The Moody Blues : Days of Future Passed Live

Année : 2017
Réalisateur : David Barnard
Avec : Justin Hayward, John Lodge, Graeme Edge
Éditeur : Eagle Vision
BD : BD-50, 114', zone B
Genre : concert, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 23/03/18
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080i (AVC)
16/9
Bande-son
DTS-HD Master Audio 5.1
LPCM stéréo
Sous-titres
Français, anglais, allemand, espagnol
17,99 €
14,91 €
14,79 €

1967. Responsable du petit tube Go Now et d'un premier album dispensable, The Moody Blues est alors aux yeux du public un sympathique mais très banal groupe anglais de rythm & blues. Presque arrivée au bout de son contrat avec le label Decca, la formation réussit alors à rebondir de la plus étonnante des façons en sortant l'un des premiers concept‑albums de l'histoire du rock et l'une des pierres fondatrices du rock progressif.

 

Enregistré avec l'aide du producteur Tony Clarke, Days of Future Passed nous narre une journée dans la vie d'un homme ordinaire, des premières heures du matin jusqu'à la nuit noire, sorte de voyage psychédélique entrecoupé d'interludes orchestraux. Un mariage entre pop et musique classique placé sous le signe du romantisme et de la délicatesse, qui lança la carrière du groupe avec l'aide de quelques singles cultes dont Nights of White Satin et son mellotron envoûtant. Le début aussi pour The Moody Blues d'une série de sept albums‑concepts, appelés Core Seven par leurs fans, qui s'enchaînèrent à un rythme effréné jusqu'en 1972, toujours sous le signe de l'audace et de la conceptualité. Pourtant, malgré l'aura de ce disque fondateur et visionnaire, Days of Future Passed n'avait jamais été interprété en intégralité avec un orchestre sur scène. Ce fut donc chose faite en 2017 à l'occasion du 50e anniversaire de l'album, lors de deux dates exceptionnelles au Sony Centre for the Performing Arts à Toronto. Un concert unique désormais disponible en Blu‑Ray et DVD pour découvrir la résurrection live de cet album mythique.

 

Encore faut‑il être patient avant de pouvoir en profiter. En effet, c'est par un drôle de pot‑pourri que débute Days of Future Passed Live, neuf morceaux tirés du catalogue étendu de The Moody Blues. Étonnamment, le groupe fait la part belle à des titres plus récents, non issus des Core Seven, qui ne brillent pas particulièrement par leur subtilité : entre blues lourdingues (Steppin' in a Slide Zone) et soupe pop‑rock remplie de synthétiseurs affreux (Nervous, Your Wildest Dreams), on craint alors le pire pour la suite face à un groupe ayant l'air d'être un peu trop vieux pour ces bêtises (drôle de sensation à la vue du batteur Graeme Edge, assez diminué, dont l'apport se réduit parfois à des coups de caisse claire pendant qu'un second batteur s'occupe de porter le morceau tout seul). Pénible et sans grâce, cette première partie se traîne pendant 50 minutes poussives et peu recommandables.

 

Puis les choses sérieuses commencent enfin. Et à l'instant où retentissent les premières notes de l'album Days of Future Passed, interprétées par un orchestre de 67 musiciens sur scène, c'est un tout autre concert qui s'offre à nous. Oniriques et délicates, les chansons de cette odyssée sonique sont une vraie bouffée d'air frais, infiniment plus subtiles et foisonnantes que celles jouées précédemment par le groupe. Et après une brève narration de Jeremy Irons en guise d'introduction, le groupe se lance dans une très belle version de Dawn is a Feeling, nous replongeant d'un coup dans les volutes de la pop luxuriante et Technicolor de la fin des Sixties. Véritable voyage dans le temps, la douzaine de morceaux du disque sont ainsi très joliment revisités avec l'aide d'arrangements particulièrement fidèles et soignés.

 

Évidemment, un certain kitsch se dégage d'un bout à l'autre de ce spectacle nostalgique, parfaitement symbolisé par ces projections ringardes qui illustrent chaque morceau. Mais celui‑ci ne sied que trop bien à Days of Future Passed, disque profondément imparfait, prisonnier de son époque, de ses tares et de sa naïveté. Doucement pompeux dans son concept et régulièrement maladroit dans son exécution, il n'a jamais eu la modernité farouche des Beatles ou l'inventivité stupéfiante des Zombies, tombant dans une certaine forme d'inoffensivité pataude mais très sympathique. Cinquante ans plus tard, ces défauts sont toujours là. Mais il y a aussi et surtout un plaisir simple à parcourir Days of Future Passed Live tant on y trouve là une capsule vers un autre monde et une autre époque, plus légère, plus rêveuse, plus simple. Et c'est avec un sourire aux lèvres que l'on embarque une fois de plus aux côtés de The Moody Blues, pour cette douce journée pop pas comme les autres.

Émilien Villeroy - Publié le 05/07/18
Liste des bonus
- The Moody Blues Remember Days of Future Passed (21')


Commentaire

Difficile d'assister à un concert comme celui‑ci sans avoir envie d'en savoir plus sur la genèse d'un tel album... C'est justement ce que nous propose le documentaire The Moody Blues Remember Days of Future Passed. Pendant 20 minutes, les trois membres du groupe racontent avec humour, face caméra, la création de l'album avec profusion de détails et d'anecdotes. Un document simple mais absolument passionnant.

Note bonus : 5/6
Image

Une réalisation de facture assez classique (les Moody sont plutôt statiques) mais dont on apprécie la sobriété et la belle qualité, avec de nombreux détails sur les plans rapprochés malgré la présence d'un peu de grain à certains moments.

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

Trouvant le bon équilibre entre les instruments pop et l'orchestre, Days of Future Passed Live réussit à offrir beaucoup d'espace aux chansons lumineuses de The Moody Blues. Si on excepte certains passages parfois un peu brouillons où les voix se perdent dans la masse, c'est une captation d'une belle qualité que nous propose Eagle Vision pour cette édition.

Top son : 6'41 (sublime version de Dawn is a Feeling, première rencontre entre le groupe et l'orchestre)
Note son : 4/6



PLANNING
INTERVIEWS
Florent Siri - Otage
https://www.avcesar.com/source/interview/140/photo_0412164405.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/169/photo_1102163720.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/133/photo_1014195601.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/135/photo_0315184326.jpg
florent-siri
justin-theroux
maggie-q
sidse-babett-knudsen
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Débloqué 5.5 ASUS Zenfone 2 ZE551ML IPS 4G LTE Smartphone Android... - Honor 6C 32 Go Gris - CUBOT X18 Dual SIM 32GB Or - Smartphone LOGICOM Id Bot 53+ Blanc 16 G - Apple iPhone 6 16 Go Gris - MY OOPS - Porte-clé Connecté - Samsung P180 Marron - Wiko VIEW 16 Go Double SIM Deep bleen - BLACKBERRY Z30 BLANC - HTC Desire 310 4 Go Bleu marine - Apple iPhone 6 128 Go Or - Motorola Moto E 2ªGen 4G XT1524 NOIR - Apple iPhone 6 Plus 64 Go Or - OUKITEL K10000 Pro 32 Go (3 Go Ram) Smartphone 4G 5.5 Android 7.0... - Meizu Pro 6 Plus 64 Go Double SIM Gris foncé - Nokia X6-00 16 Go Noir - Honor 8 32 Go Noir minuit - Honor 9 64 Go Glacier gris - Mitel MiVoice 5312 IP Phone - Téléphone VoIP - SIP, MiNet - Alcatel One Touch Pop C3 4033X blanco libre -