'est merveilleux) et de nombreuses scènes encore plus sanglantes. Les rouges (feux de camp, carcasses…) explosent à l'écran, accentuant littéralement la course à la survie du film. Même chose pour les noirs, encore plus denses et profonds. L'image gagne en naturel, le récit en réalisme malgré son âpreté évidente.

 

Le HDR10 affiche également une clarté inédite, un peu comme une nouvelle paire de lunettes enfin réglée à ses yeux, et une brillance inattendue qui profite du moindre élément naturel (eau des torrents, neige, rais de lumière à travers les feuillages) pour fournir un tapis soyeux et translucide à nos yeux. Une réelle progression visuelle, encore plus remarquable pour un film qui se déroule presque entièrement dans la pénombre, de nuit ou en forêt. 

 

Enfin, le fond de l'image gagne en détail, les brins d'humus ou de mousse sont plus que jamais visibles, tout comme les poils de la barbe ou les contours des visages. Effet « waou » garanti.

Top image : aucun
Note image : 6/6
Son

Mêmes pistes sonores qu'en Blu‑Ray. Soit une très bonne VF DTS 5.1 mi‑débit qui ne peut toutefois pas grand‑chose face à la VO 7.1 trois crans au‑dessus en ce qui concerne le détail, la clarté, la présence de toutes les ambiances naturelles et la dynamique bien sûr. Le canal Surround arrière apporte beaucoup d'ampleur. Les scènes de blizzard par exemple n'en sont que plus glaçantes. Le spectaculaire n'a pas été privilégié au détriment de l'immersion. Une belle et grande bande‑son.

Top son : aucun
Note son : 6/6



PLANNING
DVD 20/06/18 Rudderless
DVD 21/06/18 Oh Lucy !
INTERVIEWS
Sarah Jessica Parker - Divorce saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/166/photo_0804204009.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/161/photo_1108160423.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/148/photo_0250141520.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/171/photo_0331123722.jpg
sarah-jessica-parker
priyanka-chopra
tatiana-maslany
rotem-shamir
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
TV LED Philips 55PUS7101 55 4K UHD (2160p) - Module d'accès conditionnel Canal Ready - TV LED LG 65UJ750V 65 4K UHD (2160p) - PIONEER BDP-450 Lecteur Blu Ray Double sortie HDMI - Bluetech DVF0100BT002 - Platine Lecteur DVD USB - Auna DS-2 Chaîne Stereo Platine vinyle Enregistrement MP3 - Magnetophone Schneider TR 3653 - FOSHAN - Platine vinyle avec Radio FM - Smart TV LED Samsung UE55JU6670U 55 4K UHD (2160p) - Auna MG-TT-82B Platine vinyle design retro avec tuner radio FM - ... - Mini Projecteur Portable Maison EXCELVAN EHD11 HD 1080P Pour Télé... - TAKARA SL99B Décodeur TNT HD terrestre noir - Pioneer DV-600AV-K - Lecteur DVD - Philips DVP2880 - Lecteur DVD - Magnétophone Lecteur Enregistreur K7 Philips AQ6350 - Câble vidéo Y Péritel mâle/2xfemelle, 0.2m cd50063 - Akai AP-B20C - Platine Vinyle - LG MiniBeam PH450UG - Projecteur DLP - 3D - 450 lumens (blanc) - ... - Decksaver capot anti-poussière pour Pioneer CDJ 900 - bloc 3 peritel -