Les amoureux sont seuls au monde

Année : 1948
Réalisateur : Henri Decoin
Interprètes : Louis Jouvet, René Devillers, Dany Robin, Philippe Nicaud, Janine Viénot
Éditeur : Pathé
BD : 1 BD-50 + 1 DVD-9, 100', zone B
Genre : drame, N&B
Interdiction : tous publics
Sortie : 11/04/18
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.33
HD 1 080p (AVC)
4/3
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 1.0 (doublé)
Audiodescription
Sous-titres
Français pour sourds et malentendants, anglais

Compositeur réputé, Gérard Favier (Louis Jouvet) prend sous son aile Monelle Picart (Dany Robin), une jeune musicienne qui s’éprend bientôt de lui. Tandis que la presse à scandale lui prête une relation adultérine, son épouse Sylvia (Renée Devillers) est terrassée de chagrin.


Son anniversaire de rencontre avait pourtant si bien commencé… Dans un bistrot de campagne, le couple Favier se jouait de notre ignorance quant à son bonheur conjugal en reproduisant à l’heure et à l’écharpe près (détail qui achève le dénouement tragique du film) l’instant magique de sa rencontre. Le mariage célébré le jour même dans l'établissement, et qu’ils animeront pour cause de musiciens retardés, contraste nettement avec la suite des événements.

 

L’irruption de la juvénile Monelle met indubitablement leur histoire en péril, encore que l’effectivité du triangle amoureux ne soit alimentée que par une succession de malentendus (la presse à scandale méprisée par Favier ou une conversation téléphonique entre celui‑ci et son assistant qui scellera le destin de son épouse). Avec son humeur douce‑amère, la partition entêtante composée par Henri Sauguet s’acclimate subtilement aux deux versions du film.

Carole Lépinay - Publié le 24/05/18
Liste des bonus
- La belle partition : autour du film (52')
- Fin alternative optimiste (7')
- DVD du film


Commentaire

Romancier et fils du cinéaste, Didier Decoin commente la carrière de son père. Film favori de Henri Decoin, Les amoureux sont seuls au monde a suscité un épisode conflictuel à cause de sa fin tragique, les producteurs exigeant du cinéaste une issue plus lumineuse. Pour pallier la tristesse de la première version, Pathé nous propose la fin alternative dans laquelle il est question de ne jamais se perdre. 

 

Note bonus : 3/6
Image

Un master très propre, sans défauts ni points blancs, une belle prouesse au final. Il faut préciser que le film a été remasterisé en 2K à partir du négatif 35 mm original. Une petite déception demeure quant au rendu du N&B un peu délavé et au grain encore visible, résultant peut‑être d'une utilisation abusive de filtres DNR. Pas de quoi toutefois nous empêcher de profiter du film dans de bonnes conditions.

Top image : aucun
Note image : 3/6
Son

Un rendu typique des films de l'époque avec ses voix un peu aiguës, ainsi qu'un manque de subtilité dans la captation et la restitution des ambiances. Mais la piste 1.0 doublée à droite à et gauche offre clarté et petit effet vintage très plaisant. 

Top son : aucun
Note son : 3/6


Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
30/09/20 The Hunt
01/10/20 Un flic
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Christian Rouaud - Tous au Larzac
https://www.avcesar.com/source/interview/130/photo_0548183008.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/171/photo_0331123722.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/142/photo_0656162718.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/135/photo_0315184326.jpg
christian-rouaud
rotem-shamir
melissa-bernstein
sidse-babett-knudsen
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011