Les Indestructibles 2

Incredibles 2
Année : 2018
Réalisateur : Brad Bird
Interprètes : Gérard Lanvin, Déborah Perret, Louane, Timothé Vom Dorp, Thierry Desroses (voix françaises)
Éditeur : Disney/Pixar
BD : BD-50, 117', toutes zones
Genre : animation, couleurs
Interdiction : tous publics (animation)
Sortie : 09/11/18
Prix ind. : 24,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.39
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital Plus 7.1
Anglais DTS‑HD Master Audio 7.1
Anglais DTS‑HD High Resolution 5.1
Anglais Dolby Digital 2.0
Flamand Dolby Digital 5.1
Néerlandais Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français, néerlandais
19,99 €
14,80 €
22,99 €

Après avoir stoppé un super‑malfaisant dénommé le Démolisseur, la famille Parr est contrainte à une nouvelle clandestinité. Elle est désormais seule et sans le moindre système de protection pour s'assurer logement et quotidien. Mais un riche mécène, Winston Deavor, fan depuis l’enfance de super‑héros, engage Hélène (Elastigirl), Bob (M. Indestructible) et leur ami Lucius (Frozone) dans une mission de réhabilitation publique des super‑pouvoirs. Pour démarrer cette campagne médiatique, Winston Deavor, épaulé par sa très inventive sœur Evelyn, préfère mettre en avant Elastigirl. Hélène jubile et accomplit d’incroyables exploits face à un mystérieux super‑vilain, l’Hypnotiseur. Pendant ce temps, Bob découvre la difficulté d’élever ses enfants, la sensible Violette, l’épuisant Flèche ainsi que le presque flippant Jack‑Jack et ses super‑pouvoirs imprévisibles.

 

Quatorze ans se sont déroulés depuis la première aventure des Indestructibles (cliquez pour lire notre critique) mais le réalisateur Brad Bird démarre ce second opus dans les secondes qui suivent l’épilogue du premier. Pour combler ce fossé temporel de quatorze ans et ravir les fans, Brad Bird et ses équipes, debout sur l’accélérateur, passent dès les premières minutes la cinquième, donnant dans la surenchère spectaculaire d'action et de super‑héros démultipliés. Un marathon de presque deux heures couru comme un cent mètres, sans pause ni fléchissement.


Qu’on ne s’y trompe pas : Brad Bird est un réalisateur et scénariste beaucoup trop talentueux pour simplement appuyer sur les boutons qui vont bien ou se contenter de jouer la carte « fan service ». L’intrigue file certes à une allure supersonique, mais elle développe aussi clairement une réflexion. Sur l’évolution des rapports dans le couple moderne, le changement de rôle des femmes, qu’elles soient mères ou adolescentes, ainsi que sur l’implication parentale dans le développement des enfants ou encore l'utilité des super‑héros dans la mythologie moderne (comprendre notre ancien monde).

 

Si cet aspect du récit touchera surtout les adultes, Brad Bird n’oublie jamais les enfants. Pour eux, il crée non seulement d’hilarants héros forts ‑incroyable en ce qui concerne le bébé Jack‑Jack, torrent de super‑pouvoirs déments‑ mais envoie aussi des messages structurants en confiant premiers rôles et clés de l’intrigue à des personnages féminins.


D’un point de vue formel, au‑delà d’innombrables séquences d’action somptueuses, le réalisateur n’hésite devant rien. Des scènes jubilatoires et non sensiques comme la baston entre Jack‑Jack et un raton laveur, à l’expérimentation visuelle tous azimuts avec l’incroyable pugilat entre Elastigirl et l’Hypnotiseur dans une cage garnie d’écrans, en passant par une sidérante orfèvrerie de montage pour le détournement rocambolesque d’un bateau filant sur une trajectoire mortelle…


Les Indestructibles 2 est bien plus qu’une suite : Brad Bird déballe tout, son cœur, son énergie, son savoir‑faire ainsi que sa maturité tout en orchestrant la chose au rythme d’une énergie adolescente retrouvée. On frôle souvent le trop‑plein, mais au final, le film et les spectateurs ne sont pas perdants, car ce récit torrentueux gagne surtout à être revu, encore et encore, pour mieux en apprécier toutes les immenses qualités. On ne manquera pas de relever les nombreuses allusions visuelles et sonores à la saga Mission Impossible dont Brad Bird réalisa l'excellent quatrième épisode, Protocole fantôme.

Paco Altura - Publié le 16/11/18
Liste des bonus
- Bao (court métrage) (7')
- Tata Edna (5')
- Leçon d'animation avec Brad Bird (18')


Commentaire

Des bonus rares mais extrêmement bien choisis. Tata Edna comble en effet un mystère du long métrage. Que s'est‑il passé entre la styliste Edna Mode et le chaotique bébé Jack‑Jack qu'elle avait accepté de garder une nuit ? Réponse avec ce court métrage rock'n roll très amusant.

 

Mais la vraie pièce de résistance est la Leçon d'animation avec Brad Bird. Ce bonus est un passionnant hybride. Brad Bird y raconte son incroyable aventure adolescente dans les studios Disney (des locaux qu'il revisite en parlant), confie son obsession de « dire » les sentiments grâce à l'animation. En parallèle, les animateurs clés des Indestructibles 2 expliquent comment ils ont travaillé pour créer les personnages et comment Bird les a poussés au maximum pour peaufiner et parfaire les séquences et le travail. Il ne s'agit pas du baratin trop souvent habituel mais de passionnants extraits de séance de travail entre Brad Bird et son équipe. Très atypique dans sa forme, ce bonus parvient dans un temps très ramassé à fournir aux fans une quantité impressionnante d'informations.

 

Enfin, le court métrage Bao est une élégante allégorie sur les relations mère‑fils.

Note bonus : 4/6
Image

On pourrait empiler les superlatifs. Évoquer une précision d'image sidérante, une gestion des lumières magique, une colorimétrie prodigieuse. Mais aucune accumulation d'éloges ne peut malgré tout préparer le spectateur à la stratosphérique beigne esthétique qu'il va se prendre en pleine face avec ce film. Dans tous les compartiments du jeu, on n'est même plus dans l'excellence mais dans le chef‑d'œuvre. Vous souhaitez savoir ce que votre écran a vraiment dans le ventre ? Soumettez‑lui ce film. Notre seul et unique regret : l'absence de disque 4K Ultra HD Blu‑Ray. 

Top image : aucun
Note image : 6/6
Son

Comme d'habitude avec Disney/Pixar, les anglophones sont copieusement servis avec une piste VOST DTS‑HD MA 7.1 juste incroyable tant en termes de puissance, de spatialisation et d'ambiance. C'est un véritable nirvana sonore qui immerge au cœur de l'action. Toute la fantaisie et folie créatrice de l'équipe est finement exploitée.

 

La VF est elle aussi de grande qualité, délivrant le film avec énergie et conviction même si ce Dolby Digital Plus 7.1 reste évidemment moins disant techniquement. 

Top son : aucun
Note son : 5/6



PLANNING
DVD 17/12/18 Equalizer 2
BLU 17/12/18 Equalizer 2
BLUHD 17/12/18 Equalizer 2
INTERVIEWS
Tara Reid - Sharknado 2
https://www.avcesar.com/source/interview/153/photo_1156104630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/136/photo_0107121104.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/151/photo_0557184527.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/161/photo_1108160423.jpg
tara-reid
fabrice-gobert
lars-lundstrom
priyanka-chopra
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011