Billions saison 1

Année : 2018
Créateurs : Brian Koppelman, David Levienn, Andrew Ross Sorkin
Interprètes : Damian Lewis, Paul Giamatti, Maggie Siff, Malin Åkerman, David Costabile
Éditeur : Universal
BD : 4 BD-50, 12 x 60', zone B
Genre : thriller, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 04/09/18
Prix ind. : 29,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Anglais Dolby TrueHD 5.1
Allemand Dolby Digital 5.1
Espagnol Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français, anglais pour sourds et malentendants, allemand, espagnol, danois, néerlandais, norvégien, finnois, suédois
29,99 €
29,99 €
29,99 €

Thriller palpitant où deux hommes à l’ego surdimensionné s’affrontent sans merci, Billions (Milliards en français) est aussi une vision réaliste et édifiante du monde de la finance à Wall Street.

 

Et pour cause, c'est un journaliste économique et financier réputé du New York Times, Andrew Ross Sorkin, qui est à l'origine de la série. Avec ses deux co‑scénaristes Brian Koppelman et David Levien (The Girldfriend Experience), ils inscrivent immédiatement leurs personnages et l’univers de la série dans le sillage des grands modèles du genre, à commencer par Wall Street d’Oliver Stone avec Michael Douglas ou le récent Loup de Wall Street de Martin Scorsese avec Leonardo DiCaprio. Un milieu où des millions de dollars sont brassés chaque seconde et où des traders aux méthodes douteuses amassent des fortunes en un clin d’œil. En toile de fond, la tragédie du 11 septembre, drame qui irrigue profondément la trajectoire d'un des personnages.

 

La touche de fiction raconte l’affrontement fratricide entre deux figures emblématiques de ce monde aussi dangereux que fascinant. D'un côté, le procureur fédéral de New York, Chuck Rhoades (Paul Giamatti), un homme intègre et incorruptible. De l’autre, le golden boy milliardaire Bobby « Axe » Axelrod (Damian Lewis), un surdoué de la finance arrogant et soucieux de son image. Persuadé de pouvoir le faire tomber pour délit d’initié, le premier a juré la perte du second et va utiliser tous les moyens possibles et imaginables pour y parvenir. Entre les deux, l'épouse sexy de l'un, aussi coach/muse de l'autre (Maggie Siff, Sons of Anarchy)

 

Chantage, corruption, trahison, humiliation et manipulation, la violence de ce monde irrigue chacun des douze épisodes de cette saison 1 en forme de fantastique partie d’échecs, à la fois maligne et puérile (ego et testostérone obligent). Paul Giamatti (12 Years a Slave) et Damian Lewis, dont c’est le grand retour gagnant dans une série après Homeland, s’en donnent à cœur joie dans des rôles taillés sur mesure. Leur prestation est tout simplement remarquable.

Cédric Melon - Publié le 19/09/18
Liste des bonus
- L'argot de Wall Street (3')
- Présentation des personnages (8')
- Le lieu : New York (7')
- Développement des personnages (11')
- Ombres et lumières (8')


Commentaire

De sympathiques petits modules, à commencer par celui sur New York, et plus particulièrement ses bonnes tables. Fins gourmets, les scénaristes n'ont pas hésité à intégrer à la série les grands restaurants de Wall Street où se retrouvent bien sûr régulièrement toutes les huiles de la finance.  

Note bonus : 2/6
Image

Les décors claquent (maisons XXL, appartements cossus, célèbres restaurants new‑yorkais), l'image aussi. Précision au cordeau, lumières élégantes (on remarquera que le bureau extrêmement sombre de Chuck Rhoades contraste fortement avec le siège tout en verre de Axe Capital), il n'y à rien à redire techniquement parlant. Une série de haute facture.

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

Volontiers verbeuse, monde de la finance oblige, la série laisse tout de même un peu de place à la BO électro de Eskmo, qui a aussi participé à la bande originale de la série pour teenagers 13 Reasons Why. Le reste du temps, clarté des dialogues et ambiances font bon ménage en VO même si tout cela reste essentiellement frontal, avec peu d'activité Surround sauf sur les extérieurs et les passages musicaux (caisson quasiment tout le temps au repos). En VF, la série se montre beaucoup moins crédible.

Top son : aucun
Note son : 4/6



PLANNING
INTERVIEWS
Éric Rochant - Möbius
https://www.avcesar.com/source/interview/143/photo_0727170802.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/159/photo_0855101528.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/144/photo_0912120302.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/149/photo_0450174503.jpg
eric-rochant
francois-charles-bideaux
melissa-george
sophie-turner
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011