Le grand bain

Année : 2018
Réalisateur : Gilles Lellouche
Interprètes : Mathieu Amalric, Benoît Poelvoorde, Philippe Katerine, Jean‑Hugues Anglade, Guillaume Canet
Éditeur : Studiocanal
BD : 1 BD-50 + 1 BD-25, 121'/134', toutes zones
Genre : comédie, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 27/02/19
Prix ind. : 16,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 5.1
Français Audiodescription
Sous-titres
Français, anglais
Amazon
16,99 €
Fnac
16,99 €
Fnac
16,99 €

Un film qui fait plouf. Gilles Lellouche touche et coule (variante : boit la tasse). Un naufrage. On avait notre chute, péremptoire, évidemment. Le genre de bons mots qui ne fait bien souvent plaisir qu'à son auteur. Et puis on a vu Le grand bain, premier long métrage solo du comédien Gilles Lellouche (Les petits mouchoirsLe sens de la fête) et sa bande de losers magnifiques : Philippe Katerine, Jean‑Hugues Anglade, Mathieu Amalric, Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde, Félix Moati, Alban Ivanov, Balasingham Thamilchelvan. Une comédie toute en équilibre, tendre et drôle, qui a fédéré plus de 4 millions de spectateurs en salles. Un véritable tsunami.

 

Si Katerine et Anglade méritent tous les deux le César de Meilleur second rôle, c'est bien la troupe dans son intégralité qui fait mouche, à la fois plombée par un quotidien devenu trop lourd (l'un doit gérer une mère malade et un divorce, l'autre des problèmes d'argent monstrueux, un troisième sa dépression sans fond, un autre encore sa fille récalcitrante et une carrière de rocker qui, de toute évidence, ne démarrera jamais) et portée par un immense élan puisé dans la force du désespoir. C'est la revanche de l'opprimé, du brimé, du laissé pour compte sur la vie, ou l'art de transformer la grosse déprime et les corps mous en catharsis collective.

 

La grande réussite de Lellouche est certainement de parvenir à saisir l'instant précis où le ridicule s'efface devant l'émotion et même la prouesse sportive, saupoudrant le tout de fines vannes parfaitement dosées. Doux‑amer, drôle, porté par une bande‑son typiquement 80 et un montage ultra‑serré, Le grand bain parvient in fine à trouver son rythme et à nous donner des nageoires. Succès mérité.  

Carina Ramon - Publié le 31/01/19
Liste des bonus
- Possibilité de choisir la version longue (134')
- Making of (35')
- Bande-annonce


Commentaire

Monté à l'os dans sa version salle, le film laisse un peu plus de temps aux plans dans la version longue. Quelques micro‑scènes à découvrir également pour les curieux. Mais c'est surtout le making of qu'il ne faudra pas louper. On suit ainsi l'entraînement des comédiens dans les bassins, du premier jour à l'Insep jusqu'aux premiers essais filmés par la coach, plutôt probants. Peu à peu, l'esprit de groupe naît devant les yeux du réalisateur Philippe Lellouche.

Note bonus : 4/6
Image

Une photographie toute simple, presque blanche, qui n'empêche pas la précision mais qui ne fera pas partie des démos du moment (même si la séquence des Championnats du monde se démarque vraiment avec son enchaînement de couleurs sur fond noir). Lellouche ose tout de même quelques fantaisies de cadrage bienvenues et mise tout sur le montage pour donner une belle énergie au film. Pari réussi.

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

Très bien monté, le film suit le rythme côté musique avec une bande‑son 80 discrète mais dansante à souhait, soutenant parfaitement le récit. Priorité aux dialogues de toute façon même s'il vous faudra repasser la scène du premier plongeon de Philippe Katerine avec les sous‑titres pour saisir sa petite « phrase magique »… À ne pas louper, elle est tordante et sans doute complément improvisée.

Top son : aucun
Note son : 4/6



PLANNING
BLU 23/04/19 Guillaume Tell
BLU 24/04/19 West 11
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Matt Dillon - Wayward Pines
https://www.avcesar.com/source/interview/160/photo_1145102402.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/126/photo_0549181508.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/174/photo_0200124313.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/141/photo_0421152318.jpg
matt-dillon
lucy-lawless
damian-lewis
poppy-montgomery
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011