OneRepublic : Live in South Africa

Année : 2018
Réalisateurs : Scot McFadyen, Sam Dunn
Avec : Ryan Tedder, Brent Kutzle, Zach Filkins, Eddie Fisher, Drew Brown, Jerrod Bettis, Tim Myers
Éditeur : Eagle Vision
BD : BD-50, 85', zone B
Genre : concert, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 23/02/18
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080i (AVC)
16/9
Bande-son
DTS-HD Master Audio 5.1
LPCM stéréo
Sous-titres
Français, anglais, allemand, espagnol, portugais

OneRepublic est un de ces groupes dont la popularité étonne toujours, tant elle paraît irréaliste et lointaine. Elle semble même surprendre ses membres, qui aiment à raconter leur parcours avec des trémolos dans la voix. C'est d'ailleurs ainsi que commence ce Live in South Africa, filmé en 2015 vers la fin de la tournée de leur troisième album Native. Sur fond d'images de Johannesburg, la voix off d'un membre nous susurre : « Il y a sept ans, nous avons joué ici mais nous n'étions alors qu'un groupe qui essayait de se faire un nom en première partie de Maroon 5. Aujourd'hui, c'est comme si la boucle était bouclée... ». En dehors même de la douce absurdité de cette déclaration (on imagine mal un petit groupe vraiment inconnu faire la première partie de Maroon 5 dans un autre hémisphère que le sien), celle‑ci résume bien le ronron émotif d'une formation dont le seul fait d'armes est d'avoir été le premier groupe à atteindre le milliard de vues sur YouTube.

 

Face à un public particulièrement jeune que la réalisation a tendance à filmer très longuement (les deux réalisateurs Scot McFadyen et Sam Dunn sont des habitués de la télévision, on leur doit le très bon documentaire musical Story of Metal), ce Live in South Africa nous propose pas moins de 18 chansons du répertoire de OneRepublic, interprétées avec minutie et enthousiasme par un groupe auquel il serait difficile de reprocher quoique ce soit, tant il est à peu près tout ce que le pop peut offrir de plus inoffensif à notre époque. Une mixture puissamment quelconque de jérémiades mélodramatiques très gentilles, venant se placer sans vergogne dans la filiation de Coldplay ou U2, l'inventivité en moins (si l'on excepte l'ajout d'un violoncelle, de temps à autre).

 

Aussi épicé et subtil qu’un grand bol de mayonnaise, OneRepublic est le stade terminal d’un rock de stade confortablement installé dans un cocon où se répètent sans fin les mêmes mélodies, les mêmes quatre accords et les mêmes émotions consensuelles. Impossible donc de retenir quoique ce soit de ces 90 minutes d'un show sans relief, sans audace, sans fulgurances mais sans grandes fautes non plus à part celle de l'ennui poli. Une collection de tubes interchangeables (Counting Stars, If I Loose Myself) devant une mer de fans faisant des grands sourires. Il n'y aura sans doute que ceux‑là qui pourront prendre du plaisir devant un tel live. Les autres, circulez, il n'y a rien à voir (ni à entendre).

Émilien Villeroy - Publié le 22/05/18
Liste des bonus
- Documentaire : Don't Look Down (33')
- Wherever I Go (live Sidney) (3')


Commentaire

En accompagnement du concert, le documentaire Don't Look Down retrace le parcours de OneRepublic, insistant avec complaisance sur les hoquets et les occasions manquées ayant frappé le groupe avant qu'il n'atteigne sa popularité actuelle. Une grosse tranche d'autocongratulation filmée comme un reportage télé, mais qui laisse la parole à un groupe plutôt sympathique. Autre bonus : un morceau découpé sèchement au beau milieu d'un live à Sydney, dont la présence était pourtant assez dispensable. 

Note bonus : 3/6
Image

Malgré une réalisation peu cathartique (ça s'arrange en deuxième partie de concert), filmée de trop loin et parfois fade, la qualité d'image reste éminemment belle pour ce genre de concert. Un festival de bleus chromés et une belle précision sont à noter. Techniquement irréprochable mais artistiquement perfectible. Un problème d'inspiration pour Scot McFadyen et Sam Dunn ?

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

Sans surprise avec un groupe de ce calibre (ça chante bien, les instruments sont là), le Blu‑Ray propose une piste 5.1 très solide tout en gardant une belle énergie live (en partie grâce aux cris du public, particulièrement présents d'un bout à l'autre du show sur les enceintes arrière). On regrettera simplement que Ryan Tedder ait tendance à s'essouffler et à secouer son tambourin n'importe comment en courant d'un bout à l'autre de la scène, particulièrement sur Counting Stars. La piste stéréo plus recentrée passe plutôt bien aussi, elle reste toutefois davantage collée aux enceintes, affadissant la sensation live.

Top son : 73'21 (petite blague de l'ingénieur du son qui ouvre tout à coup les vannes du public sur les enceintes arrière, surprenant)
Note son : 4/6



Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
30/09/20 The Hunt
01/10/20 Un flic
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Victor Matsuda - Vice-président Blu-Ray Group Sony et de la BDA (Blu-Ray Disc Association)
https://www.avcesar.com/source/interview/168/photo_0147193231.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/126/photo_0549181508.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/130/photo_0548183008.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/153/photo_1156104630.jpg
victor-matsuda
lucy-lawless
christian-rouaud
tara-reid
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011